"Arrêtons de subir les ruptures technologiques, anticipons-les ! " (Bruno Lasserre)

Pour Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence, l'État doit devenir le garant des libertés économiques et lever les verrous qui freinent la croissance de certains secteurs clés, comme les transports, bouleversés par les révolutions technologiques.
(Crédits : Reuters)

LA TRIBUNE - Vous avez présenté en juillet une série de propositions pour « libérer l'économie ». Pensez-vous que notre pays soit bloqué ?

BRUNO LASSERE - Non, la France n'est pas bloquée, mais il y a des verrous qu'il faut faire sauter. La France est un vieux pays, dont nous avons toutes les raisons d'être fiers, mais les ruptures technologiques sont là et s'accélèrent : regardez l'irruption des smartphones dans l'univers des taxis et VTC, l'explosion des sites de covoiturage, l'économie numérique. Ces ruptures technologiques, sur lesquelles nous n'avons pas de prise, mettront à bas les vieux équilibres sans que les acteurs y soient préparés. Anticipons et organisons ces ruptures, ces passages de relais, plutôt que de les subir.

Soyons les acteurs de ces révolutions plutôt que les sujets. Or, un certain nombre de règles, anciennes, pénalisent le développement de certains secteurs de l'économie. En levant ces restrictions, nous pourrions libérer les énergies et inviter ceux qui veulent prendre des risques à innover. L'Autorité de la concurrence a mis de nombreux sujets sur la table depuis cinq ans, en menant des enquêtes sectorielles sur la publicité en ligne, les gares et le transport intermodal, le transport par autocar, la réparation automobile, les jeux en ligne, la santé et les médicaments. Grâce à ce pouvoir important acquis en 2009, nous pouvons prendre la parole et faire bouger les lignes en choisissant chaque année des secteurs dans lesquels nous pensons qu'il est possible de lever les obstacles à la croissance et à l'innovation.

C'est un enjeu de compétitivité qui se traduit aussi par des gains en matière d'emploi et de pouvoir d'achat des ménages. Je me réjouis donc que le gouvernement ait annoncé l'adoption prochaine d'un projet de loi sur la croissance qui va reprendre certaines de nos propositions.

LT - Quels sont ces « points de blocage » ?

BL - Ils sont très variables d'un secteur à l'autre. Prenons par exemple les transports - troisième poste de dépenses des ménages et qui relève de dépenses contraintes : nous avons identifié plusieurs axes de déverrouillage. La France est l'un des rares pays européens où l'offre de transport par autocar entre grandes villes est bridée par une réglementation malthusienne, du fait d'une transposition a minima d'un règlement européen, alors que ce secteur est en plein développement au Royaume-Uni et en Allemagne.

Seul le cabotage sur une ligne internationale est autorisé et il est soumis à de multiples contraintes : le chiffre d'affaires généré ne doit pas dépasser 50 % du chiffre d'affaires du transporteur, les passagers nationaux ne doivent pas représenter plus de la moitié des voyageurs et les dessertes de villes sont interdites au sein d'une même région ! Nous proposons un système d'autorisation de plein droit sur les lignes de plus de 200 km, et un système transparent et plus rigoureux (mise en oeuvre d'un test économique) en deçà Cette libéralisation pourrait avoir un impact quant aux emplois et créer un effet « d'induction », l'augmentation de l'offre et la baisse des prix créant la demande. On l'a vu dans l'aérien, les compagnies low cost ont permis à des Français qui ne prenaient pas l'avion de voyager.

Or, on le sait, certaines personnes n'ont aujourd'hui pas les moyens de prendre le train, dont les billets peuvent être chers quand ils sont achetés au dernier moment. Le succès du covoiturage témoigne bien de l'existence de cette demande latente. Nous avons également rendu un avis en décembre dans le conflit entre taxis et VTC, nous prononçant contre les restrictions au développement de ces derniers.

Autre exemple, l'entretien et la réparation automobile, le poste de dépenses des ménages qui a le plus augmenté en dix ans d'après l'Insee. La France est l'un des derniers pays d'Europe où l'on protège le monopole des constructeurs sur les pièces de rechange visibles (ailes, capots, pare-chocs, etc.). Nous sommes favorables à une ouverture progressive de ce marché, afin de laisser le temps aux constructeurs de s'adapter et de revoir leur modèle économique. Il est sain que s'établisse une vraie concurrence par les prix et que les consommateurs ne soient pas captifs. Nous avons estimé que cette réforme pourrait faire baisser les prix des pièces détachées de 6% à 15%, ce qui n'est pas négligeable. La France nourrit aussi beaucoup de tabous sur le permis de conduire. Pourquoi exiger des auto-écoles qu'elles aient un local d'une superficie minimale ? Cela freine l'arrivée d'opérateurs « virtuels » et l'enseignement en ligne du code.

Dans le secteur de la santé, nous avons ausculté toute la chaîne du médicament et recommandé, en nous appuyant sur l'exemple italien, de lever le monopole officinal sur les médicaments non remboursables et sans ordonnance. Nous avons relevé, pour l'automédication, des prix variant de 1 à 4 d'une pharmacie à l'autre, signe que la concurrence n'est pas très forte entre elles. Pourquoi ne pourrait-on pas autoriser la distribution de ces médicaments, sous le contrôle d'un pharmacien diplômé, en parapharmacie ou en grande surface dans un coin spécialisé ? Nous avons également beaucoup encouragé le développement de la vente en ligne des médicaments non remboursables, qui permettra l'essor de nouveaux services pour les patients et est une opportunité pour les pharmaciens qui choisiront d'investir ce canal de vente souple et moderne.

LT - Les professions réglementées, à propos desquelles le gouvernement vous a saisi pour avis, sont-elles un mal français ?

BL - Nous ne sommes pas le seul pays à avoir des professions réglementées, mais un des rares à n'avoir pratiquement pas bougé sur le sujet. L'Italie a procédé à la déréglementation de ces professions, le Royaume-Uni aussi. La France est un peu engluée dans une situation qui était déjà dénoncée dans le rapport Rueff-Armand... qui avait été commandé par le général de Gaulle en 1960 !

Ce rapport livrait un diagnostic lucide et acéré sur les rentes et les monopoles injustifiés de certaines professions réglementées. La commission Attali a renouvelé ce diagnostic en 2008 avec la même acuité, mais les mesures prises ont été extrêmement limitées. Je me réjouis donc que le gouvernement ait mis ce chantier à l'ordre du jour.

Dans le cadre de la saisine du gouvernement, nous travaillons plus spécifiquement sur les professions juridiques - notaires, huissiers de justice, greffiers des tribunaux de commerce, commissaires-priseurs judiciaires, etc. L'idée est de réfléchir à la ligne de partage entre ce qui relève des activités de service public et ce qui pourrait être davantage ouvert à la concurrence. Nous allons aussi nous pencher sur les tarifs de ces professions, qui sont régulièrement réévalués en fonction de l'inflation, mais jamais véritablement repensés dans leur structure, alors que de nombreux gains de productivité sont inévitablement intervenus, avec l'informatisation par exemple : les prix reflètent-ils les coûts réels ?

LT - Les blocages français sont-ils culturels ?

BL - Notre culture économique, depuis la Révolution, repose sur un postulat : le politique doit primer sur l'économie, car il est plus légitime, comme l'explique Jean Peyrelevade dans son dernier livre. Notre Constitution mentionne à peine le mot entreprise. En matière de politique économique, les Français se tournent vers l'État, demandent qu'il protège, réglemente, intervienne, et lui font plus confiance qu'à la liberté et à l'inventivité des acteurs économiques.

Lorsque la technologie impose des choix voire des révolutions, l'État a tendance à davantage écouter la voix de ceux qui veulent être protégés des « barbares » à leurs portes, qu'à aider les plus dynamiques à se développer.

Mais ceci est vain car la technologie se joue des frontières et ces nouvelles entreprises se défient des normes publiques. L'État doit donc changer de rôle.

Il ne doit pas être seulement protecteur. De gérant de l'économie, il doit devenir le garant des libertés économiques. Il faut encourager ceux qui prennent le risque d'innover. Cette culture du risque existe, nous avons un tissu d'entrepreneurs et beaucoup de jeunes pousses, notamment dans le numérique, mais ils se heurtent aux tenants des vieux équilibres qui défendent le statu quo.

LT - Est-ce la culture de la concurrence qui nous fait défaut ?

BL - Notre pays a progressé ! Quatre-vingt-un pour cent des Français perçoivent la concurrence comme quelque chose de positif, 87% comme un levier de compétitivité, 82 % considèrent qu'elle offre une liberté de choix, selon un sondage que nous avions fait réaliser par TNS Sofres en novembre 2011.

Mais les Français sont pétris de contradictions et peuvent rejeter en tant que salariés ce qu'ils réclament à cor et à cri comme consommateurs. Notre rôle est de faire la pédagogie de la concurrence, d'expliquer qu'elle est dans l'intérêt de tous sur le long terme, y compris celui des entreprises. Les bénéfices se traduisent en effet non seulement par une baisse du coût de leurs intrants (factures télécoms, énergie, etc.), mais aussi par l'effet d'entraînement en aval.

L'exemple de l'aérien en est une illustration : quand l'activité de transport se développe, c'est tout un écosystème qui en recueille les fruits : hôtellerie, restauration, musées, etc. La France ne doit pas avoir peur de la concurrence.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 04/10/2014 à 10:51
Signaler
concurrence oui mais à armes égales et à imposition et contraintes égales pas comme le plombier polonais payé au tarif polonais et travaillant en France

à écrit le 02/10/2014 à 9:24
Signaler
il parle de "ruptures technologiques" là ?! les ruptures techno ce seraient plutôt des nouveaux matériaux, des nouvelles sources d'énergie...

à écrit le 01/10/2014 à 21:57
Signaler
Je ne comprends pas la phrase : "des prix variant de 1 à 4 d'une pharmacie à l'autre, signe que la concurrence n'est pas très forte entre elles"

à écrit le 01/10/2014 à 16:04
Signaler
Bref on veut augmenter "la quantité" au dépend de "la qualité" pour en augmenter le profit, et cela, grâce a la technologie qui permet aux interlocuteurs de se sentir moins responsable car plus éloigné les uns des autres!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.