Halte au laxisme de la BCE et de la France

 |   |  1123  mots
Wolfgang Glomb.
Wolfgang Glomb.
Les finances publiques françaises ne sont pas loin de celles de la Grèce, si l'on considère le solde budgétaire primaire. La France doit se réformer, tandis que la BCE doit mettre fin à son laxisme, qui enlève toute pression sur les États déficitaires. par Wolfgang Glomb, économiste, ancien directeur des Affaires européennes au ministère des Finances allemand.

En tant qu' économiste libéral, on est stupéfait de la politique économique et monétaire que les autorités nationales de la zone euro et la Banque centrale européenne (BCE) poursuivent depuis des années, une politique qui s'oppose, par un raisonnement a contrario, à toute expertise économique et à l'évidence empirique. Ce n'est plus le bon sens économique qui prévoit mais l'opportunité politique. On court le risque qu'un scénario « à la japonaise » plane désormais sur la zone euro qui glisse vers la récession.

 L'erreur du salaire minimum

Commençons avec les problèmes centraux, la stagnation économique et la montée du chômage. Les moteurs de la croissance sont en panne dans la majorité des pays de le zone euro. Même l'Allemagne, la locomotive économique traditionnelle pour l'Union européenne (UE), commence à frôler la récession due aux erreurs politiques de la grande coalition qui a introduit le salaire minimum et la retraite à 63 ans, comme constaté récemment par le fameux Comité des sages  dans leur dernier rapport.

 La France affiche des finances publiques très dégradées

C'est en particulier en France que l'on réclame une relance budgétaire en accusant l'Allemagne de son « austérité » idéologique ignorant entièrement sa propre situation préoccupante. L'Hexagone bat pratiquement tous les records négatifs dans ses finances publiques. La Commission européenne prévoit un taux de dépenses publiques de 57 % du PIB, un taux de 53 % du PIB pour les recettes d'État et une montée de la dette publique à 95 %. C'est en particulier le solde budgétaire primaire - défini comme le solde budgétaire net des paiements d'intérêts - qui est la clé déterminante de la dynamique de la dette souveraine.

Sa stabilisation et son abaissement nécessitent un excédent primaire tandis que la France affiche depuis des années un solde négatif - de 1,5 % du PIB pour 2015 -, faisant cavalier seul dans l'UE. Cela la situe en queue du peloton, et même derrière la Grèce qui affiche un solde positif de 4 %. En conséquence,  les intérêts sur la dette publique sont financés par de nouvelles dettes et les recettes d'État - déjà parmi les plus élevées dans l'UE - ne sont pas suffisantes pour payer les dépenses courantes. En droit privé, une telle situation déclencherait la faillite.

 Pour les contribuables, les dettes d'aujourd'hui sont les impôts de demain

En France, on a toujours sous-estimé l'intelligence des contribuables. Ils savent que les dettes d'aujourd'hui sont les impôts de demain. Or, les ménages et les entreprises s'attendent à une baisse des revenus nets, et diminuent déjà aujourd'hui leurs dépenses de consommation et d'investissements et vice versa. Le rétablissement de l'équilibre budgétaire est donc une condition indispensable pour une croissance durable. La devise ne peut être que « croissance par consolidation budgétaire » au lieu de « croissance par endettement ». Cette  politique doit être accompagnée par des réformes structurelles, en particulier par une dérégulation du marché de travail, notamment en France, où il faut une croissance économique de 1,5 % pour obtenir une croissance nette de l'emploi.

 En Allemagne, le redressement des finances publiques a généré une croissance économique supérieure

Les preuves empiriques sont frappantes. La politique de déficit budgétaire au Japon depuis vingt ans a fait exploser la dette publique à un niveau stratosphérique de 240 % du PIB sans avoir évité une stagnation économique permanente. Au contraire, en Allemagne,  le redressement des finances publiques a généré un budget équilibré et une croissance économique supérieure par rapport à celle de tous les États surendettés.

La BCE échoue tout autant que la Banque centrale japonaise

De même, les parallèles entre la politique monétaire de la BCE et la politique des Abenomics sont frappants. L'impact de la politique ultra-expansionniste de la BCE sur la croissance a été un coup d'épée dans l'eau comme le « tsunami » de liquidité au Japon. On s'attend maintenant à ce que Mario Draghi sorte la grosse « Bertha » en lançant un programme de rachats d'emprunts d'État sur le marché secondaire pour baisser d'avantage les taux d'intérêts à long  terme.  L'échec est programmé. Dans la zone euro, le financement des investissements se fait surtout par les banques, une structure différente de celle du Japon et des États-Unis où les entreprises se financent souvent directement sur le marché. Par contre, les banques dans la zone euro tiennent toujours à réduire le montant de leurs crédits au secteur manufacturier. Ce sont en particulier les « non performing loans » des entreprises qui les empêchent de relancer le crédit, un montant de 980 milliards d'euros, selon la BCE .

Draghi met en péril l'ajustement économique

Mario Draghi répète comme un moulin à prières que la politique monétaire ne peut pas remplacer les réformes indispensables des gouvernements. En même temps, sa politique met en péril l'ajustement économique. Sa garantie de sauver l'euro « coûte que coûte » a déjà divisé par deux les taux d'intérêts sur les marchés obligataires et elle a affaibli la pression du marché sur les gouvernements pour qu'ils poursuivent leur  politique de réformes - la France emprunte à 10 ans avec des taux inférieurs à 1%, pour la première fois le 28 novembre 2014. En italien, on dirait « Avanti dilettanti ».

La conclusion est claire et simple. Sans application stricte du pacte de stabilité, sans redressement du secteur public et sans dérégulation du marché du travail pour achever une dévaluation interne, on risque de suivre le même destin que celui du Japon, c'est-à-dire une génération perdue. La loi Macron est un premier pas vers un tel cercle vertueux. Par contre, il est douteux que  le nouveau plan d'investissement du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avec un budget européen de 21 milliards d'euros puisse déclencher plus de 300 milliards d'euros d'investissements du secteur privé. Ce ne sera pas la première fois qu'un programme conjoncturel de la Communauté échoue. L'économie n'est pas comme un moteur électrique où il suffit d'appuyer sur le bouton vert pour le faire démarrer et accélérer. Le Colbertisme, l'idée d'une économie dirigée par l'État, a atteint sa fin. Il est vrai que le pouvoir politique peut dominer un certain temps, mais au final c'est la loi économique qui  prévaut.

Wolfgang Glomb, économiste, ancien directeur des affaires européennes au ministère des Finances allemand et membre du conseil d'orientation de l'Institut Thomas More

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2015 à 5:59 :
la dette fictive de tous les états du monde depuis 50 ans envers le système financier international qui fait que les états ré - empruntent pour payer les intérêts et que le capital n est jamais remboursé et ne fait que gonfler , 30 gouvernements européens sont incapables d y mettre fin ?? En 1917 les Russes ont mis fin aux dettes qu ils avaient dans le monde entier envers les spéculateurs de l époque et en 1958 De Gaulle décide que la France n empruntera plus qu à la Banque de France sur 40 ans à zéro pour cent !!! et deux ans après il invente le NOUVEAU Franc au centième de l ancien ... C est Giscard qui nous a replongé dans le système débile que les états ne maîtrisent pas et qui au contraire maîtrise les états !!
Une Europe unie et une monnaie unique c est quand même mieux que les 36 petits pays avec leurs 36 monnaies ... Souvenez vous !! Une monnaie c est un outil et l Euro depuis sa création est la meilleure monnaie du monde !! En rien cette monnaie n est responsable de la GABEGIE politique et économique que nous subissons du fait du maintien des nationalismes égoïstes et de l incapacité des 30 gouvernements européens à faire face au jeu de Monopoly du grand patronat !! et surtout au fait que les deux grandes puissances européennes Allemagne et Angleterre contraignent tous les autres pays à s enfoncer chaque jour d avantage dans l ultra affairisme et l ultra libéralisme !! On rêvait d une Europe des meilleurs services publics et ils ont cassé les services publics !! On rêvait d une Europe des meilleures conventions collectives et ils cassent les conventions collectives !! On rêvait d une Europe avec un seul code de la route et ils ne savent légiférer que sur la taille des sardines ... et quand une multinationale délocalise en Chine ils sont incapables de l obliger à délocaliser avec le système social et le système fiscal !! Ils multiplient l entrée de petits pays non fiables ou en faillite comme les Pays Baltes ou le Kosovo mais laissent à la porte la Turquie passage des pipe-lines venant d Asie centrale et ne vont pas au secours de Ukraina passage du grand projet de gazoduc de Mer Caspienne par Sud Caucase et par Crimea vers Europa ... et ils payent avec des dollars qu ils achètent très cher le gas et le petrol qu ils achètent à la Russie et aux Emirats ... et dans un pays comme la France ils ne cessent de faire des cadeaux au patronat pour maintenir l intérim et les CDD et font croire à la faillite de la Sécu et des Caisses de retraite pour pousser à la privatisation ... et sous couvert d une pseudo démocratie entretiennent une caste de bons à rien cumulards et profiteurs SANS projet et sans idée de société future !!
a écrit le 25/12/2014 à 16:00 :
La réalité c´est que la grande majorité des immigrés et des réfugiés viennent s installer Allemagne (pays d esclaves). Très peu choississent la France, (pays de cocagne).
400.000 sont arrivés cette année. En fait cela a conduit à une augmentation de la population de + 200.000. ( excédent démographique). Tous les pays d Europe ont depuis toujours été des pays de transhumances et d´immigration donc ce n est pas un phénomene nouveau.
Saviez vous p.ex. que des centaines de milliers de Français se sont refugiés en Allemagne au 17-18 eme siecle ?
Je conseille ne pas vous casser trop la tête sur l´extinction de la rasse allemande !
a écrit le 22/12/2014 à 7:27 :
On devrait s'occuper des personnes qui manifeste avec les neo-nazis en allemagne. Ce serait deja plus interressant.
a écrit le 21/12/2014 à 23:14 :
Toujours la même rengaine! Que les petits acceptent de ne plus avoir de salaire minimum garantie, la précarité la plus totale de l'emploi et que les services publics soit réduits à leur plus simple expression et on aura le Paradis!... Comme en Allemagne, en Angleterre ou aux Etats Unis...
Oui, le Paradis... Mais pour qui?
Réponse de le 22/12/2014 à 13:53 :
faut savoir si vous préférez vivre dans un pays qui est l'enfer pour les chômeur et le paradis des fonctionnaires (la France).... ou dans ceux où l'on trouve du travail car les entreprises ne sont pas torpillées par le coût de la fonction publique.

Quand à la pauvreté en France, elle est bien pire qu'en Allemagne... mais ça, un gouvernement socialiste ne le crie pas sur les toits...
Réponse de le 28/12/2014 à 21:46 :
C est faux!
Vivant en teutonie depuis 15 ans pour des raisons sentimentales et non pas pour des raisons germanophiles, je peux vous dire qu ici etre au chomage c est pire qu e France....Le nombre d pauvre est peut etre moins eleve qu en France en pourcentage mais la realite du quotidien ets identique sinon pire. Pas d aide medicale universelle, une llocation dite artze 4 apres un an de chomage, un smic minimum de 8.45 brut mais pas pour toutes les professions ect....Ce pays est loin d etre un modele de generosite...et un champion d inegalite
a écrit le 21/12/2014 à 21:22 :
de la mauvaise gestion, c'est le petit peuple qui en prend plein la poire .
a écrit le 21/12/2014 à 21:20 :
il a parfaitement raison plusieurs grand s chantiers ne sont pas attaqués, redimensionner la caisse maladie par rapport aux besoins , les caisses retraites ne devraient plus être gérer par les partenaires sociaux (catastrophe) . Redimensionner l'état et le personnel politique, l'adapter aux régions , disparition du Sénat . Revoir toutes les retraites cumulées des politiques . Revoir les CCI en France et dans le monde .
a écrit le 21/12/2014 à 20:38 :
"Même l'Allemagne, commence à frôler la récession due aux erreurs politiques de la grande coalition qui a introduit le salaire minimum."

La solution c'est donc de faire travailler les gens sans les payer ...

Ca s'appelle l'esclavage ( ou le STO)
Réponse de le 22/12/2014 à 13:58 :
En Allemagne, les aides sociales sont liées à l'activité... si vous voulez recevoir l'APL et autres aides sociales, faut pas faire partie des glandeurs.
Peu importe que vous ayez trouvé un travail à 1€/heure... si vous travaillez, l'état vous aidera.

En France, on fait l'inverse, on incite les gens à glander ou travailler au black pour recevoir l'aide sociale. Si vous croyez que le pays va se redresser ainsi... regardez l'évolution de la France, le nombre de faillite et le taux de chômage... et vous comprendrez peut être qui a fait le bon choix ?
a écrit le 21/12/2014 à 14:40 :
Arrête de nous jalouser, je comprends que ça vous fait enrager qu on ne veuille pas être assujetti à vos millions de retraitės et que le marche continue de nous prêter à 1%. Le saint empire très peu pour moi, démocratie en Europe et qu en j entends les peuples européens je me dis que les allemands sont salement isoles et sont entrain de perdre beaucoup de crédit confiance qu ils avait durement recapitaliser depuis 45. Au rythme ou va leur population on sera avant longtemps plus nombreux et on n oubliera pas.
a écrit le 21/12/2014 à 7:52 :
Si SuperMario est responsable de la situation actuelle, ce n'est pas par laxisme mais en voulant rembourser une dette qui n'en n'est pas une. Si il est effectivement aussi anormal qu'un Etat puisse s'endetter à un taux de 3% pendant des lustres, il était aussi anormal que le dollar ait un taux de change voisin de l'Euro, alors que les USA avaient multiplié les planches à billets depuis des années. Enfin le dollar comme monnaie internationale, a roulé dans la farine, tous les autres pays qui auraient du garder l'étalon or comme garantie des monnaies, et qui a permis aux USA de s'emparer des entreprises rentables de la planète, via l'autre arnaque que sont les jeux bancaires des cotations en bourse. Même NS qui s'est fait ravoir en bradant l'or de la France, avant que la cotation de l'or n'éclate, s'en était rendu compte. @Labradorinfo, à toutes les époques, l'inflation a toujours été catastrophique pour l'économie, il faut cesser de répéter les bétises des média (y compris récemment pour le Japon).
Réponse de le 21/12/2014 à 14:44 :
La déflation à toujours toujours été une catastrophe pour les peuples, on ne s est pas l arrêter à contrario d un trop plein d inflation. J ai pas envie de bosser pour les rentiers et au premier chef les retraites qui ont l immense majorité du patrimoine, pas de dette et un niveau de vie supérieur aux actifs ici comme outre Rhin. C est la guerre générationnelle qui nous guette.
a écrit le 21/12/2014 à 2:00 :
C'est la politique libérale européenne qui nous a conduit à la situation économique et financière actuelle. Maintenant ce n'est plus l'inflation c''est la déflation et la déflation c'est une façon d'arriver à baisser les salaires. Alors ou est le pouvoir d'achat ?
Le vrai problème c'est les politiques d'austérité qui sont en train de détruire toute l'économie européenne.
a écrit le 20/12/2014 à 22:35 :
Quel serait notre excédent primaire si nous ne dépensions pas autant pour la défense? L Europe devrait nous payer pour les interventions au Mali ou en centrafrique qui sauve l honneur de notre continent d une part, et pour la défense de l intégrité du continent lui même d autre part. Cet économiste oublie aussi que l Allemagne s est d abord largement affranchi des traités et qu'elle a une population qui baisse. Alors qui il y ait du boulot chez nous c est une évidence, mais un peu plus de mesure est de mise.
a écrit le 20/12/2014 à 20:01 :
Il existe des escrocs qui disent que baisser la monnaie c'est du pouvoir d'achat.
On entend dire on fait des fusées et pourtant y a des pauvres... on nous sort des balivernes politiques et on démolit la zone!

Si ce n'est pas une ZMO que faisons-nous dans cette usine à gaz?
a écrit le 20/12/2014 à 17:26 :
On parle de la BCE, seulement les citoyens ont le droit de savoir si l'on compte dégommer le pouvoir d'achat en prônant des politiques idiotes de baisse brutale de la monnaie!
On baisse de 30% comme au Japon et on appelle cela du pouvoir d'achat? On raconte trop de bétises du type: flinguer la monnaie c'est du pouvoir d'achat!
Pour mémoire, sous Pétain, on a fini en tôle alors que de Gaulle est devenu un héros national!
a écrit le 20/12/2014 à 17:23 :
Cet article est pétri de qualité et de bon sens.
Il se heurte à la nouvelle vague d'imbecillité qui guide les pas du socialisme à la française.
Mitterrand disait que "l'inflation est l'impôt du pauvre". Tout a changé. Les maîtres à penser n'ont les yeux de Chimène que pour l'inflation, synonyme de relance. Les petits espèrent que les futures hausses de salaire viendront minimiser leurs efforts de remboursement immobilier. Ceux qui sont au gouvernement rêvent de voir la dette s'évanouir dans le bucher de l'inflation.
L'inflation est le nouveau credo des imbéciles dont l'argumentation se camoufle (facilement) en refus de "l'austérité".
Réponse de le 20/12/2014 à 22:37 :
Les traités donnent 2% d inflation, on est à 0....
Réponse de le 22/12/2014 à 9:14 :
On devrait commencer par baisser votre salaire en premier.

Vous comprendriez vite que cet article n'est rien d'autre que de la propagande pro-Allemande. Celle qui met l'Europe à genoux et qui pousse les peuple dans la rue, juste pour satisfaire la prospérité de l'économie allemande.
Réponse de le 22/12/2014 à 14:20 :
qui ne fait qu'écrire la façon dont les Allemands nous voient... et leur inquiétude du jour où nous prêteurs fous retrouveront un peu de bon sens et s'arrêteront de nous prêter presque sans intérêt.
Nos fonctionnaires sont uniquement payés avec l'argent qu'on emprunte... et personne ne veut se poser cette question : nous n'avons pas les moyens de payer nos 5,5 millions de fonctionnaires et nous empruntons cet argent tous les mois.
Le jour où nous ne trouveront plus à emprunter ; avec quoi les paierons-nous ???
Ou serons-nous obligé de faire comme les grecs : diviser par 2 les salaires et retraites de fonctionnaires... en attendant de faire d'autres coupes et hausses d'impôts ?
Réponse de le 23/12/2014 à 10:12 :
En France, l'austérité sera pire qu'en grêce, si jamais les taux venaient à remonter... nos 5.5 Millions disons plutôt 8 Millions de fonctionnaires avec les assimilés ne seront plus payés ou leur salaire fortement diminuer et cela d'un mois à l'autre, Tout le système social s'effondrera et les révoltes dans les banlieues pauvres éclateront... c'est une vision pessimiste mais probable si les taux montaient comme ceux de l'Italie (5%). Ouvrons les yeux, la dette est colossale et l'on emprunte pour payer les salaires des agents car les recettes (impôts déjà étouffants) ne suffisent pas!
a écrit le 20/12/2014 à 17:13 :
Vous avez raison, comment notre PIB par tête peut-il augmenter sans croissance? Depuis 2007 on parle d'un décrochage de l'économie française. C'est comme les camps, on peut nier ou appeler cela du social... On dit que c'est la crise... mais en Allemagne ça augmente continuement...
on fait des dettes et du pib nul? On parle d'un syndrôme tour de Pise.
N'aurait-on pas affaire à du charlatanisme administré?
Réponse de le 20/12/2014 à 22:42 :
Plutôt que vous fiez a votre bon sens, vous feriez mieux d aller sur google chercher la croissance moyenne en france depuis la crise et la comparer à celle des pays de la zone euro d'abord puis de l Allemagne, vous allez être surpris....qu elle ne soit pas suffisante c est une chose mais on traverse pas une crise comme 2008 sans dommage, finalement limite en france quand on compare a 1929....
a écrit le 20/12/2014 à 12:19 :
les français se gaussent de faire des enfants..!
c'est comme une famille nombreuse tres endetté avec les huissiers a la porte tres malade et qui ne peuvent plus payer le medecin ,et dont le pere de famille vient d'apprendre qu'il est licencié et donc au chomage ..le gouvernement prevoit des baisse d'aides sociale mais il y a une "bonne nouvelle " la mere de famille est de nouveau en ceinte et attend son 10e enfant..!!
ou est le bon sens...
a écrit le 20/12/2014 à 10:40 :
C&a, nivea, le chat machine, fa douche, lidl, miele, henkel, etc.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:33 :
playmobile, bosch, magimix, seenheiser...
Est que quelqu'un a sous le coude la liste des marques francaises je dois partir faire mes achats de noel
Réponse de le 20/12/2014 à 19:33 :
Celio, le slip français, archos, devialet, habitat, weston, l'arbre vert, linvosges, Ek'Oh, aigle, Pierre Fabre, etc.
Réponse de le 20/12/2014 à 20:51 :
Cémoi... marque de chocolat fabriqué dans le Nord. Halte au Lindt !
Réponse de le 20/12/2014 à 21:53 :
Désole, Magimix est produit en Bourgogne...
Réponse de le 21/12/2014 à 0:43 :
Voici quelques marques françaises portées à ma connaissance:

Electroménager: Brandt, Moulinex, SEB, Calor, Tefal, Terraillon.
Outillage: SAM, MOB, Bost, Fischer-Darex.
Multimédia: LaCie, Archos, Cabasse, Prodipe.

Il en existe probablement d'autres moins connues (donc mal distribuées) disposant d'un catalogue de références de plus ou moins bonne qualité. Avec internet il n'est pas très difficile de savoir qui fabrique une marque et où se situe son siège social (donc son imposition). En revanche cela n'offre aucune garantie concernant le lieu de production ou la qualité du produit.
a écrit le 20/12/2014 à 10:35 :
Je me rappelle que l'Allemagne avait refuse de mettre en place le fonds eduropeen d'aide aggravant la crise grecque. La c pareil.
Réponse de le 22/12/2014 à 20:42 :
Au début de la crise grècque, les allemands n'ont fait qu'appliquer les traités existants... qui avaient été faits ainsi, à la demande de la France, laquelle refusait qu'on intervienne dans un autre pays.

L'affaire grècque nous a coûté autour de 350 milliards... la Grèce n'a toujours pas fini de régler ses problèmes et en plus nous déteste parce que nous leur imposons des contraintes.
Si l'Europe n'était pas intervenue et avait laissé faire le FMI, la Grèce aurait quitté l'Euro, aurait réglé ses problèmes elle-même et n'aurait pu s'en prendre qu'à ses propres hommes politiques qui l'avait plongé dans cette situation...

Alors quand on n'y réfléchit bien, est-ce que l'Allemagne n'avait pas raison ?
a écrit le 20/12/2014 à 10:13 :
2000-2013
Hausse du niveau de vie (pib par tête)
Allemagne :+12%
France:0%
indice de developpement humain/social (ocde)
Allemagne : 6eme
France : 20eme
Réponse de le 20/12/2014 à 10:42 :
L'écart entre le 6e et le 20e est d'environ 0,3.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:52 :
Le temps passe; et vos chiffres évolueront. Et l'écart s'est déjà encore creusé entre les 2 pays. Le niveau de vie va encore augmenter en Allemagne (les dernières années ont été plutôt fastes) , tandis que celui des français commencera à baisser.
L'idh se base naturellement sur des années anciennes (pour 2014, c'est 2011 comme année de référence) Donc la France devrait reculer encore dans ce classement. Cette année la croissance allemande (bien timide) devrait être 5 fois supérieur à celle de la France. 2015 s'annonce en Allemagne comme une bonne année, en France les mauvaises nouvelles vont atteindre un rythme encore plus soutenu. Mais la dette française augmentera ainsi que le nombre de fonctionnaire. Ca c'est garanti
Réponse de le 21/12/2014 à 12:51 :
Ces lignes sont dignes de la propagande soviétique... Avec une population active qui baisse, rien d'étonnant que le PIB par tête et le chômage évoluent dans le bon sens en Allemagne. Pour autant, c'est un symptôme des déséquilibres à venir et des tendances "mauvaises" dans tous les sens du terme qui guettent l'Allemagne.
a écrit le 20/12/2014 à 9:27 :
Quand le medecin riguoureux enonce le disgnostique d'obesite, l'obese, lache devant l'effort, accuse le medecin plutot que de s'introspecter.
Réponse de le 20/12/2014 à 10:42 :
Donneur de leçon !
Réponse de le 20/12/2014 à 17:36 :
atteint du cancer, le corps social meurt? On fait du médecin empoisonneur?
a écrit le 20/12/2014 à 9:01 :
Au vu des commentaires Pourquoi creons nous pas de une autre europe avec Grece espagne italie roumanie albanie etc? Nous sommes tellement imbus de nous memes alors que le principal moteur de l europe est l allemagne...moi à la place des allemands je sortirai de cette petaudiere....
Réponse de le 20/12/2014 à 11:55 :
C'est curieux en effet de constater que les Allemands se gardent bien d'essayer de partir : preuve que la situation leur profite.
Réponse de le 20/12/2014 à 14:08 :
Votre commentaire montte votre arrogance
Réponse de le 21/12/2014 à 14:31 :
Si l Allemagne sort son mark s apprécie direct de 30% minimum, les créances en euro qu elle détient sur les autres européens perdent une immense partie de leur valeurs voir elle subit des défauts en cascade et game over pour les millions de retraites pour qui travaille la CDU. Vous comprenez mieux pourquoi ils sortent pas ? Et a contrario pourquoi nous ne le devons pas non plus. Mais si les allemands veulent sortir je dis banco rira bien qui rira le dernier...
Réponse de le 25/12/2014 à 15:42 :
Desolé de vous contredire, NICO. Si l Allemagne fait et fera tout pour rester dans l Union et dans la Zone Euro c est en premiere ligne pour assurer la paix en Europe.
Les aspects économiques jouent aussi un rôle mais secondaire.
L Allemagne est tellement forte sur les autres marchés qu elle pourrait meme se passer de certains marchés Européens. En sens contraire tres peu d´acteurs indusriels pourront se passer de produits ou prestations allemandes et devront alors payer in prix très fort pour les acheter !
a écrit le 20/12/2014 à 8:55 :
Les crises financières trouvent toujours leurs origines dans le déséquilibre profond du partage des richesses. Quand dans une entreprise la gtilke de salaires va de 1 à 400 et que seuls les salaires du haut continuent de croître alors la consommation et donc la croissance finissent pas s' essouffler. Il faut redistribuer équitablement.
a écrit le 20/12/2014 à 8:45 :
halte au laxisme allemand (déclin démo., sous-investissement, dumping, malbouffe, corruption...).
Réponse de le 20/12/2014 à 8:55 :
Allez vivre en Allemagne avant d etre un francais aigri et jaloux.....vive notre taux de natalité (quantité pas qualité) sous investissement ??? dumping ??? corroution là je rigole ....allez vivre en allemagne vous serez surpris....encore un qui doit se passionné pour le faux match 2017 Hollande Sarko qui vient de commencer....vive l immobilisme
Réponse de le 20/12/2014 à 10:37 :
Les jaloux ne sont pas de ce cote du Rhin.
Réponse de le 20/12/2014 à 14:10 :
Effix a raison. J'ai vécu en Allemagne. ...et franchement in vit beaucoup mieux en france
Réponse de le 20/12/2014 à 17:32 :
Les jeunes on en fait des chômeurs... c'est pas un régime moral la France!
On est des cancres en terme de valeurs humaines, c'est sur le papier mais pas dans la réalité!
a écrit le 20/12/2014 à 7:20 :
Il y a une nouvelle donne qui échappe aux commentateurs. Depuis les résultats aux élections européennes mettant le FN comme premier parti de France, il y a chez les élites bruxelloises une peur panique pour la conservation de leurs privilèges.La France peut donc faire ce qu'elle veut et ne sera pas condamner, car toute condamnation serait encore un moyen de renforcer le FN. Le gouvernement français l'a bien compris et les réformes utiles ne seront pas faites jusqu'en 2017 et même après !!!
Réponse de le 20/12/2014 à 7:40 :
+1. Courte mais excellente affirmation. En même temps un certains nombres de propositions du FN pourraient être des solutions.
Réponse de le 20/12/2014 à 11:48 :
@Pitcho
Les extrêmes ne sont jamais une solution. Ils arrivent toujours masqués pour faire ensuite ce qu'ils veulent dans le seul intérêt de leurs partisans. D'extrême droite ou d'extrême gauche, ça finit toujours par une dictature, donc mal.
a écrit le 20/12/2014 à 5:27 :
Comment peut on publier un article pareil ? Les bras m'en tombent. Un imbécile qui ne connait rien à l'économie vient donner des leçons depuis les brumes de son pays, comme au bon vieux temps. rappelons lui d'abord qu'une erreur de diagnostic conduit obligatoirement à une erreur de politique. Ce n'est pas parce que la France - et l'Europe - est endettée que sa croissance est faible. C'est à l'inverse parce que la croissance est faible qu'elle est endettée. Et si ses comptes se sont dégradées c'est essentiellement parce que la potion libérale a fait son oeuvre. La monnaie unique qui jusqu'à présent a profité à la seule Allemagne a ruiné ses partenaires.
Si cet arrogant petit bonhomme avait lu un livre d'histoire économique, il aurait vu que celle-ci progresse toujours quand on accorde des droits aux travailleurs - baisse de la durée du travail, salaire minimum, etc. Que veut-il, revenir au XIXe siècle ? Avant ?
Il se moque du Japon - une génération perdue dit-il - mais il ne voit pas qu'à l'inverse c'est l'Allemagne qui est perdue et qui est en voie de disparition. Très rapidement les étrangers seront plus nombreux que les Allemands de souche. Peuple de rentiers et de vieux, ils ne voient que ce qui peut rogner leur rente. L'Europe promettait la paix entre les peuples, le sinistre Glomb - quel nom - montre qu'à l'inverse on risque d'avoir une nouvelle guerre avec ce pays arrogant et à la tête carrée.
Réponse de le 20/12/2014 à 9:25 :
C'est quoi votre seul argument, que l'Allemagne decline par manque d'enfants ? La relation avec la bonne gestion svp ?!
Si l'Allemagne a probleme de natalite, ce pays ne connait pas la crise car a gere son budhet avec rigueur et reformé son marche du travail depuis 10 ans sans ceder a la facilite du populisme anti-entreprise. Quant a faire des enfants, quelques mesures bien placees relanceront la machine, l'Allemagne non endettee en a les moyens.
Et vous vous dites meilleur economiste ? Vous etes juste derisoire d'arrogance.
Réponse de le 21/12/2014 à 2:24 :
Grande allemagne@,enfin quelqu'un qui dit quelque chose d'intelligent .
A steph @ on peut répondre que l'Allemagne a 6 millions de nouveaux pauvres depuis 10 ans.Vous voulez cela pour la France?. Quant au sous-investissement allemand,c'est un vrai problème. Ils veulent investir 1.5 milliards d'euros par an sur 3 ans,à partir de 2017 alors que le FMI fixe le besoin d'investissement allemand en infra-structures à 13,5 milliards par an pendant plusieus annèes,pour rattraper le retard. Quant à la petite natalité allemande,on ne peut pas solutionner cela d'un coup de baguette magique.Quelle ignorance!
a écrit le 19/12/2014 à 23:37 :
"Il est vrai que le pouvoir politique peut dominer un certain temps, mais au final c'est la loi économique qui prévaut."La démocratie façon libérale! Le marché se charge de régler les problèmes. Jamais il n'y a eu autant de riches et tellement plus de pauvres. Sans un contre pouvoir politique ce serait pire. L'économique ne prévaut rien du tout, il n'a de réelle utilité que si c'est pour améliorer la situation de tous. Le politique a failli parce qu'impliqué et bénéficiant des largesses de l'économique.D'une démocratie locale politique, nous sommes passés à une dictature planétaire de l'argent. La question est: est-ce que ça peut durer?
a écrit le 19/12/2014 à 22:18 :
Voilà un très mauvais service que ce piètre intellectuel rend à l'Union européenne. Que des esprits étroits se permettent de telles outrances ne va pas faciliter la compréhension entre pays partenaires. C'est regrettable, et l'on pourrait tout aussi bien faire du german bashing sur un nombre non négligeables de sujets, le premier d'entre eux étant le manque quasi-total de hauteur de vue. On va reparler de tout ceci dans quelque temps...
a écrit le 19/12/2014 à 21:43 :
le solde négatif primaire de la France est exceptionnel. Aucun pays Européen n'a laissé dégradé ses finances publiques comme la France, enfin aucun autres pays sauf la France n'a laissé dégradé ses finance publiques depuis la ratification du traité budgétaire. Effectivement, même la Grèce a dégagé un excédent primaire depuis.
En dehors de cela, le développement de l'économie allemande est effectivement exemplaire, aucune autres grandes économies se portent - relativement -aussi bien (et mieux) que l'Allemagne. Une analyse plus profonde au delà des clichés connus serait intéressante pour aborder enfin des réformes en France.
Réponse de le 19/12/2014 à 22:23 :
Il vous faudrait dépasser le niveau des médias et vous pourrez découvrir des choses paradoxalement intéressantes.. OCDE, Eurostat, OFCE, allons un peu de travail, arbeit, arbeit, puisque vous aimez bien....Ce n'est pas aussi basique que dans le Figaro ou dans les préjugés et l'ignorance de cet individu...
Réponse de le 19/12/2014 à 23:44 :
Relisez bien la dernière phrase de l'article et vous comprendrez qui est ce monsieur.
Ni plus ni moins qu'un dictateur qui jette la démocratie aux orties. La démocratie qui ne peut "dominer qu'un certain temps"...
a écrit le 19/12/2014 à 21:31 :
Je préfère ressembler à ka Grece d'aujourd'hui plutôt qu'à l'allemagne de 1939....
Réponse de le 19/12/2014 à 22:09 :
je pense que vous preferez meme la russie de 1920; rejouissez vous, ca ne va peut etre pas tarder... et comme exemple pratique et actuel, ca pourrait donner le venezuela, mais sans les ressources petrolieres, hein !
Réponse de le 20/12/2014 à 8:40 :
Tout ce qui excessif est insignifiant. ...comme votre commentaire
a écrit le 19/12/2014 à 21:01 :
Les infrastructures de l'Allemagne (comme celles des pays d'Amérique du Nord d'ailleurs) sont en état de déliquescence avancée, par ailleurs, la démographie allemande est en baisse... Ceci s'apparente a une économie de vieux rentiers sur le point de sombrer car la compétitivité de ces pays va être durement délabrée par ces 2 problèmes.
Réponse de le 20/12/2014 à 3:33 :
pour aller régulièrement en Allemagne, je peux vous dire que ses infrastructures sont dans un autre état que celles en France
Réponse de le 20/12/2014 à 17:26 :
Vous avez déjà être en Allemagne ? Apparemment non...
a écrit le 19/12/2014 à 20:57 :
Nous ne supportons plus les donneurs de leçons allemands ...
a écrit le 19/12/2014 à 20:54 :
Economiste ? Kapo des rentiers allemands et donneurs de leçons...Que dit-il des salaires horaires à 3 € l'heure , des pulsions d'une autre époque qui ressurgissent ...
a écrit le 19/12/2014 à 20:35 :
Eeet... C'est qui, ce laxiste..??
a écrit le 19/12/2014 à 19:49 :
Pour ce monsieur , ...on est dans le combat d' arrière garde . L' état de son pays n' est pas si mirobolant que cela .
a écrit le 19/12/2014 à 19:28 :
Merci Monsieur Glomb, de cette flatteuse comparaison. Nous sommes très fiers de nous trouver comparés à la Grèce. Un très beau pays, et le berceau de la civilisation européenne.
Monsieur Glomb, en tant que Goebbels de M. Weidmann, vous ne seriez pas un peu klotzig sur les bords?
Réponse de le 19/12/2014 à 20:38 :
Ce commentaire est indigne.
a écrit le 19/12/2014 à 18:55 :
On peut dire ce qu'on veut, les faits donnent tort à la France, avec son chômage qui ne cesse d'augmenter depuis des années, son industrie embourbée, son commerce extérieur déficitaire etc. Et ils donnent beaucoup moins tort à l'Allemagne où, on a beau ergoter, le chômage est moindre, l'industrie en meilleure forme et le commerce extérieur excédentaire. Donc nous avons des leçons à recevoir de l'Allemagne, c'est aussi simple que ça. Pas la peine d'inventer des arguments fallacieux pour ne pas le voir en face. Malheureusement.
Réponse de le 21/12/2014 à 8:38 :
Et les inégalités, et la dette publique allemande (80% du pib) ? Et la stagnation de la consomation? En dehors de ces aspects économiques, il faut dire que sur les plans politiques, culturel, social, démographique, c'est une catastrophe l'Allemagne. Et cette loi qui taxe les automobilistes étrangers... digne de pratique eugenistes.
a écrit le 19/12/2014 à 18:39 :
"Les finances publiques françaises ne sont pas loin de celles de la Grèce"

Je me suis arrêté là.
a écrit le 19/12/2014 à 17:36 :
La France, c'est le socialisme qui vit de la dépense publique pour arroser les électeurs. Jamais elle ne changera cette manière de faire. Nous allons donc à la catastrophe. Ce pays va payer très très cher sont socialisme. Ce ne sera que justice. La misère provoquera la révolte. Et le secteur privé qui fait vivre le peuple sera gravement atteint. Depuis 1981, ce pays sombre et bien on arrive à la fin du processus. 2 ou 3 ans et ça bascule !
Réponse de le 19/12/2014 à 18:18 :
Bref! la fin du monde...Je vous plains.
a écrit le 19/12/2014 à 17:32 :
quel pipeau.
ils aiment tellement leur pays qu'ils font pas de gamins.
les non européens qualifiés veulent pas venir chez eux.
les européens repartent dans l'année suivant leur arrivée.
probablement parce-que les allemands n'ont pas investi, entre autres.
a écrit le 19/12/2014 à 17:06 :
Les marchés financiers regorge de ces «électrons-libres» pseudo-libéraux, qui ne sont en fait que des anarcho-capitalistes!...(Si!, si!...cela existe, l'anarcho-capitalisme...!)
Réponse de le 19/12/2014 à 18:44 :
Errata: Lire «regorgent» au lieu de «regorge»!....
a écrit le 19/12/2014 à 17:00 :
Ou as t on vu un économiste qui ne fait pas de politique .!!, rarement du coté des pauvres ,et comme les curés , cherchez les coté châteaux .
a écrit le 19/12/2014 à 15:47 :
bla bla bla
la France est malade certes mais ce monsieur fait preuve d'une mauvaise foi sans nom. Incriminé le salaire minimum même pas encore en place pour expliquer la baisse de la croissance allemande c'est de la malhonnêté intellectuelle. Ce monsieur devrait faire de la politique il y ferait recette. Mais en tant qu'économiste il n'est pas à la hauteur.

On peut dire tout ce qu'on veut de la France (et il y a de quoi dire) mais ce n'est pas la France qui a jeté l'europe dans la crise. L'Allemagne c'est beaucoup plus discutable et surtout le gouvernement allemand fait le choix de l'y laisser !
Il n'y a pas que la France en Europe et si la France sous performait tellement plus que ces voisins. Ou est la locomotive de l'europe M Glomb ? a 1% de croissance par an à qui voulez vous faire croire du role leader de l'économie allemande ? Non et trois fois non l'Allemagne aujourd'hui n'est pas un leader de la croissance mondiale mais un ralentisseur. et le gouvernement actuel de l'allemagne a fait le choix de jeter toute l'eeurope dans la crise qui pouvait s'arrêter en 10 min top chrono. Mais le mal est fait le lait est bien renversé et M. Glomb cherche à faire oublier les responsabilités de son gouvernement. La France n'est pas blanche encore une fois mais ce modèle que vante M. Glomb d'autres pays d'europe l'ont fait et cela 1- ne les a pas empêché de sombrer dans la crise alors même qu'ils avaient 3 fois moins de dettes que la RFA 2- le gouvernement allemand a humilié ces pays. Alors regardons l'ensemble de l'union et oublons la France dites nous M. Glomb quel est le pays d'Europe qui au cours des 5 dernieres années a tenu ses prévisions de croissance et ses prévisions de deficit public et de dette..... vous les compterez sur les doigts d'une main et l'allemagne aussi a échoué à ce niveau
Réponse de le 20/12/2014 à 7:47 :
Comment pouvez-vous avoir un discours pareil alors que la dette atteint les 2000 milliards. Le problème avec les Keynésiens c'est qu'ils parlent de relance lorsque tout va mal, mais pas de réformes ni remboursement de la dette quand tout va bien. Sous Jospin, la croissance était là et l'emploi redémarrait, en a-t-il profité pour rembourser une partie de la dette? En France c'est on s'endette quand tout va bien, on s'endette quand tout va mal (et pas forcément dans des infras puisque quasiment tout part en fonctionnement via les salaires des fonctionnaires). Résultat: les dettes d'aujourd'hui seront bel et bien les impôts de demain. Mais pour les français c'est "après moi le déluge". Comme pour les retraites: tout le monde comprend bien qu'il devra en avoir une ambitieuse, mais après son départ...
Réponse de le 20/12/2014 à 11:05 :
@amarante
En effet sous Jospin le déficit était à 1,5% et la dette à 58%. et c'est la que la droite dans sa phobie des impôts à sorti la fameuse cagnotte fiscale en disant qu'il y avait de l'argent dans les caisses qui devait être rendu aux français. Le tort du gouvernement de l'époque a été de céder sur ce point et de baisser les impôts. Mais nous étions en 2001 en période électorale.
Quand à la dette, c'est avant tout un mal de droite. Si l'on prend la période 1981 - 2011 la droite a gouverné 15 ans et la gauche également 15 ans.
La gauche c'est 350 milliards d'€ de dette, la droite 1350M€ de dette.
Alors a qui la faute si nous sommes dans cette situation. Qui à peine élu c'est rendu à Bruxelles pour dire qu'il ne tiendrait pas les 3% alors que nous étions en période de croissance: Chirac en 2002 et Sarkozy en 2007.
La droite a anesthésié les Français avec les baisses d'impôts et sa gestion laxiste à crédit. Mais aujourd'hui il faut bien redresser les comptes et forcement c'est douloureux, mais tout de même moins que dans certains pays du sud de l'Europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :