Amazon, Netflix, Tesla… les déboires des clients derrière les modèles économiques

DECRYPTAGE. Les plates-formes proposant l’accès plutôt que la possession font florès dans tous les secteurs. Mais leurs avantages cachent de nombreuses limites, dont la portée reste largement sous-estimée. Par Loïc Plé, IÉSEG School of Management
(Crédits : Abhishek Chinnappa)

Les années 2010 ont consacré l'âge de l'accès : fût-ce à travers l'abonnement ou la location, les consommateurs ont progressivement pris l'habitude - et même décidé - de se passer des droits de propriété que leur transférait le producteur à l'achat d'un bien. En d'autres termes, la valeur d'usage des biens et services a progressivement supplanté la valeur d'échange de ces derniers.

Se sont ainsi développés des services aussi divers que ceux de streaming audio ou vidéo (location d'un catalogue auquel l'accès ne tient que tant que l'utilisateur est abonné au service - Netflix, Spotify, Deezer, etc.), l'accès à un véhicule à tout moment (Uber), à des vêtements (le Closet, Rent the Runway), ou même la location de couches lavables (Popopidoux, Coco couche).

Au-delà de l'accès au bien lui-même a aussi émergé, grâce à l'Internet des Objets (IoT pour « Internet of Things »), qui renvoie à la connectivité dont peut être doté tout type d'objet afin de se connecter à d'autres objets ou systèmes applicatifs), un accès de plus en plus fin à certaines caractéristiques du bien.

Revenus récurrents

Cela a généré de nouveaux types de business models, directement inspirés du fonctionnement des smartphones et de leurs écosystèmes d'applications mobiles (j'achète mon smartphone, et j'achète ensuite auprès du fabricant ou d'autres entreprises des applications qui vont en démultiplier sa valeur d'usage). Par exemple, les constructeurs automobiles proposent maintenant des options à la demande disponibles uniquement sur abonnement : le client achète son véhicule, et peut ensuite décider s'il active ou non les sièges ou le volant chauffants, l'auto-pilote, etc.

Ce type de modèle économique comporte de multiples avantages. Pour les entreprises, tout d'abord, il permet de sécuriser des revenus récurrents et complémentaires (l'argent continue à rentrer après la vente du bien). Les clients, quant à eux, peuvent tester des options, en vérifier l'adéquation à leurs besoins (usages), et enrichir progressivement leur bien selon l'évolution de leurs revenus ou du progrès technique (achat ultérieur d'options inabordables ou inexistantes au moment de l'achat).

Enfin, l'environnement a également à y gagner : une simple mise à jour durant la vie du produit permet de l'améliorer, d'en prolonger l'existence ou d'en rectifier d'éventuels défauts sans nécessairement devoir le remplacer, ce qui est bien plus écologique.

Au secours, ma porte ne me laisse plus sortir !

Décrits de la sorte, de tels produits et modèles économiques semblent une panacée, au vu des problèmes que permet indéniablement de résoudre l'accroissement de leur valeur d'usage. Toutefois, ils portent en leur sein de nombreuses limites, dont certaines restent fortement sous-estimées. Or, ces dernières peuvent être à l'origine de ce que nous avions qualifié, dans un article de recherche publié en 2017, de destruction de valeur pour le client.

En premier lieu, les clients ne sont pas tous prêts à entendre que le produit qu'ils ont acheté est complet, mais qu'ils ne peuvent en retirer le plein usage qu'à condition de payer à nouveau - et ce, potentiellement pendant toute la durée de vie du produit. Outre que ce point n'est pas toujours d'une immense clarté à l'achat, cela contribue à accroître le niveau de dépenses contraint, non sans conséquences sur le pouvoir d'achat et le niveau d'endettement des consommateurs.

Ensuite, ceci provoque un changement radical de la relation entre un client et son fournisseur. En dépit d'un transfert des droits de propriété du second au premier, ces modèles économiques créent des asymétries en donnant un pouvoir très fort au fournisseur.

Philippe K. Dick l'illustre à la perfection dans son roman Ubik. Écrit en 1966 et publié en 1969 aux États-Unis, il y décrit la situation ubuesque de Joe Chip, un technicien dont l'endettement est tel qu'il ne peut plus sortir de chez lui, n'ayant plus les crédits nécessaires au paiement de chaque ouverture et fermeture de la porte de son logement. S'ensuit un dialogue savoureusement saugrenu entre lui et... sa porte, celle-ci étant automatisée et dotée de parole (et de capacité de prise de décision) grâce à une intelligence artificielle.

Surréaliste ? Tiré par les cheveux ? Vraisemblablement pas, quand on sait que Tesla a déjà retiré à distance, en 2020, une fonctionnalité d'autopilote à un propriétaire ayant acheté son véhicule d'occasion, au motif qu'il n'avait pas payé le constructeur pour cette fonctionnalité lors de l'achat à l'ancien propriétaire - lequel en avait pourtant fait l'acquisition.

De même, Amazon a, par le passé, supprimé des ouvrages des Kindle (liseuse électronique) de certains clients. La question est donc de savoir jusqu'où peuvent aller des entreprises dont les revenus reposent sur ces modèles économiques.

Ces transformations s'accompagnent donc d'une double nécessité. Tout d'abord, plus de transparence et de clarté de la part des entreprises. Elles ne doivent plus se limiter à une accumulation de pages de conditions d'utilisation, formulées en des termes abscons dans lesquelles se noient leurs clients, mais à l'inverse expliquer clairement jusqu'où elles peuvent aller en termes de modification du produit après son achat - ou durant sa location.

Situations invraisemblables

Cependant, cette transparence ne pourra faire l'économie d'un accroissement simultané de la régulation, qui semble indispensable pour au moins deux raisons. La première, pour éviter des situations aussi extrêmes et (en apparence) invraisemblables que celle vécue par Joe Chip, dont on ne peut pourtant s'empêcher de penser qu'elles pourraient bien survenir un jour.

Imaginons un immeuble en feu qui refuserait de laisser sortir ses occupants au prétexte qu'ils n'auraient pas de quoi payer l'ouverture de leur porte ! La seconde raison relève de l'accès aux données personnelles sur lesquelles s'appuient les entreprises pour leurs offres actuelles et futures, et qui renseignent sur le comportement, les préférences, les usages, etc. de leurs clients.

Outre les risques liés à des piratages ou fuites, ces données utilisées dans le cadre de modèles économiques reposant sur l'usage doivent faire l'objet d'une protection accrue, et être rendues aux clients lorsqu'ils les réclament, au risque que les entreprises ne s'en servent pour encore plus enfermer leurs clients au sein de leur écosystème d'usage - posant de gros problèmes de concurrence. Il suffit de changer (ou d'essayer de changer) de service de streaming musical et de vouloir refaire ses playlists ou autres listes d'albums pour saisir la nature du problème.

______

Par Loïc Plé, Directeur de la Pédagogie, IÉSEG School of Management

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 09/12/2022 à 9:19
Signaler
"Imaginons un immeuble en feu qui refuserait de laisser sortir ses occupants au prétexte qu'ils n'auraient pas de quoi payer l'ouverture de leur porte ! " La technologie en panne ne fera pas pire que l'humain en panne qui au Paraguay avait fait ferme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.