Au Salvador, la bataille du bitcoin se gagnera sur son adoption

OPINION. Le Salvador expérimente grandeur nature l'adoption du bitcoin  comme monnaie légale. Ce coup de poker du président de ce petit Etat d'Amérique centrale s'avérera-t-il gagnant ? (*) Par Nathalie Janson, Associate Professor at NEOMA Business School.

6 mn

Le pari du président d'entrer dans l'histoire pour avoir été le premier à faire entrer le bitcoin dans le quotidien de la population est loin d'être gagné.
Le pari du président d'entrer dans l'histoire pour avoir été le premier à faire entrer le bitcoin dans le quotidien de la population est loin d'être gagné. (Crédits : Jose Cabezas)

La nouvelle est arrivée comme un coup de tonnerre ! Le jeune président du Salvador Nayib Bukele annonce dans la nuit du 6 juin 2021 son intention d'adopter officiellement le bitcoin (BTC) comme monnaie légale à l'issue du Bitcoin Show de Miami. Assistons-nous à un coup de communication comparable à Elon Musk, annonçant qu'il accepterait le BTC en paiement de ses voitures pour ensuite se rétracter, ou bien le président Nayib Bukele se positionne-t-il en véritable visionnaire et son nom sera inscrit dans l'histoire pour avoir été le premier ?

Les livres sur les inventions regorgent d'anecdotes sur l'incapacité des contemporains à imaginer le futur radicalement différent d'aujourd'hui. Le téléphone était une innovation qui n'allait pas durer, pas plus qu'Internet. Le président Bukele aura-t-il eu raison d'être un « early-adopter » (primo-adoptant) ? L'histoire nous le dira.

Le Bitcoin devient monnaie légale : qu'est-ce que cela signifie ?

Etre une monnaie légale a des impacts pratiques non négligeables pour les commerçants du Salvador. Si un client souhaite payer en BTC, il devra s'exécuter. De même, un résident du Salvador aura la possibilité de payer ses impôts en BTC. Les commerçants, tout comme l'Etat, devront donc être équipés pour procéder au paiement. Aussi, l'adoption du BTC implique d'avoir une infrastructure prête à supporter les échanges. Il est prévu d'installer au moins 200 points de retrait et 50 centres d'aide au déploiement de l'application du porte-monnaie électronique baptisé « Chivo » qui permettra de gérer les bitcoins sans frais selon la promesse du Président. Un fonds de 150 millions de dollars a été créé à cet occasion pour faciliter l'implémentation du BTC. En effet, la facilité d'utilisation est déterminante dans l'adoption.

Pour le moment, il y a plus d'éléments à charge qu'en faveur pour le bitcoin. La semaine dernière a vu de nombreuses manifestations contre cette adoption, la crainte des Salvadoriens étant de voir leurs retraites payées un jour en bitcoin, dont la valeur est si volatile qu'ils n'auraient plus la garantie de stabilité de leur revenu. La majorité des Salvadoriens pensent que l'adoption du BTC ne profitera qu'aux riches puisqu'ils pourront y placer leurs avoirs.

C'est une situation assez inédite depuis l'arrivée du jeune président au pouvoir qui bénéfice d'un fort soutien de la population. De même, l'adoption du projet a été approuvée par une très large majorité à l'Assemblée ce qui contraste avec la population. Par ailleurs, sur le plan international, le Fonds monétaire international (FMI) s'est prononcé contre et la Banque Mondiale a refusé de prêter main forte pour la mise en œuvre. Les deux institutions y voient une décision prématurée et risquée pour le pays, en particulier en ce qui concerne l'épineuse question du blanchiment d'argent.

Pourquoi le président Bukelé s'embarque-t-il dans un projet aussi peu populaire et si clivant ?

Les arguments mis en avant par le président étaient principalement la baisse du coût de traitement des transferts de fonds par les Salvadoriens émigrés. Ces envois de fonds représentent plus de 20% du PIB du Salvador pour un montant supérieur à 6 milliards de dollars. Compte tenu de l'importance de ces transferts, la concurrence a contribué à la baisse sensible de ces coûts depuis l'arrivée d'opérateurs comme Paypal. Néanmoins, il est vrai qu'un des avantages des cryptomonnaies est non seulement le faible coût de transaction mais aussi la vitesse d'exécution - 10 minutes environ-  (quasi-immédiate) sans aucune comparaison avec les paiements transfrontaliers qui peuvent prendre du temps notamment en raison d'un nombre élevé d'intermédiaires. En effet, dans le cas du bitcoin, lorsque la transaction est validée, les fonds ont été définitivement transférés d'un « wallet » à un autre alors que dans le système bancaire, il faudra attendre que tous les parties prenantes soient définitivement réglées - les banques dans les pays respectifs et les banques correspondantes.

L'autre avantage non négligeable réside dans le fait que les paiements sont exécutés sans besoin de compte bancaire. Dans un pays comme le Salvador où la bancarisation est d'environ 30%, cet argument est de poids.

C'est la seconde justification de l'adoption du bitcoin : l'inclusion financière. Non seulement les utilisateurs n'ont pas besoin de compte bancaire pour réaliser des transactions mais ils peuvent également emprunter grâce à leur BTC.  C'est ce que rend possible la finance décentralisée.

Bien évidemment, les questions restent nombreuses quant à l'impact de la décision sur le quotidien des Salvadoriens. C'est une expérimentation grandeur nature. Le président ne s'y trompe pas. Pour les inciter à utiliser cette nouvelle monnaie légale, il a décidé de créditer les « wallet » également de 30 dollars en bitcoin.

Lire aussi 4 mnLégalisation du Bitcoin: les Etats-Unis mettent en garde le Salvador

Spéculer ou dépenser ?

La bataille se gagnera clairement sur l'adoption. Peut-être le crédit de 30 dollars provoquera un effet d'aubaine et les Salvadoriens les garderont en partie pour profiter du trend haussier actuel du BTC. Dans ce cas, cette expérimentation grandeur nature ne fera que confirmer que le bitcoin, pourtant conçue à l'origine comme une monnaie numérique, n'en est pas une pour le moment. Si jamais le BTC gagne du terrain en tant que monnaie, nous sommes peut-être à l'aube d'une petite révolution puisqu'il sera intéressant de voir s'il est capable de passer le test. Si l'on a souligné précédemment que les coûts de transactions du BTC sont très faibles avec une vitesse de transaction élevée, il est important d'apporter un bémol étant donné que dès lors que le nombre de transactions à valider augmente sensiblement, des goulots d'étranglement se forment et les coûts de transactions peuvent être sensiblement élevés si l'on veut passer en premier. C'est le prix à payer pour le niveau de sécurité des transactions assurée par la preuve de travail. C'est tout l'enjeu du protocole de paiement Lightning Network, issu du bitcoin pour accélérer les échanges, et du succès de cryptomonnaies basées sur la preuve d'enjeu.

Pour finir on peut se demander si le Salvador est un bon candidat pour l'adoption du bitcoin comme monnaie légale. Il est dollarisé depuis 20 ans. La population n'a pas d'attache particulière à la souveraineté monétaire. De ce point de vue, elle a une approche pragmatique de la monnaie, elle lui demande juste de faciliter les transactions à faible coût en maintenant le pouvoir d'achat. Le Salvador ne fait pas partie des pays les plus utilisateurs de bitcoin contrairement au Pérou.

Le pari du président d'entrer dans l'histoire pour avoir été le premier à faire entrer le BTC dans le quotidien de la population est loin d'être gagné mais si l'adoption n'est pas au rendez-vous, le pays n'en subira pas non plus de conséquences néfastes. Finalement c'est peut-être un coup de poker à moindre coût ?

Lire aussi 3 mn70% des Salvadoriens contestent l'instauration du bitcoin comme cryptomonnaie officielle

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/09/2021 à 10:55
Signaler
Oui c'est risqué mais ça permet de se dégager de la prise en otage de la finance classique et donc de ceux qui détruisent le monde en ronflant, au moins ça vit dans ce petit pays. Par ailleurs en étant le pionnier il est bien évident que cela va impo...

à écrit le 07/09/2021 à 19:01
Signaler
Concrètement ça se passe comment pour le commerce de détail? Le client vient avec des jetons en plastique comme au casino? Quid de la fraude et du vol? Il n'y a pas un jour sans que des pseudo-gérants de wallet en ligne subissent des prétendus b...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.