La Banque mondiale et le FMI s'opposent à la légalisation du bitcoin au Salvador

« Ce n'est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d'environnement et de transparence », a déclaré un responsable de l'institution de Washington, en référence à l'introduction du bitcoin dans le système monétaire de l'Etat d'Amérique centrale.

3 mn

(Crédits : Jose Cabezas)

Banque mondiale, FMI... les autorités mondiales ont ouvertement désapprouvé la récente initiative du Salvador de faire du bitcoin une monnaie légale. Ces nouvelles formes d'échanges, permis par la cryptomonnaie développée sur la technologie de la blockchain, permettra ainsi à cet Etat d'Amérique centrale de prendre, dès le mois de septembre, un début d'indépendance vis-à-vis de son ancienne monnaie de référence, le dollar sur des transactions et des transferts entre individus. Ce qui n'est pas du goût de la Banque mondiale, dont les financements proviennent notamment des quotes-parts de ses Etats membres, au premier rang desquels les Etats-Unis.

"Bien que le gouvernement nous ait approché pour obtenir de l'aide sur le bitcoin, ce n'est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d'environnement et de transparence", a déclaré à l'AFP un responsable de la Banque mondiale par courrier électronique. La Banque a rejeté une demande d'assistance du Salvador.

Même son de cloche du côté du FMI : "l'adoption du bitcoin comme devise légale soulève un certain nombre de problèmes macroéconomiques, financiers et juridiques, qui requièrent une analyse très détaillée", a affirmé le porte-parole Gerry Rice à la presse jeudi.

"Ce que nous avons dit par le passé, en général, c'est que les actifs crypto peuvent poser des risques importants. Des mesures de régulation efficaces sont cruciales pour les traiter", a-t-il déclaré.

L'ordre mondial du dollar

Ces déclarations qui ne sont pas surprenantes, tant les deux mondes, celui des actifs numériques décentralisés, et celui de l'institution de Washington et de l'économie du dollar, sont opposés. Aussi, les administrateurs, qui supervisent toutes les activités de la Banque mondiale, sont nommés par les pays avec la quote-part la plus importante (les Etats-Unis). Aussi, depuis 1944, le président de la Banque est toujours Américain.

La reconnaissance du Salvador du bitcoin en tant que devise, - premier pays à le faire - alors qu'il utilise le dollar américain comme monnaie officielle, est un pavé dans la mare. "Nous nous engageons à aider le Salvador de diverses manières, y compris en matière de transparence des devises et des processus réglementaires", a encore répondu le représentant de la Banque mondiale qui avait sollicité une "aide technique".

Le bitcoin est régulièrement critiqué par les régulateurs pour ses usages illégaux, notamment le blanchiment d'argent provenant d'activités criminelles, le financement du terrorisme et le manque de protection de ses utilisateurs.

D'autres pointent du doigt son empreinte carbone, tant le bitcoin nécessite de la puissance informatique pour son cryptage qui rémunère les mineurs.

A l'inverse, le président du Salvador met en avant le fait que l'adoption de cette monnaie est un moyen de revitaliser l'économie du pays et d'étendre l'accès aux services bancaires à un plus grand nombre de Salvadoriens.

Une équipe du FMI doit rencontrer le président du Salvador Nayib Bukele. En avril 2020, l'institution de Washington avait d'ailleurs approuvé un ensemble d'aides d'urgence s'élevant à 389 millions de dollars pour l'Etat du Salvador.

Lire aussi 7 mnLa République du Salvador fait du bitcoin une monnaie d'échange légale

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 20/06/2021 à 12:46
Signaler
le fmi n'est ce pas lui qui a coule la grece et l'argentine et qui a accorde un cadeau faramineux a l'allemagne en épongeant sa dette

le 24/06/2021 à 1:20
Signaler
Pour info l'Argentine a été mise en défaut par le fond vautour new-yorkais Eliott de Paul Singer qui a exigé un remboursement intégral prioritaire de la dette obligataire qu'il détenait au détriment des autres créanciers obligataires prêts à rolle...

à écrit le 20/06/2021 à 7:18
Signaler
comment les banques central tripote avec une monnaie creer par un particulier et une fois oui pour touche des benefices et une fois non quand il perde ceci est la plus grosse arnaque de tous les temps et comme pour madoff toutes les hautes sphere...

à écrit le 19/06/2021 à 20:12
Signaler
"en matière d'environnement et de transparence" Il vaut mieux en rire.

à écrit le 18/06/2021 à 21:28
Signaler
Vivement un embargo sur le Salvador pour le blanchiment de l'argent sale des narcotrafiquants en exploitant la convertibilité BTC/USD.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.