Google va gagner plus d’argent grâce à l’amende de la Commission Européenne

 |   |  758  mots
(Crédits : DR)
ETUDE DE CAS. C'est un joli pied de nez à la Commission européenne de la part de Google. Il y a un peu plus d'un an, il avait été condamné par la Commission à une amende de 4.3 milliards d'euros parce qu'il ne pousse et n'installe par défaut que son propre outil de recherche sur Chrome et dans les smartphones qui tournent sur Android. Par Charles Cuvelliez, Université de Bruxelles.

Suite à cette amende, en avril dernier, Google est venu avec une première courbe rentrante: après une mise à jour de Google Play, un rappel apparaissait à l'écran de ce dernier pour rappeler à l'utilisateur que d'autres outils de recherches tel Bing, DuckDuckgo, Qwant, existaient. Jusque-là, rien d'anormal.

google

Mais sur le blog de Google est apparu le deuxième volet provocant. Google ouvre des enchères pour permettre aux outils de recherché de se battre entre eux pour apparaître dans un écran qui viendra dès 2020 au moment de la première activation d'un  smartphone: l'utilisateur pourra choisir entre 4 outils de recherche, l'un d'eux sera Google, mais trois autres choix seront possibles et il y a intérêt à en faire partie, car ce ne sera pas un de plus. Une fois sélectionné, cet outil de recherche sera par défaut l'interface de recherche sur l'écran du smartphone et même dans le browser chrome de Google. Les utilisateurs pourront encore changer par après, mais qui le fera ? Cela rappelle Microsoft qui avait aussi été condamné parce qu'il ne proposait qu'Internet Explorer comme navigateur. Microsoft proposait alors d'autres navigateurs via une fenêtre, mais sans proposer de telles enchères aux concurrents d'Internet Explorer.

google

Écran qui apparaitra à la première utilisation d'un smartphone

Google n'a pas trouvé mieux que les enchères, dit-il dans son blog, comme procédure ouverte et équitable pour traiter de la même manière tous ses  concurrents. Mais dans quelle mesure Google va-t-il auto-participer à ces enchères ? Mystère ? Tout ce qu'on sait c'est que ces enchères seront organisées une fois par an. Il y aura aussi un seuil minimum par pays. Si, dans un pays, il y a moins de trois participants aux enchères, Google remplira les places vides avec d'autres outils de recherche qui étaient éligibles pour ces enchères.

Les outils de recherche qui prendront part à ce joli pied de nez de Google ont jusqu'au 13 septembre 2019 pour proposer le prix minimum qu'ils sont prêts à payer chaque fois qu'un utilisateur les sélectionnera par défaut. Seule condition pour participer: l'outil de recherche doit supporter la langue du pays dans lequel il sera proposé.

Cette approche est particulièrement vicieuse pour les petites sociétés qui, donc, ne sauront pas à l'avance ce qu'ils devront payer à Google puisque c'est un prix par utilisateur et par installation. S'ils ont trop de succès, ils risquent de tomber... en faillite, car ces outils de recherche ne sont évidemment pas rémunérés par les utilisateurs qui l'installent. De plus, que se passera-t-il si un utilisateur change d'outil de recherche après quelque temps. Le premier installé ne sera sans doute pas remboursé par Google. On imagine aussi l'effet délétère des robots qui feront ce choix automatiquement.

Il faudra sans doute un certain temps à la Commission pour approuver ou non cette nouvelle manière de faire, ce qui permet à Google de gagner du temps et de l'argent sur son dos. C'est une belle tactique: on prouve ainsi au final que la régulation fait pire que bien puisque cette amende provoque des effets inattendus et dommageables sur ceux-là même qu'elle était censée protéger : les concurrents de Google ! Avec des enchères, les outils de recherché de concurrents de même taille que Google seront favorisés, car ils ont les reins plus solides.

Autre conséquence inattendue : pour la première fois, on va donc mettre un prix sur un internaute lambda. Que vaut-il lorsqu'il surfe ? Aujourd'hui, les startups et autres licornes sont valorisées et lèvent de fonds simplement parce qu'elles recrutent de plus en plus d'utilisateurs qui ne lui paient rien et profitent d'un service offert gratuitement par ces derniers. On va savoir ce que vaut un utilisateur... qui ne rapporte rien. Oui, vous lisez bien !  Cela peut renforcer les autorités de la concurrence dans leurs enquêtes puisque leur talon d'Achille, par rapport aux plates-formes Internet, était de ne pas pouvoir estimer le dommage à autrui d'une position dominante sur des clients qui n'en souffrent pas (puisque c'est gratuit pour eux). En mettant un prix sur un utilisateur lambda d'Internet, les dommages deviennent tangibles.

Il n'empêche : dans les milieux feutrés de la commission, on rit sans doute jaune. Google se fait de l'argent grâce à une amende de l'Europe.

______

Pour en savoir plus

  • Blog de Google :

https://www.blog.google/around-the-globe/google-europe/update-android-search-providers-europe/

  • Détail des enchères :

https://www.android.com/choicescreen/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2019 à 11:12 :
Pas d'accord avec votre vision, pas du tout. Cela va contraindre Alphabet de facturer Google quand un utilisateur Android installe Google. C'est la même société , mais il va falloir séparer clairement les activités pour éviter l'abus de position dominante. Il n'y a aucune raison que Google ne paye pas à Android. Si ils ne le font pas, il se feront flinguer dans 5 ans pour abus de position dominante.
a écrit le 07/08/2019 à 10:51 :
Un peu n'importe quoi , si c'était vrai ils suffirait de coller une amende de 5 milliards chaque jour ce qui enrichirait Google et l'UE! La vérité c'est que Google se met dans une situation d'abus de position dominante et qu'il risque le démantèlement. Les libéraux sont contre la taxe Gafa et sont pour l'optimisation fiscale du coup ils déforment la réalité quitte à être dans le déni.
a écrit le 07/08/2019 à 9:13 :
Google joue avec le feu et risque une amende encore plus grosse pour ses pratiques anticoncurrentielles et monopolistiques ! Cette boite devient un vrai danger public !
a écrit le 07/08/2019 à 1:52 :
La persécution des GAFA par les gouvernements européens rend service aux opérateurs en limitant la concurrence et pénalise les utilisateurs. Taxes spéciales, amendes, contrôle des prix ne sont pas de bons outils de gestion macroéconomique. Les Etats tout puissants abusent de leur puissance. La vente aux enchères des droits de marché ou de concessions, pratique usuelle de ces mêmes Etats, a le même effet dévastateur.
a écrit le 06/08/2019 à 19:45 :
Si Google ne change pas sa proposition très rapidement, j'espère qu'il vont se prendre une amende encore plus grosse de la part de la commission européenne. Ça paraît sidérant d'oser proposer ce système !
a écrit le 06/08/2019 à 18:41 :
Donc les gromiko de la commission encaissent des cheques sur notre dos ?
Face google gagne, pile c'est la commission ! Et aussi google..
a écrit le 06/08/2019 à 15:33 :
Ca me rappelle un commentaire d'Audiard : quand un type de 130kg parle, le type de 60 kg écoute ! La Commission vient d'apprendre a ses dépens qu'elle ne pèse pas lourd face à Google...
Réponse de le 06/08/2019 à 15:54 :
Certes mais l’opinion publique n’aime pas les
«  conflits d’intérêts ambigus « 
Ça «  risque » d’impacter l’Htech ( donc la bourse et les titres )dans son ensemble

Ce n’est pas «  le poids » qui compte ; ce sont les conséquences dans l’ensemble pour tous et toutes.

Être «  responsable » ça se mérite.
Réponse de le 07/08/2019 à 10:45 :
Oui mais le type de 130 kg crache 4,3 milliards d'euros, arrêtez de fantasmer la puissance de google qui n'existait pas il y a 20 ans.
a écrit le 06/08/2019 à 14:34 :
Bienvenu en UERSS, empire prévu pour durer mille ans mais vu la nullité de ses dirigeants ça devrait durer bien moins longtemps.

Merci pour cet article qui nous expose une analyse en effet logique, on est bien au sein d'une multinationale américaine à savoir lorsque l'on leur barre la route instinctivement ils cherchent une autre voie permettant en plus de gagner plus d'argent.

Les GAFA ne seront pas arrêtables par la vielle UERSS aux méthodes dirigistes qu'elle impose à son peuple mais qu'elle ne pourra pas imposer à des sociétés bien plus fortes qu'elle car trop nulle du fait de son déclin qui dure et qui dure et qui dure...

Allez, encore 920 ans.
a écrit le 06/08/2019 à 14:33 :
Mais pourquoi cet article occulte la perte infligée par Google via ce système ?
Chaque fois qu'un autre moteur sera choisi, il gagneront peut être quelques euros sur l'instant, mais c'est un utilisateur de perdu.
Et Google ne se fait pas d'argent GRACE A l'amende de la commission... c'est une tournure de phrase bien biaisée...
Réponse de le 06/08/2019 à 19:15 :
Effectivement, quand Google perd un usager, c'est un usager qui rapportait gros a Google qui se déplace vers un service inférieur genre qwant qui ne vaut rien. Une façon donc de connaître le coût de la guéguerre imbécile de l'UE en plus des amendes moins le gain des enchères qui sera très faible vu la nullité des alternatives.
a écrit le 06/08/2019 à 14:29 :
Deux options :

soit la CE annule l’amende soit elle l’applique équitablement à « tous « les navigateurs et «  met » en place un verrou supplémentaire ;

Le choix du navigateur
se «  fait » à l’achat du smartphone et obligation du choix «  sur la facture d’achat du mobile «  :
ainsi la CE contourne le projet «  vicieux » de google

J’ai «  hâte » de voir « l’échec et mat « de la Commission Européenne

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :