L'imposture de l'hydrogène «renouvelable»

 |  | 608 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
OPINION. Partie intégrante de la révolution énergétique, le dihydrogène est un vecteur d'énergie dont l'intérêt est avant tout écologique : la combustion du dihydrogène est totalement décarbonée, ce qui en fait une alternative aux énergies fossiles fortement émettrices de CO2. Par Élodie Messéant, Coordinatrice régionale de Students for Liberty France (*).

Partie intégrante de la révolution énergétique, le dihydrogène est un vecteur d'énergie dont l'intérêt est avant tout écologique : la combustion du dihydrogène est totalement décarbonée, ce qui en fait une alternative aux énergies fossiles fortement émettrices de CO2.

N'existant pas à l'état "naturel", le dihydrogène n'est pas directement disponible sur Terre - comme peuvent l'être les énergies fossiles. Il doit donc être synthétisé.

Or, les modes de production habituels mobilisent des combustibles fossiles comme le méthane ou le charbon, particulièrement générateurs de gaz à effet de serre - bien qu'ils soient moins coûteux à réaliser que les méthodes "propres". L'hydrogène produit de cette manière est donc surnommé "hydrogène gris" - puisqu'il génère jusqu'à 630 millions de tonnes de CO2 par an.

-

001

La production par électrolyse est-elle une méthode écologique ?

Une autre méthode est donc en voie d'expansion : la production d'hydrogène par électrolyse. Elle consiste à décomposer des molécules d'eau en dioxygène (O2) et en dihydrogène (H2) grâce à un courant électrique. Si cette méthode est nettement plus coûteuse, elle se caractérise par sa neutralité carbone sur le site de production.

Ainsi, la production d'hydrogène par électrolyse permettrait d'éviter le rejet de CO2, à condition que l'électricité utilisée soit décarbonée. Or, il ne suffit pas de brancher l'électrolyseur à une éolienne pour s'assurer que le bilan carbone soit neutre ! De fait, l'électricité utilisée pour produire de l'hydrogène (quel que soit le raccordement) est de l'électricité en moins dans le réseau afin de répondre à la demande des consommateurs.

À moins que la production renouvelable et nucléaire dépasse la totalité de la consommation d'électricité (ce qui est fort rare en Europe), il est donc nécessaire de compenser ce manque d'électricité par des importations ou par l'augmentation de la production des centrales thermiques.

Chaque kWh d'électricité supplémentaire consommé est un kWh produit à partir de centrales à gaz. La production d'hydrogène, même branchée à une source renouvelable, a presque toujours un bilan carbone élevé. Le label "vert" ou "renouvelable" de la production d'hydrogène semble donc davantage lié à un lobbying forcené plutôt qu'à son véritable impact écologique.

Un intérêt politique avant d'être écologique

Une telle façade s'inscrit directement dans la transition énergétique planificatrice - dernier projet en date : le "Green New Deal" européen - où les États s'efforcent, à base de financement, d'incitations à la production et à la consommation, de substituer les énergies renouvelables aux énergies fossiles et nucléaire - indépendamment de l'efficacité et du coût de telles politiques pour le consommateur final.

En Allemagne, les ravages des politiques publiques motivées par les lobbies écologistes commencent à se faire voir, où l'impopularité des projets de développement de champs éoliens augmente considérablement au sein de la population en raison de leur inefficacité économique, mais également de leur nocivité écologique par la destruction des espaces naturels.

Le nucléaire comme solution

La seule manière de rentabiliser les électrolyseurs pour le producteur d'électricité est donc de produire avec un fort facteur de charge. À ce titre, l'énergie nucléaire - dont le facteur s'élève à 75% en France contre 22% pour l'éolien - semble être le seul moyen pour augmenter les volumes de production, faire baisser le prix de l'hydrogène et surtout, produire de l'énergie réellement verte.

--

(*) Par Élodie Messéant, Coordinatrice régionale de Students for Liberty France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2020 à 18:54 :
Pour produire de l'hydrogène, on a oublié de dire qu'on peut le produire avec de la photocatalyse. On peut donc éviter les divers inconvénients majeurs de la production d'hydrogène avec l'électrolyse et le recours à l'électricité produite avec des éoliennes et éluder les différents arguments produits en faveur du recours à l'énergie nucléaire (qui avec le recours à de nouvelles centrales nucléaires "classiques" à uranium enrichi devient l'une des énergies les plus chères sur le marché)
La technologie photocatalyse peut à tres court terme être encore tres fortement améliorée sur plusieurs points:
1) Optimisation du gap optoélectronique aux environ de 1,8 eV avec de nouveaux materiaux du type ta-C dopé, à conductibilité électrique et thermique intéressante et thermiquement et chimiquement relativement stable et qui par ailleurs possèdent d'excellente propriétés de barrière de diffusion pour l'hydrogène et les protons.
2) Recours à des fenêtres à encapsulement transparent/ anti réfléchissant / antisalissure/antierosion/anticorrosion qui permettent de doubler la quantité d'énergie solaire annuelle collectable, compte tenu du fait qu'une grande quantité de la lumière émise par le soleil est réémise sous forme azimutale par les couvertures nuageuses lumineuses pendant environ les deux tiers du temps diurne de l'année. Sans compter la lumière du matin et de la fin d'après midi et le fait que les fenêtres optiques sont loin d'être en position perpendiculaire au rayonnement solaire, et que l'on peut alors se dispenser du recours à de couteux traqueurs.
Et tout cela ne fait pas que concerner la production d'hydrogène, mais aussi l'ensemble des énergies renouvelables d'origine photovoltaïque mais pour lesquelles il faut mieux maitriser la filière de production et de mise en œuvre des materiaux avancés plus avant-gardistes. Elle constitue au demeurant l'un des plus important nouveau potentiel économique identifié quand on considère qu'elles sont à la clé du développement quasi explosif récent des nanotechnologies ( potentiel de deux à trois fois plus important que pour le numérique selon FUTURE MARKETS.INC et qui a déjà produit en 2018 un chiffre d'affaire global de plus de cent milliards de $). Rappelons qu'au cours de la COP21 il avait déjà été dit par les principaux leaders de l'époque, que la transition énergétique ne pourrait être vraiment accélérée comme cela parait de plus en plus souhaitable qu'à la seule condition que les énergies renouvelables deviennent tres nettement moins chères- et ce qui ici encore est parfaitement réalisable aujourd'hui.
Je reste à la disposition des experts qui conseillent Mme Agnès Panier Runacher pour plus de détails (leur transmettre mes plus récentes publications beaucoup plébiscitées dans bon nombre de milieux scientifiques maintenant) Et même si dans ces domaines la Chine a pu prendre une sérieuse avance, il n'en reste pas moins que ce retard est parfaitement rattrapable en France à court terme.
a écrit le 05/10/2020 à 9:41 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:39 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:38 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:37 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:36 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:36 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:35 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:35 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 05/10/2020 à 9:34 :
C'est le temps qui fait défaut pour faire des essais. Le dérèglement climatique a de fait une inertie de 20 ans et le bilan carbone des 2 prochaines décennies est déjà écrit. Nous avons déjà un train de retard face à ce problème majeur, et faire des essais demande du temps des moyens (et de l'énergie !). C'est pourquoi le nucléaire revient sur le devant de la scène. Car c'est une technologie éprouvée et largement décarbonée.
a écrit le 02/10/2020 à 17:25 :
Sur le plan électrique nous sommes exportateurs, et si la fameuse centrale EPR on la met en route encore plus, c'est un faux problème, quand à l'usine en cours en Vendée elle sera reliée au champ d'éoliennes en mer, donc zéro consommation d'énergie fossile directe.
Ca n'empêche que personnellement l'hydrogène en carburant ne me dit rien, et que c'est un effet de mode pro écolos un peu dérangés.
a écrit le 02/10/2020 à 16:01 :
Question vocabulaire, l imposture n est pas de vouloir utiliser de l hydrogène, mais de laisser croire que l on pourra se passer d etre enfin raisonnable et réduire nos consommations inutiles d'enfants gâtés. Il faut tendre vite sur le juste necessaire en consommation d energie, donc se serrer un peu la ceinture (plus facile pour les gras que nous sommes que pour celui qui n a rien a reduire faute d'avoir sur consommé un jour)
a écrit le 01/10/2020 à 3:14 :
Permettez moi d etre en désaccord profond avec vos conclusions extrêmement limitatives.
Le procédés de production en est à peine à son balbutiement...le nucléaire ne sera dans la forme actuelle certainement pas la solution car ils remporterait une pollution sur une autre avec des conséquences désastreuses pour le long terme.
Le solaire et l eolien sont des pistes sérieuses qui demandent des engagements t forts en matière de recherche ( du type ITER) .
Le problème actuellement et commun a toute l economie a court terme est le lobbyisme qui écarte systématiquement les rénovations de fonds qui plombe l economie de courts Termes...
Rome ne s est pas faite en 1 an...
Donnons nous les moyens d un avenir sous un climat propice à la vie sur terre..
Réponse de le 01/10/2020 à 8:57 :
Jan, l'objectif commun et que pas mal d'états ont validé est le non dépassement de +2°C à
2100, ce qui impliquerait une réduction d'émission planetaire de gaz a effet d'environ 4 %.. le nucléaire, malgres ces inconvénients de stockages des déchets, apparaît comme un atout inexorable pour remplacer les centrales à charbon, à gaz ou à fuel, et ainsi tendre vers les engagement de la COP21. Malheureusement le temps presse et un mix énergétique mondiale avec une grande majorité de nucleaire semble la meilleure arme pour parvenir a cet objectif...
Réponse de le 02/10/2020 à 17:46 :
La recherche sur ITER (fusion nucléaire) et la rechercher sur l'éolien ou le solaire, n'ont pas beaucoup en commun, franchement je ne les comparerai pas. Par contre, l'article passe sous silence le fait que l''éolien étant intermittent et peu prédictif, son utilisation pour faire de l'hydrogène pendant les périodes de vent, permettrait au moins de l'utiliser alors que la plupart du temps, il ne tourne pour rien sauf comme indiqué dans l'article, à prévoir en cas d'absence de vent l'utilisation de central à gaz en ou, comme récemment, le redémarrage de central à charbon.
a écrit le 30/09/2020 à 19:07 :
Le coût du kWh photovoltaïque n'est-il pas déjà inférieur à celui du nucléaire dans plusieurs région du monde? Il suffit d'installer plus de capacité photovoltaïque pour supplér à cette nouvelle demande...
Réponse de le 01/10/2020 à 7:07 :
Bonjour,
Je vous encourage très très très vivement à regarder Jean Marc Jancocivi sur YouTube.
Il vous expliquera, ce qu il en est.....du fossile, du solaire, du vent, du nucléaire et il est fort à parier, que vous changiez d avis
A++
a écrit le 30/09/2020 à 16:17 :
Article ridiculement long qui passe en trois mots... "à moins que la production d'électricité soit supérieur au besoin..."
sur le plus important, c'est à dire lorsque par fort vent la production électrique dépasse le besoin, et ce sera de plus en plus frequent avec l'accroissement du nombre de parcs éoliens. La seule imposture ce résumé à cette article trompeur.
a écrit le 30/09/2020 à 14:56 :
ça fait du bien d'entendre des vérités sur le nucléaire et les soit-disant nouvelles énergies renouvelables
a écrit le 30/09/2020 à 14:48 :
Il y a une erreur d'interprétation dans votre article.

La grande difficulté dans l'électricité est d'être capable de la stocker.
Pour répondre à la demande en électricité et ne pas avoir de coupure, il est nécessaire de produire plus d'électricité que la demande, ou d'en importer. Il y a donc des pertes entre la production et la consommation.
L'intérêt de l'hydrogène dit "vert" est d'utiliser ces pertes, ainsi que les capacités de production d'énergies renouvelables non utilisées (exemple : durant la nuit, les centrales hydro peuvent encore tourner alors que la demande est faible), en créant de l'hydrogène par électrolyse et donc en stockant l'énergie, puis en la réutilisant quand la demande est présente.
Donc techniquement, il n'y a pas besoin d'utiliser de l'électricité étrangère ou des centrales thermiques pour répondre à la demande, vu que l'hydrogène ne serait produit que lors des pertes et/ou des périodes de demande faible.
a écrit le 30/09/2020 à 13:39 :
Oui pour l'hydrogène a partir du nucléaire et des réacteurs de 4eme génération. Oui a l'évolution vers la production. D'hydrogène. Vive le nucléaire et l'industrie moderne française. Oui nous allons connaître une forme de révolution energetique grâce à l'hydrogène.
a écrit le 30/09/2020 à 13:37 :
Le photovoltaïque et l'éolien coutent aujourd'hui 30 à 40€/MW pour 18 à 35% de facteur de charge en Europe.
Les nouvelles centrales nucléaires vont de 130 à 200€/MW pour un facteur de charge de 60 à 70%.
Donc c'est aujourd'hui économiquement préférable de prévoir des EnR.
a écrit le 30/09/2020 à 11:59 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:58 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:58 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:58 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:58 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:56 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:56 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:56 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:56 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:55 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:55 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:55 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:55 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:54 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:54 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:54 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:54 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:53 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:53 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:52 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:52 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:52 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:51 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:51 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:51 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:51 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 30/09/2020 à 11:28 :
Il suffit construire les centrales de production d'hydrogène proche des centrales nucléaires et de les faire fonctionner de nuit quand la demande électrique est basse. De cette manière la production d'hydrogène reste neutre.
a écrit le 30/09/2020 à 10:37 :
Le lobby électronucléaire et sa désinformation a encore frappé!
a écrit le 30/09/2020 à 9:43 :
Et pour recharger les batteries des voitures électriques "classiques" on utilise quelle électricité ????
a écrit le 30/09/2020 à 9:08 :
L’histoire a prouvé qu’un des éléments primordiaux pour garantir le développement harmonieux d’une société était de disposer d’une énergie abondante et bon marché. C’était le cas des combustibles fossiles dont on nous annonce l’épuisement (pétrole) depuis… une centaine d’années.
Peut-être en effet aurons-nous besoin de carburants synthétiques dans un avenir plus ou moins lointain, et pour les produire, d’une énergie « abondante et bon marché » ce que ne sont pas les énergies dites renouvelables mais surtout intermittentes. On ne peut compter que sur l’énergie nucléaire, laquelle entre parenthèses avait permis à la France d’être quasiment auto-suffisante et d’avoir l’électricité la moins chère d’Europe. Cet avantage, on s’acharne à le faire disparaître pour des raisons qui n’en sont pas. Et on s’acharne également à interdire le développement des réacteurs de quatrième génération aptes à brûler les soi-disant déchets nucléaires qui représentent en fait une réserve de combustible de PLUSIEURS MILLIERS D’ANNÉES.
Certains ne sont pas d’accord pour se suicider, en tiendra-t-on compte dans cette atmosphère hypocondriaque ?
Réponse de le 30/09/2020 à 16:21 :
Ramassis d'âneries nucleocrates
L'indépendance énergétique ne peut être que dans les ENR
a écrit le 30/09/2020 à 8:41 :
Article intéressant.
Il faut rester sur le point de vue objectif: le point mis en avant est que l'hydrogène n'est pas LA solution.
De toute façon, il n'y a pas de solution et la seule chose que nous pouvons faire est de tendre vers un équilibre.
Au final, sur le seul plan de la mobilité et hors réduction de nos déplacements, il faut comparer les différentes technologies, qu'il s'agisse des hydrocarbures, de l'hydrogène, de l'électricité ou même de l'air comprimé.
Quelle solution génère le moins de pollution globale et locale?
Posez-vous la question suivante : est-ce plus facile d'imposer au producteur d'énergie des critères de réduction de pollution ou bien de demander à 60M de citoyens de moins faire vroom-vroom?
a écrit le 30/09/2020 à 6:42 :
Apparemment le Dihydrogène existe a l état naturel, a l état "natif".
Et en plus il se régénère par la décomposition de l eau de mer qui passe dans les failles techtonique.
Il faut promouvoir cette solution, c est la seule pour decarbonner notre emprunté Carbonne.
a écrit le 29/09/2020 à 23:58 :
Cet article est juste a cote de la plaque. Le seul enjeux des energies renoubelables est justement qu elles sont pour la pluspart intermittentes et donc toute solution pour adapter la consommation sur le reseau a la hausse lors des pics de production d energie renouvelable sont la clee de l'equation. Et les unites de consommations qui peuvent le plus facilement s'adapter et fluctuer sont justement la charge de batterie, le pompage en STEP, la production d'hydrogene et d'eau chaude.
Les energies renouvelables et le stockage hydrogene ont d'autres inconvenients, mais ce que vous pointez ici est justement ce qui permet d'en effacer certains !
a écrit le 29/09/2020 à 23:17 :
Je partage le point de vue notamment sur le faux semblant "neutral carbon" de la production hydrogène par ÉLECTROLYSE. Cependant difficile d'avoir une évaluation chiffrée, car Enedis nous promet une baisse des consommations électriques en France sur les usages actuels de nature à compenser les nouveaux besoins de types recharges pour voitures électriques et electrolyseurs.
Des chiffres donc!
Merci
a écrit le 29/09/2020 à 21:53 :
Tout ça pour finir sur le nucléaire. Quelle originalité idéologique !
Le rendement énergétique de l'électrolyse + transport + combustion de l'hydrogène est très mauvais. Donc produire de l'électricité avec des centrales nucléaires pour en faire de l'hydrogène est une gabegie.
Le seul intérêt de l'électrolyse est de la pratiquer lors des pics de production, lorsque l'énergie produite serait gâchée. Elle vient donc en complément d'une production renouvelable intermittente.
Mais même dans ce cas l'équation n'est pas résolue. Face à un rendement énergétique assez mauvais du cycle de l'hydrogène des progrès significatifs dans les batteries peuvent mettre un terme aux espoirs sur l'hydrogène. Aucun secteur ne bénéficie d'autant de recherche que les batteries. Capacité, durabilité, recyclage... tous ces paramètres semblent attendre de grandes avancées.
Dans un futur très proche les batteries pourraient résoudre incontestablement la question du stockage de l'énergie intermittente. Associé aux barrages hydraulique ou au solaire thermique stocké sous terre à l'année pour le chauffage, les énergies renouvelables seront en mesure d'assurer la totalité de nos besoins. Même les centrales nucléaires aux coûts et à la sécurité incertaine ne sauveront pas les énergies fossiles.
Réponse de le 30/09/2020 à 7:42 :
Je partage l'essentiel de votre commentaire, à l'exception de votre conclusion. Les énergies renouvelables ne seront jamais en capacité, et de très loin, de répondre à l'ensemble de nos besoins énergétiques (attention à ne pas confondre énergie et électricité), même avec des batteries très performantes. Le monde fonctionna très longtemps sur des énergies renouvelables, mais nous n'étions alors que 500 millions au mieux avec 30 ans d'espérance de vie. Faire croire que nous pourrons maintenir le niveau de vie actuel pour 7 milliards d'habitants ou plus, uniquement avec des énergies renouvelables est très dangereux.
Réponse de le 30/09/2020 à 8:54 :
Bjr on ne parle Jamais de la géothermie où tr
. Es peu alors que c 'est en remplacement du tout nucléaire. Aussi bien que du moteur électromagnétique qui existe bien et qui remplacerai l électrique. Comme quoi ces énergies sont gratuites. Pour l' . hydrogène il faut passer à la pompe.
L éolien c est l arnaque avec. Les. panneaux solaires et les voitures électriques
Mais le dire ouvertement personne ne se risque. Comme l abberation du TGV qui remplaça l 'aerotrain. Il fonctionnait comme les avions sauf que aujourd' aujourd'hui avec l hydrogène c est possible et détrône le TGV car lui fonctionne sur coussin d'air'
a écrit le 29/09/2020 à 21:16 :
Bonjour Elodie,
Bravo pour votre article dont je partage les conclusions sur tous les points.
Effectivemenr, le dihydrogène n'est pas une source d'énergie, car on ne le trouve pas dans la nature ni à l'état natif dans le sol, à l'inverse du gaz naturel, du pétrole, du charbon, de l'énergie du vent, des chutes d'eau, des marées, de l'uranium etc...
Je dirais donc que le H2 est un MÉDIA énergétique, c'est-à-dire obtenu par conversion d'une forme d'énergie en une autre pour la stocker et/ou la transporter sous une forme utilisable.
Bien cordialement.
Réponse de le 30/09/2020 à 11:32 :
N'étant pas une ressource naturelle l'hydrogène peut donc produite de maniere infinie.
a écrit le 29/09/2020 à 20:43 :
Oui sans doute mais l'idée est de pouvoir lisser le grave défaut de l'éolien, ..ainsi que du solaire ( quasi inexistant mais qui a plus d'avenir que l'éolien à mon sens: l'un est 100 000 ou 200 000 éoliennes l'autre est 2500 km2 de panneaux actuels, soit 0.5% de la surface pour remplacer juste le nucléaire), l'intermittence, parfois pendant des jours, et même sans doute pendant des mois, entre le 15 novembre et le 15 février pour le solaire. Le stockage de l'énergie est le problème fondamentale à résoudre pour les énergies renouvelables. Mais c'est le problème de l'oeuf et de la poule. Vous présentez la poule sans l'oeuf, pourquoi pas l'oeuf qui pourrait devenir poule? Il est vrai que dans ce cas il vaut mieux avoir un compère pour protéger l'oeuf ou la poule ou les deux du renard (le pétrole moins cher), mais comme vous le dites nous l'avons en France le compère, et c'est le nucléaire .. . Alors pourquoi être si négatif?
Réponse de le 30/09/2020 à 16:28 :
Vous n'avez manifestement aucune connaissance des possibilités des ENR.
Juste pour vous le montrer sur un exemple : si l'ensemble du bâti en France, et rien que lui, était couvert de ppv, il produirait le double de ce que produisent les 53 réacteurs actuellement en service en ne supposant aucun arrêt pour rechargement de combustible, maintenue, et simples pannes.
a écrit le 29/09/2020 à 19:39 :
Bonsoir à toutes et à tous,
1er point. non en l'état actuel du procès de production l'hydrogène n'est pas propre...
2nd point. Quid de la compression pour le passer de son état gazeux à liquide ? Procès extrêmement energivore.
Sujet non abordé... Aucuns des articles qu'il m'a été donné de lire n'en fait mention !
a écrit le 29/09/2020 à 19:20 :
Comment peut on qualifié l'électricité nucléaire d'énergie verte?
Energie peu carbonée ( construction et démolition centrale, extraction, traitement et transport minerai) certes, mais quand même sacrément nocive! ( radioactivité des déchets)
a écrit le 29/09/2020 à 19:11 :
"À ce titre, l'énergie nucléaire semble être le seul moyen pour... produire de l'énergie réellement verte."

Là, fallait oser !!
a écrit le 29/09/2020 à 18:52 :
Donc d'après cette article le véhicule électrique ne serait pas "vert" car l'électricité utilisée n'est pas decarbonnee
a écrit le 29/09/2020 à 18:23 :
C'est par que les Ecolos sont contre le nucléaire qu'on verra jamais arriver l'hydrogène
Chercher l'erreur
a écrit le 29/09/2020 à 17:52 :
Merci pour cet article écrit par des étudiants qui n'ont visiblement pas bien étudié le dossier 🤔

Je vous encourage à faire un tour sur le site de Mcphy et vous pourrez y lire en introduction qu'il s'agit de stocker et d'utiliser les SURPLUS d'énergies renouvelables.

Ci-joint un extrait :
"Énergie zéro-carbone
S'appuyant sur le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables, intermittentes et difficilement prévisibles par nature, la transition énergétique induit un besoin croissant de flexibilité et stockage pour stabiliser les réseaux et répondre à la demande des marchés.
L'hydrogène, maillon indispensable pour réussir la transition énergétique
En complément des solutions de stockage d'électricité « traditionnelles » (STEP, batteries...), pour assurer efficacement un stockage (sous forme gazeuse ou liquide) et une valorisation massive des surplus d'électricité renouvelable, le recours à l'hydrogène apparaît comme une solution indispensable, flexible et compétitive.
L'hydrogène est le seul vecteur énergétique permettant le stockage des surplus d'électricité et leur valorisation à travers de multiples applications : industrie, mobilité, énergie."
a écrit le 29/09/2020 à 17:49 :
Et bien...c'est encore parler pour ne rien annoncer de nouveau et surtout utiliser sa position pour tenter d'influencer les investisseurs.
Et vos propositions d'alternatives dans tout ça ?
Amicalement vôtre
Jimpatagle
a écrit le 29/09/2020 à 16:48 :
Il n est pas démontré que pour produire de l hydrogène il faille mettre en route des centrales thermiques.
C est un raccourci.
Rien n interdit cependant de construire des centrales au thorium
a écrit le 29/09/2020 à 16:43 :
L’intéressant avec l’H2 est de pouvoir stocker l’énergie, ce qui redonne un sens au solaire .l’éolien ne me parait pas intéressant pour plusieurs raisons.je pense que ns aurons un catalyseur de coût abordable avant longtemps.le Maroc s’est engagé vraiment sur le solaire.ns ne manquons pas de grands espaces abondamment ensoleillés pour que d’autres nations puissent en faire autant.l’aventure ne fait que débuter ,j’y crois.
a écrit le 29/09/2020 à 15:37 :
Tout ce charabia pour arriver à la seule raison de ces pauvres lignes : tenter de promouvoir le nucléaire. On peut rire des jeunes des années 70 avec leurs cheveux longs et leurs chemises à fleurs, mais ils avaient des idéaux de partage, de respect de la planète (déjà) en rejetant en particulier l'atome (civil et militaire). Mais aujourd'hui on ne peut que pleurer devant ces "jeunes" (déjà si vieux !) qui réclamment... des centrales nucléaires ! Les pauvres !
De toute façon, l'industrie nucléaire est en déclin irréversible, non pas du fait des manifs antinucléaires mais tout simplement parce que les industriels et les financiers n'en veulent plus : trop cher et trop risqué (industriellement), cf les ridicules chantiers des EPR (Finlande, Flamanville, HPC en Grande-Bretagne) et des AP1000 (désastre aux USA).
Le nucléaire produisait 17% de l'électricité mondiale en 2001, à peine 10% aujourd'hui, chute libre irréversible... Bon débarras (sauf pour nos déchets radioactifs, nos descendants vont les assumer pendant des millénaires !)
Réponse de le 29/09/2020 à 16:58 :
Pro nucleaire peut être mais elle repond surtout à la seule façon de mettre en place un hydrogene vert et capable de rivaliser avec d'autres energies.

Reste à savoir ce que l'on veut.
Se bercer d'illusions avec les voitures electriques ou hydrogene dont le bilan carbone en terme d'energies grises et la viabilité ne sont pas vraiment démontrés.

Ou batir quelque chose qui tiendra la route et ne créera pas un immense gachis dans quelques années quand il faudra faire marche arriere.
Réponse de le 29/09/2020 à 18:12 :
Vous ne vous rendez même pas compte que vous allez à l'encontre du bien-être pour tous! Les énergies renouvelables sont des leurres qui ne peuvent attirer que des gens épris de décroissance. Or, dans le monde, il reste encore beaucoup de personnes qui rêvent d'un confort qu'ils n'ont pas encore. Et vous voulez les en priver? Honte à vous!
Réponse de le 30/09/2020 à 16:32 :
Je souscris sur toute la ligne.... Un détail : en 1996 le nucléaire représentait même 18% du mix électrique mondial.et je prends les paris qu'en 2020 il sera inférieur à 10%
Réponse de le 30/09/2020 à 18:23 :
Si des gens comme vous n'avaient pas systèmatiquement désinformés sur le nucléaire le monde profiterait d'une énergie réellement performante et la consommation de fossiles ne serait pas aussi importante.
Mais bon vous avez gagné. Le mensonge contre la vérité. Le luddisme contre la modernité. La peur millénariste contre l'intelligence humaine.
Rassurez vous nos descendants comprendrons ce que vous avez fait et vous maudirons, du fond de leurs cavernes.
a écrit le 29/09/2020 à 15:25 :
Produire de l'hydrogène est une chose, le transporter, le stocker ... une autre histoire, aussi vraisemblable que d'aller sur Mars, dont on a rien a y foutre.
Réponse de le 29/09/2020 à 19:13 :
La molécule d'hydrogène est la plus petite et difficile à coincer.
a écrit le 29/09/2020 à 15:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:14 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:14 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:07 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:07 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:01 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 15:01 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 14:03 :
Le mieux serait de produire de l'Hydrogène avec les accélérateurs couplés aux centrales nucléaires au Thorium, comme proposé par Carlo Rubbia. après la fermeture de Fessenheim, cela éviterait d'acheter de l'électricité aux nouvelles centrales Allemandes au ... lignite !
a écrit le 29/09/2020 à 13:58 :
pour l'instant les surplus des centrales nucléaires et barrages hydroélectriques devraient pouvoir amorcer l'hydrogénation des voitures, en attendant d’explorer de nouvelles voies. Article pessimiste à rejeter !
a écrit le 29/09/2020 à 13:54 :
L'hydrogène en tant que vecteur d'énergie deviendra incontournable. A moins d'une rupture technologique très improbable, la technologie est batteries ne permettra pas de faire voler des avions de ligne et encore moins de recharger une voiture en 5 minutes. Facile à produire et non polluant et aussi simple d'utilisation que les carburants actuels il n'existe pas d'alternative.
Il faut simplement qu'une filière se mette en place et que le pays augmente progressivement sa production électrique de façon non carbonée. C'est tout l'enjeu des EPR et des sources d'énergies renouvelables et demain l'éventuelle fusion nucléaire.
Parler d'imposture est aguicheur et ne reflète pas la situation actuelle et les perspectives. Finalement, parler d'une imposture est ...une imposture.
a écrit le 29/09/2020 à 13:41 :
Votre article n'a que pour seul but de casser un produit émergent. Vous parlez de perte d'electricité pour le réseau, hors le réseau aujourd'hui est en conversion. Evidement il faut du temps. Tout le monde veut tout, tout de suite, mais n'oubliez pas, combien d'années avons nous prit pour dévellopper les moteurs thermiques ? 150 ans. ne demandez pas aux industries (ici identifiées comme les lobbies) de réaliser des technologies matures en 5 ans. On est certe au 21eme siècle, mais les inventions ne sortent pas d'un chapeau de magicien. Alors certe, il y a des pertes, mais pour les technoligies mobiles (avion, voiture,...) à ce jour, pour un volume donné, seul le petrol contient le plus d'energie, vient ensuite l'hydrogène puis les batteries. Je ne vois pas bien comment tirer un fil du reseau vers un véhicule .... alors si on pense mobilité, pensons hydrogène. Il faudrait en effet un peu plus d'eoliennes pour produire de l'energie, mais les pertes energiques sont la base de la physique, a nous de les utilisers justement. si vous avez une solution miracle, proposez la je serais intéréssé de la connaitre. aujourd'hui les gens veulent du confort, de l'énergie verte, mais sans payer et sans avoir les unités de production à proximité de leur domicile ca me fait bien rire "déplacer le probleme chez les autres mais pas chez nous". vivons à la bougie d'amour et d'eau fraiche.
a écrit le 29/09/2020 à 13:38 :
Il est faux de dire que les excédents de d'electricité d'origine renouvelables et décarbonées sont rares en Europe: de plus en plus de pays européens ont très souvent des excédents qu'ils sont obligé d'exporter comme par exemple l'Allemagne, UK, Espagne, Danemark, Portugal, etc. L'Allemagne est le deuxième plus gros exportateur d'électricité européen juste derrière la France, de plus ces excédents vont croître fortement dans les années à venir avec le développement de la production intermittente comme l'éolien. Donc même sans nucléaire, il y a de plus en plus d'électricité décarbonée disponible pour la production d'hydrogène propre en Europe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:19 :
Un fois de plus vous vous vautrez dans la propagande nucléaire avec un totale occultation de ses externalités négatives et du potentiel des ENR en hausse continuelle. Le taux de charge de l'éolien en mer est de 50%, celui du terrestre est au delà de 22% avec les éoliennes à 4 MW ; vous n'êtes pas un journal d'information mais un porte parole des lobbys qui vous financent !
Réponse de le 29/09/2020 à 13:51 :
22 % de 4 MW cela ne fait jamais que 0,88 MW de produit, c'est peu, non,. Quant aux lobbies, parler surtout de ceux qui poussent l'ineptie de l'éolien, voire des panneaux photovoltaïques. À cause de cela, et de l'arrêt de certaines tranches de nucléaire, voulue par la ministre Born, nous avons été obligé de remettre des centrales au charbon en activité et de recourir à l'Allemagne, elle aussi avec son charbon pour assurer l'approvisionnement en électricité. Belle manœuvre.
a écrit le 29/09/2020 à 13:10 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:09 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:09 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:09 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:09 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:08 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:07 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:07 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:07 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:06 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:05 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:04 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:03 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:03 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 13:02 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe.
a écrit le 29/09/2020 à 11:57 :
on pourrait imaginer des parcs d'éoliennes flottants au milieu de l'océan, stockant l'électricité en hydrogene que des bateaux transporteraient. les technologies sont presque prete, la quantitée d'énergie à capter infini...
a écrit le 29/09/2020 à 11:22 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
Réponse de le 29/09/2020 à 11:54 :
Comme l'indique l'article, le problème n'est pas tant de savoir produire de l'hydrogène par l'électrolyse de l'eau en utilisant de l'énergie "propre" telle que celle que vous citez près d'Ajaccio, que le fait que cette énergie propre soit détournée de son usage direct pour satisfaire l'image écolo de la production d'hydrogène !!!
a écrit le 29/09/2020 à 11:22 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:21 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:21 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:21 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:21 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:21 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:20 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:20 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:18 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:18 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:18 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:18 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:17 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:17 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:17 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:16 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 11:15 :
Dans tout y a des pour et des contres, sinon ça serait trop simple à gérer/décider, on cherche encore le truc miraculeux (hors CO2 généré & ressources limitées par nature, le pétrole est très² énergétique !).
Y a un site prototype près d'Ajaccio nommé Myrte qui fait l'électrolyse de l'eau le jour avec du solaire, stocke les gaz et fait du courant le soir en pile à combustible quand y a besoin d'aider le réseau électrique.
Les "pompes" à hydrogène qu'on peut trouver par endroits (très rares, que vers Paris je crois pour des taxis) ne sont pas approvisionnées, trop compliqué, elles électrolysent sur site. Ça existe
a écrit le 29/09/2020 à 10:58 :
je trouve que l article ne considère qu' une partie du problème bien plus complexe que le bilan carboné actuelle de l hydrogène , Il n est pas fait mention notamment des capacités de stockage d énergie que représente l hydrogène sans avoir recours a des batteries très polluantes. quand la filière de l hydrogène sera vraiment développée on le produira par électrolyse avec des energies non carbonée lors des périodes de faible consommation du réseau ou de surproduction plutôt que de revendre l énergie a perte a d autre réseau.
l hydrogene fait partie des solutions mais n est pas une imposture.
C est ce que l on veut nous faire croire qui en est une
a écrit le 29/09/2020 à 10:27 :
Il manque un point important dans cet article. Les ordres de grandeurs.
J'avais regardé très vite la quantité d'énergie consommée par le secteur des transports. Et la quantité d'énergie électrique produite. Pour un pays comme la France c'était équivalent.
Autrement dit, très très grossièrement (sans regarder les pertes/gains d'efficience, les différences entre pays, etc.), au premier ordre de grandeur, si on voulait basculer tous les transports en électrique (batterie, pile à combustible, hydrogène créé par électrolyse), il faudrait doubler la production électrique.
Improbable que cela puisse se faire avec les seules énergies renouvelables.
Donc, effectivement, cela tend à la même conclusion, que dans le mix énergétique, le nucléaire devra avoir une part importante.

Mais comme dit, c'est une simple estimation très grossière. Si qqn connait des études plus poussées et sérieuses ?
Réponse de le 29/09/2020 à 15:12 :
Un parc entièrement électrique consommerait beaucoup moins, car (entre autres) l'efficacité d'une voiture électrique et bien meilleure qu'une à essence.
Un exemple de chiffre ici : pour un parc de voitures à 80% électrique, l'électricité consommée correspondrait à 10% de la production.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Efficacit%C3%A9_%C3%A9nerg%C3%A9tique_des_voitures_%C3%A9lectriques#cite_note-40

Avec en parallèle des baisses de consommation dans le bâtiment, la production pourrait rester stable ou diminuer. Ce qui n'empêche pas le nucléaire d'être une excellente solution vis à vis du CO2
Réponse de le 29/09/2020 à 16:50 :
Pour avoir travaillé sur un prototype de centrale hydrogène (production par électrolyse/stockage 350bar/ production électrique par pile à combustible) les chiffres qui ressortent sont une consommation minimale de 4kwh pour une production de 1kwh en bout de chaîne. Si la production d'hydrogène n'est pas le résultat d'un surplus de production électrique renouvelable le bilan est très négatif. Il faut espérer une amélioration des rendements des électrolyseurs et des piles à combustible, sans parler des panneaux solaires des éoliennes. Encore un peu de travail en perspective.
Réponse de le 29/09/2020 à 17:33 :
Il suffit de prendre sa calculette pour se rendre compte qu'une voiture électrique genre ZOE qui fait 12.000 km / an (la moyenne des véhicules particuliers ) a besoin en électricité la même chose qu'un cumulus d'eau chaude pour une famille de 4 personnes. Bizarrement, lorsqu'on a "inventé" le cumulus d'eau chaude en heures creuses, personne n'a dit « Oh mon dieu, il va falloir doubler la production électrique, c'est tellement mieux le gaz ou le fioul ».
Réponse de le 29/09/2020 à 21:26 :
@Lenthan (le 29/09/2020 à 15:12):
Vous ne répondez pas à mon interrogation. Oui, pour une voiture, un moteur électrique est plus efficace qu'un moteur thermique.
Mais je serais intéressé par une comparaison de bout en bout. Car il faut aussi produire l'hydrogène par électrolyse, puis le refroidir et le comprimer pour le stocker sous forme liquide. Et ça ne se fait pas tout seul, il faut aussi de l'énergie.
De plus, il y a aussi les autres moyens de transports (camions, bateaux de marchandise, avions)
Et si on veut faire tout ça de manière électrique pour remplacer le pétrole, il va bien falloir produire plus d'électricité.
Mais combien plus ? Et en comparaison combien est-on capable de produire en plus grâce au solaire et à l'éolien ?
Je ne sais pas. Et c'est ça qui m'intéresserait.
a écrit le 29/09/2020 à 10:14 :
Si la combustion est décarbonée, pour sa production c'est loin d'être le cas... cela ressemble aux "avions renifleurs" de Giscard!
a écrit le 29/09/2020 à 10:08 :
J'imagine que l'avenir de l'énergie sera plus diversifiée qu'actuellement mais aucune ne sera une panacée, le mouvement perpétuel n'existe pas. Hors, tous les jours on nous explique les bienfaits de l'hydrogène en occultant que ce produit est compliqué il sort facilement de sa capacité et à une fâcheuse propension à exploser. Ce qu'il manque, à mon avis, ce sont des politiques publiques sur le temps long pour la production d'énergie (mais pas que) soutenues par de solides directions techniques - on n'en prend pas le chemin, dommage..
a écrit le 29/09/2020 à 9:57 :
Le nucléaire pour produire de l'hydrogène en quantité est la seule voie raisonnable. Sauf que le nucléaire n'est pas raisonnable.
N'oublions jamais que la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas.
a écrit le 29/09/2020 à 9:55 :
J'ai lu y a peu que si on veut remplacer la totalité du pétrole par l'hydrogène, on devrait doubler la production électrique nationale pour y arriver. L'hydrogène "vert" allemand, c'est un bilan, tant d'énergie verte, tout va sur l'électrolyse, mais vu que ça manque ailleurs, quelle solution ? Acheter de l'électricité aux voisins nucléarisés ? Au lieu de 20 EPR on en construira 30 pour pouvoir vendre du courant aux allemands.
Le pétrole est très énergétique, avec 1l de gazole je fais 25km.
Remplacer les chaudières fuel ou gaz par des pompes à chaleur ça consommera pas mal d'énergie électrique supplémentaire, les réseaux de campagne ne seraient pas en mesure de supporter tout cet "excès" de consommation.
Il faudrait voir le bilan charge de batterie, énergie rendue, et électrolyse de l'eau, pile à combustible, énergie rendue. Pour les avions, H2 peut éviter le poids de batteries mais il faut contenir le gaz, ça fait du poids aussi.
Réponse de le 30/09/2020 à 16:43 :
Les allemands n'ont pas besoin de notre électricité nucléaire, d'ailleurs depuis plus d'un mois ils nous alimentent tous les jours avec leur électricité éolienne.
a écrit le 29/09/2020 à 9:32 :
Merci pour cet article très rafraichissant. On ne devrait jamais utiliser le vocable "énergie" pour l'hydrogène, qui n'est qu'un "vecteur d'énergie". On devait toujours faire la part des choses entre éolien terrestre à taux de charge très faibles (15%), et éolien offshore avec des taux plus élevés (50%). On devrait enfin accepter de mettre sur la table, sereinement, la question du renouvellement de nos centrales nucléaires (on peut y être opposé, mais il faut que tous comprennent les conséquences et les acceptent, notamment en terme de coûts environnementaux -gaz, destructions de nos paysages ou de nos rives maritimes notamment). Enfin, il faut aussi clarifier la question de la compensation Carbone dans l'esprit de nos concitoyens, notamment ce que l'on peut espérer du reboisement et du stockage carbone sous forme de bois (120 ans environ), sans même parler de la possibilité d'incendies qui peuvent réduire à néant tout un programme (Australie..). Toutes les approximations véhiculées par la sphère écolo nuisent à la solution de notre problème numéro 1 qui ne doit plus faire débat: la diminution des gaz à effets de serre!
a écrit le 29/09/2020 à 9:30 :
La consommation d'électricité varie selon les heures. La nuit, la consommation, baisse. Si le photovoltaïque ne fonctionne pas par manque de soleil, les éoliennes continuent de tourner et les barrages de fonctionner. Que faire de cette énergie nocturne surabondante? Produire de l'hydrogène, bien sûr. Le nucléaire est disqualifié, pour ses déchets (systématiquement cachés sous le tapis) mais surtout depuis les catastrophes de Tree Mile Island (USA - 1979),Tchernobyle (ex.URSS - 1986) et Fukushima (Japon - 2011) dont les conséquences sur les humains, la terre, l'eau et l'air, sont inacceptables pour tout être doué de raison.
Réponse de le 29/09/2020 à 10:00 :
ou le jour quand il fait grand vent et grand soleil et que les gens ont du matériel économique chez eux, l'industrie en vacances à moitié (mois d'août), pour ne pas perdre l'énergie qui n'a pas d'utilisateur, oui, tout à fait. Mais des gens ont calculé que remplacer tout le pétrole par H2 il faut doubler notre capacité de production électrique donc poser des millions d'éoliennes et couvrir le pays de panneaux solaires., ou construire des EPR en quantité (pourquoi ne pas décomposer l'eau dans le réacteur directement ? Faire de la vapeur pour faire tourner des turbines pour faire du courant qui ensuite électrolyse l'eau, ça ne fait des intermédiaires, y a des pertes (effet Joules) sur les câbles de pylônes)
Réponse de le 29/09/2020 à 10:01 :
Pour tout être doué de raison, c'est très bête le raisonnement au sujet du nucléaire.
Pour tout être doué de raison, si le co2 est la menace principale alors le nucléaire est une solution.
Réponse de le 30/09/2020 à 16:45 :
Vous avez oublié des CATASTROPHES MAJEURES d'avant 1960 au Canada, en Angleterre, et déjà une en URSS
a écrit le 29/09/2020 à 9:23 :
Des "pour" des "contre" et personne qui nous dit que ce serait bien d'essayer, comme toutes les autres idées, pour savoir si on peut en faire quelque chose, cela devient pénible à lire même si certains éléments sont intéressants je me demande systématiquement ce que les pour et les contre, presque la totalité des articles, ont à y gagner d'être pour ou contre.

Nos actionnaires milliardaires ont tellement perdu l'habitude d'investir qu'ils préfèrent envoyer leurs lobbies directes ou indirects afin de réduire leurs investissements au minimum voir les faire disparaître les remplaçant par l'argent public c'est bien mieux. On part de loin, d'ailleurs on en est même pas encore parti.

La binarité des analyses est elle encore spectaculaire à l'ère d’internet ? A t'elle encore un intérêt ? Réfléchissez.
Réponse de le 29/09/2020 à 10:31 :
"Dans tout y a des pour et des contres"

Mais d'abord et avant tout des gens pour parler beaucoup, énormément même et surtout, très important en néolibéralisme, inciter à ne rien faire.

Marrant parce que quand il a fallu valider le fait que l'oligarchie ne paierait pas d'impôts, par exemple, là nous n'avons jamais entendu des "contre" ?

Bref vous êtes surtout de bons gros hypocrites.

Et si je peux pas et-c...
Réponse de le 05/10/2020 à 8:49 :
@ multipseudos " Car c'est une technologie éprouvée et largement décarboné"

Tu peux pas t'empêcher d'exposer que tu fais partie du truc hein, c'est ce que je dis, votre acharnement à venir faire les malins sur les forums au lieu de bosser n'est définitivement pas rassurant.

Signalé
a écrit le 29/09/2020 à 9:17 :
Mais ce n'est pas bien d'écrire cela.
Vous dites:
"indépendamment de l'efficacité et du coût de telles politiques pour le consommateur final", même si c'est parfaitement vrai il ne faut pas dire que les écolos pronent des solutions innefficaces. On a fermé fessemheim pour eux augmentant le coût de l'électricité, remplacant du nucléaire par une centrale á charbon. Mais il ne faut pas le dire car les écolos ont décrété que le nucléaire c'est le MAL.
Répétez après moi: "Le nucléaire c'est le MAL" Sinon on vous brulera au prochain congrés EELV.
Réponse de le 29/09/2020 à 9:42 :
"Répétez après moi: "Le nucléaire c'est le MAL" Sinon on vous brulera au prochain congrés EELV"

Comment discréditer un commentaire en exposant son parti pris. Bon sang mais évoluez un peu les gars !
Réponse de le 30/09/2020 à 16:49 :
Ce n'est pas à cause de la fermeture de Fessenheim que l'on a recouvert des centrales à charbon, c'est en raison de la médiocrité de nos engagements envers les ENR comme nous nous y étions engagé lors de la cop21 et parce que le nucléaire n'est pas fiable avec la moitié des réacteurs en carafe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :