L'Iran se retrouve tel un chat piégé

 |   |  773  mots
Le guide suprême du régime, l'Ayatollah Ali Khamenei.
Le guide suprême du régime, l'Ayatollah Ali Khamenei. (Crédits : Reuters)
ANALYSE. Le régime au pouvoir en Iran se trouve enfermé dans un piège, menacé par les sanctions après la dénonciation de l'accord sur le nucléaire par les Etats-Unis, par la contestation croissante de l'opposition iranienne ainsi que par la révolte populaire liée aux difficultés économiques. Par Nader Nouri, ancien diplomate iranien basé à Paris, secrétaire général de la Fondation d’Etudes pour le Moyen-Orient (FEMO) (*).

Un analyste proche du régime au pouvoir en Iran, Hamid Assefi, écrit le 9 juillet sous le titre : « Ce  JCPOA (l'accord nucléaire iranien) est mort ! » : « Le président français cherche, à mi-chemin, un moyen de faire revivre le JCPOA! Mais il est mort ce JCPOA sans que la France ne puisse le faire ramener à la vie ! »

Jusqu'en 2015, le régime iranien se trouvait soumis à différentes sanctions internationales. Avec le JCPOA, il a essayé de se créer une protection lui permettant de vendre son pétrole pour que, grâce aux quelque 150 milliards de dollars ainsi débloqués, il puisse en même temps poursuivre sa politique d'ingérence régionale et se créer un « axe de résistance ». De plus, selon les allégations officielles iraniennes, cela lui a permis d'améliorer ses systèmes de missiles balistiques ayant pour objectif d'atteindre jusqu'à l'Europe. Tout cela s'est matérialisé au détriment du peuple iranien dont la pauvreté atteint des records puisqu'elle touche les deux tiers de la population.

La sortie du JCPOA, voulue par les Etats-Unis, il y a un an, qui, dans le souci des intérêts de ses alliés menacés dans la région et en Irak, s'est concrétisée par de nouvelles sanctions concernant la vente du pétrole a fait partir en fumée la protection obtenue en 2015. Dans ce sens, le JCPOA est mort pour le régime iranien, car la politique dite de complaisance ne préside plus aux relations entre ce dernier et l'Occident.

Des menaces multiples de Téhéran

Le régime au pouvoir en Iran, selon son guide suprême l'Ayatollah Ali Khamenei, s'est trouvé enfermé, tel un chat pris dans un piège triangulaire, dont l'un côté serait, selon celui-ci, le tournant de la politique internationale virant de la complaisance à la dureté et dont le deuxième côté serait la constitution d'une résistance organisée par les Moudjahidines du Peuple - dans son jargon les Monaféquines. Reste le troisième côté qui n'est rien d'autre qu'un mouvement de révolte populaire traduisant un mécontentement général. Tel est le piège dans lequel se trouve, le chat du régime iranien.

En rêvant d'insuffler une nouvelle vie à ce défunt JCPOA, le régime a traversé les lignes rouges de la limite d'enrichissement d'uranium et son pourcentage autorisé de 3,67%, dans le seul but d'obliger l'Europe - la France en particulier - à demander aux Américains d'ouvrir une brèche dans les sanctions pétrolières, politique que les adeptes en France de la complaisance pensent pouvoir suffire pour ramener le régime à la table des négociations.

Suite au retrait des Etats-Unis du JCPOA en mai 2018, la France a pris l'initiative de prévenir une crise ouverte sous haute tension dans la région lorsque Jean-Yves Le Drian s'est rendu à Téhéran les 4 et 5 mars 2018 pour persuader les autorités iraniennes de négocier à propos de leur programme balistique et de leurs ingérences dans la région, notamment en Syrie. Cela aurait pu servir de levier dans des négociations et faire revenir Trump sur sa décision...

Mais le régime iranien ne peut revenir sur ces deux lignes rouges, pour lui existentielles, que dessinent son ingérence régionale et ses programmes d'armes balistiques et nucléaires. Il est donc très naïf de croire qu'en relâchant les sanctions, le régime du guide suprême s'en irait rejoindre la communauté des nations civilisées.

Abattre le drone américain, de même qu'attaquer les pétroliers à Fujaira et dans la mer d'Oman ne relèvent pas d'une véritable démonstration de force mais bien plutôt des agitations d'un chat piégé cherchant désespérément à se dégager.

L'armée des affamés et des chômeurs

Ce chat qui ne s'effraye ni des sanctions ni du changement de la politique de complaisance redoute bien plutôt l'armée des affamés et des chômeurs. Une armée à la dimension des deux tiers de la population qui résulte des ingérences en Syrie et dans la région, au prix d'une corruption astronomique, à des prix faramineux. Ce mécontentement général agit comme une bombe à retardement. L'étendue des unités de résistance qui, selon le ministre iranien des Renseignements se multiplient partout dans le pays, semble devoir être le détonateur de cette bombe à retardement qui menace le chat noir du régime.

(*) Fondation d'Etudes pour le Moyen-Orient (FEMO)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2019 à 18:04 :
Un chat piégé par des gentils chiens de garde ...du genre de John Bolton qui répète "Bomb Iran, Bomb Iran . FEMO, une fondation dédiée aux changements de " régime ".
a écrit le 14/07/2019 à 11:09 :
Toujours sur le mème principe de confondre sciemment les causes et les conséquences, on nous raconte de "belles histoires"! Par exemple; Les sanctions sont elles une cause ou une conséquence des événements, l’œuf ou la poule!
a écrit le 13/07/2019 à 10:41 :
A surveiller comme le lait sur le feu.
a écrit le 13/07/2019 à 9:16 :
Le diagnostic porté par d'autres spécialistes de l'Iran est autres.

1°) Dans la mesure où les sanctions économiques infligées par les USA sont vécues comme injustifiées (diagnostic partagé par une bonne partie de la planète) , les iraniens n'en rendent pas les autorités iraniennes responsables.

2°) Puisque les USA ont décrété une guerre contre l'Iran, les iraniens, qui ne sont pas moins patriotes que les autres, resserrent les rangs avec le pouvoir en place, même s'ils ont eu des réserves dans un passé récent. Trump qui avait compté sur une rébellion a provoqué le contraire.

3°) Les signataires du pacte nucléaire déplorent plus l'attitude Trump, qui est inexcusable que celle des iraniens et aucun n'est disposé à entrer en guerre contre l'Iran.

4°) Ceux qui accusent les iraniens d'ingérence sont les EU, Israel, l'Arabie Saoudite, les EAU... tous engagés dans des guerres sanglantes illégales au regard de l'ONU et dont les régimes sont quelques peu discutables sur le plan des institutions démocratiques et aux abois car dans des impasses politiques majeures.

Ce qui n'est pas le cas de l'Iran qui dispose d'institutions politiques, judiciaires, diplomatiques solides et bien plus démocratiques que ses ennemis dans la région.
a écrit le 13/07/2019 à 3:55 :
Il serait grand temps que le peuple Perse se revolte contre ses enturbannes qui les affame.
Le cycle arrive a sa fin. Vive les iraniens libres et prosperes.
Réponse de le 13/07/2019 à 9:42 :
Incroyable cet article et de mauvaise foi!!
Les usa se retirent de l’acco et se plaignent que les fiers iraniens ne le respectent pas!?
Le monde a l’envers !! Attention le peuple iranien est très patriote et si les us comptent sur un soulèvement ils se fourrent la main entière ds l’eil !
a écrit le 12/07/2019 à 15:45 :
Le chat est selon moi un animal domestique.
Le chah ou shah est un mot persan signifiant "roi". C'est un titre porté par un souverain au Moyen-Orient.
Merci pour la culture générale et merci pour l'orthographe.
B.Labouret
Réponse de le 12/07/2019 à 16:26 :
Je doute que qualifier l'Ayatollah Ali Khameneide de Shah serait très avisé...
Réponse de le 12/07/2019 à 17:21 :
les chats persans ont de longs poils, d'ou la barbe, a ne pas confondre avec les chats perchés qui eux abusent de certaines substances

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :