Le bitcoin ou le vide symbolique

 |  | 1718 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : Dado Ruvic)
OPINION. « Les mots manquent aux émotions » (dixit Victor Hugo), tant il semble difficile d'expliquer la hausse étincelante du Bitcoin en ce début d'année. L'hystérie Bitcoin ne semble pas près de s'arrêter. Son cours a ainsi atteint la modique somme de 61.000 dollars en mars 2021 alors qu'il atteignait difficilement les 3.800 dollars il y a encore un an. L'adage qui voudrait que « les arbres ne puissent pas monter jusqu'au ciel » est mis à rude épreuve avec la reine des cryptomonnaies. (*) Par Jamal Bouoiyour, enseignant-chercheur à l'Université de Pau.

Le Bitcoin ne peut pas, à vrai dire, être qualifié de monnaie, car il ne remplit pas toutes les fonctions d'une vraie monnaie. Il ne peut pas, non plus, être considéré comme une valeur refuge, comme certains utilisateurs le prétendent, en prétextant la montée en puissance de la planche à billets en ces temps de pandémie, ou en dénonçant, de manière plus générale, « les manipulations des banques centrales ».

Étant donné sa forte volatilité, il est plus judicieux de le qualifier d'actif spéculatif. Pourtant, m'objectera-t-on à bon escient, il peut être considéré comme une réserve de valeur, étant donné qu'il n'a pas connu de baisses importantes sur des périodes suffisamment longues. Ce que j'admets volontiers. Cet argument est tout à fait plausible, d'autant plus que l'offre du Bitcoin est fixe (21 millions d'unités), ce qui milite pour son « design » déflationniste.

Lire aussi : Un kilo d'or pour un bitcoin, que vaut la comparaison des deux actifs ?

Reconnaissance institutionnelle

Le rallye actuel est du principalement à la reconnaissance institutionnelle du Bitcoin par un certain nombre d'acteurs qui ont pignon sur rue (le prestigieux fonds Fidelity, la plus vieille banque des États-Unis, BNY Mellon), d'intermédiaires financiers de haut calibre (PayPal, Mastercard) ou, récemment, d'investisseurs chevronnés (le président de Tesla).

Mais quand on s'attarde sur l'analyse du comportement récent du cours du bitcoin, en se basant sur les documents fournis par l'autorité des marchés aux États-Unis (la fameuse SEC, Security Exchange Commission), on se rend compte que ce n'est pas l'achat de Tesla de 1,5 milliard de dollars de Bitcoin qui est derrière l'envolée de son prix ; mais bien l'annonce de cet achat.

Ce dernier était déjà incorporé dans les cours quand l'annonce a été faite. Ceci montre bien le caractère purement spéculatif de cette opération. Il est bien clair qu'on privilégie plus le contenant que le contenu. Il faut aussi rappeler que le cours du Bitcoin a aussi flambé en janvier quand le patron de Tesla a simplement inscrit dans sa biographie sur Twitter hashtag Bitcoin. Ceci montre aussi que le nombre d'utilisateurs de la cryptomonnaie est très limité (100 millions d'après CH & Co).

La monnaie symbole de l'inconscient

La monnaie n'est pas seulement une unité de compte, un moyen d'échange et une réserve de valeur ; elle symbolise, à travers les signes monétaires qu'on trouve dans un billet de banque, l'inconscient d'une nation. Les liens entre les individus s'élaborent certes par les idées, mais aussi par les mythes, les légendes, les effigies et les images partagées. Ces dernières ne tirent pas leur pouvoir d'elles-mêmes, mais de la congrégation dont elles sont les symboles.

L'échange est d'abord un lien social qui contribue à la cohésion d'une société et la monnaie est son viatique. Cette cohésion est loin d'être substantielle, elle est plutôt formelle. Et c'est l'interaction des subjectivités qui produit, chemin faisant, des formes qui s'objectivent. En s'extériorisant, par rapportent aux individus qui les produisent, ces formes leur permettent de médiatiser leurs actions. La monnaie permet ainsi de socialiser les individus sous forme de l'auto-organisation et fait advenir l'économie.

La construction d'une généalogie est essentielle pour légitimer politiquement une monnaie. Si l'on considère le dollar américain par exemple, son effigie « IN GOD WE TRUST » a une symbolique puissante qui résume la force de ce pays. Il fut un temps où l'image a été utilisée par les chrétiens pour évangéliser, tant elle a une charge déflagrante. Si l'on se réfère à l'Antiquité païenne, Horace disait « ce qu'on sème par l'oreille agit beaucoup plus lentement sur les âmes que ce que l'on place sous les yeux des fidèles ».

Alors que le Bitcoin se rattache à une communauté sans symboles, dévoie ostentatoirement les finalités de l'individu, qui s'épuise dans la quête éperdue de l'avoir purement quantitatif, la monnaie et son pendant iconographique, le billet de banque interrogent l'être des individus, invitent à réfléchir à l'histoire de la construction d'une nation -édification d'un État, montée en puissance d'un royaume, prise de conscience d'un peuple-. Bref, ils racontent un imaginaire puissant, une histoire, une épopée, un récit magnifié...

Lire aussi : Le Bitcoin et les complotistes

Le Bitcoin, un monstre ?

Déconcertante, l'apparition du Bitcoin, et ce qu'on appelle communément les cryptomonnaies, l'est assurément. Résultat d'un calcul mathématique complexe, le Bitcoin nous fait entrer dans le monde de la magie ; c'est un ovni, désarrimé de toute attache, indifférent aux faits. C'est de l'argent qui n'a pas de forme particulière, qu'on ne peut pas toucher, ni voir ni utiliser pour échanger (sauf dans des cas exceptionnels). Son apparition a, pour ainsi dire, rétréci les rapports avec le passé comme avec le futur. L'époque où l'investisseur utilisait toute l'épaisseur du passé pour prédire l'avenir est révolue. Le présent est autosuffisant.

La prévalence du présent est la preuve éclatante du changement d'époque. C'est l'époque de l'élite qui maitrise ce que Bauman appelle « l'art de la vie liquide ». Il s'agit d'une nouvelle servitude, celle relative à l'addiction provoquée par les écrans et les réseaux sociaux. « L'œil, désormais, goûte un crime, une catastrophe, et s'envole » (Paul Valéry, dans la Conquête de l'ubiquité). C'est l'époque du présentisme qui mène aux pulsions. Le Bitcoin parait dès lors comme un monstre, qui se suffirait à lui-même qui serait, en quelque sorte, son propre horizon et qui s'évanouirait dans l'immédiateté.

Pour investir dans le Bitcoin, nul besoin de croyance ; ni dans l'utilité du passé ni dans la vraisemblance du futur. On est face à un vide symbolique, synonyme de vacuité prédictive, qui illustre, de manière magistrale, l'entrée de plein fouet dans une sorte de dystopie. Ce qui importe c'est de se mettre en mouvement, sortir de la résignation, de la passivité. C'est l'obligation faite à chacun de voir le monde, non pas avec ses propres yeux, mais avec les lunettes idéologiques fournies par la religion du moment, la pensée magique.  À force de faire semblant, plusieurs y parviennent. Ainsi, il est tout à fait possible d'investir dans le Bitcoin, via le "copy trading", sans avoir la moindre connaissance des méandres du marché des cryptomonnaies, en suivant scrupuleusement l'activité d'une vedette du Bitcoin et en répliquant ses positions. Quand les maitres à penser disparaissent, les maîtres à répéter les remplacent. Les investisseurs peu aguerris n'ont plus qu'à reprendre le comportent et les slogans des nouveaux gourous.

Drôle d'époque, au souffle court, qui s'épuise, à copier-coller, à répliquer, à recycler ; c'est la victoire de l'éphémère et l'évanescence des sens dans l'embrouillement moderne. La « radicalité du mal » (dixit Hannah Arendt) se niche dans sa banalité, se loge dans l'ordinaire d'une servilité et s'amplifie avec l'abdication de la pensée. Je fais mienne cette citation d'Antonio Gramsci: "le vieux monde se meurt, le Nouveau Monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres".

L'envolée du cours du Bitcoin engendre une hystérie collective, un processus d'endoctrinement qui peut amener à la disparition de la personnalité individuelle consciente et à l'exhortation des consciences collectives. Personne n'a envie de « louper » l'occasion de gagner de l'argent rapidement (« Fear Of Missing Out »).  Dès qu'un certain seuil est franchi, une armée de suiveurs se met en branle tambour battant, via des algorithmes préprogrammés, sans que l'humain n'intervienne.  Les pensées se dirigent dès lors vers la même direction. L'affectivité inconsciente l'emporte sur la raison. Cette façon grégaire de se comporter aboutit à la psychologie de la horde, à la fausse appréhension et à la perte de discernement.

Benjamin Constant disait : « Tout est moral dans les individus, mais tout est physique dans les masses. [...] Chacun est libre individuellement, parce qu'il n'a individuellement affaire qu'à lui-même, ou à des forces égales aux siennes. Mais dès qu'il entre dans un ensemble, il cesse d'être libre ».

Fin de la récréation

Voler un billet de 100 euros n'a pas la même symbolique que de se le fabriquer soi-même, même si les deux procurent le même pouvoir d'achat. Car dans ce dernier cas, on touche à la sécurité de l'État. La monnaie est quelque chose de sérieux ; ce qui est en jeu n'est pas un vulgaire actif spéculatif, mais bien la souveraineté nationale.  Il serait naïf de penser que les Banques centrales vont rester les bras croisés face à l'hystérisation collective. Christine Lagarde (BCE) tout comme Jerome Powell (FED) ou encore Agustin Carstens (Banque de Règlements intérieurs, la Banque des banques, BRI) vont siffler la fin de la récréation si le Bitcoin continue à aiguiser l'appétit des investisseurs.

Certes, leurs interventions dans les différents médias sont pour le moment prudentes, tant que les sommes en jeu demeurent relativement modestes (quoique, 850 milliards de capitalisations du marché du Bitcoin), invitant les investisseurs à la vigilance, mais elles sont de plus en plus prégnantes. Ils insistent dorénavant sur l'utilisation frauduleuse du Bitcoin et mettent en exergue les activités mafieuses et terroristes qui se cachent derrière ces transactions. Le jour où ils estiment que la « plaisanterie » a assez duré (à l'instar de la Banque centrale du Nigéria - CBN -  qui a décidé du jour au lendemain de fermer tous les comptes des clients utilisant les cryptomonnaies), ils légifèreront sur la question, ça sera la fin du Bitcoin.

Dans ce cas, l'adage qui voudrait que les arbres ne montent jamais jusqu'au ciel aura tout son sens. Le Bitcoin se rapprochera dès lors de sa valeur d'équilibre, le néant. Il ne faut pas, non plus, faire le Cassandre grincheux et jeter le bébé avec l'eau de bain, la blockchain est une excellente technologie et un progrès indéniable qu'on aurait tort de sous-estimer.

Lire aussi : Elon Musk rend possible l'achat d'une Tesla en bitcoin, pour prouver l'usage

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2021 à 22:18 :
Personnellement, j'en chie dans les chaumière de ce Bitcoin. J'en ai marre que l'on vienne m'enquiquiner sur des sujets où le fond ne m'intéresse guère. Je préfère ne pas en parler.

Jean-Jacques Lefèvre.
a écrit le 07/04/2021 à 15:49 :
😂😂😂 Un bien bel article avec de bien jolis mots mais basé sur une furieuse méconnaissance technologique.
Croire qu'un gouvernement ou n'importe qui peut arrêter le progrès va complètement à l'encontre du sens donné à cet article qui fait l'apologie du passé d'une nation, voir de l'humanité, comme fondation pour un outil du présent et du futur. Ce qu'on apprend avec l'histoire c'est que personne n'a encore réussi à arrêter le progrès, ni les religions, ni les politiques et aucun autre mouvement farci de dogmes. A l'arrivée de la locomotive, nombreux sont ceux qui ont crié à l'hérésie, les médecins prédisant la folie ou la mort à ceux qui oseraient monter dans un wagon.
Que vous le vouliez ou non, chacun à le choix de sa monnaie, il suffit que cette dernière subisse une adoption massive pour qu'elle persiste et gagne la confiance de ses utilisateurs, car oui la monnaie est avant toute chose une histoire de confiance. Croire que le FMI puisse arrêter l'échange de crypto-monnaie, c'est croire qu'on pourra arrêter Internet car vous avez oublié le concept le plus important de la Blockchain et le fait que cette technologie n'est contrôlable par personne, la décentralisation.
Et je vais faire mon devin, 2021 sera l'année des records pour cette technologie car si vous aviez un peu creusé la question, vous auriez pu constater que de nombreux projets sont dans les tuyaux prêt à renverser toute une économie basée sur la dette et l'asservissement des peuples.
2021 l'année de la bascule, on en reparle en décembre quand selon vous le Bitcoin sera retourné au néant, tout comme la locomotive en son temps 😂
a écrit le 06/04/2021 à 23:24 :
Que pensaient les possesseurs d'or lorsque les billets de banque sont arrivés sur le marché 🙈
Blague à part, continuer à exprimer le bitcoin ou autre cryptomonnaie en dollars ou autre monnaie fiduciaire n'a pas de sens. Dans peu de temps les entreprises accepteront ces tokens et les monnaies classiques perdront leur intérêt. Investir dans le bitcoin est spéculatif pour certains mais un pari vers l'avenir pour d'autres. Si vous avez le bagage technique adéquat intéressez vous à la technologie sous-jacente. Vous serez surpris de comprendre que la révolution est en marche elles s'appellent bitcoin, ethereum, bnb... D'autres n'existent pas encore mais que vous le vouliez ou non c'est la plus grande révolution technologique depuis le web.
Ce ne sont pas des monnaies, ce sont les supports de technologies formidablement adaptés à nos usages.
a écrit le 06/04/2021 à 17:33 :
Tres bonne tribune. "l'hysterie Bitcoin" se retrouve tres justement dans les commentaires.
a écrit le 03/04/2021 à 17:29 :
"alors qu'il atteignait difficilement les 3.800 dollars il y a encore un an." haha la blague, je ne lirai pas plus loin. 1er et dernier article que je lis sur ce site.
a écrit le 03/04/2021 à 14:35 :
Évidemment qu il veulent sonner la fin de la récré mais seulement parce qu ils veulent asservir les peuples en contrôlant la monnaie et surtout grâce à des pseudos philosophes qui en citant des phrases et dictons du passé se pensent au goût du jour ,Lagarde et les autres veulent supprimer le bitcoin pour créer un euro numérique hilarant ,bitcoin est l argent de la drogue,du terrorisme 😄il me semble bien que Pablo c était du dollar non ,le bitcoin pollue mais l argent papier évidemment n a aucu impact écologique c est les papeteries,l encre avec toute sa chimie et évidemment tout l électricité pour servir tout ça quand a l or métal si noble 😄qui remplie les terres de mercure et tout un tas de produits chimiques pour l extraire ,le purifier alors laisser tomber vos scénarios dites nous juste qu on ne veut pas que les peuples s enrichissent pour mieux les exploiter voilà exactement ce que sera la raison de l interdiction du bitcoin
a écrit le 02/04/2021 à 19:33 :
Très beau style pour du journalisme de propagande.
Résumer la blockchain au BTC et rattacher le BTC aux activités illégales, c'est digne du 20h de TF1.
a écrit le 02/04/2021 à 12:14 :
Je commence à croire que les journalistes des MSM et les académiciens sont un vrai cancer. Propaganda au service de l’état et des Banques Centrales. Ces dernières années ils sont en train d’être discrédités.

HFSP Mr. Bouoiyour
a écrit le 01/04/2021 à 22:50 :
Le crime organisé, terroristes et autres n ont pas attendu BTC.. Le Roi $ et là...
a écrit le 01/04/2021 à 10:19 :
Quelle tribune!
Cela fait longtemps que je n'avais pas lu un article aussi bien construit.
Peu importe si l'on fait parti de l'ancien monde ou du nouveau promis et à venir ou pas.
Que l'on soit pour ou contre le bitcoin.
Là n'est pas la question, ni le sujet.
La spéculation est un puits sans fond qui ne génère au final que des pertes.
a écrit le 01/04/2021 à 10:19 :
Quelle tribune!
Cela fait longtemps que je n'avais pas lu un article aussi bien construit.
Peu importe si l'on fait parti de l'ancien monde ou du nouveau promis et à venir ou pas.
Que l'on soit pour ou contre le bitcoin.
Là n'est pas la question, ni le sujet.
La spéculation est un puits sans fond qui ne génère au final que des pertes.
a écrit le 31/03/2021 à 23:15 :
Tellement de dommage de laisser des individus écrire des articles sur des sujets dont il n'ont aucune maitrise et l'on peut meme dire qu'ils n'en n'ont aucune connaissance. Une seule chose à repondre à cet article.
IN VIRES NUMERIS !
Réponse de le 02/04/2021 à 5:42 :
Oui exactement mais l'époque veut ça : tout le monde aime bien écrire sur des sujets qu'il ne connait pas .... Déja sur le Nigéria ce qui est écrit est factuellement inexact, ils sont revenus sur leur propos et en parallèle le cours s'est envolé sur les exchanges P&P au Nigeria... Pour le reste, effectivement c'est un peu à coté de la plaque. Cela fait plus de 10 ans que la valeur du BTC progresse chaque année, que le nombre de wallets progresse, que des plus en plus d'institutions l'adopte, ..., Paypal VISA acceptent maintenant les cryptomonnaies, les Etats ont bien compris et sont gagnants en taxant les plus values réalisées (flat taxe 30% en France). Cela doit faire plus de 8 ans que je collectionnent ce type d'article prédisant la chute du BTC et qui deviennent très amusants à lire une fois le temps passé.
a écrit le 31/03/2021 à 22:17 :
Je résume l'article : "j'aime pas les épinards mais manger des épinards est bénéfique pour la santé..." Le gars a quand même perdu des minutes de sa vie pour écrire un pamphlet à l'encontre du bitcoin pour finir par: "la blockchain est une excellente technologie et un progrès indéniable". Le bitcoin est devenu un symbole de la naissance de la blockchain et justement des millions de personnes font confiance en cette blockchain et commence à écrire l'histoire commune de la blockchain d'où le prix du bitcoin, car bien sûr que des projets bien plus innovants que le bitcoin existe, y'a qu'à regarder la defi, c'est donc justement tout l'inverse de ce qui est écrit dans ce très mauvais article, comme pour les monnaies nationales c'est la confiance dans ce futur qu'est la blockchain qui donne autant de valeur au bitcoin.
a écrit le 31/03/2021 à 18:51 :
A mourir de rire, l’auteur de l’article incarne parfaitement cette suffisance et cette médiocrité qui caractérise le monde universitaire français
a écrit le 31/03/2021 à 17:37 :
Tant que l'on a des analyses de cette profondeur, vous pouvez acheter du bitcoin les yeux fermés ;-)
a écrit le 31/03/2021 à 14:25 :
Oui le Bitcoin est un actif spéculatif. Ceux qui prétendent le contraire le font par intérêt personnel. Ceux qui trouvent une explication logique à l'augmentation forte de la valeur du Bitcoin font sourire.
Par contre, l'article verse dans l'exagération opposée, et sa conclusion "Le Bitcoin se rapprochera dès lors de sa valeur d'équilibre, le néant" semble tout autant absurde.
La réalité, c'est que c'est un actif spéculatif. Point. Le reste, c'est de la religion.
a écrit le 31/03/2021 à 14:24 :
Oui le Bitcoin est un actif spéculatif. Ceux qui prétendent le contraire le font par intérêt personnel. Ceux qui trouvent une explication logique à l'augmentation forte de la valeur du Bitcoin font sourire.
Par contre, l'article verse dans l'exagération opposée, et sa conclusion "Le Bitcoin se rapprochera dès lors de sa valeur d'équilibre, le néant" semble tout autant absurde.
La réalité, c'est que c'est un actif spéculatif. Point. Le reste, c'est de la religion.
a écrit le 31/03/2021 à 13:48 :
Une opinion si systématiquement à charge contre les cryptoactifs que l'on peut douter de son sérieux.
a écrit le 31/03/2021 à 12:32 :
C'est jamais facile d'accepter ce qui est sans juger, extrapoler. Chaque univers personnel à toute ces raisons de penser ce quel pense et l'échanger dans un débat constructif permet de nourrir l'univers de chacun.
Cette article n'alimente que l'opinion des gens qui pense pareil. A mon sens et rien qu'à mon sens, ce n'est pas un travail de journalistes mais encore quelqu'un qui donne son point de vue personnel sans essayer d'expliquer ou argumenté quoi que se soit.
Savoir mettre des formes en orientant son discours pour ralier l'opinion des autres a sa cause, moi j'appelle cela de la manipulation.
a écrit le 31/03/2021 à 11:50 :
La Tribune de Monsieur Jamal Bouoiyour vaut ce qu'elle vaut et reflète un opinion, bien tranché ceci étant. Néanmoins agiter le spectre du terrorisme et du crime organisé est de plus en plus un non-sens lorsque l'on connait les politiques KYC (know your customer) et KYT (know your transaction) de plus en plus sévères des plateformes d'échange (relire le rapport TRACFIN 2019). En outre la part de marché des cryptomonnaies oscille entre 0,5 et 1,1% des transactions illicites, ce qui est bien moindre que les opérations en argent liquide ou des transactions bancaires sales (2000 milliards de $ blanchis par les principales grandes banques US en 20 ans...).
Pour le reste, il ne s'agit que d'une tribune...
Réponse de le 31/03/2021 à 15:04 :
Merci pour ce commentaire pertinent, qui a la mérite de mettre les choses en perspective, ce que ne fait pas l'auteur de cette tribune exclusivement à charge. Mais il ne s'agit en effet que d'une tribune...
a écrit le 31/03/2021 à 11:50 :
La Tribune de Monsieur Jamal Bouoiyour vaut ce qu'elle vaut et reflète un opinion, bien tranché ceci étant. Néanmoins agiter le spectre du terrorisme et du crime organisé est de plus en plus un non-sens lorsque l'on connait les politiques KYC (know your customer) et KYT (know your transaction) de plus en plus sévères des plateformes d'échange (relire le rapport TRACFIN 2019). En outre la part de marché des cryptomonnaies oscille entre 0,5 et 1,1% des transactions, ce qui est bien moindre que les opérations en argent liquide ou des transactions bancaires (2000 milliards de $ blanchis par les principales grandes banques US en 20 ans...).
Pour le reste, il ne s'agit que d'une tribune...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :