Le coronavirus en Chine, et après ?

 |   |  713  mots
(Crédits : DR)
LE MONDE D'APRES. Au moment où les Chinois reprennent progressivement le chemin de leurs bureaux et usines, et où la vie va, nous l'espérons, y reprendre d'ici 1 mois ou 2 son cours normal, nous nous sommes interrogés sur les effets à plus long terme de cette épidémie sur les consommateurs chinois - y aura t'il un avant et un après Covid-19 ? Par Nathalie Cabart, Business Development Partner chez June Marketing

Voici un condensé des propos fraîchement recueillis auprès de nos prestataires et partenaires chinois, chiffres et verbatim consommateurs à l'appui.

Tout d'abord, notons que les Chinois semblent très satisfaits de la façon dont leur gouvernement a géré la situation. Les mesures de confinement ont été accueillies comme une façon de se protéger soi, mais aussi de protéger les autres, avec une conscience collective forte, et un certain sentiment de fierté à respecter les consignes et recommandations d'hygiène et de sécurité.

Une de nos partenaires avouait ce matin « ne pas avoir mis le nez en dehors de chez elle depuis 30 jours ». Un changement radical dans son mode de vie, car elle fait partie de ces très nombreux «workaholics» qui ne passent habituellement que peu de temps en famille. Mais se retrouver 24h/24 avec son mari et ses 2 enfants quand on n'en a pas l'habitude, ça n'est pas si facile. Beaucoup se sont dirigés vers des activités de loisirs simples et souvent orientées vers le développement personnel ou une recherche plus profonde de sens : cuisine (28%*), lecture et cours divers online (26%*), sport/yoga (23%, plutôt des femmes*).

Lors de cette parenthèse forcée, on réalise l'importance de la vie de famille, et de tout ce que l'argent ne peut pas acheter. « I really enjoy family time with my husband and child. I realized I didn't give enough attention to them in the past ». D'ailleurs la relation au travail va s'en trouver inévitablement bouleversée : une envie d'un meilleur équilibre pro/perso, le home office qui a fait ses preuves, les réunions « virtuelles» tout aussi efficaces...

Alors, que va-t'il se passer maintenant ?

Contrairement à ce que l'on a pu observer au moment de la crise du SRAS, il est peu probable que l'on assiste cette fois à un phénomène de « revenge consumption post Covid-19 ». Achats, tutos, cours en ligne, vidéos Tik-Tok... 34%* ont essayé les consultations de santé en ligne, 33%* ont essayé une formation en ligne, 29%* ont essayé le home office.

Expérience - un mot clé et structurant du nouvel environnement retail qui va apparaître . On le disait, de nombreux points de vente ont ou vont fermer ; ceux qui vont survivre et renaître seront ceux qui sauront proposer au consommateur un shopping 'expérientiel'... Un nouveau modèle de retail brick & mortar est à inventer - de belles opportunités à saisir !

La beauté est probablement une des catégories dont la consommation va repartir en premier . Le retour au bureau, la nécessité de se montrer sous son meilleur jour - surtout en ces temps d'insécurité de l'emploi, il faudra faire bonne figure - mais aussi de retrouver une forme de confiance, seront autant de motivations à replonger dans le skin care.

L'industrie de la santé, du bien-être et du vivre sain sera indéniablement la grande bénéficiaire du Coronavirus . Comme l'efficacité des traitements contre de tels virus n'est pas garantie, il devient essentiel d'agir en amont.

Prévention, amélioration de sa santé, renforcement des défenses immunitaires du corps - avec un intérêt accru pour une alimentation plus saine, pour la médecine traditionnelle chinoise qui s'est montrée plutôt convaincante face au virus, pour les compléments alimentaires, mais aussi le yoga, les massages, le sport...

A l'inverse, le grand perdant pourrait être le luxe . 61%* des consommateurs ont réduit ou totalement coupé leurs dépenses en luxe, et 21%* déclarent vouloir réduire leurs dépenses en luxe après la fin de l'épidémie.

Enfin le tourisme, affecté de plein fouet pendant la crise, restera marqué par l'épisode . Lorsque les Travel Bans seront levés, il est fort probable que les chinois privilégient des destinations domestiques, notamment celles faisant la part belle à la nature et au grand air, où ils pourront passer du temps en famille et retrouver un sentiment de réconfort et de sécurité.

****

Notes aux rédacteurs : Merci à Karen Tsai (Omnisight), Sophia Xu (Unique View) et Barry Tse (Wisdom Asia) d'avoir partagé avec June leur point de vue d'experts consommateurs depuis la Chine.

* Etude WeChat réalisée entre le 6 et le 9 février 2020, auprès de 1093 répondants

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2020 à 16:32 :
Tout est dans l'attitude face à chaque instant :
- fait-on assez confiance en LA VIE ?
- dit-on suffisamment bien nos énergies nous servir ?
- changera-t-on assez vite des croyances aux drames que la société nous tend de tous côtés ?
- voulons nous évoluer et saisir à temps le CHANGE-MENT (se croire bien si loin de la nature et de ses bienfaits vitaux, en attendant trop des autres, de l'extérieur ?
- saurions-nous nous contenter des joies simples de l'existence ?
a écrit le 30/03/2020 à 14:21 :
La Chine est une dictature communiste stalinienne.Sommes nous prêts à sacrifier nos libertés pour une pandémie. Perso, pas longtemps. La mort de quelques uns ne doit pas empêcher la vie milliards d'autres. Pas politiquement correct, certainement pas juste, mais c'est pas moi qui est inventé la sélection naturelle, ni inventé les virus.
a écrit le 30/03/2020 à 10:32 :
"Tout d'abord, notons que les Chinois semblent très satisfaits de la façon dont leur gouvernement a géré la situation"

Bah d'un autre côté, en ont il le choix ?

Je suis d'accord avec cette analyse mais ça sent encore une fois une demande que la classe productrice change notre société alors qu'elle n'a absolument aucune emprise sur les outils de production et les capitaux et ne peut donc strictement rien faire. Tout le monde veut que l'impossible arrive sans expliquer pourquoi c'est impossible, nous ne pensons plus nous ne faisons plus que bêtement croire et attendre que notre croyance arrive, on peut même se demander si on l'attend encore en fait, c'est n'est devenu plus qu'un manichéisme.

Les dragons célestes vont imposer l'ancien système, sauf si un nouveau peut leur permettre de gagner encore plus encore plus vite ce qui n'est pas possible, ce système d’États soumis aux mégas riches est optimum pour eux ils ne peuvent rêver de mieux se fichant de détruire la planète et de tuer son humanité, pire sachant qu'il n'y a que commence ça qu'ils peuvent gagner toujours plus.

"La notion de libre arbitre a été inventée par les classes dirigeantes" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :