Les startups, maillons forts d’une autonomie stratégique européenne

 |   |  742  mots
La souveraineté
numérique,
technologique ou
industrielle nécessite
d’importants moyens
pour financer
l’innovation. [DR]
La souveraineté numérique, technologique ou industrielle nécessite d’importants moyens pour financer l’innovation. [DR] (Crédits : DR)
OPINION. Les jeunes pousses françaises sont nettement sous-financées, comparées aux startups américaines et chinoises qui mobilisent d’importants fonds privés ou publics. Par Jérôme Faul, managing partner, Innovacom.

La vente survenue récemment de deux fleurons technologiques français, Latécoère et Photonis, serait, il y a encore peu, restée hors radars (lire page 17). Mais les temps changent. Inquiets de voir partir dans des mains étrangères des technologies qu'ils estimaient essentielles pour la défense en France, 17 députés, ont interpellé en fin d'année dernière le Premier ministre. « Notre autonomie stratégique repose sur notre aptitude à maîtriser des compétences scientifiques, technologiques et industrielles clés », ont-ils lancé à Édouard Philippe. Le refrain n'est pas nouveau. Mais il a clairement repris de la vigueur depuis quelques mois.

Les craintes que soulèvent les Gafa, grands ordonnateurs de nos vies digitales, ou Huawei, suspecté de mettre en danger la confidentialité des données véhiculées par la 5G, comptent beaucoup dans cette prise de conscience. Il en va de même de la bataille pour le leadership technologique, dont la 5G n'est qu'une des pièces maîtresses, que se livrent les États-Unis et la Chine. Cette nouvelle guerre froide pousse l'Europe et ses membres à sortir de leur torpeur et revisiter leurs dogmes. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2020 à 10:53 :
Voilà l'ambition européenne, une politique de l'offre a tout va, genre pédalage dans la semoule pour la chauffer, un monde virtuel aussi inutile que les taux d'intérêt négatif... pour passer du coté obscur de "la chose"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :