Maintenir l'emploi exige une haute qualité du dialogue social

 |   |  858  mots
Bernard COHEN-HADAD, président de la Cpme Paris Île-de France.
Bernard COHEN-HADAD, président de la Cpme Paris Île-de France. (Crédits : CPME Île-de-France)
OPINION. La reprise du travail, comme de la consommation, est attendue avec impatience par nos TPE-PME et inquiétude par nos salariés. Par Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Île-de-France.

Le déconfinement se déroule par étape. Et l'on attend avec impatience les effets de la « 2ème vague du retour à l'emploi » dans les entreprises qui démarre le 1er juin. La France a plébiscité le chômage partiel :  12.9 millions de salariés dont 3 millions en Île-de-France. Mais la reprise marque le pas.

A titre d'exemple, depuis le 11 mai, 500.000 salariés ont emprunté, chaque jour, les transports en communs. Ils sont 1.5 à 2 millions en période normale. La reprise du travail, comme de la consommation, est attendue avec impatience par les TPE-PME et inquiétude par nos salariés quand on évoque des baisses de salaires pour maintenir l'emploi.

Le risque de licenciement existe

La crise sanitaire a été sans précédent et l'on peut justement se demander si les 450 milliards de moyens financiers mis en place par l'Etat et les régions, pour soutenir l'activité économique, suffiront à éloigner le risque d'une crise économique et sociale. D'autant que l'on annonce une baisse du PIB de 10 à 14 %. Sur le front de l'emploi, le chômage...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2020 à 9:06 :
virer tous les drh les salaries ne sont pas des ressource humaines
mais des femmes et des hommes qui enrichisse la nation
considéré le personnel comme des machines
et pire que le racisme
et la c'est la philosophie de ces d r h
a écrit le 10/06/2020 à 7:58 :
En France, le dialogue social est une fiction et la manière avec laquelle l'Exécutif exerce son pouvoir en est la démonstration. Il n'est pas contrebalancé par un Parlement devenu une assemblée de Notables, loin d'être les successeurs du Tiers Etat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :