Prêt garanti : les PME peuvent aussi se tourner vers les plateformes de crowdfunding

 |   |  772  mots
(Crédits : Reuters)
À côté des réseaux bancaires, les plateformes de prêt en ligne peuvent elles aussi proposer des prêts garantis par l'État aux entreprises rencontrant des difficultés de trésorerie. Les modalités de distribution viennent d'être définies et les premières instructions de dossiers débutent.

En cas de difficultés de trésorerie liées à la crise du coronavirus, une entreprise peut se tourner vers sa banque pour solliciter un prêt garanti par l'État (PGE), ces prêts distribués depuis le 25 mars dans tous les réseaux bancaires et dont le risque de non remboursement est porté à 90% par l'État. En principe, depuis le 8 mai dernier, les plateformes de prêt en ligne, ayant le statut d'intermédiaire en financement participatif, peuvent aussi proposer ce nouveau produit bancaire. Mais jusqu'à cette semaine, les modalités techniques n'avaient pas encore été arrêtées. C'est maintenant chose faite et quelques acteurs du crowdfunding, comme October, PretUp et Unilend, s'apprêtent à instruire leurs premiers dossiers.

Un taux à 2%

Quelles différences avec un PGE obtenu auprès d'une banque ? À première vue aucune : il s'agit d'un prêt de trésorerie d'une durée d'un an, renouvelable...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2020 à 0:59 :
c'est une drôle de perspective que de compter sur le crow funding!

Si l'on sait que les investisseurs sont comme les lapins devant les phares d'un camion, et qu'ils pensent comment pouvoir se retirer d'investissement sans provoquer une surréaction du marché, je dois dire que vouloir faire financer par tous l'incapacité économique de visibilité de l'institution, alors l'individu....
a écrit le 21/05/2020 à 9:47 :
Le crowd funding n'est pas la solution ;

La solution c'est que toutes les entreprises puissent faire appel directement au marché jusqu'à concurrence de leurs fonds propres et de leurs actifs.

Les Français sont adultes, ceux qui sont proches des entreprises sont parfaitement capables de prendre conseils pour investir directement dans les entreprises de leur choix.

C'est une des réformes qui doit etre prioritaire ;
Réponse de le 21/05/2020 à 18:49 :
@Réforme 21/05/2020 9:47
L'idée est bonne mais
1. Si la société n'est pas cotée en bourse, c'est difficile de faire appel au marché.
2. Si, par exemple, AF-KLM (ou Renault) décidait une augmentation de capital ou émissions d'obligations convertibles ou autres instruments financiers, cela se ferait dans des conditions financières désastreuses.
Le prêt garanti par l'Etat est un pis-aller.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :