Pourquoi le marché du conseil n'échappera pas à l'ubérisation

Les PME peuvent avoir accès aussi au monde du conseil, grâce aux nouvelles plateformes. Par Gaelle Ottan, fondatrice de Myexperteam

3 mn

(Crédits : DR)

Le conflit opposant la société Uber aux Taxis a mis sur le devant de la scène les start-up et leurs modèles disruptifs. A la fois fasciné et effrayé par ces nouveaux modèles, le grand public a découvert avec une certaine violence, les avantages, les conflits d'intérêt et les révolutions d'usages que peuvent engendrer les nouveaux services portés par les start-ups. Certaines de ces très jeunes sociétés sont devenues en quelques années plus puissantes que des entreprises dominant leur marché depuis plusieurs décennies. Portées par des entrepreneurs qui ne reculent pas devant les conventions, ces startups qui « ubérisent » leur secteur dessinent à la fois une nouvelle manière de vivre, de consommer, de travailler et d'échanger.

Le secteur du conseil concerné, aussi

Le secteur du conseil dans lequel j'ai décidé de créer ma start-up, n'échappera pas non plus à des transformations radicales. Elles sont d'ailleurs en cours depuis maintenant quelques années, portées par Internet et ses plateformes de mises en relation, qui rapprochent beaucoup plus facilement les entreprises qui recherchent des compétences, et les experts qui les possèdent.
Bien avant de me lancer dans l'entrepreneuriat, le marché du conseil me laissait déjà dubitative... Alors qu'étudiante, la plupart de mes camarades en cursus général s'orientaient vers des carrières de consultants en grand cabinets, j'avais déjà du mal à saisir la valeur ajoutée de ce métier générique. Un consultant en tout est par définition compétent en rien... je pense que la légitimité à conseiller passe avant tout par la spécialisation sur un sujet.

Un nouveau modèle plus collaboratif et moins cher

Les centaines d'entrepreneurs rencontrés grâce à mon blog 1001startups m'ont fait réaliser que malgré un très grand nombre d'acteurs sur le marché du conseil, un nouveau modèle plus collaboratif et moins cher restait à inventer pour répondre au besoin des entrepreneurs et petites entreprises, qui représentent pourtant 94% des entreprises en France.
Si le marché du conseil aux entreprises représente en France près de 5 Milliard d'Euros, plus de la moitié des PME et près de 70% des TPE n'y ont jamais eu recours. Les raisons évoquées par ces petites entreprises sont souvent les mêmes... Si le coût est le premier frein, l'aspect chronophage et théorique du conseil sont également souvent cités. Si l'on rajoute à cela la difficulté d'identifier et de sélectionner le bon interlocuteur et la possibilité d'y accéder géographiquement, on comprend aisément l'aversion des entrepreneurs à recourir au conseil.

Une chance pour les utilisateurs et les entreprises

Pourtant, depuis ces dix dernières années, Internet et les nouvelles technologies forcent à penser et à travailler autrement. Cette disruption dans tous les secteurs est une chance pour les utilisateurs et les entreprises d'avoir accès plus facilement à plus de services. Grâce aux technologies, il est beaucoup plus aisé de se former, d'identifier, de contacter et de travailler avec des personnes hors de nos réseaux. Les relations entre les professionnels et leurs attentes ont évolué à travers ces nouveaux usages, portés par une génération d'entrepreneurs plus jeunes (20% des entreprises sont aujourd'hui créées par des moins de 30 ans).
Les plateformes de mise en relation directes permettent d'éliminer les intermédiaires et diminuent donc les coûts. Elles permettent également d'identifier pour chacune de ses problématiques le spécialiste qui pourra nous aider, qu'il soit dans la même ville ou à l'autre bout du monde.
Avec Myexperteam, nous avons pour ambition de démocratiser et de faire éclater les barrières de l'accès aux compétences pour les TPE/PME. Comme d'autres acteurs tels que TheFamily, Hopwork, Textmaster ou Creads, nous croyons à la disruption du marché des services aux entrepreneurs.
Près d'un demi-million d'entreprises sont créées tous les ans en France, et un français sur 3 rêve d'entreprendre. Les entrepreneurs et ceux en devenir constituent donc un très gros marché sur lequel les start-up qui s'imposeront deviendront en peu de temps aussi puissants que les plus grands cabinets de conseil...

Gaëlle Ottan
Fondatrice de Myexperteam

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/09/2015 à 17:27
Signaler
Bonjour, Je me pose cependant la question : est-ce que 30 mn de SEM à 80€HT ce n'est pas quoi qu'il arrive de l'argent perdu quand on sait que les investissements pour être rentables doivent être pensés sur la durée et, surtout, nécessitent un éc...

à écrit le 09/09/2015 à 14:25
Signaler
En ce qui concerne le conseil aux entreprises, il convient de mettre fin à la concurrence déloyale des CCI Chambres de Commerce et d'Industrie qui proposent des conseils frelatés dispensés par des stagiaires, amateurs, et autres charlatans alors q...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.