Présidence française de l'UE : renouer avec une agriculture pragmatique et innovante

OPINION. Alors que la France va exercer pendant six mois la présidence du Conseil de l'UE, on aimerait que le pays des Lumières et de Descartes s'illustre en faisant référence aux valeurs basées sur le rationalisme, la démarche scientifique et le pragmatisme. On espère que la présidence française promouvra une démarche de progrès dans tous les domaines, qu'il s'agisse de transition ou d'agriculture... Les chantiers sont énormes. Par Catherine Regnault-Roger, professeur des universités émérite à l'Université de Pau et des pays de l'Adour, membre de l'Académie d'Agriculture de France.

9 mn

Récolte de blé à Blécourt, dans le département du Nord, en juillet 2021.
Récolte de blé à Blécourt, dans le département du Nord, en juillet 2021. (Crédits : Reuters)

Dans un pays repu comme la France, nombre de Français oublient qu'ils vivent dans une situation d'abondance. Les jeunes générations ont oublié ce qu'avoir faim signifie. Or la pandémie de la Covid-19 a souligné combien l'agriculture était un secteur essentiel. Des signaux indiquent que la crise alimentaire n'est pas impossible. Récemment, des rapports du Sénat ou de la Cour des Comptes ont souligné que l'agriculture française était en difficulté, avec des pertes de marché significatives pendant que nos voisins européens, eux, progressent. Il serait bien que le gouvernement de notre pays se demande pourquoi les autres s'en sortent mieux. Peut-être se rendrait-il compte que ce déclin est dû aux choix hasardeux qui ont été faits par pure idéologie dans le domaine agricole au cours des dernières années, ainsi qu'à la promotion de la décroissance. Comment faire pour relancer la machine ?

Réviser la législation pour favoriser l'innovation sur les OGM

Malgré le dynamisme des programmes Horizon 2020, devenu Horizon Europe, le nombre de brevets européens en matière de biotechnologies végétales s'avère largement insuffisant comparé à la concurrence mondiale : la Chine en a déposé 10.624, les Etats-Unis 8.800, le Japon 2.143, pendant que l'Allemagne en a déposé 1.530 et la France 1.007, selon l'Organisation mondiale de la Propriété intellectuelle.  Notre pays souffre de lourdeurs administratives qui découragent la finalisation des inventions faites en France mais qui se développent à l'étranger. Les péripéties du vaccin anti-Covid19 de la société Valneva en donne un bel exemple. Le fait qu'Emmanuelle Charpentier, l'une des co-inventrices de CRISPR, système permettant de couper l'ADN à un endroit précis du génome, bien que née en France et ayant étudié à l'Institut Pasteur, ait créé avec Jennifer Doudna cette technologie révolutionnaire à l'étranger devrait ouvrir les yeux à nos politiques. Il faudrait simplifier les formalités administratives et un raccourcissement des délais mis à instruire les dossiers, répondre positivement à la créativité avec pragmatisme, donner de la souplesse pour mettre en place de nouvelles solutions, mais aussi supprimer les dispositifs quand ils n'ont plus raison d'être.

Principe d'inaction

Il faut être ouvert à l'innovation et ne pas ériger le principe de précaution en principe d'inaction. Le CRISP par exemple est une rupture technologique majeure  qui réunit toutes les qualités - plus précise, plus facile à mettre en œuvre et peu chère par rapport aux autres techniques existantes : plutôt que d'en faciliter le développement et l'utilisation, la Cour européenne de justice saisi par le Conseil d'Etat français a jugé en juillet 2018 qu'il fallait appliquer aux organismes obtenus par CRISPR la réglementation européenne sur les OGM, qui est une réglementation vieille d'il y a 20 ans et qui est aujourd'hui déphasée par rapport aux progrès scientifiques réalisés. Voici donc un sujet sur lequel la France pourrait revenir lors de sa présidence : moderniser la directive 2001/18 qui est obsolète et appuyer les initiatives européennes pour autoriser les produits d'édition du génome après des études au cas par cas. C'est un enjeu majeur pour faciliter notre innovation agricole.

Faire confiance aux agriculteurs pour choisir les bonnes solutions

A la suite de campagnes d'agri-bashing, le public en est venu à ne plus faire confiance aux agriculteurs : on les imagine répandant toutes sortes de substances sur leurs champs. Or, bien au contraire, ils agissent avec pragmatisme en fonction de la situation de leur parcelle, de leur historique pour protéger la culture qu'ils ont plantée avec soin et en fonction de la pertinence économique. Car les pesticides cela coûte cher et ce n'est pas de gaité de cœur qu'un agriculteur en répand.

Et pour ceux qui pensent naïvement qu'on peut s'en passer, il faut se souvenir que l'agriculture n'a pu se développer qu'en luttant contre les bioagresseurs des cultures : insectes ravageurs, agents provoquant des maladies, rongeurs et oiseaux, etc. Et pour cela, il existe des moyens mécaniques et physiques, des moyens génétiques (sélection variétale classique ou plus rapide via les biotechnologies dont les nouvelles techniques génomiques avec notamment CRISPR), la lutte biologique avec des organismes antagonistes (un insecte qui mange un autre insecte ou pond des œufs qui empêchent son ennemi de se développer), des techniques agronomiques (rotations, décalage des semis, etc.) avec tout un ensemble d'itinéraires techniques que l'on appelle l'agro-écologie, qui doit être pratiquée de manière pragmatique en fonction des situations de terrain sans être « idéologisée », et, enfin, les méthodes chimiques via le recours aux pesticides, qu'ils soient d'origine naturelle (extraits de plantes comme le pyrèthre, extraits de micro-organisme comme le spinosad) ou de nature chimique : minérale comme la  bouillie bordelaise ou de synthèse comme les pyréthrinoides qui ont été modifiées chimiquement à partir du pyrèthre.

En termes d'écotoxicologie, les solutions ayant recours aux pesticides de synthèse ne sont pas forcément les pires contrairement à une idée reçue. La toxicité de la bouillie bordelaise, très utilisée en agriculture biologique, a été mentionnée à de nombreuses reprises. On se souvient aussi du cas de la coccinelle asiatique, utilisée en biocontrôle contre des pucerons mais qui a décimé des populations européennes de coccinelles endémiques et est devenue une espèce envahissante en Europe et en Amérique du Nord.

Avec les connaissances du moment, l'agriculture doit mettre en œuvre des stratégies combinant ces différentes approches. Et les politiques européens qui ont voté le programme F2F, un plan de développement agricole destiné à réduire les usages de terre de 10 %, d'engrais de 20 %, d'antibiotiques vétérinaires de 50 % et de pesticides de 50 % au sein de l'Union européenne (ce qui va mettre la production agricole européenne en difficulté, engendrant d'après les estimations les moins pessimistes une baisse de plus de 10 à 20% des productions européennes) feraient bien de revenir aux réalités du terrain, car là aussi nous risquons de subir la décroissance.

Or, il ne faudrait pas que pour des raisons idéologiques nous nous dirigions vers des impasses. Le cas du glyphosate en est un triste exemple. Le président Macron voulait qu'on en sorte en 2021 alors qu'il n'y a pas de solution de rechange satisfaisante. Quand on constate que la SNCF va utiliser à la place de l'acide pélargonique, un produit qu'on qualifie de « matière active naturelle » bien qu'il soit pour des raisons pratiques synthétisé par voie chimique, un produit qui est moins efficace comme herbicide, plus cher et toxique pour la faune du sol, où est le progrès ?

 Espérons donc que la France saura tirer des leçons de toutes ses erreurs passées pour conduire cette présidence du Conseil de l'Union européenne. Il en va de l'avenir de l'agriculture européenne.

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 22/01/2022 à 14:23
Signaler
"moderniser la directive 2001/18 qui est obsolète" d'autant plus obsolète que tous les résultats de la génétique évolutive depuis 20 ans on montré qu'elle était basée sur des prémisses scientifiques erronés, notamment celui de modifications génétique...

à écrit le 18/01/2022 à 15:12
Signaler
Je me demande qui peut produire un tel article aujourd’hui. Il y a un côté « has been » dans le fond et dans la forme. Il y a tant de chose à faire.

le 19/01/2022 à 18:21
Signaler
Oh, une personne de peu d'importance, insignifiante... Professeur des universités émérite à l'Université de Pau et des pays de l'Adour, membre de l'Académie d'Agriculture de France -- et aussi de l'Académie Nationale de Pharmacie, ce qui n'est pas...

le 20/01/2022 à 11:30
Signaler
"membre de l'Académie d'Agriculture de France -- et aussi de l'Académie Nationale de Pharmacie" Passionnante information, merci beaucoup.

à écrit le 18/01/2022 à 10:47
Signaler
"La perte de marché": Voilà le vocable qui n'est pas compatible avec l'intérêt d'une agriculture saine et efficace que se veut locale et non mondialisé!

à écrit le 18/01/2022 à 8:08
Signaler
"Or, bien au contraire, ils agissent avec pragmatisme en fonction de la situation de leur parcelle, de leur historique pour protéger la culture qu'ils ont plantée avec soin" Vous reprenez la sémantique du lobby agro-industriel qui quand on leur dit q...

à écrit le 17/01/2022 à 20:09
Signaler
quelle est la credibilite d'un pays qui est le premeir ane respecter aucune regle, a commencer par celles du deficit et de la dette? aucune ! voila ou en est votre pays, qui ira la ou son classement pisa va l'amener dans la justice de la rigolade jus...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.