Réduire la vitesse de circulation sans réaménager le territoire, c'est se condamner à rejouer la crise des Gilets jaunes

OPINION. Drogués à la vitesse de l'avion, du TGV et surtout de la voiture, nos modes de vies émettent toujours trop de CO2. Croyant avoir trouvé la parade et s'inspirant des conclusions de la Convention citoyenne pour le Climat, plusieurs candidats à la présidentielle proposent simplement de réduire les vitesses de circulation, au risque de rejouer la crise des Gilets Jaunes. Par Tom Dubois, Christophe Gay, Vincent Kaufmann, Sylvie Landriève, membres du Forum Vies Mobiles et auteurs de « Pour en finir avec la vitesse » paru aux éditions de l'Aube.

4 mn

(Crédits : Lilian Auffret/Hans Lucas)

La journée n'étant pas extensible, si on va moins vite, il faut pouvoir pratiquer ses activités quotidiennes en plus grande proximité. Autrement dit, il faut que l'État stoppe sa politique de métropolisation et repense l'aménagement du territoire en tenant compte des aspirations des citoyens et de la nécessaire transition écologique.

Aller toujours plus vite pour aller toujours plus loin

Avec le train, puis la voiture et enfin l'avion, nous avons connu au cours du XXe siècle une augmentation sans précédent de la vitesse de nos déplacements. Et pourtant, le temps que nous consacrons chaque jour en moyenne à nos déplacements est globalement resté stable : environ une heure et demie. Au lieu de nous faire gagner du temps, la vitesse nous amène à aller toujours plus loin. Résultat, nous avons dispersé nos activités, même les plus quotidiennes, sur des territoires de plus en plus vastes : on habite quelque part, on fait ses courses ailleurs et on travaille encore à un autre endroit. Alors qu'on parcourait quatre kilomètres par jour en France il y a deux siècles, on en parcourt soixante aujourd'hui. Quinze fois plus.

De l'ivresse à l'addiction

Contraints de sillonner quotidiennement des espaces toujours plus vastes, nous souffrons des inévitables frictions engendrées par la vitesse (retards, stress, pollution, congestion, accidents).

Cette dépendance à la vitesse est telle qu'il nous semble impossible de nous en passer malgré l'ampleur et la gravité des problèmes environnementaux qu'elle soulève. Le secteur des transports représente effectivement près de 30% des émissions nationales de CO2. À elle seule, la voiture en est responsable de près de la moitié. Et il n'est pas simple de s'en passer, en particulier pour les habitants des territoires peu denses, qui n'ont pas ou peu d'alternatives. Et si l'avion n'est responsable que de 5% des émissions nationales, malgré une certaine banalisation, son utilisation reste fortement polarisée et beaucoup plus fréquente chez les plus aisés soulignant, si besoin en était, la forte stratification sociale de la vitesse des déplacements.

Pourtant, huit Français sur dix aspirent à ralentir leur rythme de vie et tous, à vivre davantage en proximité. Les aspirations des citoyens, la crise climatique - et l'augmentation du coût des carburants que nous connaissons actuellement - nous invitent donc de concert à en finir avec la vitesse.

Pas de ralentissement sans proximité

Si les candidats à la présidentielle veulent réellement relever le défi posé par la crise climatique et la nécessaire réduction des émissions de CO2, sans pour autant venir exacerber les très fortes inégalités des Français face à la mobilité - autrement dit s'ils ne veulent pas rejouer la crise des Gilets jaunes - ils doivent s'emparer de cette question. Mais il ne s'agit pas seulement d'appeler au ralentissement du rythme de vie, de la vitesse sur les routes secondaires et de la fréquence des déplacements motorisés, mais aussi de s'atteler au réaménagement du territoire national. Il faut ainsi stopper la concentration des services dans les centres des métropoles et concevoir de nouveaux territoires de vie, plus décentralisés, répondant aux aspirations des citoyens. Non pas pour gagner du temps, comme pourrait le laisser croire une lecture trop rapide du slogan « la ville du quart d'heure », mais bien pour que tous les Français puissent vivre au quotidien en plus grande proximité, c'est-à-dire sur des territoires plus restreints, et ainsi limiter leurs déplacements motorisés. Et ce, grâce au redéploiement local de l'activité, des services et des équipements du quotidien autour du domicile : emplois, avec entre autres le télétravail et l'économie résidentielle qui lui est associée, alimentation, restauration, sports et loisirs, etc.

Face à la diversité de nos territoires et de nos modes de vie, nul besoin de fixer des normes trop strictes qui seraient rapidement démenties. Si l'on considère qu'une heure de déplacement par jour reste une moyenne à ne pas dépasser, selon que l'on marche, que l'on utilise un vélo, un véhicule électrique ou les transports collectifs, on doit pouvoir accéder à l'essentiel des activités quotidiennes dans un rayon de deux à quinze kilomètres autour de son domicile, mais pas beaucoup plus et cela quel que soit le type de cadre de vie dans lequel on habite : campagne, petite ville, ville moyenne, métropole régionale. Cela passe aussi par la fin de la course à la taille que se livrent les métropoles, Paris en tête (territoire où l'on passe le plus de temps à se déplacer).

Dans ce nouveau système territorial, qu'on se déplace à pied ou en transports collectifs, certaines personnes déploieront effectivement leurs activités dans un rayon de deux kilomètres autour de chez eux quand d'autres continueront à parcourir jusqu'à trente kilomètres par jour. Ces situations pourront d'ailleurs varier au cours de la vie. Mais, les disparités entre ceux qui se déplacent le plus et ceux qui se déplacent le moins seront beaucoup moins importantes qu'aujourd'hui. Pour tout le monde, les déplacements quotidiens seront moins rapides, les distances plus courtes et la dépendance aux modes carbonés, diminuée.

4 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 25/11/2021 à 17:41
Signaler
ça ne serait pas du "en même temps" ?

à écrit le 24/11/2021 à 18:37
Signaler
Merci beaucoup pour cet article intelligent, l’impact des supermarchés sur notre société doit être proche de Hiroshima. Un camion ça fait 44 tonnes, une bagnole lourde ça en fait 2, il n'est pas difficile de voir qu'en plus d'être dangereux, polluant...

à écrit le 24/11/2021 à 10:51
Signaler
Le grand principe est d'éliminer les déplacements inutiles par un rapprochement local de la production,distribution avec la consommation, entre autre!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.