Retraites : comment la « mère des réformes » incarne le bras de fer entre le pouvoir et la rue

DECRYPTAGE. Depuis 30 ans les propositions de réforme des retraites mobilisent mais débouchent de plus en plus sur la victoire du politique sur la rue. Par Mathias Bernard, Université Clermont Auvergne (UCA)
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)

La réforme des retraites est l'un des enjeux majeurs du second quinquennat d'Emmanuel Macron, qui aspire à être le président qui réglera un dossier ouvert dès le début des années 1990. Lors de la campagne présidentielle de 2022, il s'était d'ailleurs engagé à faire aboutir une réforme dont il avait dû reporter l'adoption début 2020, sous la double pression de la rue et de la crise Covid.

Il s'engage ainsi dans un bras de fer avec les organisations syndicales, dont la mobilisation commence le jeudi 19 janvier 2023 par un appel intersyndical à la manifestation et à la grève.

Si le souvenir du mouvement de novembre-décembre 1995 contre le « plan Juppé » est dans tous les esprits, le contexte politique et social a radicalement changé et contribue à modifier le rapport de forces entre le pouvoir et la rue.

Les grandes manifestations de 1995 constituent un tournant dans l'histoire des mobilisations sociales en France. Jusqu'alors, les grands mouvements sociaux visaient à obtenir des acquis sociaux, comme en mai-juin 1936, voire à défendre l'utopie d'une nouvelle société, comme en mai 1968.

À partir des années 1970, la crise économique, l'attention portée par les gouvernements successifs à la question sociale, la montée de l'individualisme, le déclin du communiste et la dilution de l'identité ouvrière affaiblissent les mouvements revendicatifs.

La jeunesse aux avant-poste de la contestation

Les organisations syndicales adoptent alors une position plus défensive. De fait, c'est plutôt la jeunesse lycéenne et étudiante qui est promue aux avant-poste de la contestation, en 1973 contre la loi Debré), en 1986 contre la loi Devaquet réformant l'Université ou encore en 1994 contre le Contrat d'insertion professionnelle proposé par le gouvernement d'Edouard Balladur et présenté comme un « smic jeunes ». À chaque fois, le pouvoir est contraint d'abandonner son projet de réforme.

Le même Edouard Balladur avait fait adopter une première réforme des retraites, en juillet 1993, sans susciter de contestation frontale. Il avait, il est vrai, pris de multiples précautions : la réforme a été présentée dans la foulée de la très large victoire de la droite aux législatives de 1993, en plein milieu de l'été ; elle s'appuyait sur les recommandations du Livre blanc sur les retraites qui, publié deux ans plus tôt, a suscité une première prise de conscience collective de la nécessité d'une réforme) ; elle concernait les seuls salariés du secteur privé.

Deux ans plus tard, le Premier ministre Alain Juppé adopte une tout autre méthode pour présenter sa réforme, qui étend aux salariés du secteur public les dispositions de la loi de 1993. Comme son prédécesseur, il pensait sans doute profiter de l'état de grâce dont bénéficie traditionnellement un gouvernement en début de mandat, après l'élection présidentielle gagnée en mai 1995 par Jacques Chirac.

Mais cette réforme semble en décalage par rapport à la campagne du candidat Chirac, centrée sur la « fracture sociale ». L'annonce du plan Juppé confirme ainsi, aux yeux de l'opinion, un changement de discours opéré dès la fin de l'été 1995 : la priorité est désormais à la réduction des déficits publics.

Front commun à gauche

À la réforme des retraites s'ajoutent à l'époque une réforme de l'assurance maladie, le blocage du montant de certaines prestations sociales et l'annonce d'un plan de rigueur à la SNCF. Cette accumulation sonne comme une provocation pour les organisations syndicales, mais aussi pour une majorité de l'opinion publique qui soutient la contestation. Un mouvement de grève touche l'ensemble du secteur public - notamment le transport -, scandé par six grandes journées nationales de mobilisation dont la dernière, le 12 décembre, regroupe près de 2 millions de personnes selon les syndicats.

Jamais, depuis mai 68, un mouvement social n'avait mobilisé autant de salariés sur une durée aussi longue : un mois.

L'opposition de gauche, jusqu'alors désarçonnée par la fin du mitterrandisme, voit là une occasion inespérée de reprendre l'offensive. Les intellectuels se déchirent entre ceux qui, derrière Pierre Bourdieu, dénoncent l'avènement d'un néo-libéralisme défendu par la noblesse d'État et ceux qui, derrière l'historien et syndicaliste Jacques Julliard, voient dans ces manifestations le symptôme d'une stérile « mélancolie sociale ».

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du mondeAbonnez-vous aujourd'hui]

Cette épreuve de force tourne à l'avantage de la rue, qui bénéficie du soutien de l'opinion - à tel point que les médias ont pu parler de « grève par procuration ». Le 15 décembre 1995, Alain Juppé en prend acte et retire le projet de réforme des retraites. Cet échec affaiblit l'exécutif dès le début du septennat. Il peut d'ailleurs être considéré comme l'un des facteurs de la défaite électorale de la droite aux législatives provoquées par la dissolution de l'Assemblée nationale de 1997.

Prudence politique

Comme le souvenir de Mai 68 a alimenté, au sein de la classe politique, une véritable phobie des mouvements étudiants, la grève de 1995 et l'échec du plan Juppé ont accrédité l'idée que la réforme des retraites présentait de hauts risques politiques. C'est sans doute ce qui explique l'extrême prudence avec laquelle les gouvernements successifs abordent désormais le sujet.

En 2003, toujours sous la présidence Chirac, c'est significativement le ministre des Affaires sociales, François Fillon, et non le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, qui porte une réforme des retraites tout en se gardant bien de toucher aux régimes spéciaux. Il fait alors face à un important mouvement de grève, qui parvient à mobiliser près d'1 million de personnes. Mais les organisations syndicales ne sont pas soutenues, comme en 1995, par l'opinion publique - et Fillon peut donc faire voter sa réforme.

À l'automne 2007, quelques mois seulement après son élection à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy présente un projet portant à 40 annuités également la durée de cotisation pour les bénéficiaires des régimes spéciaux. C'était d'ailleurs l'une de ses promesses de campagne. Mais, face à un mouvement social particulièrement suivi dans les transports et à EDF, il laisse à son ministre du Travail, Xavier Bertrand, une grande latitude pour négocier des compensations qui font dire à certains économistes que cette réforme est l'une des « réformes ratées du président Sarkozy ».

Affirmer la prépondérance du pouvoir sur la rue

L'impact réel de la réforme importe peu, il s'agit avant tout de donner l'impression du changement et d'affirmer symboliquement la prépondérance du pouvoir du politique sur celui de la rue. Il s'agissait là, pour le nouveau président, d'un enjeu important : dix-huit mois auparavant, en avril 2006, le gouvernement Villepin n'avait-il pas été contraint de retirer son projet de « Contrat première embauche », suite à un mouvement étudiant de grande ampleur, soutenu par une partie des organisations de salariés qui y voyaient une attaque contre le droit du travail ?

Même symbolique, cette victoire du politique permet aux gouvernements successifs d'imposer leurs projets de réforme, face à des mobilisations sociales qui tendent à se multiplier, à se radicaliser et à échapper parfois au contrôle des organisations syndicales - comme l'a montré le mouvement « Nuit debout », en marge de la mobilisation contre la « loi Travail » de 2016 ou encore la contestation des « gilets jaunes », à l'automne 2018.

Un test majeur pour Emmanuel Macron

En 2010, la réforme portée par Eric Woerth est adoptée, en dépit d'une mobilisation qui fait descendre plus d'un million de personnes dans la rue. En 2016 puis 2017, les présidents Hollande puis Macron passent outre la contestation sociale et n'hésitent pas à recourir à l'article 49.3 comme aux ordonnances pour assouplir la réglementation du travail.

Et c'est avant tout la crise Covid, bien plus que la mobilisation de la rue, qui interrompt l'élaboration de la réforme des retraites, engagée à la fin de l'année 2020 par le gouvernement d'Edouard Philippe. Or, le bras de fer entre le pouvoir et la rue qui démarre le 19 janvier pourrait confirmer cette prépondérance du pouvoir sur la rue, d'autant que le gouvernement a pris soin, au préalable, de disposer d'une majorité parlementaire pour faire adopter cette nouvelle réforme, en négociant avec Les Républicains.

Au-delà de la question des retraites, Emmanuel Macron met en jeu sa capacité à affirmer sa légitimité face à des oppositions aux formes multiples. Il s'agit là d'un test majeur, dont l'issue influera forcément sur l'ensemble de son second mandat.

_______

Par Mathias Bernard, Historien, Université Clermont Auvergne (UCA)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/01/2023 à 10:30
Signaler
"Un test majeur pour Emmanuel Macron" Vous voulez dire un test majeur pour les marchés financiers européens qui imposent ces réformes au peuple français donc, parce que le test de la popularité électorale il est passé et invalidé hein. Vas y Manu, le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.