Tous sur écoute

 |  | 1484 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : DR)
SÉRIE D'ÉTÉ POLITIQUE-FICTION - ÉPISODE 6/8. Dans un "House of Cards", version Macron, La Tribune raconte cet été en huit épisodes sous la plume de Marc Endeweld (*), les secrets du quinquennat sous la forme d’un récit mêlant la fiction et la réalité pour montrer comment le président de la République, élu sur la volonté d’un renouvellement de la vie politique et d’un « dépassement » des clivages, se prépare malgré son impopularité à rééditer le « coup » de 2017 en étouffant à petit feu ses adversaires, droite, gauche et écolos... Aujourd’hui, récit notamment avec Nicolas Sarkozy, cador de la politique sur le qui-vive.

Dans ses bureaux de la rue de Miromesnil, Nicolas Sarkozy exulte. Ses pires ennemis - les magistrats du pôle financier - sont pris la main dans le sac. Dans le cadre d'une enquête préliminaire entre 2016 et 2019, ils ont espionnés les téléphones de grands ténors du barreau parisien, qui ont pour caractéristique commune d'avoir appelé maître Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy. Et il y a du beau monde : Dupond-Moretti, Veil, Haïk, Lussan, et Canu-Bernard. Les magistrats financiers se sont également intéressés à la « géolocalisation » des téléphones concernés. Un Big Brother grandeur nature opportunément révélé par Le Point deux semaines avant le remaniement. « On va l'utiliser comme prétexte pour supprimer le PNF ! », s'exclame l'ancien président auprès de l'un de ses amis venu lui rendre visite.  Nicolas Sarkozy n'est pourtant pas étonné. Quelques jours plus tôt, il avait été tenu au courant que le dossier allait sortir... « On va le sortir. Tu fais ton indigné et Belloubet va demander une enquête », lui a même glissé son ami Macron, comme Sarkozy aime le répéter auprès de son entourage.

« Ton indigné. » Au sein du pouvoir, ils sont peu nombreux à conserver leurs illusions sur le respect de la loi concernant les écoutes et surveillances électroniques. Entre les multiples lois « antiterroristes » qui se sont multipliées depuis une vingtaine d'années et les évolutions technologiques, rien n'est plus facile aujourd'hui que d'espionner à distance. « Les smartphones sont devenus de véritables mouchards », avertit un policier spécialisé dans la sécurité informatique. L'arme fatale reste Pegasus, un logiciel israélien capable d'intercepter en temps réel l'écran de votre iPhone. Même plus besoin de passer par le GIC - le groupement interministériel de contrôle -, il suffit de se procurer le matos adéquat via des officines privées.

>> Episode 5 : L'Elysée entre chiens et loups

À l'Élysée, un obscur conseiller de la présidence, qui n'apparaît sur aucun organigramme officiel, ne se prive pas de laisser entendre que n'importe quel appareil peut être surveillé : « Vous savez, vos mails, c'est comme si vous écriviez un blog public », balance-t-il régulièrement aux journalistes. Pas de preuves d'écoutes, mais l'ambiance est à la parano. Au sein du pouvoir, ils sont désormais nombreux à programmer la minuterie de leurs différentes messageries pour supprimer automatiquement leurs messages, façon autodestruction des messages adressés à  l'équipe de Mission Impossible. La Macronie n'est pas la seule à être parano. Mélenchon, Branco et consorts, tous sont persuadés d'être plus ou moins écoutés. Les exclus de la Macronie voient aussi des complots partout : « Les digues de l'État de droit ont vraiment sauté ! » s'exclame l'un d'eux. « Mais non, c'est l'esprit transgressif du Nouveau Monde. Ce sont tous les codes classiques qui ont sauté », lui rétorque un ministre encore bien en cours.

C'est que depuis la victoire d'Emmanuel Macron, on assiste à des rapprochements étonnants. Bousquet de Florian, jusqu'alors grand coordonnateur du renseignement à l'Élysée, patron de la fameuse task force, devenu directeur de cabinet de Gérald Darmanin, a décidé d'enterrer la hache de guerre avec son pire ennemi, Bernard Squarcini. « C'est normal, c'est l'union nationale ! », rigole l'ancien patron du renseignement intérieur. D'ailleurs, celui-ci avait également été pris la main dans le sac il y a dix ans. Ses services avaient espionnés les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, pour tenter de découvrir quelles étaient leurs sources dans l'affaire Bettencourt. À l'époque, le scandale avait été énorme.

Aujourd'hui, Frédéric Veaux, l'ancien numéro 2 de la DCRI (à l'époque l'adjoint de Squarcini), est devenu le directeur général de la police nationale. Et sa compagne, la magistrate Véronique Malbec, est devenue la directrice de cabinet du nouveau Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti. Interrogé à l'époque par la justice sur l'affaire des fadettes, Frédéric Veaux avait répondu dans le vague : « Ayant pris mes fonctions au mois de janvier 2010, j'ai découvert un métier que je ne connaissais pas [...]. Il m'a fallu un peu de temps pour maîtriser tous les aspects : encore aujourd'hui il m'arrive d'apprendre des choses. » On dirait le ministre Dupond-Moretti qui a récemment expliqué à la télé qu'il était encore en phase d'apprentissage : « On avance à petits pas, on n'arrive pas là comme un cador. Tout le monde m'en aurait voulu d'ailleurs. Je n'ai pas honte de dire que j'apprends mon métier, j'en apprends les codes, ce ne sont pas les miens. »

Si vous cherchez un cador, vous le trouverez plutôt du côté de Nicolas Sarkozy. Mais même lui s'y perd depuis quelques semaines, oscillant entre « Mon ami Emmanuel » et « Macron n'est pas à la hauteur ». L'avocat d'affaires qu'il est redevenu doit également gérer la grosse affaire en cours au sein du capitalisme français. Ses amis Arnaud, Bernard et Vincent ont décidé en plein été de se tirer la bourre sur le dossier Lagardère. Il est loin le temps où Sarkozy président pouvait siroter tranquillement une orangeade sur le pont du yacht de Vincent sans être dérangé en dehors de quelques paparazzis. Là, il s'agit d'une affaire de gros sous. Et d'influence. « Quelle mouche a piqué Vincent ? Pourquoi a-t-il décidé de s'allier si rapidement avec Amber contre Arnaud et Bernard ? », se demande Sarko en essayant de s'endormir auprès de sa femme Carla Bruni. « Ces trois-là ne vont quand même pas me mettre des bâtons dans les roues pour mon grand retour. Il faut que je convoque Arnaud rue de Miromesnil dès mon retour à Paris. »

À l'Élysée, Emmanuel Macron regarde l'opération avec la plus grande attention, reprenant ses réflexes de banquier d'affaires qu'il n'a jamais vraiment perdu. Lui joue la carte Arnault contre Bolloré qui lui est devenu hostile dans les premiers mois du quinquennat. Si le clan breton avait réussi à se rapprocher du jeune candidat à la présidentielle, multipliant les dîners entre Yannick et le couple Macron, par l'entremise de Jacques Séguéla, l'ambiance n'est plus au beau fixe.

« Tu vois Alexis, le coup de Bollo, c'est du grand art. Mais cela m'inquiète. Autant je conserve une grande confiance à l'égard de Bernard Arnault - Brigitte est tellement proche de sa femme... - autant, je sais que Bolloré risque de nous faire des difficultés. Il n'y a qu'à voir l'antenne de CNews qui multiplie les sujets poujadistes et relaie sans nuances les réseaux d'extrême droite. » À l'écoute de ses mots, le secrétaire général de l'Élysée se permet d'interrompre son chef : « Justement, M. le Président, cela peut aussi vous servir dans votre stratégie "je suis votre sauveur face au déluge à venir". Cela permet de cliver au maximum le débat entre réactionnaires et progressistes. C'est ce que dirait Emelien du reste... ». « Ne me parle plus d'Emelien, cher Alexis. S'il y a bien un inspirateur à cette stratégie, il s'appelle Michel Charasse**, mon ami et regretté Charasse, qui connaissait parfaitement le coup que Mitterrand avait déjà fait avec Jean-Marie Le Pen. Et c'est justement ce qu'avait tenté de faire Hollande à la fin de son quinquennat, sauf que je lui ai coupé l'herbe sous le pied. » « Oui, et Charasse, vous a bien aidé sur le volet justice d'ailleurs durant toute cette période... », répond Alexis Kohler. Énigmatique pour le profane. Emmanuel Macron, lui, a bien compris, et se met à rire, plus détendu que jamais. Pendant que ses ennemis s'angoissent d'être écouté et sombrent dans la parano, lui s'amuse à apparaître encore comme le grand ordonnateur. Quelle ironie après le trou d'air qu'il a connu pendant la crise des gilets jaunes où il était apparu si faible. À l'Élysée, le président savoure : autour de lui, c'est toujours un champ de ruines. « Tout est sous contrôle », songe-t-il en prenant congé de son secrétaire général.

>> Lire les épisodes précédents :

* Auteur de L'ambigu Monsieur Macron, puis de Le grand manipulateur, les réseaux secrets de Macron, Marc Endeweld tient depuis 2019 chaque semaine dans La Tribune une chronique Politiscope.

** Michel Charasse a conseillé Emmanuel Macron sur les affaires de justice durant la campagne présidentielle. Il lui avait également soufflé l'idée de nommer Nicole Belloubet comme Garde des Sceaux.

Retrouvez vendredi 28 août, l'épisode 7/8 de notre fiction d'été : « French ConneXion ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2020 à 9:38 :
C'est certainement pas en politique ni dans la finance que se trouvent les 15% de gens intelligents. D'éradiquer cette dernière afin de faire un maximum de fric en magouillant étant une initiative de crétins incapables de penser rien qu'à moyen terme.

Ils mériteront de se faire massacrer quand le peuple aura faim.
a écrit le 22/08/2020 à 9:37 :
Je le redis encore et encore, si vous êtes pas foutus de censurer les trollages aussi voyant que le nez au milieu de la figure qui me collent vous virez mon commentaire de base vous ne l'instrumentalisez pas sans me donner 100 balles les génies.

Vous êtes désespérants de faiblesse tentée de bêtise. Je sais que vous adorez diffuser ce type de commentaire afin de faire croire que vous ne cautionnez pas mes commentaires mais c'est encore pire que tout.

C'est facile de ne pas diffuser un commentaire, soyez honnêtes au moins à défaut d'être intelligents, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :