Votre patron a-t-il le droit de vous espionner lorsque vous télétravaillez ?

 |  | 1312 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : FABRIZIO BENSCH)
ANALYSE. L’entreprise est parfaitement en droit d’installer des logiciels de surveillance sur les ordinateurs du personnel… à condition de l’en avertir. Par Tarik Chakor, Aix-Marseille Université (AMU) et Zilacene Dekli, Aix-Marseille Université (AMU) (*).

L'explosion du recours au télétravail en raison de la crise sanitaire a, logiquement, amené les entreprises à penser ou repenser leurs modes d'organisation et de management du travail. Ainsi, la question du contrôle des salariés (vis-à-vis du contenu de leur travail, de son suivi, de l'atteinte des objectifs, etc.) dans un contexte d'éloignement physique est devenue encore plus prégnante, du fait de l'impossibilité de vérifier « en vrai », dans les faits, le respect des horaires et/ou des consignes de travail.

-

000

-

Le score d'intention d'achat pour la catégorie Surveillance à distance des employés est passé de 1 à plus de 53 en six semaines après le début de la distanciation. Score d'intention d'Aberdeen, 2020 cité par ISG Research

En juin dernier, une étude menée aux États-Unis soulignait un intérêt sans précédent des entreprises pour les logiciels de surveillance. Entre janvier et avril 2020, les intentions d'achats pour les logiciels de surveillance à distance des employés avaient en outre été multipliés par plus de 50.

Au regard de ces éléments, peut-on considérer être entrés dans l'ère de l'hypersurveillance, voire du flicage, des salariés en télétravail ?

Une capture d'écran toutes les cinq minutes

Le suivi et le contrôle des salariés constituent des fonctions majeures de l'activité d'encadrement et de management : la planification et la coordination des activités à réaliser passent par la mise en place de règles de contrôle des tâches à opérer, de l'atteinte ou non des objectifs fixés, de la conformité de ces activités avec les instructions transmises, etc.

La période de télétravail souvent subi a accentué cette tendance au contrôle, jusqu'à donner l'impression d'un surcontrôle, notamment au détriment de la confiance au travail. L'apparition et le développement d'outils et d'équipements digitaux sans cesse plus sophistiqués posent la question de la limite de plus en plus floue entre simple contrôle hiérarchique et surveillance intrusive, voire quasi espionnage, des salariés.

Présentés souvent comme de simples outils internes de gestion administrative ou d'aide à l'accroissement de la productivité des salariés, ces programmes servent, théoriquement, à rationaliser l'organisation de l'activité, notamment en rendant visibles les déséquilibres internes en termes de charge de travail et d'état d'avancement des projets en cours. Ces logiciels assurent également une fonction de sécurité et de filtrage, afin que les salariés ne puissent naviguer en ligne sur certains sites Internet ou extraire des données ou informations sensibles.

Mais leurs fonctionnalités vont beaucoup plus loin : géolocalisation, enregistreur de frappe (keylogger traçant la moindre activité au clavier), temps passé en ligne sur des sites « productifs » ou « non productifs », durée de connexion sur les serveurs de l'entreprise, nombre de courriels envoyés, identité des destinataires, etc.

D'autres logiciels opèrent des captures d'écran des ordinateurs toutes les cinq ou dix minutes, ou dressent un véritable portait du « comportement digital » du salarié, pour donner à voir ses éventuelles anomalies. À l'extrême, ce comportement peut même être traité à grande échelle par l'intelligence artificielle, afin d'opérer un contrôle beaucoup plus large... La plupart de ces logiciels de traçage de l'activité sont invisibles pour le salarié utilisateur, posant logiquement la question de sa légalité.

Que dit la loi ?

En effet, la question de la légalité de l'emploi de ces logiciels de surveillance, et plus largement d'une surveillance de plus en plus intrusive, se pose prioritairement. Tout dispositif de contrôle des salariés doit, pour être valable, respecter les libertés et droits fondamentaux des salariés, au premier rang desquels leur vie privée.

Le respect des prescriptions du règlement général sur la protection des données (RGPD), lorsque le dispositif touche à des données personnelles, est également incontournable. De plus, le comité social et économique (CSE) doit être informé et consulté préalablement, afin d'appréhender en amont le dispositif de contrôle et ses possibles conséquences.

Ainsi, ce contrôle doit être justifié et proportionné, comme l'indique notamment l'Accord national interprofessionnel relatif au télétravail du 19 juillet 2005. De plus, le Code du travail prévoit une obligation de loyauté de l'employeur :

« Aucune information concernant personnellement un salarié ne peut être collectée par un dispositif qui n'a pas été porté préalablement à sa connaissance. »

Les modalités précises du contrôle doivent être établies (type de contrôle, suivi, mesure, etc.) et discutées avec les partenaires sociaux, ainsi que les sanctions prévues. Bien que les messages échangés par le biais d'une adresse ou d'un téléphone professionnels et les fichiers stockés sur les ordinateurs de l'entreprise soient la propriété de cette dernière, cela n'autorise pas les responsables de l'organisation à agir sans limites.

Parallèlement, certains salariés peuvent développer des stratégies individuelles de contournement des dispositifs de surveillance : recours aux téléphones ou ordinateurs privés à des fins professionnelles, pour sortir ainsi du champ de surveillance, comportements feints, ententes entre salariés pour « tromper » ces dispositifs, etc. Ces éléments nous questionnent plus en profondeur sur les défaillances mêmes du management, obligé de recourir à des techniques au mieux « borderline », au pire illégales, trahissant une incapacité à « faire confiance » aux salariés.

Un révélateur de la défaillance du management

Ces cas d'espionnage interne témoignent d'une part de la trahison du contrat moral liant employeur et salarié, et d'autre part des insuffisances du management, incapable de faire preuve de confiance au travail et aux travailleurs.

Cette volonté de compenser l'impossibilité d'une surveillance physique et réelle par des techniques allant du mail ou de l'appel de 9h01 pour analyser le temps de réponse du salarié jusqu'aux logiciels de surveillance et ses abus cristallise une défaillance majeure dans les techniques de management mises en place, et l'incapacité du manager à gérer des équipes à distance.

Cette absence de confiance au travail est, de plus, contre-productive : comme dit plus haut, les salariés peuvent développer des stratégies de contournement, mais également avoir tendance à progressivement être démotivés, voire à se désinvestir d'un travail dans lequel ils se sentiraient suspectés.

Les conséquences sur la santé des salariés ne sont ainsi pas négligeables. Par crainte de ne pas répondre aux attentes des managers et d'être accusé de ne pas réellement travailler, le salarié se rend parfois disponible constamment, induisant une situation de connexion subie, voire d'hyperconnexion.

Dès lors, l'organisation doit être vigilante sur le non-respect de l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle, voire à la perméabilité accrue entre ces deux dernières. Ces éléments reposent ainsi la question du droit à la déconnexion et des difficultés à réellement le mettre en place, dans une optique préventive.

Dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent, le recours accru au télétravail rebat les cartes du management, encore trop largement orienté vers le contrôle, voire l'hypercontrôle. Cela incite fortement les organisations à développer une nouvelle proposition sur la relation managers-salariés, en s'assurant du travail réalisé, sans tomber dans les dérives de l'hypersurveillance, avec la préservation de la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Les organisations ont tout intérêt à progressivement passer de la culture du contrôle à la culture de la confiance, et à s'axer moins sur le processus que sur le résultat.

The Conversation _____

Par Tarik Chakor, Maître de conférences en sciences de gestion, Aix-Marseille Université (AMU) et Zilacene DekliDocteur en sciences de gestion, Aix-Marseille Université (AMU)

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2020 à 11:36 :
Est ce que ces même employeurs- voyeurs seraient d’accord pour indemniser leurs employés de «  nouvelles maladies mentales émergentes « ?

La surveillance doit être cadrée juridiquement, comme l’affichage noir/ sur blanc sur le poste de travail a contriaro l’employé victime d’une surveillance à son issue peut demander des dommages et intérêts avec une condamnation de l’employeur et une interdiction d’exercer ( cause de son attitude dangereuse face a autrui)
a écrit le 03/10/2020 à 8:40 :
En parlant d'espionnage :

Mais qui est donc l’auteur de ce surprenant piratage informatique ? Qui souhaitait espionner la mairie de Salles, une ville de 7.000 habitants située en Gironde, près d’Arcachon ? Depuis une quinzaine de jours, l’émoi règne dans cette localité, raconte Sud-Ouest. Un employé de la mairie a en effet découvert que des logiciels malveillants avaient été installés sur les ordinateurs de la mairie et quelqu’un les utilisait pour espionner l’activité des ordinateurs. Pire encore, cette intrusion informatique aurait commencé dès 2017.
a écrit le 02/10/2020 à 20:26 :
Depuis les ordonnances et la loi El-Khomry (socialiste !!!), renforcés par les ordonnances et la loi Macron, notre patron a de facto tous les droits, y compris celui de nous espionner, et pas quand teletravail d'ailleurs.
Précisons, par ailleurs, que ce que l'auteur qualifie de "défaillance du management" n'est absolument pas une défaillance, mais la norme en management, enseignée dans les cours les plus réputés, théorisé par les nazis (cf. L'excellent ouvrage de M. Chapoutot), et portée à l'excellence chez France Telecom, qui sert désormais de modèle managérial.
Après, c'est sûr, ça ne redonne pas confiance en l'humanité.
a écrit le 02/10/2020 à 17:17 :
Si l'on reprend l’article sur le groupe de prêt-à-porter suédois H&M ,le management aime bien surveiller le personnel à leur insu même sans télétravailler,c'est pour dire.

On peut rappeler que déjà en 2012 ,le Canard enchaîné expose Ikea qu'il accuse d'avoir eu recours à des méthodes illégales afin d'espionner employés et clients pendant des années. Au fil de l'enquête judiciaire ouverte, les juges ont mené plusieurs perquisitions, Ils ont entendu plusieurs acteurs clefs de ce scandale et saisi plusieurs courriers électroniques;La justice accuse l'entreprise de "collecte illicite de données personnelles". Le rapport fait également état de l'emploi de faux salariés, agissant comme des espions au sein de l'entreprise, et surveillant les autres employés afin de faire remonter des informations à la direction.
a écrit le 02/10/2020 à 13:07 :
faut etre un sacre imbecile pour aller sur youporn avec le portable de la boite quand on est chez soi et qu'on utilise son propre modem!
sinon pour les captures ecran, faite un petit programme sous excel qui sert a rien mais affiche un autre contenu toutes les 5 mn
au passage il est judicieux de ne pas montrer trop de zele, histoire de ne pas se taper gratuitement le travail des collegues qui eux n'en foutent pas une et auxquels il est interdit de dire quoi que ce soit ' car ils n'en n'ont pas la chance, eux, d'etre productifs'
a écrit le 02/10/2020 à 11:39 :
La bourse de NY dans tout ses etats parce que Trump est positif au COVID. On croit rever totalement. Lui trump se croyait invulnérable et d'une baraka totale, mais le virus a fini par le rattraper. Il faut absolument changer de président de POTUS car ca va tourner au vinaigre total à Washington. Le debat entre Trump et Biden a été d'une vulgarité totale, à la limite du combat de boxe entre deux politiciens. La democratie américaine n'en sort pas du tout grandi et celà montre les faiblesses américaines que l'on voit avec la crise du COVID. D'un point de vue personnel je suis d'accord avec la position de Biden sur la virus et le traitement du virus, c'est que scientifiquement que l'on resoudra le problème de ce truc. Plus de 200000 morts aux USA, de plus 30000 en France cette crise sanitaire va durer totalement durer. La course mondiale au vaccin et la position unilateraliste américaine.Donc oui Trump se sentait totalement protégé mais le réalité l'a totalement repris et tout le monde même le POTUS peut être atteint par le COVID19. Personne n'est infaillible même trump !
a écrit le 02/10/2020 à 9:06 :
On souhaiterait que nos deux spécialistes des "sciences de la gestion" se penchent avec tout autant de minutie sur les comportements de trop de collaborateurs, pour lesquels le télétravail est d'abord une opportunité de truander. Sujet qui ne peut-être pas politiquement correct - l'employé ne saurait être qu'un malheureux exploité - mais nonobstant très juteux.
a écrit le 02/10/2020 à 8:56 :
"Un révélateur de la défaillance du management"

ENtièrement d'accord ce besoin d'espionner est synanime d'incompétence de la part du responsable incapable d'assumer ses responsabilités il est prêt à trouver tous les subterfuges pour dissimuler son incompétence en la mettant sur le dos de son employé.

Au final le bilan de la hiérarchie en entreprise est calamiteux, nous avons systématiquement des petits chefs incompétents et irresponsables soit parce que leurs supérieurs les ont choisi justement parce qu'encore moins bons qu'eux afin qu'ils ne piquent pas leur place, un classique, soit pour dicter au salarié comment ils doivent travailler, seulement cantonnés sur l'exploitation de ceux-ci, alors que bien souvent incapables de travailler correctement eux-mêmes.

La hiérarchie devient un boulet économique de plus en plus lord à porter.
Réponse de le 02/10/2020 à 11:07 :
Pas du tout d'accord. Vous êtes bien manichéen.
C'est bien connu, la confiance n'exclu pas le contrôle .... Si vous bossez normalement pourquoi avoir peur d'être contrôlé ? Si vous roulez à moins de 80km sur une nationale, vous ne risquez pas de PV.
Pourquoi tout mettre sur le dos des managers ? N'existent-il de "tire au flan" chez les salariés ? Tout le monde est-il exemplaire ? Je connais bcp d'exemples de personnes qui n'ont rien fait pendant le confinement alors qu'ils étaient en télétravail. Que se soit en interne, chez les clients et le fournisseurs.
Il est facile de tout mettre sur le dos des managers. Faites leur travail et vous comprendrez.
Réponse de le 02/10/2020 à 14:09 :
"N'existent-il de "tire au flan" chez les salariés ?"

Arrêtez avec l'argument binaire type exposant que vous ne comprenez pas mes commentaires hein...

Bien entendu qu'il y a des salariés non motivés et beaucoup même mais un bon manager comme vous dites les reconnaîtra rapidement et saura quoi faire avec eux à terme en tentant auparavant quand même d'essayer de les relancer car un bon manager connaît la nature humaine et sait que l’humain d'un jour n'est pas celui de toujours.

Vous avez prit tellement de mauvaises habitudes pendant tellement de temps que vous ne savez même plus ce que manager veut dire, changez de profession devenez gardien de prison mais de grâce sachez au moins reconnaître qu'il en existe de bons managers, de très bons même et qu'ils n'ont pas besoin de gadgets à la mode du moment chez les incompétents.

Par ailleurs comme le dit Nietzsche "La vérité est locale et temporaire", je peux vous l'expliquer mais si vous me répondez, comme il y a très peu de chances que vous le fassiez vu que vous ne faites que parler visiblement peu habituer à penser.

Et si je peux pas et-c...
Réponse de le 02/10/2020 à 16:54 :
Pas d'accord...
La confiance exclu le contrôle à priori, ou alors le terme confiance n'a pas le même sens partout.

Ensuite le télétravail à domicile empiète sur le domaine privé des travailleurs.

Il est hors de question qu'un logiciel fasse en permanence des prises de vues des pièces où il travaillent et des personnes qui pourraient passer dans le champ de la caméra, ou même des enregistrements des conversations hors micro privées qu'il est en droit d'avoir avec sa famille ou tout autre personne.

L' enregistrement audio et video permanent des salaries est déjà limite en entreprise mais quand il s'agit du domicile privé, c'est carrément illégal.

C'est le symétrique du droit qu'on les employés de pouvoir utiliser leur téléphone portable en entreprise sans êtres espionnés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :