À la recherche des obligations d'entreprises décotées...

 |   |  344  mots
Copyright Reuters
Sparinvest propose un fonds privilégiant les titres libellés en devises fortes ou provenant d'Amérique latine.

Après le lancement de « Sparinvest Emerging Markets Value Bond » il y a six mois, Sparinvest lance un nouveau fonds, « Corporate Value Bonds », géré en partenariat avec Brandes Investment Partners, un autre spécialiste des valeurs décotées basé à San Diego aux États-Unis.

Son objectif ? Tirer parti de la sous-valorisation d'une centaine d'obligations émises par des entreprises de toutes zones géographiques, aux profils de risque variés. Côté gestion, les émetteurs nord-américains sont sélectionnés par Brandes alors que Sparinvest se penche sur les émetteurs du reste du monde. Ils ne risquent pas de se marcher sur les pieds, tant le marché s'est considérablement étendu.

« Les obligations d'entreprises européennes, américaines et plus récemment celles des pays émergents constituent désormais une classe d'actifs intéressante pour les investisseurs en quête de diversification pour leur portefeuille », souligne Michael Albrechtslund, Managing Director de Sparinvest Asset Management.

De fait, depuis septembre dernier, la stratégie a donné de bons résultats sur le fonds Sparinvest Emerging Markets Value Bond, spécialisé dans les obligations des pays émergents. Sur six mois, celui-ci a délivré une performance voisine de 7 % contre un peu moins de 4 % pour son indice de référence, le « Crédit Suisse Emerging Markets Corporate Bond Index ».

À l'affût des PME

Sur le nouveau fonds, l'équipe de gestion privilégie les titres libellés en devises fortes ainsi que les titres provenant des pays d'Amérique latine (Brésil, Mexique). La stratégie table sur les obligations émises par les PME car elles sont les plus susceptibles de subir des anomalies de prix. « Les agences de notation tendent à pénaliser les émetteurs de petite taille, comme les émetteurs émergents, même si leurs fondamentaux justifient objectivement un meilleur sort », complète Michael Albrechtslund.

Phénomène intéressant : à notation équivalente, les entreprises des marchés émergents sont moins endettées et leurs obligations s'échangent donc en moyenne à des niveaux de valorisation inférieurs à ceux de leurs homologues des pays développés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :