Une Cité de la gastronomie et du vin à 250 millions d'euros va ouvrir ses portes à Dijon

Le compte à rebours a commencé. Le 6 mai prochain, soit 10 ans après l’annonce de sa candidature, la Cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon ouvrira ses portes au public. Logements, grandes expositions, commerces de bouches, formation et tourisme… C’est tout un nouvel écosystème qui compte éclore au cœur de la ville.

5 mn

(Crédits : François Weckerle)

Ce lieu aurait pu rester une friche pendant de nombreuses années... C'est aujourd'hui un quartier entier qui renait aux portes de la ville historique de Dijon. 800 ans d'occupation hospitalière rendu aux Dijonnais et qui devrait également attirer les touristes. « Une Cité de la Gastronomie est comparable à la Cité des Sciences ou à la Cité de la Musique », explique Jean-Robert Pitte, président de la Mission française pour le patrimoine et les cultures alimentaires, qui avait lancé cet appel à projet en 2012. « Le but est de comprendre la manière dont le rituel du repas gastronomique des Français s'est constitué, a évolué, et vit aujourd'hui », poursuit-il.

Parmi les quatre villes retenues - Lyon (dont le projet a capoté), Rungis et Tours - Dijon est finalement la première à ouvrir ses portes. Pour se démarquer des autres Cités, la capitale des Ducs de Bourgogne a choisi naturellement de raconter le vin, en particulier les Climats du vignoble de Bourgogne, entrés au patrimoine mondial de l'Unesco en 2015. La CIGV devient le kilomètre zéro de la route des vins qui se poursuit vers Chenôve et Marsannay-la-Côte pour découvrir des balades oenotouristiques. Une grande cave avec plus de 3.000 références (1.000 bourgognes, 1.000 vins français et 1.000 étrangers) permettra aux visiteurs de déguster des vins de tous horizons, accessibles pour toutes les bourses. « Le premier prix sera un Saint-Véran à 4 euros », précise François Deseille, adjoint au maire de Dijon.

Après l'obtention en octobre 2021 du transfert du siège de l'Organisation internationale de la vigne et du vin qui quitte Paris pour emménager à Dijon, la ville s'apprête à renforcer davantage encore sa dimension de vitrine mondiale du patrimoine vitivinicole.

Lire aussi 6 mnDijon Métropole élargit son champ d'action et repense l'alimentation de demain

Cave de la Cite 3D integrale

Une Cité populaire

Dans ce projet à 250 millions d'euros, la part des investissements publics reste modeste puisque la Métropole a racheté le site pour 11,8 millions d'euros et investit 7 millions d'euros pour la construction d'un parking. L'État et la Région ont également participé à ces dépenses. La reste des investissements privés proviennent majoritairement du groupe Eiffage qui a construit notamment l'Eco-quartier avec plusieurs centaines de logements, le groupe François 1er pour des logements haut de gamme au coeur de la Cité rénovée, l'hôtel Hilton, le groupe Pathé pour les salles de cinémas ainsi que tous les commerces qui se sont installés au village gastronomique.

Sur le fonctionnement de la Cité, la Métropole prend en charge le pôle culturel - pour un budget estimé à un million d'euros par an - qui accueillera à la fois des expositions temporaires et des expositions permanentes. « Nous espérons attirer entre 100.000 et 150.000 visiteurs par an dans cet espace culturel », précise François Deseille.

Le prix d'entrée a volontairement été placé très bas : pour 9 euros, le visiteur a accès à toutes les expositions et pour 13 euros, il peut déguster deux verres de vins à la Grande cave. Pour atteindre un million de visiteurs par an, la cible doit être large. Il faut dire que les neuf salles de cinéma du groupe Pathé devraient déjà attirer la moitié des visiteurs... La Métropole vise 450.000 spectateurs par an. « Nous ne souhaitons pas que la Cité soit commerciale mais populaire », insiste François Rebsamen, maire de Dijon Métropole. « L'idée est de proposer de la qualité, aussi bien dans les produits à déguster ou à acheter, que dans les expositions avec un côté ludique et expérientiel. Il faut que ce soit une Cité à vivre pour tout le monde ! », poursuit-il.

un quartier entier qui renait aux portes de la ville historique de Dijon.

Déguster, échanger et partager

La Cité a été imaginée par l'architecte Anthony Bechu comme un menu complet à déguster. « Il y a tout ce qu'il faut pour déguster, échanger et partager », précise-t-il. La Cité de la gastronomie et du vin est le plat principal. « Mais comme dans un menu gastronomique, il ne se comprend et ne prend toute sa dimension qu'avec ce qu'il y a autour : le parc habité de 3,5 hectares, ses centaines de logements, ses résidences pour étudiants, séniors et touristes ; le village d'entreprises et ses startups spécialisées dans l'agroalimentaire ; les cinémas ; le village gastronomique ; un hôtel quatre étoiles... Tout un dispositif qui fonctionne ensemble et s'intègre dans le tissu urbain existant », explique-t-il.

Tous ces acteurs font partie d'un comité d'orientation stratégique afin de créer une synergie autour du « bien manger et du « bien boire ». Des évènements seront organisés en commun pour accueillir aussi bien des séminaires, des réunions professionnelles, que du grand public ou des scolaires. Sans oublier l'espace de formation au sein duquel se créent le nouveau campus de l'école de gastronomie internationale FERRANDI Paris et des ateliers d'initiation œnologique de l'École des vins du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) adaptés au temps court des futurs touristes. « C'est cet assemblage dynamique des différents usages, y compris la capacité du complexe cinématographique à faire venir des visiteurs toute l'année (familles, scolaires), qui va renforcer une stratégie d'animations permanentes et asseoir le succès de la Cité », assure François Rebsamen.

Lire aussi 3 mnDijon en bonne position pour accueillir le siège de "l'ONU du vin"

5 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.