Alimentation : un site web rapproche producteurs et consommateurs bretons

La plateforme solidaire produits-locaux.bzh met en relation producteurs, artisans et consommateurs afin de favoriser le circuit court et la production locale alimentaire. Un nouvel outil de vente bienvenu pour certains professionnels dont l’activité s’est restreinte en raison du confinement et un test numérique grandeur nature pour d’autres.
(Crédits : region bretagne)

Article actualisé le 21 avril à 16 heures

Elle a ouvert le 9 avril, et a déjà mis en relation 46 643 consommateurs avec 1 267 producteurs, professionnels de la mer et artisans de bouche. La plateforme solidaire alimentaire, produits-locaux.bzh, mise en place par la Région Bretagne avec les partenaires des différentes filières de production et les collectivités locales, permet de commander par mail ou téléphone des produits frais et locaux : fruits et légumes, produits de la mer, viande, pains, produits laitiers, cidre, miel ainsi que des plants et semis issus de pépinières. Arôm'Ethic à Evran (22, fruits, légumes, plantes aromatiques), la ferme bio du Ty Nevez à Guiler-sur-Goyen (29), l'association Saveurs du Gallo à Fougères (35), font partie des premiers professionnels inscrits. Pour entrer en contact avec eux, le procédé est simple. Il suffit de se géolocaliser ou de préciser son code postal pour voir apparaître les noms et coordonnées des professionnels proches de son domicile ainsi que les lieux, jours, heures et modes de livraison. Cette place de marché n'intègre aucune transaction financière, mais alerte sur l'arrivée de nouveaux producteurs.

« Produits-locaux.bzh, c'est la plateforme du bien-manger pour tous près de chez soi. Dans cette période, n'hésitons pas à manger local, frais et breton ! » défend ainsi Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région.

Plus de 190 000 visites

Dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19, qui a tendance à bénéficier à la grande distribution et à son activité de drive, la Région Bretagne a souhaité aider les petits producteurs et les artisans à vendre leurs produits alors que de nombreux marchés et commerces ont fermé. Cette démarche s'inscrit dans la stratégie économique régionale qui vise à inciter les producteurs et les acteurs de la filière agro-agri à répondre aux attentes des consommateurs en quête d'une alimentation saine, de qualité et plus locale.

Selon une première estimation du trafic de produits-locaux.bzh, environ 50 % des vendeurs sont des agriculteurs, 10 % sont issus de la filière mer, le reste représente les métiers de bouche, le secteur des boissons et la petite distribution. Du côté des acheteurs, plus de 190 000 visites ont été comptabilisées. Pour écouler les produits, cette nouvelle technique de vente est plutôt bienvenue pour les professionnels dont l'activité s'est restreinte en raison du confinement. Les difficultés rencontrées accélèrent aussi la numérisation des entreprises.

Moins de passage en magasin ou sur les marchés

Nouveau venu sur la plateforme, le vivier Homard Sea (si si !) de Ploubalay pratique surtout la vente sur place de coquillages et crustacés (plateaux de fruits de mer, gambas grillées, huîtres...). « En comparaison à une période de vacances de Pâques normale, il y a nettement moins de passage actuellement. C'est 30 à 40 % de chiffre d'affaires en moins que ce qu'on devrait réaliser » estime Sylvain Gandon, un des deux patrons du vivier. « Il faut donc trouver des outils intermédiaires comme produits-locaux.bzh pour pallier ce manque à gagner. » Le vivier propose la livraison gratuite de ses produits. Quant à la démarche numérique de l'entreprise, elle devrait perdurer après le confinement, avec la création d'un site internet.

Son site, la Ferme des Beaux Bois à Cherrueix près de Cancale, le possède déjà. Ce producteur de légumes qui, dans son magasin à la ferme, vend aussi des produits (laits, volaille, agneau...) d'autres agriculteurs, est aussi bien engagé sur le numérique via ses réseaux sociaux. L'entreprise, qui ne vend pas sa production sur les marchés, s'est donc très rapidement inscrite sur la plateforme produits-locaux.bzh et en profite pour accélérer sa digitalisation. « Toute notre équipe est au travail et nous n'enregistrons pas de baisse d'activité car trois quarts du chiffre d'affaires est soutenu par l'activité en magasin et via le numérique » explique l'exploitante Corinne Bourgeaux. « En revanche, nous développons de nouvelles pratiques, comme l'instauration de la commande en ligne et de la livraison à domicile, deux services que nous garderons par la suite. » Via le numérique, la ferme, qui envisage de faire évoluer sa vitrine web en un site marchand, a aussi gagné une nouvelle clientèle, plus jeune issue des communes environnantes.« Produits-locaux.bzh permet aussi de développer des interactions avec des collègues » se réjouit Corinne Bourgeaux. Depuis peu, la Ferme des Beaux Bois commercialise la de bière d'un producteur local.

Selon les cas, la place de marché produits-locaux.bzh complète ainsi d'autres initiatives privées, locales ou sectorielles déjà existantes, comme l'opération « Ce soir, c'est resto... à la maison » qui recense les restaurateurs de Saint-Malo pratiquant la vente à emporter. Le site renvoie aussi vers des réseaux comme Bienvenue à la ferme (bretagnealaferme.com), manger-local.bzh et bonplanbio.fr.

Après le confinement, ces nouvelles formes de commerce pourraient perdurer. La plateforme régionale devrait, pour sa part, être maintenue, mais dans une version différente.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 21/04/2020 à 9:30
Signaler
On se demande bien ce que fout l'UE dans le domaine du mieux manger ! Encore et toujours des citoyens qui doivent déplacer des montagnes pour faire ce qui devrait être une politique nationale au nom de la santé des citoyens. Ah mais oui c'est vra...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.