Mobilité professionnelle : Jobpack veut démocratiser la relocation

 |   |  271  mots
Isabelle de Bussac, fondatrice de Jobpack.
Isabelle de Bussac, fondatrice de Jobpack. (Crédits : DR)
Pour lever les freins à la mobilité professionnelle, Jobpack met à la disposition des entreprises des outils d’installation clés en main afin d’attirer les candidats. Originaire de la région Centre-Val de Loire, la startup compte diffuser ses solutions de relocation dans tout l’Hexagone d’ici à trois ans.

Dans 50 % des cas en moyenne, les postes sont refusés par les candidats pour des questions de mobilité professionnelle, le plus souvent par ignorance et manque d'informations sur la ville ou la région d'accueil. C'est en partant de ce constat qu'Isabelle de Bussac, ancien chef de projet dans l'industrie textile, a mis au point sa plateforme de relocation low cost.

Réservée jusqu'à présent aux cadres supérieurs des grands groupes, l'installation clé en main dans le cadre d'une mutation ou d'un recrutement s'adapte désormais à tous types d'entreprises et de personnels d'encadrement.

Lire aussi : La mobilité des cadres s'accentue depuis 10 ans

Coaching

Jobpack, créé en 2017, commercialise auprès des premières une gamme de packs de coaching offerts aux nouveaux arrivants. À la clé, de la documentation mais surtout des rendez-vous téléphoniques ou physiques avec un « Welcomer » rémunéré, lui-même ancien cadre expatrié régional, concernant notamment les questions de logement, de scolarité, etc. Une autre gamme de packs, à destination des entreprises, a trait à l'amélioration de leur politique d'intégration ou à leur cadre de travail.

Lire aussi : Emploi : un jeune sur cinq confronté à la mobilité géographique

Développé à Orléans, Jobpack déploiera en 2020 son concept à Dreux et à Chartres, en région Centre-Val de Loire, mais aussi à Angers et à Rennes. Via un système de franchise, la startup s'appuiera dans chacune de ces villes sur un acteur privé ou public, moyennant le reversement de royalties. D'ici à 2023, Isabelle de Bussac vise une vingtaine d'« agences » s'appuyant sur sa plateforme numérique et générant un total de 1,5 million d'euros de chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :