Essentielle Culture

Après 18 mois éprouvants pour chacun d’entre nous, marqués par la violence d’une pandémie mondiale qui a apporté son lot d’épreuves, de désolation, de frustration et d’isolement, cet été apporte un souffle de légèreté avec la reprise en France de festivals, de concerts, la réouverture des musées, cinémas, même si cette pandémie n’est pas terminée et que la situation dans certains pays du monde reste très alarmante. Comme s’il fallait coûte que coûte profiter de ce moment d’accalmie au cas où… J’ai l’intime conviction que la culture peut être un vrai levier de sortie de crise et de relance pour nos pays, un vrai levier d’intégration et d’insertion certainement à un moment ou les fractures sociales peuvent devenir encore plus grandes. Mais, pour cela, il faut saisir cette opportunité post-covid pour décloisonner, repenser l’accessibilité et la démocratisation de cette culture et son approche territoriale. Cette réflexion était au cœur des 1ères Rencontres de la Culture qui se sont tenues à Prades la semaine dernière, auxquelles nous nous sommes associés en tant que grand mécène de la musique classique depuis plus de 30 ans.

3 mn

(Crédits : Caroline Bottaro)

Petits et grands en tournée

Il suffit de participer à un des nombreux festivals de musique cet été, regarder un public heureux d'écouter les artistes, profiter de cette communion collective pour se rendre compte à quel point tout cela nous a manqué. Et le port du masque, le pass sanitaire et la distanciation ne nous ont pas empêchés d'être au rendez-vous.

J'ai eu la chance et le privilège de découvrir quelques villes et villages de France, comme Chateaugiron, Estaires, Creutzwald, Calais... à travers le festival itinérant « Un été en France » que nous co-produisons avec le violoncelliste Gautier Capuçon. J'ai vu des équipes municipales se mobiliser avec enthousiasme pour accueillir les artistes et le large public. J'ai vu un public mélomane ou pas, jeune ou moins jeune ému aux larmes en écoutant cette musique à laquelle souvent ils n'ont pas accès. J'ai vu cette musique jouée dans des lieux improbables avec en fond sonore des oiseaux, des canards ou des motos ! Et si le monde d'après permettait enfin d'aller plus loin dans la démocratisation de la musique classique et sa diffusion dans les territoires ? Il n'y a pas de grande ou moins grande musique. Il n'y a pas de musique savante ou pas. Il y a l'émotion du partage. Et voir un public tellement divers communier autant autour de pièces de Ravel, Debussy, Messian que de Michel Legrand ou John Williams, n'est-ce pas là une grande victoire ? Et puis j'ai vu ces enfants de partout en France réunis par cette magnifique association qu'est Orchestre à l'école avec 1, 2, 3 ans années  de pratique musicale prendre tellement de plaisir à jouer le thème de James Bond ou de Star Wars ! Se regarder, s'écouter... découvrir ce qu'est un collectif et rendre leurs parents tellement fiers.

Et c'est bien avec les plus jeunes et pour les jeunes que nous devons construire « le monde d'après » de la culture. Comment nos jeunes artistes vont-ils émerger ou trouver une place  dans ce monde post-covid ? Ces premières parties que nous avons voulues sur ce festival itinérant permettent à 27 jeunes d'exprimer leurs talents, leurs envies devant des centaines de personnes. Et c'est une grande fierté pour un mécène de penser que peut être nous les avons aidés à croire en un avenir prometteur.

Permettre à tous d'accéder à la musique

Le rôle du mécène dans tout ça ? Il ne peut rester insensible aux besoins de nos sociétés et devra accompagner celles et ceux qui veulent faire bouger les choses et faire évoluer la culture pour permettre à tous d'accéder à la musique. Nous restons convaincus que toutes les diversités feront émerger d'autres artistes aux parcours différents et qu'ils apporteront de nouvelles idées !  C'est le choix que nous faisons chez Société Générale. Être au plus près des régions, accompagner les jeunes dans leur parcours professionnel d'excellence, développer le plaisir collectif autour de la musique dans l'entreprise et en dehors, et décloisonner les mondes . Et nous en sommes fiers.

Caroline Guillaumin, Directrice des Ressources Humaines et de la Communication du groupe Société Générale.

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 02/08/2021 à 15:17
Signaler
Prades ? Avant je ne savais même pas où c'était, mais depuis Castête, c'est mondialement connu.

à écrit le 02/08/2021 à 12:22
Signaler
"Permettre à tous d'accéder à la musique" Déjà avec l'obligation du pass sanitaire c'est foutu et de ce fait ce ne sont pas forcément les bonnes personnes qui seront touchées à savoir celles qui consomment la culture par ennui plutôt que par réfl...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.