Bpifrance Inno Génération 2018 en route vers demain

 |   |  847  mots
La quatrième édition de Bpifrance Inno Génération s'est déroulée le 11 octobre dernier à l'AccorHotels Arena.
La quatrième édition de Bpifrance Inno Génération s'est déroulée le 11 octobre dernier à l'AccorHotels Arena. (Crédits : Valentin Campagnie)
L’affluence était forte ce jeudi 11 octobre à l’AccorHotels Arena pour la quatrième édition de Bpifrance Inno Génération dont le thème était « demain le monde ». Plus de 43 000 entrepreneurs sont venus de toute la France pour rencontrer investisseurs et grands groupes, et assister aux nombreux ateliers et interventions de speakers prestigieux.

Sur la grande scène du Bang au milieu de la fosse qui accueille d'ordinaire les stars du spectacle, des drones accompagnent de leur vol bleuté un danseur acrobate. Une entrée en matière poétique et technologique pour Bpifrance Inno Génération quatrième du nom, qui a encore battu des records avec 43 000 participants au plus grand rassemblement d'entrepreneurs en Europe. Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, a tenu à adresser plusieurs messages aux participants. Un : soyez collectifs car « pour que ça bouge, il faut que tout bouge », citant la French Tech, la French Fab et les programmes Accélérateurs. Deux : vivre l'instant, et éviter de ratiociner. « Le présent, c'est le port de tous les départs » selon le poète René Char, repris par Nicolas Dufourcq.

Le désir d'entreprendre est désormais bien présent chez les Français : 1 sur 5 souhaite avoir une première expérience entrepreneuriale selon Bernard Gainnier, président de PwC France & Afrique francophone. Celui qui a lancé le mouvement LetsgoFrance estime « qu'il faut arrêter d'être schizophrène et soutenir cette envie en résolvant le problème du financement privé, en faisant de la pédagogie dans les écoles et en réhabilitant l'image du patron ». Xavier Niel, vice-président d'IIiad, est un habitué de l'événement depuis ses débuts. Pour le serial entrepreneur « vous êtes ceux qui faites demain » a-t-il dit en s'adressant au public massé dans les gradins. Rappelant que la France d'il y a vingt ans n'était pas l'endroit rêvé pour entreprendre, Xavier Niel assure que désormais, c'est l'inverse : « il n'y a pas de meilleur endroit au monde pour le financement des start-ups ». Yannick Bolloré, président d'Havas, cinquième groupe mondial de publicité, voit son secteur disrupté par ces jeunes pousses. Pour ce descendant d'une dynastie industrielle, « demain, c'est ma pire préoccupation. Notre industrie est en pleine mutation. Demain, nous devrons être à la fois fort et agile ».

Les régions étaient à l'honneur pour cette édition 2018 de Bpifrance Inno Génération. Dans la Bulle Régions, les entrepreneurs des territoires sont venus raconter leurs expériences. Exemple avec Béatrice Gouyon, présidente de Logipren, une start-up de la Réunion dont le logiciel protège la santé des nouveaux nés : « nous avons trouvé sur l'île des salariés de très haut niveau de compétence et nous avons bénéficié d'un soutien très fort des structures publiques notamment de Bpifrance et Digital Réunion. Aujourd'hui, nous avons 43 services clients et 35 000 enfants traités. Nous sommes devenus le référent sur le médicament chez le nouveau-né. Nos objectifs : l'internationalisation et des projets sur l'intelligence artificielle ».

Preuve de l'ampleur prise par Bpifrance Inno Génération, le gouvernement avait dépêché plusieurs ministres à l'AccorHotels Arena. Muriel Pénicaud, ministre de l'Emploi, Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État chargé du numérique et Delphine Genny-Stephan, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, venue célébrer le premier anniversaire de la French Fab. Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a rappelé que le gouvernement « avait fait le choix de récupérer 10 Mds d'€ d'actifs de l'État pour investir dans les technologies de rupture. Le Premier Ministre Edouard Philippe a lui affirmé « son optimisme et sa confiance dans l'entrepreneuriat français ». Le mot de la fin à Bertrand Piccard, scientifique et aventurier : « l'entrepreneur c'est quelqu'un qui agit pour changer l'ordre des choses. Il faut que les entrepreneurs montrent l'exemple et poussent les autres à changer ». Rendez-vous le 9 octobre 2019 pour la cinquième édition de Bpifrance Ino Génération.

Start-ups cherchent grands groupes

Bpifrance Inno Génération est l'occasion idéale pour les start-ups de décrocher un entretien avec les grands groupes, mais aussi de trouver des fonds et nouer des contacts. Arnaud Thomas, recherche et innovation manager de la start-up de Dijon SensoStat (analyse sensorielle) est venu « pour faire de la veille et rencontrer d'éventuels partenaires pour des projets de recherche ». Angela Dal Molin, CEO de Wedden (plateforme pour les futurs mariés) installée à Toulouse, a fait le voyage pour « rencontrer des investisseurs. J'ai pris des rendez-vous avec des business angels et des médias ». Sur la Place des Rendez-vous, les fondateurs de start-ups patientaient en attendant de parler avec les représentants des grands groupes. Aurélien Montchambert, cofondateur de la jeune start-up parisienne Yurise (formateur virtuel), attendait d'échanger avec Paprec pour lui présenter son produit. Pour lui, « cet événement est une occasion exceptionnelle pour ce type de meeting avec les décideurs des grandes entreprises ». Ronan Chenard, responsable des ventes marchés publics chez Matooma (objets connectés), a fait le trajet depuis Montpellier pour « nouer des contacts avec des grands groupes qui sont généralement difficiles à rencontrer ».

------

Participez aux Trophées #LetsgoFrance 2019 : https://letsgofrance.fr/concours

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :