Comment se trouver soi-même pour trouver sa place dans la société ?

 |  | 754 mots
Lecture 4 min.
Alexandre Pachulski, cofondateur de Talensoft
Alexandre Pachulski, cofondateur de Talensoft (Crédits : Presse)
Découvrir et exprimer pleinement son potentiel, ses talents ou ses aspirations personnelles doit permettre à chacun de s’épanouir sur son chemin de vie. Trouver ce qui nous rend unique doit nous aider à trouver notre place au milieu des autres et contribuer positivement à la société. Un seul problème : rien dans la société, que ce soit dans l’éducation ou dans le monde professionnel, ne nous aide ou nous guide dans notre quête de singularité.

Tel Billy Elliot dont la famille lui impose la boxe, alors qu'il ne rêve que de danse classique, nous sommes tous formatés et emprisonnés dans une norme qui ne nous correspond pas et qui nous empêche de découvrir notre véritable place dans la société, et ce qui nous rend heureux.

La normalité, la quête absolue de notre éducation

Dès le plus jeune âge, à l'école, on nous apprend à être de sages répétiteurs, capables de retranscrire les dires du professeur, qu'il tient lui-même d'auteurs dits de « référence », sans même avoir la possibilité d'apposer notre patte. L'objectif : avoir des bonnes notes et nous ouvrir les portes vers les études supérieures ! Nous avons tous entendu nos parents ou nos enseignants nous dire « Travaille bien à l'école, comme ça tu pourras faire tout ce que tu veux ». Dans le meilleur des cas nous pourrons faire des études qui nous permettront de tout faire, mais sans savoir véritablement quoi faire... Ce qui explique pourquoi tant de gens se retrouvent au beau milieu de leur vie à se questionner sur le sens de leur existence et de leur travail, et plaquent tout pour enfin faire ce qu'ils aiment et donner du sens à ce qu'ils font.

L'éducation que nous recevons ne devrait donc tourner qu'autour d'une chose : nous aider à savoir qui nous sommes et être alignés avec ce que nous faisons. Car oui, comme l'a si bien expliqué Hannah Arendt, le travail pourrait bien être le plus court chemin pour apporter notre pierre à l'édifice de la société et donner un sens à notre vie. Pour peu que l'on en fasse évoluer la définition et les pratiques qui l'entourent...

Le monde du travail, l'absurdité quotidienne.

Une fois arrivés sur le « marché du travail », nous sommes condamnés à reproduire le même schéma, comme un cercle infernal dont nous ne pourrions sortir. Dès l'entretien d'embauche, il s'agit avant tout de coller à une fiche de poste et valider des compétences. Alors que les managers recherchent des collaborateurs innovants et différents, ils continuent à recruter des « clones » ayant fait les mêmes études pour ne surtout pas prendre de risque.

Une fois arrivé dans l'entreprise, alors qu'elle pourrait être le lieu par excellence pour exprimer ses talents, rien n'est véritablement conçu pour que l'on déploie ses ailes. Le manager est appelé à devenir un développeur de talents, alors qu'il a sûrement été promu pour sa performance, en mobilisant des compétences qui n'ont pas grand-chose à voir avec l'empathie, l'écoute ou l'attention à l'autre.

L''enjeu en entreprise est bien de s'assurer que chacun trouve les projets qui lui permettront de s'épanouir et contribuer positivement, aidés par des managers soucieux que la magie opère et par des RH soucieux d'accompagner les managers confrontés à ce nouveau challenge.

L'IA, le partenaire de la singularité humaine

D'autant qu'une nouvelle donnée est à mettre dans l'équation : l'intelligence artificielle (IA). Et il est d'autant plus urgent de se connaître soi-même avant pour répondre à la question au cœur de l'actualité : comment allons-nous travailler avec l'IA et protéger une place qui n'appartient qu'à nous autres humains ?

Une semaine passée à l'Université de la Singularité, à San José (en Californie), en compagnie de Ray Kurzweil (chercheur chez Google) et consort, m'a permis de comprendre qu'il était encore temps de décider des usages de ces technologies exponentielles (IA, robotique, internet des objets, ...) aux potentialités supposées infinies. N'oublions pas que des artefacts ne deviendront intelligents qu'à la suite de l'éducation qui leur sera donnée. La question revenant à savoir selon quel modèle de société, valeurs et objectifs éduquer ces collaborateurs du futur.

 Pourquoi ne pas éduquer nos enfants à développer leur esprit critique, à collaborer, à développer leur confiance, en eux et en autrui, afin de poser les bases d'un nouveau vivre ensemble ? Comment transformer le travail en opportunité d'épanouissement plutôt que de le maintenir dans sa fonction d'asservissement ? Comment passer de la peur à la promesse face aux technologies exponentielles ? Voici les questions auxquels il nous faut maintenant répondre, et ce afin d'aider chacun à trouver sa voie et à aligner davantage ce qu'il fait avec ce qu'il est. Pour son propre bénéfice, mais également celui de la société. Alors, êtes-vous prêt à vous découvrir et choisir qui vous voulez être ?

....................................................................................................................

Suivre le blog d'Alexandre Pachulski : http://www.lestalentsdalex.com/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2018 à 19:18 :
Nous n’échappons pas aux références, aux codes, aux cadres...

Il y aura toujours un cadre , quel qui soit avec lequel il y a une interaction.

Être « soi même » c’est « être d’accord « en globalité avec soi - même d’abord et après avec le cadre et après avec les autres...

Des fois une vie ne suffit pas.
a écrit le 16/10/2018 à 17:58 :
moi je m'en fout je suis un lapin

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :