Les nouvelles technologies appliquées aux processus de crédit

 |   |  1203  mots
(Crédits : DR)
Le développement dynamique de l’Intelligence Artificielle incite les banques à chercher des applications dédiées aux processus de crédit.

L'IA (Intelligence Artificielle), l'AA (Apprentissage Automatique), ou encore l'APR (Automatisation des Processus Robotisés) étaient, jusqu'à récemment, principalement liés aux domaines de la littérature et du cinéma, et associés à la catégorie science-fiction. La Réalité Augmentée et la Réalité Virtuelle, quant à elles, ont été présentées au public et favorisées notamment par les éditeurs de jeux et l'industrie du spectacle. Ensuite, des assistants virtuels (qui communiquent avec les utilisateurs à la fois par message ou vocalement) ont vu le jour dans nos foyers et nos véhicules grâce aux plus grandes entreprises de technologie (Apple, Google, Microsoft ou Amazon). De nos jours, les institutions financières sont toujours dans la course.

Et de ce fait, les solutions nécessaires à la prise de décision, à la prévention de la fraude et à l'automatisation des processus ou aux nouveaux canaux de communication avec les clients (agents conversationnels, voice assistants, réalité augmentée, réalité virtuelle) font partie des aspects les plus souvent abordés dans l'utilisation de l'IA à destination des processus métiers dans le secteur bancaire.

Les domaines les plus populaires dans l'utilisation des nouvelles technologies en matière de prêts

L'IA et l'AA peuvent aider à résoudre les grands défis industriels dans le processus d'établissement de prêt : coût et durée des cycles. Dans le même temps, l'utilisation des technologies mobiles, de la Réalité Augmentée, de la Réalité Virtuelle ou des assistants virtuels permet l'émergence de nouveaux canaux de vente, ce qui améliore considérablement l'expérience client en matière de demande de prêt. Par conséquent, les banques font preuve d'un potentiel croissant dans le développement et la mise en place des nouvelles technologies, et plus particulièrement dans le contexte de la concurrence accrue de la Fintech.

Les applications possibles des nouvelles technologies aux processus de crédit sont les suivantes :

  • Processus d'automatisation et de rationalisation

L'Apprentissage Automatique peut être utilisé pour les tâches exigeantes en main d'œuvre qui nécessitent un nombre important de ressources et d'équipes opérationnelles chargées de vérifier les revenus, les actifs et les assurances santé. L'automatisation des tâches manuelles et quotidiennes peut non seulement déboucher sur la rapidité des processus de demande de prêt, mais elle permet également aux cadres d'augmenter les volumes de leur activité en délivrant une expérience client plus positive et personnalisée.

Les systèmes basés sur l'IA et l'Apprentissage Automatique effectuent de plus en plus de processus ne nécessitant aucune analyse humaine spécifique et pouvant être entièrement automatisés. Une société de porte-feuilles en Grande Bretagne et un fournisseur de services financiers à l'international opérant sur tous les continents,Barclays, a aussi fait le choix d'automatiser un grand nombre de leurs processus comme l'analyse de dettes et la vérification des pratiques frauduleuses, en réduisant donc la garantie pour les prêts irrécouvrables d'environ 225 millions de dollars par an.

De plus, les systèmes d'appui de processus basés sur l'Intelligence Artificielle et l'Apprentissage Automatique peuvent jouer un rôle de conseil en aidant l'utilisateur (employé ou client de banque) à trouver la solution la mieux adaptée à ses besoins et à son profil. De ce fait, en se basant sur des données clients spécifiques, le système peut proposer, par exemple, le meilleur moyen de financer un besoin client en particulier.

  • Détection de fraude et gestion du risque

Analyse de solvabilité précise et détaillée - basée sur les données détenues par la banque et analyse des données dans des sources de données externes (bureaux de crédits, agences de business intelligence) ainsi que sur les réseaux sociaux. De telles analyses peuvent être considérées comme la base ou un complément pour des modèles de notation ou d'évaluation utilisés par les banques.

Excepté cela, les algorithmes basés sur l'Intelligence Artificielle et l'Apprentissage Automatique permettent de minimiser le risque lié au blanchiment d'argent et à la détection de fraude en repérant les comportements suspects, à la fois des clients et des salariés.

  • Service clients virtuel / nouveaux canaux de vente

Les agents conversationnels et les voice assistants ne sont pas seulement de simples applications répondant à des questions prédéfinies, plus fréquemment posées par les utilisateurs ; ce sont aussi des systèmes qui, sur la base de conversations et d'échanges subséquents avec les clients, apprennent à fournir des services à un plus haut niveau au cours d'interactions subséquentes. Grâce à eux, il est possible de compléter la totalité du formulaire de demande de crédit en se basant sur une conversation similaire à une vraie conversation.

L'utilisation de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée permet la présentation non-standard de produits proposés par les partenaires de banques dans le marketplace, ce qui facilite la relation client avec les institutions financières. Les produits proposés de cette façon par la banque peuvent être crédités, ce qui, encore une fois, permet à la banque de monétiser la collaboration avec les partenaires.

De quelle manière Comarch utilise-t-il les nouvelles technologies dans les processus d'établissement des prêts ?

Comarch Loan Origination concède un contrôle plus efficace du risque de crédit et permet de réduire les délais nécessaires à l'octroi d'un prêt. Le système automatise les tâches des conseillers client gérant le processus d'octroi de prêt. Il permet aux banques d'optimiser la gestion de crédit de manière intégrale : simulation de prêt, vérification de la demande, analyse de la situation financière du client, prise de décision et décaissement des fonds.

Comarch AML est un logiciel de détection de fraude alimenté par l'Intelligence Artificielle dédié aux institutions financières qui ont l'obligation de contrôler, rechercher et signaler toute transaction suspecte aux autorités de régulation financière. Le système peut repérer et reconnaître les relations et les similarités entre les données et, pour aller plus loin, apprendre à détecter de nouvelles anomalies ou classifier et prédire des événements en particulier.

Devra est un assistant cloud virtuel, basé sur la voix, dont l'objectif est de répondre à des questions financières de tout type, posées par le biais d'un appareil : téléphone, Alexa, voiture, ou Messenger, pour n'en citer que quelques-uns. Devra s'apparente à un conseiller financier digital. Il utilise des technologies de traitement du langage naturel pour reconnaître et synthétiser la parole.

Comarch AR Loans est une application mobile qui permet aux utilisateurs de dénicher la maison de leur rêve au plus près avec l'aide de la Réalité Augmentée et de faire la demande pour un crédit immobilier de façon simple. L'application associe les concepts du marketplace et les services non bancaires proposés par les institutions financières à destination des commerces et des PME.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2019 à 20:58 :
Un système implacable ! Mais du coup prendre un crédit deviendra plus dangereux pour celui qui le contracte! Il vaut mieux aussi que la valeur éco du moment de l'ha, soit le bon!

par exemple en France le développement du crédit a taux variable sera sans doute la norme. L'avantage est que le groupe économique peu changer de main sans que cela n'impacte dans l'instant les flux économiques.

Conserver le conseil physique et humain aux fortunes, j'imagine qu'il doit y avoir un codicille bancaire sur la question.

La virtualisation a mon avis tel qu'il est, nécessite a chacun le choix a faire sur la confiance de "sa banque" ou ses investissements.

Donc plus aucune possibilité de détecter les bons projets, micro macro hormis comme le font les groupes internationaux.

Car la virtualisation va a terme freiner la création de valeur ajoutée, pour le simple fait de la contrainte des lignes qui souvent permettent a l'entrepreneur et normalement le banquier de comprendre et faire confiance.

Donc la question a terme, sera, devons nous donc mettre l'argent dans les banques?
De fait, cela entraîne t'il la nécessité de ne plus avoir de monnaie réelle?

Ce sont la les questions des utilisateurs, mais un spectre pour tout ceux qui développement des activités économiques, car de fait les impondérables seront donc fatals !!

Comme toute logique logicielle, les premiers qui l'utiliserons, seront les premiers qui en paierons les aléas en facteurs d'interopérabilité !!!

Donc les ingénieurs remplacerons les conseillers commerciaux, donc dans l'incapacité aussi a visualiser un projet si ce n'est avoir a faire des choix en dehors de toutes réalités !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :