Droits d'auteur : Spotify crée un fonds de 43 millions de dollars pour indemniser les artistes

 |   |  445  mots
Spotify, fondé par Daniel Ek en 2008, est le numéro un mondial du streaming musical avec plus de 50 millions d'abonnés payants.
Spotify, fondé par Daniel Ek en 2008, est le numéro un mondial du streaming musical avec plus de 50 millions d'abonnés payants. (Crédits : © / Reuters)
Le leader mondial du streaming musical met ainsi fin à une action collective lancée en justice en décembre 2015 par deux artistes américains.

Spotify, contraint de passer à la caisse. Le numéro un mondial du streaming musical a consenti à la création d'un fonds de 43,45 millions de dollars pour une meilleure rémunération des droits d'auteur d'artistes américains, alors que l'entreprise songe à entrer en Bourse. La société suédoise met ainsi fin à une procédure judiciaire potentiellement coûteuse avec des musiciens américains - l'annonce ayant été faite lundi par des avocats.

Selon l'accord qui doit être approuvé par un juge fédéral à New York, le fonds sera mis en place par Spotify afin de compenser les artistes diffusés sans que leurs droits n'aient été réglés. Le Suédois s'engage aussi à payer des royalties pour les prochaines diffusions. Des centaines de milliers de personnes pourraient être concernées, selon Steven Sklaver, un des avocats ayant mené la dernière procédure. Spotify n'a pas commenté l'accord pour le moment.

| LIRE AUSSI : Droits d'auteur : YouTube tente d'amadouer les artistes avec un milliard de dollars

Spotify s'est "injustement enrichi"

Une action collective en justice avait été lancée en décembre 2015 par deux artistes indépendants, Melissa Ferrick et David Lowery, du groupe Cracker et du groupe Camper Van Beethoven. Ils accusaient la plateforme de diffuser des oeuvres sans avoir réglé de droits aux compositeurs des morceaux. David Lowery réclamait alors 150 millions de dollars - le montant dont Spotify s'est "injustement enrichi", selon la plainte déposée. La société suédoise paie des droits aux artistes et aux compositeurs - mais ceux-ci sont souvent moins connus, et, pour des morceaux anciens, plus difficiles à identifier.

Le paiement des droits d'auteur pour l'utilisation des chansons représente le plus gros poste de dépenses pour Spotify. D'après le Financial Times, les royalties et les frais de distribution ont augmenté de 85% en 2015 pour s'établir à 1,63 milliard de dollars. Conséquence : la plateforme de streaming a annoncé début avril la signature avec Universal Music Group d'un accord mondial sur plusieurs années qui, selon les analystes du secteur, doit abaisser les montants reversés à cette major du disque et permettre les premiers bénéfices. Car Spotify n'est toujours pas rentable, malgré sa place de numéro un mondial et son nombre croissant de fidèles depuis sa création en 2008. Présente dans 60 pays, la plateforme a dépassé début mars la barre des 50 millions d'abonnés payants. En 2015, son chiffre d'affaires a augmenté de 80% pour s'établir à 1,945 milliard d'euros... avec une perte d'exploitation qui s'est creusée de 184,5 millions d'euros - contre 165,1 millions en 2014.

| LIRE AUSSI : États-Unis : le streaming tire la croissance de l'industrie musicale

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :