Pour les Français, l'iPad d'Apple est plus un outil d'information qu'un loisir. Et pour vous ?

 |   |  454  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Plutôt que de jouer ou de regarder des vidéos, les Français utilisent le dernier bébé d'Apple pour gérer leurs e-mails et s'informer sur l'actualité.

À quoi sert l'iPad ? La tablette tactile d'Apple fait couler beaucoup d'encre depuis son lancement, le 3 avril, mais qu'en font exactement ceux qui la possèdent ? Contrairement à ce qu'avançaient certains observateurs de l'industrie high-tech avant la commercialisation de l'iPad, l'usage principal de la tablette ne réside pas dans le visionnage de vidéos ni dans les jeux. Selon une enquête présentée ce jeudi par l'agence GroupM (groupe WPP), les Français propriétaires d'un iPad l'utilisent avant tout pour gérer leur courrier électronique, naviguer sur des réseaux sociaux comme Facebook et Linkedin, et pour s'informer. « L'usage des médias est bien intégré par les détenteurs d'iPad », insiste GroupM.

Ainsi, le « kiosque » de la Presse quotidienne régionale affiche 35.000 téléchargements depuis son lancement sur l'iPad, en septembre, a indiqué le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale, ce jeudi, aux Assises internationales du journalisme, à Strasbourg. Dans le domaine de la presse quotidienne nationale, l'application iPad de « La Tribune » compte près de 45.000 téléchargements depuis son arrivée sur l'iPad, en juin. Illustration supplémentaire de l'intérêt des consommateurs, les applications liées à l'actualité figurent dans le peloton de tête des « applis » pour lesquelles ils sont prêts à payer, juste derrière les applications bureautiques (stockage de documents, prise de notes, etc.). Et les sommes ne sont pas négligeables : près de 37 % des propriétaires d'iPad déboursent déjà entre 11 et 15 euros par mois pour lire des quotidiens ou des magazines sur leur tablette.

Usage professionnel

L'appétit pour les applications relatives aux informations va de pair avec la typologie du possesseur d'iPad. D'après GroupM, il s'agit en majorité de cadres supérieurs, masculins et citadins, âgés de 35 ans à 49 ans. Qui, dans 57,6 % des cas, utilisent essentiellement leur tablette dans les transports, afin de tuer le temps durant leurs longues pérégrinations vers La Défense... À noter que pas moins de 38,7 % des personnes interrogées par GroupM se servent de leur iPad au bureau, alors que l'usage professionnel de la tablette ne semblait guère aller de soi avant sa mise sur le marché.

Reste que les heureux possesseurs d'iPad ne sont pas encore légion, en France. Ils représentent 3,6 % seulement de la population âgée de 16 à 65 ans. Il est vrai que le prix de la tablette d'Apple, qui oscille entre 499 et 799 euros, constitue le premier frein à son acquisition, toujours d'après GroupM. Mais on peut supposer qu'Apple, concurrencé par l'arrivée d'autres tablettes, baissera le prix de la sienne, comme il l'avait fait avec l'iPod, devenu aujourd'hui le baladeur numérique le plus vendu au monde. Du coup, le public et les usages pourraient s'élargir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2010 à 7:05 :
Tous ces appareils classés "mobiles" ou "nomades" ne sont peut être que des chaines nous entravant un peu plus chaque jour.
a écrit le 28/11/2010 à 17:47 :
Quand j'achète un ordinateur, j'en suis au 7ème, la première chose que je fait c'est de virer tous les programmes ludiques, et j'installe tous les pare feu possibles, et autres anti prechi-precha, après je bosse, et il n'y a plus rien pour m'e......er.
Pour l'Ipad, en dehors du côté statutaire, dont je me moque, je ne vois pour l'instant pas l'intérêt, mais cela peut changer si on en fait une machine vraiment puissante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :