L'offre de Prysmian sur Draka devance celle de Xinmao

Le fabricant de câbles italien Prysmian lance, ce jeudi, une OPA amicale sur Draka après avoir obtenu le feu vert des autorités de la concurrence. Cependant, si Xinmao lance sa propre offre avant la clôture de celle du groupe italien tout pourrait être remis en cause.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le fabricant de câbles italien Prysmian a pris un temps d'avance sur le chinois Xinmao dans leur course pour mettre la main sur le néerlandais Draka. Après avoir reçu mercredi le feu vert des autorités de la concurrence aux Pays-Bas et en Italie à son offre de 830 millions d'euros, Prysmian a précisé que cette dernière est ouverte ce jeudi jusqu'au 3 février.

Le groupe espère ainsi damer le pion à Xinmao, dont l'offre en numéraire est pourtant supérieure à la sienne, et déloger ainsi le français Nexans de la place du numéro un mondial du secteur. Un temps intéressé par Draka, Nexans a renoncé le 24 novembre à un projet d'offre de 15 euros par action en numéraire, tout en précisant à l'époque qu'il continuait à suivre de près le dossier.

De son côté, Xinmao presse les autorités chinoises de l'autoriser à lancer son offre d'un milliard d'euros, estimant que les choses devaient aller vite pour qu'il ait le temps de convaincre les actionnaires du groupe néerlandais. La société chinoise a assuré avoir mis en place le financement de son offre, mais le conseil de Draka continue de se montrer sceptique à ce sujet.

Ce dernier a d'ailleurs réitéré son soutien unanime à l'offre de Prysmian, qui a réaffirmé que le principal actionnaire de Draka, Flint Beheer, avait accepté d'apporter ses titres. Interrogé à ce sujet, Draka a cependant précisé que l'investisseur en question n'avait pas pris part aux dernières discussions. Flint Beheer, un fonds familial, est un acteur clef dans le dossier avec une participation de 48,5%.

Le titre Draka a terminé mercredi en hausse de 0,21% à 19,34 euros soit plus de deux euros au-dessus de l'offre de Prysmian à 17,1 euros mais à un niveau inférieur à celle de Xinmao, qui est de 20,5 euros.

Une question de calendrier

Dans un entretien accordé à Reuters, Valerio Battista, administrateur délégué de Prysmian, a déclaré que le groupe italien n'avait nullement l'intention de porter son offre au niveau de celle de Xinmao. "Si Xinmao parvient à lancer une offre, il appartiendra au marché de trancher. J'exclus de proposer une somme équivalente à la leur car cela n'aurait aucun sens du point de vue économique", a-t-il dit.

Valerio Battista a ajouté que l'offre de Prysmian se rapprochait des 19 euros par action si l'on prenait en compte les 100 millions de synergies annuelles qui devraient, selon le groupe italien, résulter du rapprochement avec Draka. "Prysmian plus Draka, cela donnerait naissance à une entreprise incroyable, un leader mondial. Draka plus Xinmao se résumerait essentiellement à Draka", a-t-il déclaré.

En étant en mesure de lancer son offre dès le 6 janvier, Prysmian sera le premier à partir des starting blocks. Ceci dit, si Xinmao réussit à lancer sa propre offre avant la clôture de celle du groupe italien le 3 février, tout pourrait être remis en cause.

Avant le feu vert obtenu des autorités de la concurrence par Prysmian, Xinmao avait dit qu'il soumettrait une offre d'ici le 14 février.

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.