Apple lâche 600 millions de dollars pour Dialog, fabricant européen de puces

 |   |  473  mots
Apple met la main sur une partie des activités de Dialog Semiconducteur, fabricant anglo-allemand de puces électroniques, pour un montant de 600 millions de dollars.
Apple met la main sur une partie des activités de Dialog Semiconducteur, fabricant anglo-allemand de puces électroniques, pour un montant de 600 millions de dollars. (Crédits : Aly Song)
Le fabricant d'iPhone vient de débourser 600 millions de dollars pour acheter une partie des activités de Dialog Semiconducteur, un de ses fournisseurs de puces depuis plus de dix ans. Apple franchit ainsi une nouvelle étape dans sa quête d'indépendance vis-à-vis de ses fournisseurs. Un moyen de gonfler ses marges et de garder un avantage compétitif sur ses concurrents.

Apple s'émancipe peu à peu de ses fournisseurs. La firme à la pomme vient de mettre la main sur une partie des activités de Dialog Semiconducteur, fabricant anglo-allemand de puces électroniques. Le montant total de l'accord grimpe à 600 millions de dollars (519 millions d'euros) et la transaction devrait être finalisée au premier semestre 2019. Dans le détail, la firme de Cupertino versera 300 millions de dollars en cash à Dialog Semiconducteur pour un transfert de personnel, de locaux et de brevets. L'autre moitié constitue un prépaiement pour la fourniture de puces au cours des trois prochaines années, selon le communiqué de presse conjoint publié ce jeudi.

300 employés du fabricant européen vont passer chez Apple, ce qui représente environ 16% des effectifs actuels de Dialog Semiconductor. Le géant américain va récupérer des locaux en Italie, au Royaume-Uni et deux sites en Allemagne. Le fabricant d'iPhone signe ainsi l'un de ses plus importants accords en matière de nouvelles recrues - le record étant détenu avec le rachat de Beats Electronics pour 3 milliards de dollars en 2014, ayant transféré chez Apple 700 employés.

Maîtriser les composants pour gonfler ses marges

Selon le communiqué de presse, la plupart d'entre eux travaillait déjà sur les puces destinées aux appareils d'Apple. Il faut dire que l'entreprise européenne était un fidèle fournisseur : elle vendait des puces de gestion d'énergie pour les batteries d'iPhone dès la sortie des premiers modèles, il y a plus de dix ans. À tel point qu'environ 75% de son chiffre d'affaires dépendait de ses ventes auprès d'Apple. L'objectif pour Dialog Semiconductor est d'abaisser cette proportion à 45%, selon une interview du Pdg Jalal Bagherli à Bloomberg. L'entreprise allemande continuera donc de fournir ses autres clients. À la suite de cette annonce, le titre Dialog a bondi de près de 26% dans la journée, à 20,84 euros.

De son côté, Apple franchit une nouvelle étape dans son indépendance vis-à-vis de ses fournisseurs. Depuis 2008, le géant américain multiplie les acquisitions dans le domaine des semi-conducteurs. Dernière emplette en date : l'acquisition d'InVisage Technologies en décembre 2017, startup de la Silicon Valley spécialisée dans les capteurs photo. Réduire sa dépendance aux fournisseurs est perçue comme un levier d'innovation crucial lui permettant de gonfler ses marges, d'une part, et d'affirmer son leadership en termes de qualité et d'expérience utilisateur, d'autre part.

Car l'iPhone, son produit vedette, est désormais en rivalité avec des concurrents qui montent en gamme, comme Samsung. Par exemple, Samsung est régulièrement loué par la presse spécialisée pour la qualité de l'image et de la vidéo sur ses derniers smartphones, ainsi que ses innovations sur ses écrans, entre autres.

Lire aussi : iPhone : pourquoi Apple veut couper le cordon avec ses fournisseurs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2018 à 16:10 :
Les USA ont le droit d'acheter des entreprises de haute technologie européennes, mais l'inverse est moins vrai. Pourquoi la commission laisse-t-elle l'Europe se faire dépouiller, au détriment de l'industrie électronique européenne déjà mal en point ?
Réponse de le 11/10/2018 à 17:40 :
Juncker et sa clique de technocrates en costards gèrent l'UE, incompétent notoire. What else.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :