Comment Tinder compte doubler ses revenus en 2018

 |   |  508  mots
L'application de rencontres amoureuses Tinder revendique 3,8 millions d'abonnés au 30 juin 2018.
L'application de rencontres amoureuses Tinder revendique 3,8 millions d'abonnés au 30 juin 2018. (Crédits : Reuters/Mike Blake)
L'application de rencontres amoureuses, très populaire auprès des 18-25 ans, table sur un chiffre d'affaires de 800 millions de dollars pour 2018. Tinder a enregistré près de 300.000 nouveaux abonnés sur le trimestre, portant son nombre total d'utilisateurs payants à 3,8 millions.

Le marché de la drague se porte on ne peut mieux. Tinder, propriété du groupe Match, est en route pour doubler son chiffre d'affaires annuel afin d'atteindre les 800 millions de dollars fin 2018. L'application de rencontres amoureuses pourrait ainsi générer à elle seule près de la moitié du chiffre d'affaires du groupe, qui présentait mercredi soir ses résultats trimestriels. Match - aussi propriétaire de Meetic, OK Cupid ou encore Plenty of Fish - projette un chiffre d'affaires annuel de 1,7 milliard de dollars. Le titre s'envolait de près de 13% à Wall Street ce mercredi, atteignant une valorisation de près de 13 milliards de dollars.

Le groupe ne communique pas dans le détail les performances enregistrées individuellement par chacune de ses applications. Selon Bloomberg, Tinder aurait vu son chiffre d'affaires bondir de 136% sur un an au cours du deuxième trimestre. L'origine de ce succès : la popularité de ses offres payantes. Tinder a recruté près de 300.000 nouveaux abonnés au cours du trimestre. Au total, l'application revendique 3,8 millions d'utilisateurs payants, contre 1,7 million il y a un an.

Des offres jusqu'à 19,99 dollars par mois

Créée en 2012, Tinder a décomplexé les rencontres en ligne. Sa cible privilégiée : les 18-25 ans, conquis par le système de "swipe" développé par l'application, permettant à l'utilisateur de faire glisser les profils de gauche à droite pour les "liker". L'application entame sa monétisation dès 2015. Contrairement aux services concurrents, Tinder va rapidement abandonner la publicité au profit des offres payantes - tout en conservant une version gratuite moins élaborée.

Baptisée "Tinder Plus", son premier service payant mise sur une variation du prix de l'abonnement en fonction de l'âge de l'utilisateur. Aux États-Unis, cette fonction coûte 9,99 dollars par mois pour les moins de 30 ans et 19,99 dollars pour les plus de 30 ans. En 2017, l'application étoffe son service avec "Tinder Gold", une offre à 14,99 dollars par mois. Au total, la publicité génère seulement 3% du chiffre d'affaires de Tinder - le reste provenant des abonnements, confie à Bloomberg Mandy Ginsberg, Pdg du groupe Match.

Tinder, plus fort que Snapchat ?

Match avait déjà affirmé que Tinder réalisait des marges d'environ 40%. Sur la base de ces estimations, le site spécialisé Recode avance que l'application pourrait générer des bénéfices aux alentours de 320 millions de dollars en 2018... Quand Snapchat a enregistré une perte de 353 millions de dollars rien qu'au deuxième trimestre.

Stigmatisé au début des années 2000, le « dating » est de plus en plus banalisé. Aux États-Unis, 15% des adultes ont déjà utilisé une telle application, contre 11% en 2013, selon une étude de Pew Research Center publiée en 2016. Un succès qui pousse le géant Facebook à tenter sa chance. Le plus grand réseau social au monde a annoncé en mai dernier la création d'un service pour les rencontres amoureuses en ligne. Ce qui, pour l'instant, ne semble pas faire de l'ombre à Tinder.

Lire aussi : Facebook se lance dans les sites de rencontre, peut-il tuer Tinder ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :