Satya Nadella, le nouveau patron de Microsoft, adoubé par Wall Street

 |   |  663  mots
Nommé en février à la tête de Microsoft, dont il fait partie depuis 22 ans, Satya Nadella estime que Microsoft doit fabriquer des produits que les gens veulent et aiment. REUTERS/Robert Galbraith
Nommé en février à la tête de Microsoft, dont il fait partie depuis 22 ans, Satya Nadella estime que Microsoft doit "fabriquer des produits que les gens veulent et aiment". REUTERS/Robert Galbraith (Crédits : Reuters)
Le premier fabricant de logiciels au monde a fait état d'un chiffre d'affaires supérieur aux anticipations à 20,4 milliards de dollars. Ces résultats semblent valider la stratégie du nouveau patron, Satya Nadella.

Il semble avoir passé le test. Satya Nadella, le successeur de Steve Ballmer à la tête de Microsoft publiait jeudi ses premier résultats trimestriels. Le géant américain a surpris de façon positive jeudi en confortant sa force dans les logiciels pour entreprises, tout en confirmant son avancée dans le mobile.

Résultats par action en hausse

Lors des trois mois achevés fin mars, troisième trimestre de son exercice décalé, le bénéfice net est ressorti à 5,66 milliards de dollars, en baisse de 6,5% sur un an. Mais le résultat par action hors éléments exceptionnels, référence aux Etats-Unis, s'établit à 68 cents, supérieur aux 63 cents attendus en moyenne par les analystes.

Le numéro un mondial du logiciel enregistre un chiffre d'affaires de 20,4 milliards de dollars, alors que les analystes en attendaient 20,39 milliards. 

Microsoft peut compter sur la bureautique

Les recettes tirées de la division entreprises (serveurs et services dématérialisés en ligne, dans le "cloud") ont progressé de 7% à 12,33 milliards de dollars. Cette division qui comprend le système d'exploitation Windows Pro (+19%) est la vache à lait du groupe.

Par ailleurs, Microsoft tente de rattraper son retard en adaptant ses logiciels pour les terminaux mobiles. Le groupe a ouvert fin mars sa célèbre suite de bureautique Office (Word, Excel, PowerPoint..) à l'écosystème de ses rivaux Apple et Google. Début avril, elle avait déjà été téléchargée par 12 millions de personnes

   >> Lire : Office sur iPad, un succès commercial ?

Surface et Xbox One, des succès en demi-teinte

"Nous devons fabriquer des produits que les gens veulent et aiment", a déclaré Satya Nadella, soulignant que Microsoft ne pouvait plus se reposer seulement sur Office et Windows pour améliorer sa rentabilité.

Les activités à destination du grand public affichent un chiffre d'affaires en hausse de 12% à 8,3 milliards de dollars. Microsoft a notamment écoulé 2 millions de consoles de jeux vidéo Xbox, dont 1,2 million d'unités de la nouvelle Xbox One, sa réponse à la PlayStation 4 de Sony, qui la distance toutefois largement au niveau des ventes.

Autre point positif, les recettes de la tablette Surface ont bondi de plus de 50% à 500 millions de dollars. Une augmentation des ventes notamment due à la baisse du prix des tablettes Surface RT en juillet 2013 et à l'arrivée d'un nouveau modèle en octobre. La part de marché du système d'exploitation Windows 8 sur tablette reste toutefois marginale (de l'ordre de 4% en 2013 selon les chiffres du cabinet Gartner) comparée à ses concurrents.

De son côté, le moteur de recherche Bing a augmenté de 38% ses recettes publicitaires et représentait en mars 18,6% (en hausse de 0,2 point) des recherches Internet aux Etats-Unis, contre 67,5% pour Google et 10,1% pour Yahoo, d'après les analystes de comScore.

"L'industrie ne respecte pas la tradition mais l'innovation"

Ces sources de revenues alternatives pour Microsoft sont d'autant plus importantes que les recettes tirées des logiciels destinés aux PC pour particuliers ont ralenti, suivant un marché mondial des PC moroses. Les ventes mondiales de PC ont ainsi reculé de 4,4% sur les trois premiers mois de l'année, selon le cabinet de recherche IDC, leur huitième trimestre consécutif de baisse.

>> Lire aussi : Comment Windows XP a sauvé les ventes de PC au premier trimestre

"L'industrie ne respecte pas la tradition mais l'innovation", argumente Satya Nadella, 22 ans de carrière chez Microsoft, et qui a en particulier développé les services d'informatique dématérialisée.

Depuis qu'il a succédé à Steve Ballmer à la tête de l'entreprise, il essaye de secouer par petites touches le mastodonte Microsoft. Il a par exemple remanié la direction, lancé "Cortana", un assistant personnel pour concurrencer Siri d'Apple et promet des innovations. Un nouveau chapitre s'ouvre d'ailleurs ce vendredi avec la finalisation de l'accord de rachat des téléphones Nokia pour 5,44 milliards d'euros.

>> ANALYSE : Ce que le rachat de Nokia par Microsoft va changer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :