Dépression : Apple doit traiter le problème de la dépendance des jeunes aux iPhone

 |   |  765  mots
Le problème de la dépendance aux smartphones est passé au premier plan aux Etats-Unis, où environ 86 millions d'Américains de plus de 13 ans possédaient un iPhone en 2016, selon comScore
Le problème de la dépendance aux smartphones est passé au premier plan aux Etats-Unis, où environ 86 millions d'Américains de plus de 13 ans possédaient un iPhone en 2016, selon comScore (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Deux grands actionnaires du géant américain Apple, préoccupés par les effets sur la santé mentale d'un usage excessif des iPhone, ont demandé à la marque à la pomme une étude sur l'addiction des enfants à ses téléphones mobiles, selon l'agence Bloomberg.

Apple est exhorté de prendre des mesures contre l'addiction de ses iPhone... par deux de ses actionnaires. En effet, le fonds activiste Jana Partners et le fonds de pension des enseignants de l'État de Californie (CaISTRS) poussent le géant américain à prendre des mesures pour lutter contre la dépendance des jeunes aux smartphones - un phénomène de plus en plus répandu aux États-Unis, selon Charles Penner, associé chez Jana.

Selon le Wall Street Journal, les deux actionnaires détiennent quelque deux milliards de dollars de titres Apple, première entreprise mondiale en termes de capitalisation boursière. La firme à la pomme pesait 898,5 milliards de dollars (747 milliards d'euros) au cours de clôture de vendredi.

Un "malaise sociétal grandissant"

Dans une lettre remise samedi à Apple, Jana, un fond activiste de premier plan, et CaISTRS, un des plus importants fonds de pension américain, demandent au fabricant d'iPhone de réfléchir à la mise au point d'un logiciel permettant aux parents de limiter l'utilisation du téléphone de leurs enfants, a rapporté le WSJ. Pourtant, le géant technologique américain propose déjà des contrôles parentaux et la possibilité de restreindre les accès à certaines applications et contenus.

S'appuyant sur plusieurs études, les actionnaires affirment :

"Il y a un nombre croissant de preuves qui montrent que, pour au moins certains des jeunes utilisateurs les plus assidus, cela pourrait avoir des conséquences négatives involontaires" sur la santé, écrivent les investisseurs.

Une action inhabituelle pour Jana

Jana n'est guère réputé pour ses préoccupations sociales, le fonds ayant pour habitude de faire pression sur les entreprises pour qu'elles améliorent leurs performances financières. Mais ici, les actionnaires s'inquiètent qu'un tel phénomène puisse affecter à long terme l'image et les profits d'Apple. Ce "malaise sociétal grandissant" va "à un moment donné probablement affecter Apple lui-même", anticipent les investisseurs. "S'attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour toutes les actionnaires", soulignent-ils.

"Apple peut jouer un rôle déterminant en signalant à l'industrie qu'une attention particulière à la santé et au développement de la prochaine génération est à la fois une bonne affaire et la bonne chose à faire", écrivent-ils. "Il y a un consensus qui se développe dans le monde, y compris dans la Silicon Valley, selon lequel les conséquences potentielles à long terme des nouvelles technologies doivent être prises en compte dès le départ, et aucune entreprise ne peut externaliser cette responsabilité."

Ce n'est pas la première fois que des actionnaires appellent un géant américain à prendre en compte sa responsabilité sociale. En juin dernier, les actionnaires de Facebook avaient haussé le ton contre le réseau social à propos du fléau des fake news.

Déterminer un usage optimal

Le problème de la dépendance aux smartphones est passé au premier plan aux États-Unis, où environ 86 millions d'Américains de plus de 13 ans possédaient un iPhone en 2016, selon comScore. La moitié des adolescents américains ont le sentiment d'être dépendants de leur téléphone portable et disent se sentir comme obligés à répondre tout de suite à des messages, selon une enquête menée en 2016 auprès d'enfants et de parents par Common Sense Media, une organisation à but non lucratif en faveur de médias et de technologies sans danger pour les enfants.

C'est pourquoi Jana et CaISTRS ont également demandé à Apple d'étudier l'impact sur la santé mentale d'une utilisation excessive d'un téléphone. Ils demandent à la firme à la pomme de déterminer une durée d'usage optimal. CaISTRS et Apple n'ont pas réagi dans l'immédiat à une demande de commentaire. Un porte-parole d'Apple s'est refusé à tout commentaire, selon Bloomberg.

Le sujet de la dépendance aux téléphones est venu sous les feux des projecteurs en 2016 quand l'actrice et chanteuse américaine Selena Gomez, 24 ans, a annulé une tournée mondiale pour une thérapie visant à sortir d'une dépression et d'un manque de confiance en elle, des affections qu'elle a associées à sa dépendance aux réseaux sociaux.

Cette lettre constitue une nouvelle pression exercée sur Apple, aux prises comme les autres géants de la technologie avec une faille de sécurité touchant les microprocesseurs, et accusée par ailleurs par des associations de réduire volontairement les performances et la durée de vie de ses appareils, afin d'en accélérer le remplacement.

Lire aussi : iPhones volontairement ralentis : Apple attaqué en justice

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2018 à 3:34 :
Pour tout achat d'un produit Apple, une boite de lithium sera fournie, Merci Apple.
a écrit le 08/01/2018 à 19:53 :
La dépression, c'est surtout quand vous achetez un appareil plus de 1000€ et que vous le laissez tomber côté écran.

Envoyé de mon iphone XI plus ultra
a écrit le 08/01/2018 à 19:25 :
Les constructeurs automobiles ont depuis longtemps montré une relative maturité en s'intéressant à la sécurité de leurs clients. Quoi de plus naturel, que les fabricants d'objets pour enfants se doivent d'en faire autant ?
Par contre, pourquoi compter sur les parents pour empêcher les enfants de rester trop longtemps sur leurs jeux sur ordi ou téléphone portable ? Surtout que l'on sait qu'ils n'y parviennent pas.
Il suffit de mettre en place une "boucle" dans le logiciel qui émet au bout de 30 minutes de jeux, un message ou un affichage "dans 15 minutes cet appareil va couper toute connexion à internet pendant une heure". Il suffit pour les jeux qui n'ont pas besoin de liaison avec le net de prévoir à la construction un temps de jeux maximum avec un ou deux affichages pour prévenir avant coupure. C'est simple et efficace. Si les parents sont assez stupides pour acheter plusieurs appareils à leurs enfants... Il y aura bientôt la domotique pour faire en sorte que la maison coupe les appareils de jeux, au bout d'un temps donné, quel que soit l'utilisateur, du papa ou de la maman Geek aux gamins. Et les gens s'apercevront que pendant des siècles les gens ont vécu sans ces jeux et ont survécu.
Réponse de le 08/01/2018 à 21:30 :
le passe temps d’un enfant : c’est jouer .
A moins d’avoir une nounou , gagner beaucoup de sous...
Actuellement les 2 parents sont obligés de bosser
La société numérique est imposée aux populations par contre les Élites qui encaissent l’argent à flot se protègent des «  mauvais effet » eux c’est les milleniums « 
Eux ils poussent les autres mais eux sont les meilleurs...
Les victimes restent les populations ignorantes
Ça va jusqu’à la violence d’ou L’importance des créateurs de numériques de tester l’impact des produit avant de le commercialiser
Pour moi c’est la nouvelle maladie de l’humanité :
Le pétrole de l’occident.
a écrit le 08/01/2018 à 17:01 :
Dépression c’est vrai mais ces dernières décennies c’est aussi dérèglements biologiques .
D’après des récentes études , nous savons que les cristaux dans les cerveaux des oiseaux ( desorientement et chute )est touché par la «  wifi » l’extension de tous ces champs magnétiques et électriques ( énergie )
Ça m’étonnerai pas si Apple se développe dans l’avenir dans la robotique de surveillance sécurité et que le monde réduit le nombre de smartphone mondial

Le réseaux des connexions polluent l’environnement et je pense même que ça dérègle toutes les défenses immunitaires des humains.
a écrit le 08/01/2018 à 14:34 :
Les GAFA payent le fait d'avoir grandi trop vite trop fort surprenant ainsi l'oligarchie mondiale qui totalement dégénérée n'a pas été capable d'anticiper la manne financière qu'incarnait internet.

Du coup l'UE leur faire payer des impôts, alors que celle-ci conseille ses milliardaires de l'évasion fiscale via ses paradis fiscaux, et maintenant il faudrait que la multinationale compense les effets indésirables des produits qu'elle vend alors qu'elle est loin d'être la seul à vendre des smartphones hein.

Dans ce cas on pourrait demander aux sociétés de transports routiers de payer les infrastructures routières, on pourrait demander à BAYER-MONSANTO de payer les soins sur les cancers du sang et des os, à MC DO de financer le nettoyage des routes, à GOOD YEAR de reprendre ses pneus usagers, à VOLKSWAGEN de reboiser, à EVIAN de nettoyer l'eau, et-c et-c... il y aurait des milliers de cas.

Mais non il n'y a que les multinationales du net qui ont droit à ce genre de pensée pourtant loin d'être stupide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :