Le gouvernement mobilise 1,2 milliard d'euros supplémentaires pour aider les startups

Afin d'éviter le rachat de jeunes pousses françaises par les géants du numérique et autres fonds étrangers, le gouvernement a annoncé ce vendredi matin débloquer 1,2 milliard d'euros à destination de la French Tech. L'Etat avait déjà annoncé un plan de soutien pour l'écosystème de 4 milliards d'euros en mars.
Anaïs Cherif

3 mn

Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances.
Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances. (Crédits : GONZALO FUENTES)

Le gouvernement est de nouveau au chevet des startups. Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, ainsi que Cédric O, secrétaire d'Etat en charge du numérique, ont annoncé ce vendredi matin un plan de soutien destiné aux jeunes pousses françaises. L'Etat va débloquer 1,2 milliard d'euros d'ici 2021, qui viennent s'ajouter au premier programme d'aides à la French Tech de 4 milliards d'euros annoncé en mars.

"Certaines startups rencontrent des difficultés à lever de fonds dans le contexte actuel, c'est pourquoi nous voulons marquer notre soutien à l'écosystème de la tech, qui, comme tous les secteurs, est confronté à la crise provoquée par le coronavirus", a justifié Bruno Le Maire ce matin, lors d'une visite de la startup Earthcube, à Paris.

Empêcher le rachat de startups françaises par des géants du numérique

Ce nouveau plan de soutien affiche deux objectifs. Premièrement, "garantir notre souveraineté technologique. En sortie de crise, nous ne pouvons pas nous permettre que des entreprises françaises innovantes soient rachetées par des géants du numérique ou des fonds étrangers. Nous devons assurer leur maintien sur le territoire français", a expliqué le ministre de l'Economie.

Lire aussi : Lever des fonds en période de crise, mission impossible pour les startups?

En conséquence, Bercy y voit un dispositif de soutien à la création d'emploi. La France dénombre environ 13 000 jeunes pousses, employant plus de 100 000 personnes. Avant la crise liée au coronavirus, les startups françaises auraient dû générer environ 25 000 créations d'emplois courant 2020. Au regard de la conjoncture actuelle, "l'emploi devient à nouveau la première préoccupation des Français et la priorité du gouvernement pour les mois à venir. La création de nouveaux emplois, notamment assurée par le vivier de startups, est primordiale pour l'insertion des jeunes", sur le marché du travail, selon Bruno Le Maire.

Création d'un nouveau fonds deep tech

Dans le détail, un fonds "French Tech Souveraineté" va être créé. Géré par Bpifrance, il sera doté de 150 millions d'euros pour financer des entreprises développant des "technologies d'avenir à caractère souverain". Le fonds pourrait ensuite atteindre les 500 millions d'euros d'ici 2021 "en fonction des besoins".

En parallèle, environ 500 millions d'euros vont renflouer les dispositifs existants. Parmi cette enveloppe, 80 millions d'euros sont alloués au fonds "French Tech Bridge", qui permet aux startups de bénéficier d'un soutien de trésorerie entre deux levées de fonds. Pour les jeunes pousses considérées comme "prometteuses" et ne pouvant accéder au prêt garanti par l'Etat, une offre de prêts de 100 millions d'euros (distribués par Bpifrance) est prévue.

Enfin, un nouveau fonds sera doté de 200 millions d'euros pour "soutenir l'émergence d'un nouveau vivier de startups". Objectif : permettre aux chercheurs désireux de lancer leur entreprise de sauter le pas. Parmi cette enveloppe, environ 100 millions seront alloués à la deep tech via la création d'un second fonds "French Tech  Acceleration".

Lire aussi : Plan Deep tech : 800 millions d'euros d'aides nouvelles pour l'innovation de rupture

Anaïs Cherif

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 07/06/2020 à 9:23
Signaler
Encore plein de fils de qui vont bénéficier d'argent public, un héritage oligarchique de plus.

à écrit le 07/06/2020 à 7:15
Signaler
Dans les annees 80, l'etat proposait une aide d'environ 50000 francs de l'epoque a la creation d'une petite entreprise bien evidemment remboursable et surtout d'un solide dossier, c'est important de le preciser. Aujourd'hui un simple carnet d'adresse...

à écrit le 06/06/2020 à 10:44
Signaler
Helicopter monay pour les bourgeois ubérisant ! Pour financer leur "life style". Il créent des systèmes, ils disent des plateformes, à partir de technos qu'ils n'ont pas inventé, les technos anglo-saxonne, avec lesquelles ils espèrent bien une rent...

à écrit le 06/06/2020 à 9:14
Signaler
Emprunter au dépend des contribuables pour alimenter une "french tech", comme vous dites, qui sera reprise par ailleurs, d'où son nom "internationalisé", et cela, encore, au dépend des contribuables, ne semble vraiment pas une bonne affaire!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.