Microsoft supprimera Messenger au profit de Skype

 |   |  165  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Microsoft a confirmé le 6 novembre qu'il mettrait fin l'an prochain à son service de messagerie instantanée Windows Live Messenger. Celui-ci sera être intégré au service de téléphonie sur internet Skype racheté l'an dernier par le groupe informatique américain.

Le géant du logiciel a officialisé sa décision d'abandonner l'outil de communication Windows Live Messenger - ancien MSN Messenger - au profit de Skype. "Nous allons arrêter Messenger dans tous les pays du monde au premier trimestre 2013 (à l'exception de la Chine continentale, où Messenger restera disponible)", a annoncé Tony Bates, responsable de la division Skype chez Microsoft, dans un message publié mardi 6 novembre sur le blog officiel du service de téléphonie sur internet. 

Un rachat à 8,5 milliards de dollars

Racheté en 2011 pour 8,5 milliards de dollars, le service de discussion instantanée faisait doublon avec l'application de Microsoft dont la première version avait été lancée en 1999. Les utilisateurs actuels de Messenger pourront exporter leurs contacts dans Skype.

Une offre rationalisée

Plus largement, cette fusion s'inscrit dans une stratégie d'intégration de l'offre, avec par exemple, le remplacement de Hotmail par Outlook.com, une messagerie connectée aux réseaux sociaux et aux service de communication instantanée Skype.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2012 à 22:56 :
Il faudra que Microsoft soit TRÈS convaincant pour que ses clients suivent... Il y a des alternatives fiables à Skype sur le marche... Et que viennent faire les réseaux sociaux la dedans???
a écrit le 07/11/2012 à 13:00 :
MSN ou le cas très intéressant d'une destruction méthodique d'un produit à grand succès...
A donner en contre-exemple dans toutes les écoles de commerce

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :