La Grande-Bretagne ne va plus sanctionner le téléchargement illégal

 |   |  323  mots
A partir de 2015, les britanniques ne pourront plus être condamnés pour avoir téléchargé illégalement. (photo : Reuters)
A partir de 2015, les britanniques ne pourront plus être condamnés pour avoir téléchargé illégalement. (photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Le gouvernement britannique renonce à son programme de sanctions pour les personnes qui téléchargent illégalement. Désormais, il mise sur la prévention.

Est-il réellement efficace de réprimer le téléchargement illégal ? Après l'échec d'une politique semblable à celle d'Hadopi, la Grande-Bretagne a fini par répondre par la négative. Alors que jusqu'ici les adeptes de cette pratique étaient fichés et pouvaient voir leur connexion internet coupée, le gouvernement britannique a décidé de stopper les sanctions pour le piratage de films, de jeux vidéo et de musiques.

Nommée Voluntary Copyright Alert Programme (VCAP), la nouvelle politique est le résultat de plusieurs années de négociations entre les fournisseurs d'accès internet, la classe politique et les propriétaires de contenus audiovisuels.

La sensibilisation remplace la répression

A partir de 2015, les plus gros pirates vont désormais recevoir quatre lettres d'avertissement expliquant que le téléchargement est illégal. Néanmoins, s'ils n'en prennent pas compte, aucune action en justice ne sera menée contre eux. 

"Avec ce programme, il ne s'agit pas de refuser l'accès à internet. Il s'agit de changer les attitudes et faire prendre conscience aux gens qu'ils peuvent faire le bon choix" a expliqué à la BBC Geoff Taylor, le directeur général d'une association de l'industrie britannique du disque, la British Phonographic Industry.

>> Lire Deux fois plus de visiteurs sur The Pirate Bay (malgré la censure)

La lutte contre le piratage n'est pour autant pas finie

Les autorités continueront par ailleurs de travailler pour fermer les sites de partage illégaux mais, à présent, les mesures coercitives contre les pirates sont abandonnées. 

A l'instar de la France, la Grande-Bretagne se refuse désormais à couper les connexions internet. Le gouvernement britannique est toutefois allé plus loin que celui de la France, puisque dans l'Hexagone il est toujours possible de recevoir une amende pour téléchargement illégal. 

>> Lire  Hadopi : près d'un abonné à Internet sur dix a reçu un avertissement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2014 à 23:38 :
A quand la sensibilisation contre le vol à l'étalage et la suppression des effectifs de police alloués à cette lutte?
Réponse de le 25/07/2014 à 15:05 :
Avec tout ce qu'on paye pour les intermittents du spectacle, il est inutile de payer pour les oeuvres...
a écrit le 23/07/2014 à 15:20 :
En fin une bonne nouvelle !
a écrit le 23/07/2014 à 14:31 :
Enfin un pays qui est dirigé par des politiques intelligents. Je ne télécharge pas mais je n'achète aucun support en France, j'achète tous mes CD en Allemagne, je vais par ailleurs en concert dans ce pays. Pas un centime pour la soit disante culture française, rien à cirer.
a écrit le 23/07/2014 à 14:18 :
A quand la France de l'imiter ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :