Les Gafa, grands gagnants de la crise sanitaire

Fidèles à leurs habitudes, les géants américains de la tech - Google, Apple, Facebook et Amazon - ont publié jeudi soir des résultats trimestriels flamboyants. Alors que des pans entiers de l'économie sont à la peine en raison de la pandémie mondiale, leurs activités ont été dopées par le confinement et les différentes restrictions liées au contexte sanitaire.
Anaïs Cherif

5 mn

Au cours du dernier trimestre écoulé (qui se clôturait fin septembre), les quatre fleurons américains totalisent un chiffre d'affaires cumulé astronomique de 228,4 milliards de dollars pour un bénéfice net cumulé de presque 40 milliards.
Au cours du dernier trimestre écoulé (qui se clôturait fin septembre), les quatre fleurons américains totalisent un chiffre d'affaires cumulé astronomique de 228,4 milliards de dollars pour un bénéfice net cumulé de presque 40 milliards. (Crédits : DR)

Rien ne ralentit la croissance folle des Gafa, pas même la pandémie mondiale du coronavirus... au contraire. Les géants de la tech - Google, Apple, Facebook et Amazon - ont de nouveau affiché des performances financières spectaculaires lors de la publication de leurs résultats trimestriels jeudi soir. Les quatre fleurons américains totalisent un chiffre d'affaires cumulé astronomique de 228,4 milliards de dollars pour un bénéfice net cumulé de presque 40 milliards au cours du dernier trimestre écoulé, qui se clôturait fin septembre.

Dans le détail, Amazon fait office de grand gagnant. Les deux piliers phares de son activité - le commerce en ligne et le cloud (via sa filiale Amazon Web Services) - ont été dopés par les différentes restrictions liées au contexte sanitaire : confinement, généralisation rapide et massive du télétravail... L'ogre du e-commerce enregistre ainsi un chiffre d'affaires de 96 milliards de dollars au troisième trimestre (+37% sur un an), pour un bénéfice net de 6,3 milliards de dollars. Fort de cette activité, le groupe dit avoir créé 400.000 emplois cette année.

Cette lancée devrait se poursuivre puisque le groupe table sur un chiffre d'affaires entre 112 à 121 milliards de dollars (soit une hausse entre 28% à 38% en comparaison à 2019) pour le dernier trimestre. Les trois prochains mois sont toujours une période cruciale pour la firme de Seattle, en raison des journées promotionnelles comme le Black Friday et les fêtes de fin d'année. La "saison des fêtes sera sans précédent", avance Jeff Bezos, Pdg et fondateur d'Amazon, dans un communiqué de presse. "Nous n'avons jamais vu autant de clients acheter aussi tôt leurs cadeaux de Noël."

Facebook et Google, toujours dopés par la publicité

De leurs côtés, Facebook et Google - dont les business model reposent quasi-exclusivement sur la publicité - ont présenté des résultats solides. Le plus grand réseau social au monde a enregistré 7,85 milliards de bénéfice net (+29% sur un an) pour un chiffre d'affaires de 21,5 milliards de dollars sur la période (+22% sur un an). "Nous avons réalisé un bon trimestre car les personnes et les entreprises continuent de compter sur nos services pour rester connectées et créer des opportunités économiques en cette période difficile", s'est félicité Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook, dans un communiqué de presse.

"Facebook a bien rebondi après le retrait des annonceurs au début de la pandémie, lorsque les équipes marketing ont préféré retirer leurs publicités pour économiser des fonds, et après le boycott publicitaire de juillet", estime l'analyste Debra Aho Williamson du cabinet d'études eMarketer, en référence au boycott cet été d'une centaine de marques (Adidas, Levi's, Coca-Cola...) face à la propagation sur le réseau social d'incitations à la violence ou à la haine.

Et de poursuivre : "Malgré les challenges posés par l'élection présidentielle américaine et la modération des contenus, Facebook reste un outil incontournable pour les annonceurs qui cherchent à toucher un large public de consommateurs." Et pour cause:  plus de 2,5 milliards de personnes dans le monde se connectent chaque jour à au moins une des applications du groupe (Facebook, le réseau social de partage de photos Instagram, et les messageries instantanées Messenger et WhatsApp). C'est plus de 15% qu'il y a un an.

Même son de cloche chez Alphabet, maison-mère de Google. La firme de Mountain View a engrangé un chiffre d'affaires de 46,2 milliards de dollars (+14% sur un an), pour un bénéfice net de 11,2 milliards. Ces revenus "reflètent une croissance générale, menée par une augmentation des dépenses des annonceurs dans Search et YouTube, ainsi que la poursuite de l'essor de Google Cloud et Google Play (magasin d'applications)", a déclaré Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet, dans un communiqué de presse.

Apple poursuit sa stratégie de diversification

Amazon, Facebook et Google étant des acteurs incontournables sur leurs marchés respectifs hors période de crise, leur puissance n'a été que renforcée depuis le début de la séquence. Leurs empires reposent sur une équation de précieux atouts : une solide base mondiale d'utilisateurs couplée à une diversification de leurs activités au cours de la décennie écoulée, leur assurant une croissance insolente.

Cela leur permet de s'asseoir sur des réserves massives de cash pour poursuivre les recrutements et les investissements, y compris en période de crise. Sans compter que certains pans de leurs activités étant intégralement opérés à distance par leurs salariés (applications de messagerie, plateformes de streaming audio ou vidéo...), ils peuvent poursuivre leurs opérations en dépit des différentes restrictions liées au contexte sanitaire.

Apple, de son côté, continue sa phase de transition. Depuis plusieurs années, le groupe met à l'œuvre une stratégie de diversification en misant sur son écosystème de services (streaming vidéo avec Apple TV+ et audio avec Apple Music, paiement grâce à Apple Pay...) et ses accessoires connectés (montres, écouteurs...). Le but : réduire sa dépendance à l'iPhone. Si le smartphone reste son produit vache à lait, en pesant pour environ 50% de ses sources de revenus, celui-ci s'essouffle depuis plusieurs années.

Au cours du dernier trimestre, la firme de Cupertino a accusé une baisse de 20% sur un an de ses ventes d'iPhone, à 26,4 milliards de dollars. Le groupe est notamment affecté par le ralentissement de l'économie chinoise, l'un de ses marchés cruciaux. En Chine élargie (comprenant Hong Kong et Taïwan), Apple a vu son chiffre d'affaires reculer de près de 30% en rythme annuel. Pour autant, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 64,7 milliards de dollars (+1% sur un an) pour le dernier trimestre, avec un bénéfice net de 12,7 milliards (-7,4% sur un an).

Anaïs Cherif

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 03/11/2020 à 10:42
Signaler
Nous vivons dans un pays occupé, dirigé par des traitres à la nation, aux ordres de l'ennemi. Tuer l'industrie, le commerce et l'emploi en France semble être la mission qui leur a été assignée. Et pendant ce temps l'oligarchie financière, dont les "...

à écrit le 03/11/2020 à 10:40
Signaler
Nous vivons dans un pays occupé, dirigé par des traitres à la nation, aux ordres de l'ennemi. Tuer l'industrie, le commerce et l'emploi en France semble être la mission qui leur a été assignée. Et pendant ce temps l'oligarchie financière, dont les "...

à écrit le 02/11/2020 à 10:08
Signaler
Orange aussi aurait dû être le grand gagnant, mais pas du tout, l’action continue de plonger depuis l’arrivée de Richard à sa tête, de 16 à 8 euros, tout comme le chiffre d’affaires de 50 à moins de 40 milliards. Comme disait Coluche confiez le Sahar...

à écrit le 01/11/2020 à 11:18
Signaler
Ce n'est pas pour rien si le premier objectif du fameux "Grand Reset" prévu en 2021 est la numérisation de l'économie... Adieu le petit commerce local et les petites PME...

à écrit le 01/11/2020 à 7:55
Signaler
uncle sam est ravi de voir toutes ces entreprises francaises qui vont teletravailler obligatoirement en stockant leurs donnees vitales sur le cloud d'amazon

à écrit le 31/10/2020 à 10:49
Signaler
C'est pour cela qu'il serait bien plus intelligent de parler avec eux et de voir ce que nous pourrions faire ensemble au lieu de sans cesse les braquer. Mais voilà nos politiciens ne sont à la botte que de notre vieille oligarchie, même là ils son...

à écrit le 31/10/2020 à 9:57
Signaler
Les Gafa, grands gagnants de la crise sanitaire ... oui en effet l'évidence c'est que le virus COVID19 et ceux à venir sont amenés en France par les salariés des importateurs massifs qui font des voyages dans les pays d'exploitation des enfants et...

à écrit le 31/10/2020 à 7:16
Signaler
francais il faut un reveil national la macronie est la mondialisation le tapis rouge pour les gafa et la misere pour les francais meme mme bachelot qui en mars demande l'ouverture des librairie a ce jour retourne sa veste et que dire du respon...

à écrit le 30/10/2020 à 19:39
Signaler
Je viens (hier) de commander des bouquins sur FNA* en ligne, livré par la Poste (début de semaine). Y a un magasin FNA* à Chambéry à 15km mais aux heures ouvrables il faut parc-métrer = rédhibitoire, la grande librairie Decitr* pareil. Y a pas que Am...

à écrit le 30/10/2020 à 17:38
Signaler
Le gouvernement (lemaire + bachelot) vient d'enjoindre aux grandes surfaces et à la FNAC de fermer leurs rayons livre et culture. Officiellement pour ne pas faire concurrence aux petites librairies qui sont totalement fermées. A votre avis, les ge...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.