Facebook va bloquer les publicités des médias contrôlés par un Etat

 |   |  454  mots
(Crédits : Charles Platiau)
A partir de l'été, le réseau social américain n'autorisera plus les publicités qui proviennent de médias dépendants d'Etats. Une mesure qui doit protéger les élections aux Etats-Unis prévues début novembre.

Le géant Américain parle d'un "excès de prudence". Facebook va interdire les publicités postées par des médias contrôlés financièrement et éditorialement par un Etat sur ses plateformes américaines. L'objectif est de protéger les élections de 2020 aux Etats-Unis des interférences étrangères.

Les blocages commenceront à partir de cet été, précise le réseau social dans un communiqué publié jeudi. Il précise que les médias d'Etat "font rarement de la publicité aux Etats-Unis". L'élection de 2016, remportée par Donald Trump, avait toutefois été marquée par des opérations de manipulations principalement orchestrées depuis la Russie.

Depuis 2018, les réseaux sociaux déploient graduellement un arsenal de mesures pour lutter contre les faux comptes et la désinformation, notamment répandus par des entités étrangères. En octobre dernier, Facebook avait présenté une batterie de mesures pour mieux protéger l'intégrité des scrutins, à l'approche de la présidentielle américaine en novembre prochain. Désormais, les contenus provenant de médias étatiques, et les médias eux-mêmes, seront marqués ("étiquetés") comme tels.

Lire aussi : Facebook et Twitter ont bloqué des tentatives d'interférence étrangère en faveur de Trump

Conflit Trump-Twitter

"Nous faisons preuve de transparence accrue sur ces éditeurs parce qu'ils combinent l'influence d'une organisation de presse avec le soutien stratégique d'un Etat, et nous pensons que les gens devraient savoir si les informations qu'ils lisent viennent d'une publication qui peut être sous l'influence d'un gouvernement", détaille Nathaniel Gleicher, le directeur des règlements sur la cybersécurité chez Facebook.

La décision d'interdire ces publicités, doit permettre "d'ajouter une couche de protection contre les divers types d'influence étrangère dans le débat public". A l'automne, Twitter a de son côté pris le parti de bannir toutes les publicités à caractère politique.

Le réseau social à l'oiseau bleu s'est fait remarquer fin mai en signalant deux tweets de Donald Trump comme "trompeurs". Une initiative mal accueillie par le président américain qui a accusé Twitter d'être sorti de sa neutralité. Il a par la suite signé un décret qui limite la protection des réseaux sociaux vis-à-vis de la responsabilité des publications. Depuis, Facebook avait fait profil bas. Sa décision d'empêcher des bloquer les publicités des médias contrôlés par un Etat ne devrait pas échapper au locataire de la Maison-Blanche. En décembre 2019, Facebook avait bloqué des opérations de manipulation soutenues par des gouvernements, notamment en faveur de... Donald Trump.

Lire aussi : Trump cherche à museler les réseaux sociaux avant la présidentielle, Twitter contre-attaque !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2020 à 9:32 :
Et comment ils vont faire avec les entreprises chinoises du coup !?
a écrit le 05/06/2020 à 20:02 :
Ah ah Facebook me fait bien rire.
Quelle hypocrisie.
Allez on s’achète une bonne image et on écrase de publicités payantes tous les membres.
Lamentable.
Fermez vos comptes massivement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :