Google lance un vaste plan social et supprime environ 12.000 postes dans le monde

Sundar Pichai, patron d'Alphabet, la maison mère de Google, a justifié la suppression de ces 12.000 emplois, soit 6% de ses effectifs totaux, par la conjoncture actuelle qui contraint l'entreprise à réduire ses effectifs. Google devient ainsi le dernier géant technologique américain à engager un plan social de grande envergure.
Google a annoncé la suppression d'environ 12.000 emplois dans le monde devenant ainsi le dernier géant technologique américain à engager un plan social de grande envergure.
Google a annoncé la suppression d'environ 12.000 emplois dans le monde devenant ainsi le dernier géant technologique américain à engager un plan social de grande envergure. (Crédits : Charles Platiau)

Coup de tonnerre dans la tech. Google a annoncé, ce vendredi, la suppression d'environ 12.000 postes dans le monde, soit 6% de ses effectifs totaux. « Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire », a indiqué Sundar Pichai, patron d'Alphabet, la maison mère de Google qui comptait près de 187.000 employés dans le monde fin septembre 2022. « Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons embauché dans un contexte économique différent de celui que nous connaissons aujourd'hui » a-t-il ajouté dans un courriel adressé aux employés, précisant que la conjoncture contraignait l'entreprise à réduire les effectifs.

Une annonce accueillie positivement par Wall Street puisque l'action d'Alphabet montait de 3,5% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York.

Des suppressions qui touchent l'ensemble du groupe

Les suppressions de poste se feront « dans l'ensemble des départements, des fonctions, des niveaux de responsabilité et des régions », a-t-il indiqué, sans toutefois donner davantage de précisions.

Si les salariés américains concernés ont déjà été notifiés, dans les autres pays, la procédure va prendre davantage de temps en fonction du droit local du travail. Aux Etats-Unis, les employés licenciés toucheront au moins seize semaines de salaire, leurs bonus au titre de 2022, leurs congés payés ainsi que six mois de couverture santé. Les salariés étrangers installés aux Etats-Unis pourront aussi bénéficier d'une aide dans leurs démarches juridiques s'ils souhaitent rester sur le sol américain.

En octobre dernier, Alphabet enregistrait sa plus faible croissance depuis neuf ans, hormis le début de la pandémie. Elle a ainsi réalisé, au troisième trimestre, un bénéfice net à 14 milliards de dollars, soit un résultat largement inférieur aux attentes. Autrement dit, Google, toujours profitable, voit ses revenus publicitaires s'éroder. Le chiffre d'affaires de l'Américain atteignait, lui, 69,1 milliards de dollars au troisième trimestre, en hausse de 6% sur un an.

Lire aussiIntelligence artificielle : ChatGPT va-t-il remplacer Google ?

Forte concurrence

Cette croissance en berne s'explique notamment par la concurrence que subit le groupe. De juillet à septembre 2022, les recettes publicitaires de YouTube ont, par exemple, baissé de 2% à 7 milliards de dollars, alors que le marché attendait une petite progression. « C'est la première fois que les revenus de la pub sur YouTube diminuent depuis que la société a commencé à les publier séparément fin 2019, essentiellement à cause de la concurrence du streaming et des formats de vidéos courtes » sur les applications mobiles comme TikTok, expliquait alors Evelyn Mitchell, analyste d'Insider Intelligence. En 2021, l'application TikTok a dépassé Google en tant que site web le plus populaire au monde, d'après Cloudflare, un fournisseur de services sur Internet.

Les géants technologiques américains à la peine

Google devient ainsi le dernier géant technologique américain à engager un plan social de grande envergure. En octobre dernier, Microsoft avait annoncé avoir dû se séparer d'un millier d'employés dans plusieurs de ses divisions, soit moins de 1% de l'effectif total de l'entreprise, troisième capitalisation mondiale à plus de 1,7 trillion de dollars. Au cours des semaines précédentes, Meta (Facebook, Instagram), Amazon ou encore Salesforce ont, eux aussi, décidé de se séparer de plusieurs milliers d'employés.

Le secteur de la tech fait face à une période difficile dans un contexte de forte inflation et de hausse des taux d'intérêt après une période faste, notamment au plus fort de la pandémie de Covid-19 et des confinements. Selon le site spécialisé Layoffs.fyi, près de 194.000 salariés du secteur ont perdu leur emploi aux Etats-Unis depuis début 2022, sans compter l'annonce d'Alphabet de vendredi. « Les piliers de la tech ont embauché à un rythme qui était insoutenable et la dégradation de l'environnement macroéconomique les force désormais à licencier », a commenté Dan Ives de Wedbush Securities. « Minuit a sonné pour l'hypercroissance alors que les entreprises technologiques ont dépensé de l'argent comme les stars de rock dans les années 1980 », a poursuivi l'analyste.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 22/01/2023 à 10:28
Signaler
Dans le nouveau monde comme dans l'ancien, la bourse aime bien les plans sociaux.

à écrit le 21/01/2023 à 13:03
Signaler
Personnellement j'utiliser Qwant, moteur français, depuis quelques mois et ça marche très bien. Les concurrents de Google se sont vraiment bien améliorés il semble.

à écrit le 20/01/2023 à 14:35
Signaler
l'atterrissage va etre difficile pour certains jeunes un peu surproteges qui se prenaient pour les rois du petrole; la realite economique connue depuis des lustres refinit par revenir sur le devant de la scene, comme pour toutes les generations

à écrit le 20/01/2023 à 12:58
Signaler
Économie virtuelle emplois virtuels finalement le bitcoin s'avère plus résilient que leurs modèles commerciaux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.