#ReviensLéon : les expatriés ne se bousculent pas au portillon pour rentrer en France

 |   |  1110  mots
Malgré les autocélébrations de rigueur, les résultats restent anecdotiques : seuls huit expatriés revenus en France grâce à #ReviensLéon.
Malgré les autocélébrations de rigueur, les résultats restent anecdotiques : seuls huit expatriés revenus en France grâce à #ReviensLéon. (Crédits : DR)
Au bout de dix mois d’existence, seuls huit expatriés Français à l’étranger sont rentrés en France grâce à l’initiative #ReviensLéon. La plateforme mute donc pour attirer aussi les étrangers dans les startups françaises.

Le compte n'y est pas encore. Lors du lancement de #ReviensLéon, le 27 mai dernier, Frédéric Mazzella, le PDG de Blablacar et porte-drapeau de l'initiative, espérait attirer "au moins une dizaine" de Léon en un an. Des Leon ? Des expatriés français à l'étranger, qui aimeraient rentrer au bercail mais qui se découragent face à la complexité du retour. Pour eux, #ReviensLéon a créé une plateforme dotée d'une centaine d'emplois dans la crème des startups françaises en hyper-croissance, ainsi que des fiches pratiques pour organiser leur retour et gérer les galères administratives, et même, cerise sur le gâteau, une aide matérielle de la part d'entreprises partenaires, comme Michel et Augustin.

Quatorze pépites de la French Tech y postent des offres d'emplois, notamment Blablacar, Sigfox, Drivy, Lafourchette, Showroomprivé ou encore Capitaine Train. LVMH, pourtant une multinationale, s'est incrustée dans l'initiative en novembre pour redorer son image.

     | Lire : #ReviensLéon : quand les pépites de la French Tech font les yeux doux aux expat'

Huit retours dans quatre startups

Mais la mayonnaise ne prend pas aussi bien qu'espéré. Si bien que les organisateurs ont repoussé de trois mois l'étape du premier bilan. Lors du lancement, ils promettaient d'annoncer des retours dès le début du mois de janvier. Finalement, ce bilan s'est tenu vendredi 8 avril. Et malgré les autocélébrations de rigueur, les résultats restent anecdotiques : seuls huit expatriés revenus en France grâce à #ReviensLéon.

Parmi ces huit recrues, quatre ont été embauchées par la startup nantaise iAdvize, spécialisée dans le commerce conversationnel pour les entreprises. Deux autres sont chez l'opérateur télécom pour l'Internet des objets Sigfox, les deux derniers ont atterri chez Blablacar et Dataiku.

"Un délai plus important que prévu pour rentrer"

En revanche, les 230 annonces publiées sur le site ont engendré 5000 candidatures, "soit davantage que le nombre de clients de Blablacar la première année", a plaisanté Frédéric Mazzella. Le faible nombre de retours, plus symbolique qu'autre chose, s'explique en partie par le temps nécessaire pour rentrer. "Nous avions un peu sous-estimé ce délai entre la prise de décision et la prise de poste. Il faut postuler, attendre la réponse des RH, passer plusieurs entretiens, puis organiser son retour, qui est complexe surtout quand on a vécu longtemps à l'étranger", souligne l'entrepreneur-star de la French Tech.

Frédéric Mazzella se réjouit, en revanche, que tout se soit fait dans les trois derniers mois. "Cela montre que la machine met un peu de temps à démarrer, mais qu'elle est bien en marche et qu'on peut s'attendre à d'autres retours dans les mois à venir", pronostique-t-il.

Il est également possible que certains Léon aient échappé aux radars de la plateforme : ils auraient vu l'annonce sur le site mais auraient postulé par des chemins plus classiques. "Nous n'avions pas réalisé que Johanna Burgos, qui fait partie des huit retours, était une Léon jusqu'à ce qu'un journaliste de France 3, venu faire un reportage, lui demande comment elle avait postulé", sourit l'entrepreneur. "D'autres personnes sont peut-être dans ce cas", ajoute-t-il.

Muter en plateforme pour recruter des talents de toute nationalité

Les statistiques sur les 5.000 postulants de la plateforme indiquent toutefois que #ReviensLeon n'attire pas seulement les expatriés. Surprise, ils représentent même une minorité, si bien que la plateforme ne communique pas les chiffres sur sa cible originale. "Ces derniers mois, 50% des postulants sont des étrangers qui veulent travailler en France. Il y a aussi des Français installés en France qui utilisent la plateforme pour postuler", remarque une employée.

D'où la volonté de transformer #ReviensLeon en plateforme pour recruter des talents de toute nationalité. De quoi satisfaire l'appétit insatiable des startups en hyper-croissance membres du programme, confrontées à de réelles difficultés de recrutement et en demande de talents dotés d'expériences à l'international.

Pour cela, il faudra traduire le site au moins en anglais, ce qui sera fait cet été, selon Frédéric Mazzella. Un partenariat avec la French Tech est également sur la table, pour mettre en place un « dispositif adapté » à cette nouvelle mission, et que la plateforme dévoilera... plus tard.

Changer l'image de la France, une mission de longue haleine

Si les résultats concrets de l'initiative #ReviensLeon sont symboliques, le programme se dote aussi d'importants objectifs de communication. Depuis mai, les organisateurs ont multiplié les "roadshow", c'est-à-dire les grosses opérations de communication lors d'événements liés aux startups. En plus de plusieurs opérations à Paris, #ReviensLeon a chanté les louanges de l'entrepreneuriat à la française lors de la French Touch Conference, qui s'est tenue à New York en juin, puis à San Francisco, Londres, Dublin (pour le Web Summit) et enfin, au CES de Las Vegas, qui s'est tenu début janvier dernier. Le poids de Frédéric Mazzella a même permis aux huit premiers Léon de rencontrer François Hollande à l'Elysée, début mars.

Les huit premiers Léon sont ravis de l'expérience. "Les fiches pratiques de #ReviensLeon m'ont permis d'anticiper et de préparer les documents nécessaires pour les différents organismes, et j'ai pu bénéficier d'une mise en relation avec un expert EY via la cellule Léon", se réjouit Michael Hirbec, qui a passé onze ans en Irlande et deux ans en Espagne avant d'intégrer iAdvize.

Si tous soulignent à quel point leur vision de la France a changé depuis qu'ils sont rentrés, preuve du dynamisme de la French Tech, leur perception jusqu'alors indique tout le chemin qu'il reste à parcourir avant de vraiment gommer l'image de la France l'étranger. "A vrai dire, je n'avais pas franchement envie de rentrer, car je ne connaissais pas l'actualité bouillonnante de l'écosystème French Tech", confie Nicolas De Rosen, expatrié aux Etats-Unis et à Singapour pendant six ans avant de rejoindre iAdvize. "J'ignorais complètement le dynamisme de l'écosystème startup français", ajoute Emmanuel Julliot, également intégré chez iAdvize après un séjour d'un an et demi à Munich et à Shanghaï.

"Vu de l'étranger, la France renvoie une mauvaise image et j'étais moi-même convaincu qu'il n'y avait aucune opportunité", renchérit Alexis Le Rossignol, passé par le Mexique et l'Inde pendant huit ans. Ces témoignages révèlent bien que #ReviensLéon est une démarche salutaire, car elle change les préjugés... mais aussi qu'ils sont tenaces, et que sa mission sera de longue haleine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2016 à 16:24 :
Le flanbisme triomphant qui règne sur la France est un atout majeur pour faire revenir tous les exilés...
a écrit le 11/04/2016 à 5:57 :
8 "Léon"d'heureux tour ? Mazette, mais on frôle l'exploit ? Que dis-je, ON L'EFFLEURE ? Et dans le même temps ...; COMBIEN DE DÉPARTS ?
Sachant EN PASSANT qu'habituellement (comme dans un AUTRE domaine)
c'était 3 000 millionnaires qui quittaient l'hexagone ? Cette année on a dépassé
les 10 000 ! Voilà un record qui mériterait d'être mieux annoncé non ? Allons messieurs ? "L'impotent" c'est pas de gagner ? C'est de participer non ?
a écrit le 10/04/2016 à 9:12 :
Cela fait quinze ans que je me suis exilé volontairement et je n'y vois que des avantages.
Le fait de vivre dans un environnement humain sans jalousie ni peur, et très respectueux est en soi un paradis.
Des administrations qui n'ont que le but de vous faciliter la vie, et beaucoup moins cher, cela se trouve.
Des hôpitaux qui vous soignent mieux pour moins que des cotisations SS.
Des établissements d'enseignement qui forment mieux à la vie réelle.
Pourquoi y a t-il encore des français en France ?
a écrit le 10/04/2016 à 7:21 :
J'adore mon pays, j'ai même vibré à 18 ans comme élève officier pendant les couleurs, au garde à vous tous les matins.

La France, 50 ans après, je l'aime toujours , mais de loin, quand je vois tout ce qu'elle m'a pris en retour et le peu qu'elle me laisse pour ma retraite. Ce sera encore moins si je rentre au pays..

J'ai connu le délire, socialiste de 1981, identique à celui qui règne depuis 2012.
Au moins la génération actuelle sera
guérie pour 30 ans de la clique au pouvoir en ce moment.

Donc tant mieux, jusqu'à la prochaine génération..
a écrit le 10/04/2016 à 0:16 :
Revenir dans un pays où l'on peut payer jusqu'à 75% d'impôts ! On vous rira au nez! Surtout quand on voit ce que fait ce gouvernement de vos impôts !
Réponse de le 10/04/2016 à 8:04 :
Vous avez raison: puisqu'on ne peut plus placer son argent à l'étranger afin de se garantir un minimum pour sa retraite sans que le fisc français ne vous prenne tout et ne vous laisse que des miettes, alors autant partir soi-même et voir de loin l'effondrement de la France en disant:ouf !
a écrit le 09/04/2016 à 23:01 :
La France est un repoussoir et un pays d'assistés aigris. Il n'y a aucun avenir. Mes 3 enfants sont tous partis et j'ai suivi. C'est un privilège de ne pas vivre dans ce pays de fonctionnaires. Il reste les paysages et le patrimoine historique mais rien que débarquer à CDG me rend furieux. Donc ce sera NIET pour toujours. Je laisse la France au PS, qu'il en fasse ce qu'il veut...
a écrit le 09/04/2016 à 22:24 :
Vu de l'étranger la France renvoie une mauvaise image... Pourquoi ? C'est simple et tous les expats (dont je suis vous le dirons)... Les médias.... ( pas la Tribune), mais par ex. un media très lu a l'étranger : le Figaro, qui déblatère sur la France a longueur de pages avec Zemmour, Baverez, Nouailhac, Rioufol... Mais allez faire comprendre cela a Alexis Brezet...c'est un vrai drame, si vous ajoutez Le Point et Valeurs actuelles (sic), cela devient mission impossible de convaincre les étrangers que les choses fonctionnent somme toute correctement en France, et cela n'a rien à voir avec une option politique !!!!
a écrit le 09/04/2016 à 11:02 :
Complexité pour le retour ?
J'ai fait cinq fois l'AR et je n'ai pas eu besoin d'un organisme dédié pour s'occuper de mes affaires.
Le seul "problème" est la couverture assurance maladie quand on revient car il y a un délai de carence de 15 jours, si je me souviens bien.
Cordialement
a écrit le 09/04/2016 à 10:06 :
Crétin,
nous avons trois millions de chomeurs et on cherche à faire revenir les expats.
Ils faudrait surtout les aider à investir leur argent en France et à aider leurs boites à acheter des produits francais.
Pour le reste, si ces compétences manqent en France formons les gens.
NB: Je suis expat et je vois qu'il n y a aucun contact avec la France.
La seule fois ou l'ambassade ma contacté, c'était pour s'assurer que le mariage avec ma femme que nous voudrions faire ne serait pas un mariage forcé (Si si, j vous jure c'est à ca que sert l'argent de l'état, merci fafa) Evidement lorsque nos enfants ont commencé à faire leur dessin ca n'a pas tenu une seconde.
Par contre etre mis en relations avec des PME francaise pour qu'elles deviennent fournisseurs de ma boite Là, vous oubliez.
a écrit le 09/04/2016 à 9:33 :
Tant que nos gouvernants n auront pas compris L impact de L impôt le plus stupide et revanchard à savoir L ISF
Les francais continueront à perturber et ne pas revenir
Réponse de le 09/04/2016 à 18:13 :
Mais expliquer cela à des énarques pétris d'idéologie socialo-marxiste, qui ont toujours raison et qui n'écoutent personne est mission impossible.
a écrit le 09/04/2016 à 9:27 :
ReviensLéon est une société commerciale et les gens qui ont eu le courage, les capacités et la tenacité pour réussir ailleurs n'ont pas besoin de ce type de service. Leurs clients sont les losers qui reviennent au pays de la pleurniche en pleurnichant :-)
a écrit le 09/04/2016 à 9:24 :
Les "Léon" sont surtout de Bruxelles ! Je ne vois pas bien ce qui les feraient revenir en France: incertitudes politiques, économiques, taxation et manifestations. En France pour faire "nuits debout" il vaut mieux ne rien faire le jour. ça ne doit pas correspondre aux vœux des employeurs.
a écrit le 09/04/2016 à 9:17 :
De retour en France depuis une dizaine d'années, j'ai de grosses difficultés à m'intégrer dans le monde du travail car j'ai une culture d'entreprise américaine. Là-bas, les compétences suffisent pour satisfaire son employeur. En France, il faut avoir "la personnalité" qui convient (surtout le bon piston), les compétences sont presque secondaires tant qu'on a le bon diplôme. C'est ce que les DRH appellent ici le "Profil". Il faut que les expatriés y pensent avant d'abandonner leur Eldorado...
a écrit le 09/04/2016 à 9:14 :
On ne quitte pas la France pour y revenir. Partir est une chance ne l'oublions pas. La France est un camp surveillé où la médiocrité est l'idéal imposé. Travailler pour financer l'état français n'est pas une vie. Oui, on part pour vivre, pour construire, avoir un avenir. La France est atteinte de socialo-marxisme, maladie qui provoque la mort lente et qui achève le patient au bout de 30 ou 40 ans. Le processus arrive à son aboutissement. C'est fini.
a écrit le 09/04/2016 à 9:10 :
Revenir ? Mais pourquoi ?
a écrit le 09/04/2016 à 8:50 :
on va pas se mentir, les gens ne reviennent pas a cause de cette campagne de culpabilisation, ils reviennent car ils sont homesick
on voit que ca a ete monte par des ingenieurs et des politicards
s'ils avaient ete formes correctement, ou s'ils avaient juste un peu de bon sens, ils sauraient que la communication ca ne marche pas comme ca
si je vous vend une dacia a 200 000 euros, vous aurez du mal a croire que c'est une ferrari, meme si je la peint en rouge pour l'occasion

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :