LVMH s’incruste dans l’initiative Reviens Léon

La plateforme Reviens Léon, qui ambitionne de faire revenir au bercail des expatriés français en leur offrant des emplois dans des startups en hypercroissance, a annoncé l’arrivée de quatre nouvelles startups dans ses rangs. Mais aussi celle du groupe de luxe LVMH.
Sylvain Rolland
Bernard Arnault, le PDG de LVMH. Le groupe de luxe aux 120.000 employés dénote dans l'initiative Reviens Léon, menée par des startups qui peinent à recruter les talents dont elles ont besoin.
Bernard Arnault, le PDG de LVMH. Le groupe de luxe aux 120.000 employés dénote dans l'initiative Reviens Léon, menée par des startups qui peinent à recruter les talents dont elles ont besoin. (Crédits : reuters.com)

Le coup de gueule de Reviens Léon porte ses fruits au-delà de ses espérances. La plateforme d'offres d'emplois à destination des Français exilés à l'étranger a annoncé mardi cinq nouveaux partenaires. De nouveaux alliés dans son combat pour redorer le blason de la France en tant que terre d'innovation, en proposant aux expatriés des offres d'emplois alléchantes dans des startups en hypercroissance.

Les heureux patriotes sont les startups 1001menus, VideDressing.com, 360Learning, Stupefix et.... le groupe de luxe LVMH. Ils rejoignent les neuf startups présentes depuis le lancement de Reviens Léon, en mai dernier. Que des fleurons de la French Tech, de Blablacar à Drivy, en passant par le numéro deux français du déstockage Showroomprivé.com, le numéro un mondial de la connectivité des objets Sigfox, ou encore Capitaine Train et Lafourchette.

>> Lire : Reviens Léon : quand les pépites de la French Tech font les yeux doux aux expats

Mais que fait LVMH là-dedans ?

La présence du plus grand groupe de luxe français, figure de proue du CAC 40, au sein d'un mouvement créé par des startups a de quoi surprendre. Elle est même très ironique quand on se souvient que son PDG, Bernard Arnault, avait failli demander la nationalité belge, en 2012, pour échapper à l'Etat socialiste. Effrayé par les retombées sur l'image de son groupe, il avait finalement renoncé.

Trois ans plus tard, le même patron qui dénonçait en 2012 le climat néfaste en France, fait entrer LVMH au sein d'un groupe de startups bleu-blanc-rouge qui luttent pour changer cette perception et qui peinent à recruter les talents dont elles ont besoin pour poursuivre leur folle croissance.

Pour le groupe de luxe, Reviens Léon est un formidable coup de com', qui lui permet de mettre l'accent sur sa politique d'innovation à moindre frais. "Notre clientèle est déjà familière du numérique et nous travaillions avec ces startups bien avant de rejoindre Reviens Léon", expliquait ainsi un représentant du groupe lors de l'annonce, lors du France Digitale Day, à Paris ce mardi.

Dans une interview accordée au site Challenges, Thomas Romieu, le Directeur digital de LVMH, a développé cette rhétorique :

"Cela peut sembler très paradoxal de notre part en effet, et pourtant LVMH et les startups du mouvement portent beaucoup de valeurs communes. Comme les startups, le groupe innove sans cesse, comme elles, il encourage la créativité, comme elles, il a une croissance très rapide. Enfin, LVMH a une forte culture entrepreneuriale".

Premier bilan en janvier pour Reviens Léon

Cette opération de communication menée de main de maître profite aussi à Reviens Léon. Même si la présence d'une multinationale aux 120.000 salariés brouille un peu le message, la plateforme menée par le patron de Blablacar, Frédéric Mazzella, s'assure ainsi d'attirer l'attention sur son initiative.

Au moment de son lancement, en mai dernier, Reviens Léon visait une dizaine de retours la première année. Pour l'heure, personne n'a franchi le pas, même si « plusieurs centaines de candidats ont postulé aux offres présentes sur Reviens Léon et qu'une poignée d'entre eux réfléchissent très sérieusement à rentrer », indique Frédéric Mazzella.

En raison de la complexité d'un retour en France et du temps nécessaire pour concrétiser ce projet, Reviens Léon fera un premier bilan au bout de six mois, qui devrait être divulgué en janvier prochain.

Sylvain Rolland

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 17/09/2015 à 11:57
Signaler
Bon coup de pub....! Sorry, moi je reste à l'étranger et c'est très bien comme cela ..un truc bizarre tout de même ....cette coïncidence avec cette news et le début de a campagne.... de 4 ministres qui vont faire à l'export la promo ..du Made In F...

à écrit le 17/09/2015 à 11:25
Signaler
Euh j ai du mal comprendre, c est un succes car "une poignée d'entre eux réfléchissent très sérieusement à rentrer" ??? La france est sauvee car environ 5 personnes reviennent (enfin c est meme pas sur) ? Meme si ce sont des genies, c est quand mem...

à écrit le 17/09/2015 à 6:19
Signaler
Merci bien Nanard ? Mais j'aia eu tellement de mal à me dépétrer de la paperrasserie "fronçaise et J'AI PAYÉ BIEN TROP CHER pour pouvoir me barrer ? Alors là mon pote, Avant que j'revienne, va pleuvoir des enclumes ? L'hexagone, "sa fiscacalité" , so...

à écrit le 17/09/2015 à 0:22
Signaler
Et en France, il n'y a pas de talents à recruter ?il faut rapatrier des français ? Beau coup de pub

à écrit le 16/09/2015 à 23:41
Signaler
Oui la France est un pays formidable pour y passer ses vacances. Ensuite vite il faut revenir aux choses serieuses, et ce n'est pas en France qu'on va gagner de l'argent!

le 17/09/2015 à 10:29
Signaler
Ce qui est navrant c'est que vous n'avez qu'un mot a la bouche: GAGNER DE L'ARGENT; Mais vous ne l'amenerez pas avec vous au cimetière !!! Quand vous aurez compris ça, vous verrez que vous vivrez beaucoup plus heureux qu'avec des tonnes d'argent dont...

à écrit le 16/09/2015 à 22:57
Signaler
Nombre d'expatriés par pays d'origine : Allemands : 3,2 millions Anglais : 3 millions Italiens : 2,5 millions Canadiens : 1 millions Français : 0,9 million Taux de retour des expatriés Anglais et Allemands : 25% Français : 70 % Conclu...

le 17/09/2015 à 11:30
Signaler
Il faut voir sur le long terme. Les allemands ou anglais (et je parle meme pas des italiens) ont une longue tradition de l expatriation. C etait pas le cas en france jusqu il y a peu (quand j etais a dans mon ecole d inge, personne ne pensait partir....

à écrit le 16/09/2015 à 19:59
Signaler
Reviens Léon ressemble beaucoup aux "entreprises" canadiennes qui promettent d'obtenir un visa et du travail moyennant bien entendu finance. Ce sont des entreprises illégales dans la mesure où c'est le gouvernement canadien seul qui décide de la déli...

à écrit le 16/09/2015 à 19:47
Signaler
faut pas etre defaitiste comme ca!!! je connais plein de francais qui reviennent en france... pour les vacances! comme ca ils revoient famille et amis! oui parce que pour le reste, travailler comme un damne en se faisant insulter, risuqer de se fair...

à écrit le 16/09/2015 à 19:47
Signaler
faut pas etre defaitiste comme ca!!! je connais plein de francais qui reviennent en france... pour les vacances! comme ca ils revoient famille et amis! oui parce que pour le reste, travailler comme un damne en se faisant insulter, risuqer de se fair...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.