Cécile Duflot lance une concertation pour accroître l'offre de logements

 |   |  633  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Toutes les fédérations des entreprises de la construction ont été réunis par la ministre du logement pour discuter des solutions pour accroître de manière structurelle l'offre de logements. L'objectif affiché est de construire et de rénover 500.000 logements par an d'ici à 2017.

Depuis l'été dernier, la cote de popularité de Cécile Duflot auprès du monde de l'immobilier a sérieusement chuté. La faute à plusieurs annonces de la ministre du Logement, et principalement à quelques mesures polémiques comme l'encadrement et la garantie des loyers intégrées dans sa loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur).

Pour bon nombre de propriétaires et de professionnels du secteur, ces deux mesures contraignent sérieusement l'investissement dans le logement.

En réponse à ces critiques, la ministre assure qu'elle met tout en œuvre pour atteindre l'objectif de construire 500.000 logements par an d'ici à 2017. Le gouvernement avance pour preuve la loi pour la libération du foncier public, ainsi que les ordonnances déjà adoptées en Conseil des ministres qui visent à lever les obstacles à la densification, à réduire les délais nécessaires à la construction de logements, mais aussi à limiter les recours contre les permis de construire.
Ces mesures qui vont dans le bon sens ne satisfont pourtant pas encore la profession qui attend des résultats plus rapide.

Les maires conservent une minorité de blocage sur les politiques d'urbanisme

La ministre pouvait aussi se targuer de donner dans sa loi Alur davantage de pouvoir aux intercommunalités en matière d'urbanisme au détriment des maires, qui ne construisent pas assez dans l'intérêt général, mais plutôt avec la peur de se faire sanctionner par leurs administrés.
Mais lors de l'examen en première lecture de la loi par les sénateurs, qui tiennent à 95% leur élection des conseillers municipaux, Cécile Duflot a lâché du lest. Ce qui a permis à la Chambre haute de donner une minorité de blocage aux maires. Résultat, la colère monte chez les partisans d'une meilleure politique d'urbanisme.

Construire et rénover 500.000 logements par an

Pour calmer les esprits, la ministre du Logement a engagé le jeudi 7 novembre une concertation d'envergure nationale réunissant toutes les grandes fédérations de la construction (FFB, Capeb, FPI, UMF, USH, FFCMI, Snal). Le but de ce rassemblement est de tout mettre en œuvre pour atteindre, d'ici à 2017, les objectifs de construction et de rénovation de 500 000 logements par an.

Quatre groupes de travail ont ainsi été mandatés par Cécile Duflot. Le premier vise à  "simplifier la réglementation et l'élaboration des normes de construction et de rénovation". La rapporteur général de ce groupe sera d'ailleurs Nadia Bouyer, ancienne directrice de cabinet de Benoist Apparu, le prédécesseur de Cécile Duflot.
Un deuxième groupe s'attaquera à la mobilisation du foncier privé des secteurs urbanisés, un sujet majeur. Alors qu'un troisième tablera sur l'accès à un logement adapté à chaque situation de vie. Enfin le quatrième groupe aura une vocation plus industrielle puisqu'il réfléchira à "développer des matériaux innovants et inventer de nouvelles façons de construire et rénover".

"Une vraie concertation avec ceux qui connaissent bien le sujet"

Les professionnels présents se sont satisfaits de l'intention de la ministre. "Il était nécessaire d'aller plus loin et d'instaurer une vraie concertation avec ceux qui connaissent bien le sujet de la construction", s'est réjouit Christian Louis Victor, président de l'Union des maisons de France (UMF).

Pour superviser le tout, un comité stratégique, composé des présidents des fédérations, aura pour mission de hiérarchiser et d'émettre un avis en mars sur les propositions émanant des groupes de travail. De cela découlera un certain nombre de mesures qui pourraient être mises en œuvre "à court et moyen terme", indique le ministère du Logement. Il n'est pas exclu que d'autres ministères, notamment celui du Redressement productif, puissent être associés à certaines réformes structurelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2013 à 16:52 :
Qu'est ce qu'elle fout encore au gouvernement???? il sera difficile de trouvé pire à l'image de ce gouvernement.
Réponse de le 13/11/2013 à 0:10 :
C'était tellement quand des quinquagénaires nous racontait comment ils parvenaient à nous laisser payer l'impôt seul en investissant en Scellier et en faisant monter les prix du logement (plus de demande)...
a écrit le 10/11/2013 à 12:44 :
C'est qui DUFLOT ?
a écrit le 09/11/2013 à 9:49 :
la moindre des choses était de la faire avant toutes les lois recentes demotivantes pour les investisseurs
a écrit le 09/11/2013 à 9:49 :
la moindre des choses était de la faire avant toutes les lois recentes demotivantes pour les investisseurs
Réponse de le 10/11/2013 à 13:33 :
les investisseurs 1/font monter les prix par plus de demande 2/empêchent les autres de se loger à prix décents.On a pas besoin de ces gens là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :