EXCLUSIF Immobilier locatif : le groupe Quiétude en redressement judiciaire

 |   |  268  mots
Le groupe Quiétude et sa filiale Quiétude Evasion, l'un des grands acteurs français de l'immobilier de loisir, a été placé hier, le mardi 28 juillet, en redressement judiciaire. Une nouvelle affaire après celle du groupe Mona Lisa en mars dernier.

Selon nos informations, le groupe Quiétude et sa filiale Quiétude Evasion, l'un des grands acteurs français de l'immobilier de loisir, a été placé hier, le mardi 28 juillet, en redressement judiciaire.

Nommé très récemment à la présidence du directoire pour tenter de relancer la société, Thierry Girard (accompagné pour cette mission par Régis Quelin au même poste) a confirmé à latribune.fr cette information.

Il précise que la société emploie pour l'heure quelque 500 salariés et exploite 55 résidences dont 16 récemment acquises auprès du groupe Residhotel. "Mon travail est d'abord de veiller à ce que la trésorerie tienne, que les salaires soient payés, ce qui est le cas sans difficulté, et les fournisseurs également. Il faut aussi trouver un nouveau modèle économique. Cela passe par la recherche de partenaires."

L'affaire suscite l'inquiétude des propriétaires des appartements exploités par la société qui ignorent quelle sera leur sort ni celui des loyers qu'ils sont censés toucher en partie. La question de la récente acquisition des 16 résidences et des garanties accordées ou non à ce moment là fait aussi l'objet d'une polémique.

L'administrateur judiciaire a du pain sur la planche.

Le 12 mars dernier, latribune.fr avait révélé une première affaire de ce type : après avoir été en cessation de paiements le 19 février, l'exploitant d'hôtels et de résidences de tourisme Mona Lisa avait été placé en redressement judiciaire. Il exploitait 19 hôtels et 13 résidences de tourisme, principalement à la montagne et en bord de mer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :