Un nouveau produit pour réduire ses impôts... en regardant la télé

 |   |  415  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Axone Invest propose d'investir dans des séries télévisées tout en allégeant sa facture ISF. Une nouvelle alternative aux traditionnelles Sofica.

Comment avoir le nom de « sa » société au générique d'une série télé ? En investissant directement dans la PME qui la produit. Axone Invest, spécialisé en montages financiers, lance en effet Cartoon Pictures. Cette SAS finance une partie de la production de « Scary Larry », une série télévisée d'animation pour enfants. L'audiovisuel n'est guère réputé pour être très rentable... Mais le projet possède des atouts. D'abord, la solidité des partenaires : Lagardèrerave;re Entertainment et Canal + co-produisent. La chaîne cryptée diffusera la série fin 2011, et, aux États-Unis, Disney a acheté les droits. Enfin, Chris Colombus, réalisateur des deux premiers « Harry Potter », est aux manettes de la série.

Concrètement, pour une mise minimale de 10.000 euros, l'investisseur obtient des parts dans Cartoon Pictures, laquelle acquiert les droits de diffusion de la série en France et à l'international. « Nous devrions vite avoir reconstitué nos fonds grâce à la vente des droits de « Scary Larry » aux chaînes de télé. Et, dès 2013, les dividendes devraient atteindre 7 % l'an », promet Franck Ladrière, PDG d'Axone Invest.

Avantage de la loi Tepa

Afin de permettre aux investisseurs de vendre leurs parts, Franck Ladrière compte négocier à terme la vente des droits avec Lagardèrerave;re. Avec plus value à la clé, espère-t-il. Reste qu'aucun accord écrit ne lie les deux partenaires et que rien ne garantit à l'investisseur qu'il récupérera sa mise au bout de cinq ans.

Pourquoi cinq ans ? C'est le délai minimal de détention des parts pour bénéficier de la fiscalité dorée de la loi Tepa. Elle octroie, jusqu'au 31 décembre, une réduction sur l'ISF de 75 % des sommes investies, plafonnée à 50.000 euros. Ensuite, la carotte fiscale sera moindre.

La formule a déjà été éprouvée avec une autre série : « les Borgia », l'histoire d'une famille ayant régné sur le Vatican à la Renaissance au prix d'intrigues, d'assassinats et de trahisons. Également co-produite par Canal + et Lagardèrerave;re Entertainment, la série a séduit les épargnants : les 2 millions d'euros ont été levés en l'espace de quelques semaines. Et Axone Invest ne compte pas en rester là. L'année prochaine, c'est un documentaire sur la libération de Paris qui devrait être proposé par Axone Invest. En attendant, les actionnaires de la Borgia SAS devraient recevoir le DVD de la série avant même la première diffusion fin 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2010 à 11:24 :
Attention aux fausses promesses :
- il faut 10 ans en moyenne pour qu'un producteur d'animation amortisse une de ses séries. Or, cette SAS ne permet de participer aux gains dégagés par les recettes d?exploitation de l?oeuvre uniquement sur les 5 premières années d?exploitation.
- Le site de Timoon Animation positionne cette série sur les 9-14 ans (voir leur site). On a du mal à croire que les pré-ados regardent des dessins animés à cet âge. On peut dès lors douter du succès de la série.
- Hormis Canal+ et Disney, aucune autre chaîne ne prend part au financement de cette série qui ne figure même pas dans la liste des séries d'animation demandées aux MIPCOM JUNIOR (marché de la vente et de l'achat des séries d'animation), alors que d'autres séries d'animation de Lagardère y figurent (http://www.lagardere.com/centre-presse/communiques-de-presse/communiques-de-presse-122.html&idpress=4850).
- Chris Colombus, bien que co-producteur, n'est pas du tout aux manettes de cette série. C'est Lagardère qui est aux manettes et qui dirige toute la production et la réalisation. Sans cela, la série ne bénéficierait pas des aides à la production du CNC. Apparemment, Chris Colombus ne serait que le détenteur des droits d'une bande dessinée ayant vaguement inspirée la série. Il n'est ni scénariste, ni réalisateur comme le laisse entendre l'article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :