La Tribune

Les milliardaires américains ne partent pas en Belgique

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
latribune.fr  |   -  213  mots
Bernard Arnault vient de demander la nationalité belge. Et pendant ce temps, aux Etats-Unis, onze nouveaux membres sont venus gonfler les rangs de ceux qui souhaitent donner la moitié de leur fortune à des oeuvres.

Pendant que Bernard Arnault prépare sa succession en Belgique, Bill Gates et Warren Buffet, eux qui avaient décidé de donner la moitié de leur fortune à des oeuvres de charité, continuent de faire des émules aux Etats-Unis. Mardi, onze nouveaux milliardaires américains sont venus gonfler la liste de ceux qui ont décidé de suivre l'exemple donné par les deux américains les plus riches. Ce qui porte la liste à quatre-vingt douze depuis l'annonce faite par le fondateur de Microsoft et le financier en juin 2012.

Club de milliardaires humanistes

Parmi les onze nouveaux membres de ce club de milliardaires humanistes, on compte le directeur général du loueur de vidéos sur internet Netflix, Reed Hastings, le cofondateur d'Intel Gordon Moore ou Charles Bronfman, l'ex-patron du groupe canadien de spiritueux Seagram. Des noms qui viennent notamment s'ajouter à ceux du fondateur de CNN Ted Turner, du maire de New York et fondateur de l'agence d'informations financières qui porte son nom Michael Bloomberg, du réalisateur George Lucas ou du cofondateur d'Oracle Larry Ellison. En novembre 2010, ces mêmes super-riches, Warren Buffett en tête, avaient lancé un appel à Barack Obama pour être plus taxés et réduire le fossé qui les sépare de leurs concitoyens moins bien loti.

 

Réagir

Commentaires

flower-power  a écrit le 21/09/2012 à 2:11 :

on m'avait expliqué qu'aux USA la fiscalité suivait la nationalité, partout où qui'ls aillent les citoyens US doivent payer, c'est vrai ou pas ? d'ailleurs pourquoi ne pas le faire en Europe, nous sommes unis pour le meilleur et surtout le pire actuellement ...

Bernard  a écrit le 19/09/2012 à 20:25 :

Les USA ne me tentent plus : trop de déconvenues et un monde des affaires dont je ne comprends pas les codes. Les paradis fiscaux c'est bien beau sur le papier, mais c'est trop loin ou trop froid ou trop chaud ou trop ennuyeux. Et mes amis sont ici. Pourquoi d'après vous, beaucoup d'ultra riches aiment tant la France et l'Europe ? Parce que c'est ici le paradis. J'ai d'ailleurs trouvé comment vivre en Europe sans dommage : en empruntant à mes banquiers, ce dont j'ai besoin pour assurer mon train de vie d'ultra riche.
Je pourrais si je le voulais, ne payer quasiment aucun impôt. Je ne le fais pas par respect pour les dirigeants politiques que j'ai fréquentés et au premier rang mes amis socialistes
Bien sûr il a fallu que je nantisse l'emprunt.
L'avantage que nous avons, nous les ultra riches en France, c'est que nous faisons le droit. Nous avons toujours un coup d'avance sur le fisc, quelque soit le pays. Nous rémunérons les meilleurs conseils et les lobbys les plus efficaces pour cela. Il faut dire que les politiques nous aident beaucoup par l'effet de halo médiatique : officiellement ils veulent taxer les riches mais en réalité leur définition du "riche" est la même que la mienne. Le "riche", c'est la personne "à l'aise pour la durée de son existence". L'ultra richesse, ce n'est pas la richesse. Ce n'est pas une question de degré de richesse mais de nature même. Le petit riche ne contrôle rien. Il est soumis aux aléas du politique. Nous les ultra riches, nous contrôlons le monde grâce à la globalisation que le politique a mis en oeuvre. Nous créons des dynasties. Je n'aime pas ce que dit cet américain, W.B. sur l'héritage. Si je suis ultra riche, c'est aussi pour laisser une trace dans l'histoire. Et une trace, c'est une dynastie. Je n'aime pas les propose de certains journalistes qui ont compris la grande misère du Politique. Non pas que je la conteste, notre existence même d'ultra riches en "démocratie" en est la preuve, mais parce que c'est dommageable au moral de nos clients, cette classe moyenne qui certes se développe en Asie Pacifique mais qui disparait en Occident...Or j'ai encore un peu besoin de l'Occident.

Paul  a répondu le 19/09/2012 à 23:12:

Vous parlez dynasties? Voici u exemple: mon arrière grand père a perdu un bras en 14, il devait menacer ses hommes du peloton pour aller à l'assault, il a eu de la chance, il est commandeur, et il eu 2 enfants, ensuite. Mon grand père, lui officier fde la légion fut résistant, il a juste fait péter quelques lignes, il a fait l'indichine. Derrière, y a rien, que des quirielles d'enfants!

Kren  a écrit le 19/09/2012 à 19:07 :

A partir d?un certain niveau de revenus, il fait très bon vivre aux Etats Unis en général et en particulier dans l?un des huit états qui n?imposent pas les revenus au niveau de l?état (Alaska, Floride, Nevada, Dakota du Sud, Tennessee, Texas, (l?état de) Washington et Wyoming). Reste bien entendu l?impôt fédéral, mais la complexité du code des impôts est telle qu?elle rend nécessaire l?aide d?un conseiller fiscal pour réaliser, en toute légalité des montages fiscaux souvent très avantageux. Par contre, la moindre entorse à la loi est sévèrement réprimée et les sanctions peuvent être extrêmement brutales.

ABasl'ISF  a écrit le 19/09/2012 à 19:03 :

Je ne comprends pas bien cette tentative de comparaison dans l'article. Aux States, il n'y a pas d'ISF, pas de taxe à 75%, pas de chasse aux riches, donc pas besoin de partir. Pour ce qui est de ce que vous appelez les milliardaires humanistes, ils ne représentent pas grand chose en nombre. Mais ça va tellement bien avec ce que vous appelez la "justice" !
Pour info, j'ai trois enfants: deux sont ingénieurs et ont quitté la France, le troisième finit ses études d'ingénieur et la quittera aussi. Quant à moi, il m'est techniquement difficile de quitter la France à mon age, mais avec vingt ans de moins, je l'aurais fait !

Bernard  a écrit le 19/09/2012 à 18:25 :

On se demande souvent comment devenir "riche". La question me fait sourire car dans l'esprit de beaucoup, "riche" signifie "à l'aise pour le restant de ses jours". Ce n'est pas ça la richesse. Je peux raconter comment devenir "ultra riche" en France. Cela n'a rien à voir avec le travail et le talent ou les brillantes études et c'est un diplômé d'une école prestigieuse de la république qui vous parle ! Désolé pour mes soutiens des classes moyennes, mes employés et fidèles clients, mais ils n'ont aucune chance de devenir hyper fortuné car la France, ce n'est pas les USA. Les pauvres en France l'ont bien compris et ils restent à leur place. J'aime beaucoup les pauvres qui n'ont pas de souci à parler d'argent. Comme nous les ultra riches, les pauvres ne parlent d'ailleurs que d'argent : eux parce qu'ils en manquent tout le temps et nous parce que nous ne pouvons pas en manquer. Je pense que nous les hyper privilégiés, nous le révérons car il est le marqueur de notre puissance et qu'il comble une certaine vacuité dans notre existence : plus jeune, j'aurais aimé être un grand musicien... Alors comment devenir "ultra riche" ? C'est une question de circonstances et un peu de chance. D'abord hériter de deux choses fondamentales : une petite fortune et un réseau. Sans le réseau, vous n'êtes rien. Les pauvres ont compris qu'ils ne seraient jamais riches car ils manquent des deux. Les pauvres sont intelligents. Sans la petite fortune, vous n'avez pas le bon réseau. Le bon réseau vous aide à croiser tout au long de votre existence, les gens qu'il faut, quand il le faut. J'ai réalisé mes coups les plus juteux et je dois le dire, les plus fumeux, en rencontrant les bonnes personnes. J'ai ainsi eu un parrain dans les affaires et le milieu bancaire : A. Le milieu bancaire est indispensable pour profiter des fameux "effets de levier". A. est mort récemment. Il a fait de quelques filleuls, d'autres (petits) ultra riches en France. Il n'était même pas ultra riche lui-même. Sacré A. ! Pour démultiplier sa petite fortune de départ, il vous faut aussi plus qu'un parrain : un appui politique. L. a été d'un grand appui pour moi. Avec l'argent débloqué par L. et d'autres de ses successeurs, j'ai pu mener des coups juteux. Oh bien sûr, les autorités européennes n'ont pas vu cela d'un bon oeil. Elles ont même réclamé le remboursement. Mais j'étais déjà un ultra riche et rien ne pouvait arrêter mon ascension. D'autant que sous F.M. l'ultra-richesse est devenue facile. F. détestait les petits bourgeois qui s'enrichissaient en dormant mais il avait une forme de fascination pour la grande richesse. Il a du reste fabriqué de toutes pièces (une fortune raisonnable), celle de B. qui se permet de me donner des leçons dans la presse. Quelque part, pendant ses deux mandats, F. a vécu comme un ultra-riche... C'est la raison pour laquelle je déconseille aux gens des classes moyennes de tenter ou même de rêver d'être "ultra riche". Ce n'est pas donné à tout le monde. Déjà qu'ils tentent de conserver un niveau de vie pour eux et leurs familles et de continuer à acheter mes produits, bien entendu. Les pauvres ont compris que l'aisance ça se perdait très facilement, surtout dans les temps difficiles. J'aime les pauvres car ils sont vraiment très intelligents. J'en salarie car ils ont parfois des talents précieux dans les métiers de mon groupe qui nécessitent de la dextérité. Le salariat est condamné d'ailleurs. Les petites rentes aussi. Cela, les pauvres l'ont également compris : ils n'essaient même plus. Ils me sont décidément très sympathiques...

Tulipe  a écrit le 19/09/2012 à 17:16 :

Sauf que les dons aux oeuvres valent de beaux cadeaux fiscaux aux USA.
Les fondations permettent de loger des actifs sans impôts.
C'est donc de la com pour masquer une évasion fiscale.

françois h  a écrit le 19/09/2012 à 16:13 :

grosse différence entre donner de l'argent à une fondation en qui on croit, et à un état dépensier qui ne fait aucun effort pour rationaliser ses dépenses malgré un taux de prélèvement des plus élevés au monde

louismariealfred  a répondu le 19/09/2012 à 16:59:

bravo à François qui simplement et succinctement remet le couvert sur la capacité de nos dirigeants des décennies passées à dilapider les deniers du peuple sans aucun remords. Je pense qu'ils ne se permettent pas les mêmes fantaisies avec l' argent que le peuple leur verse chaque mois et qu'ils estiment avoir bien mérité. Cela pour la plupart d'entre eux.

cdg  a écrit le 19/09/2012 à 15:52 :

la difference c est qu en France on a un capitalisme d heritiers et Arnault reve d installer sa decendance au commende et qu aux USA, c est le mythe du self made man

en france, la plupart des millionnaires sont des vieux qui sont riches car papa l etait et qui n ont comme objectif qu de transmettre l argent a leurs enfants; peu importe si le reste du pays coule

yvan  a répondu le 19/09/2012 à 18:12:

En effet, Cgt. Comme parfaitement écrit : "qu aux USA, c est le mythe du self made". Hors, le mythe n'existe plus depuis facile les pionniers de la conquête de l'ouest et ce ne sont que des exceptions qui nourrissent encore leur religion. Et comme toutes les exceptions, elles établissent la règle. Maintenant, en Europe, le constat est inverse : si ce n'est pas l'enfant qui dilapide, c'est la génération suivante...

paradoxe  a écrit le 19/09/2012 à 15:49 :

mon inspecteur des impots m'a dit: le percepteur, ce n'est pas moi c'est vous, relisez vos comptes,cet argent que les clients donnent a votre entreprise, il appartient a l'etat pas a votre entreprise, entre la tva les charges sociales et les impots, cela fait bien plus que vous n'aurez jamais, mais vous etes le complice des basses oeuvres , vous rançonnez vos client pour le compte de l'etat, le gabelou c'est vous .
le patron qui s'exile paiera moins d'impots, il peut diminuer ses prix de vente en consequence, il le fait donc pour les pauvres qui restent ici.

bob  a répondu le 19/09/2012 à 16:53:

Et bien cessons de payer des impôts et nous verrons l'état des routes, du système de santé... ce que vous ne paierez pas par l'impôt vous le paierez d'une autre manière. Les américains payent peu d'impôts mais ils payent pour leur assurance santé privée, ils payent pour leur retraite dans des fonds de pension, ils payent des assurances privées en cas de chômage ou bien utilisent leurs économies (pour ceux qui en dispose) , ils payent pour les écoles... Même avec une taxation moins lourde qu'en Europe les américains arrivent à être le peuple le plus endetté au monde..

zagrolub  a écrit le 19/09/2012 à 15:15 :

Je travaille dans une entreprise dont Warren Buffet est actionnaire. Bien que les objectifs commerciaux de cette première moitié d'année aient été largement dépassés, un certain nombre d'employés n'ont pas touché leur partie variable, et cela de façon complètement arbitraire. Mais cela est peut-être liés aux objectifs stratégiques de la Company de garantir des dividendes substantiels aux actionnaires?
Warren peut se montrer généreux, avec les sous des employés des entreprises dans lesquelles il investit...
Peut-être les employés des entreprises de Bernard Arnaud ne se voient pas leur variable spolié?

Iciailleurs  a écrit le 19/09/2012 à 14:58 :

Puisqu'il y a semble-t-il des spécialistes de l'économie et de la finance parmi les commentateurs, quelqu'un pourrait-il éclairer ma lanterne ?
Sur 1 000 euros de richesse créait, quelle est la répartition entre les très riches et les autres ?

M92  a répondu le 19/09/2012 à 16:36:

A vu de nez, 10 - 10 - 80... 10% pour le salarié car c'est son travail, 10 pour le patron car c'est lui qui a donné le travail, 80 pour l'etat en charges, taxes et impots...

@M92  a répondu le 19/09/2012 à 17:03:

Vous confondez charges sociales (qui vous payent vos soins quand vous en avez besoin, votre retraite, aides qui sont pour la plupart redistribuées sous différentes formes...) et les impôts qui servent à faire fonctionner l'état et a entretenir les infrastructures... (qui sont elles mêmes source de développement de richesses.
Pourquoi croyez vous que la France est le 2ème pays d'Europe pour les investissements étrangers?
La Suède qui pourrait être considérées par beaucoup ici comme un état spoliateur est économiquement celui qui s'en sort le mieux aujourd'hui. De plus malgré une imposition moindre dans les pays anglosaxons, ces pays sont a des taux d'endettement pratiquement aussi élevé que la France, cherchez l'erreur

Max  a écrit le 19/09/2012 à 14:20 :

Ca doit être une blague cet article...

Bernard  a écrit le 19/09/2012 à 13:05 :

Les impôts, nous les ultra-riches, ça ne nous intéresse pas. Je ne dis pas volontairement "ça ne nous plait pas". Les impôts, ça sert à financer des écoles, des hôpitaux, des prisons, des routes... Nous les riches nous n'avons pas besoin de tout ça. Si nous voulons nous soigner, nous payons très cher les meilleures cliniques et les meilleurs professeurs, n'importe-où dans le monde. Et bien entendu, les prisons, nous ne les connaitrons jamais, surtout dans ce beau pays qu'est la France. Aux USA, nous pourrions aller en prison, ils ont un idéal de justice là bas, un peu bizarre d'ailleurs. Ils mettent en prison des très riches qui se sont payés les meilleurs avocats et des très pauvres qui ont eu des avocats commis d'office. Bizarre les USA. Moi ce que j'aime beaucoup c'est le Monopoly car je gagne toujours et à ce jeu, il n'y a pas d'impôts.

@cavaliere  a répondu le 19/09/2012 à 14:02:

si vous étiez vraiment riche,vous seriez plus discret

@Bernard  a répondu le 19/09/2012 à 17:06:

Ah oui ça me rappelle aussi ces riches dans les pays en voie de développement qui viennent se soigner en France, parce que faute de payer des impôts et avec les régimes corrompus c'est quand même moins dangereux de se faire opérer en Europe...

goldo17  a écrit le 19/09/2012 à 12:33 :

Je ne comprends pas le lien entre ARnaud et Bill Gates, dans des pays où la culture sociale et fiscale sont totalement différentes. Votre comparaison et spécieuse et manipulatrice.

Bernard  a répondu le 19/09/2012 à 12:42:

J'ai tenté deux fois dans ma jeunesse de m'expatrier aux USA. J'avais peur des chars russes à Paris. En fait je me suis fait escroquer là bas, notamment dans l'immobilier. Aux USA, je n'avais pas le bon réseau. Je suis revenu en France. Avec les socialistes, j'ai monté mon premier bon coup fumeux. Je sais depuis Polytechnique que les élites politiques et économiques en France sont liées et que la politique, les élections, c'est de l'enfumage pour les français moyens qui paient des impôts. Les pauvres ne votent pas : ils ont raison les pauvres. Les impôts j'en paye très peu et j'aimerai ne plus en payer du tout. Je vote mais par pure tradition familiale. Moi j'aime bien les socialistes. J'en ai toujours dans mon réseau. Même si je créé une fondation à l'étranger, je n'oublierai jamais de rendre service à mes amis socialistes.

Opinion  a écrit le 19/09/2012 à 11:54 :

Il ne s'agit pas de DONS, c'est vraiment extra la manière utilisé pour faire croire à cette générosité, HEU Le don de Billy s'appel .... devinez .... "Fondation Bill-et-Melinda-Gates" Heu et il n'y a pas de taxes ! Hum pas mal, tiens et son pote et mentor WARREN lui a refilé son argent aussi !!! ... En effet c'est vraiment des dons ! Ne soyez pas NAIF c'est de la comm (super en temps de crise), c'est tout ! Pendant ce temps la fondation équipe l'Afrique avec Windows pour qu'ils se connectent à Internet, c'est vrai sans cela ils sont trop débiles, On sait tous qu'internet rend très intelligent et surtout rempli son estomac ! Cet argent ne sert pas au moteur propre, cure contre le cancer, culture BIO, recyclage. C'est plus simple de faire des vaccins qu'on a déjà, dans ce cas à quoi sert le WHO qui reçoit des milliards ?

MOI  a répondu le 19/09/2012 à 14:11:

Tous les ultras riches des USA ont demandé à l'administration d'Obama d'être imposé plus, et notamment Monsieur Buffet. Mais en france, les riches ne veulent pas payer pour l'assistanat ... et ils ont raison, alors ils partent.

yvan  a répondu le 19/09/2012 à 14:37:

En effet, Opinion. Vous avez aussi parfaitement compris que c'était de la com' à l'état pur. Par contre, ce qui est amusant, est qu'ils aient BESOIN de faire cette com...

yvan  a écrit le 19/09/2012 à 10:53 :

Oui. C'est vendeur. Mais je les vois bien faire des "dons" à la fondation bill gates afin qu'il installe des windows dans les pays pauvres...

comparaison  a écrit le 19/09/2012 à 10:51 :

les gros salaires français ont en fait déja donné la moitie des gains au travers des taxes sociales et des impots. Il faudrait comparer apres dons et charges diverses ce qui reste à un americain et à un français comparable en "chiffre d'affaire". Perso. je n'en ai aucune idée.

MARIANNE  a répondu le 19/09/2012 à 11:59:

Faux, archi-faux, vous ne savez pas que les gros gros patrimoines échappent en France de plus en plus à l'impôt, grâce à "l'optimisation fiscale", ce joli mot pour expliquer toutes les niches fiscales qui ont été créées justement pour amoindrir l'impôt des grosses fortunes, et je ne parle pas des "fondations" au Luxembourg ou au Liechtenstein pour loger des actifs et se dérober ainsi à l'impôt....

petit  a répondu le 19/09/2012 à 13:13:

faux ,archi faux, c'est ce que pretendent les employés du fisc sans jamais donner d'exemple, ceux qui sont partis echapent à l'impot et ils sont nombreux, les autres paient. Par contre les apparatchiks de l'etat sont imposés sur une petite partie seulement de leur revenu qui est de l'argent de poche car ils ne paient rien sur leur train de vie royal (cuisinier, demeures royales, voitures, avions etc.. qui appartiennent à l'etat) et tres peu de milliardaires peuvent se payer un train de vie à ce niveau avec les gendarmes qui font degager le petit peuple pour leur ouvrir la voie.

comparaison@marianne  a répondu le 19/09/2012 à 14:27:

avant de dire faux relisez_moi : je ne parlais pas de patrimoine mais de salaire et pas uniquement de l 'impôt sur le revenu mais de tout le reste aussi (charges sociales comprises)

realiste  a écrit le 19/09/2012 à 10:45 :

Entre donner et se faire prendre de force, si vous ne voyez pas la difference, c'est que vous ne meritez pas la liberte.
ceci dit en dehors de toute consideration sur la façon dont ils ont gagné ces sommes et sur le bien fonde ou non des taxes.

EXPAT  a écrit le 19/09/2012 à 10:24 :

La grande différence entre les USA et la france : les Américains adorent leur pays et moi aussi (c'est bien pour cela que j'y vis) par contre en france, c'est la jalousie, le dénigrement, les impôts, les taxes, l'immigration non choisie, etc ... qui l'emporte sur le patriotisme !
Je comprends parfaitement le changement de nationalité de M. Arnault et de l'héritier des champagnes, la nationalité française est distribuée à n'importe qui !

cdg  a répondu le 19/09/2012 à 15:51:

la difference c est qu en France on a un capitalisme d heritiers et Arnault reve d installer sa decendance au commende et qu aux USA, c est le mythe du self made man

jo  a répondu le 19/09/2012 à 16:43:

Oui les américains sont plus patriotes que les français et on l'a vu lors de la guerre en Irak ou une bonne partie de la population a manqué singulièrement de discernement. Comme dans tous pays les USA offrent le meilleur et le pire: un niveau de pauvreté indigne de la super puissance qu'elle est (sans compter les 15% de chômeurs réels et pas ceux des statistiques officielles) et des self made men. Même les pauvres noirs/hispaniques américains sont patriotes parce qu'ils veulent croire qu'un jour le rêve qu'on leur a vendu se réalisera.

Squer  a écrit le 19/09/2012 à 9:28 :

Et pour quelle raison ceux qui travaillent et reusssissent par leurs efforts et leur intelligence devraient ils donner leur argent a ceux qui ne se font pas trop mal, qui beugle sans cesse et qui passent leur vie a manifester?

Je propose que chaque socialiste fasse un don de 100 euros pour aider les pauvres cela permettra de mesurer leur generosite (je veux dire celle qu'ils n'ont pas avec l'argent des autres)

Bonne idée  a répondu le 19/09/2012 à 9:38:

Ok, si une telle initiative était prise, je pense que vous seriez étonné de voir le nombre de personne y participant... Là au moins on s'est où va l'argent! A priori, il ne vous est donc jamais arrivé de donner 20 euros à une personne mendiant... même pas pour Noêl???

Le Sage  a répondu le 19/09/2012 à 9:45:

C'est déjà fait au travers des impôts... c'est le principe même.

@squer  a répondu le 19/09/2012 à 10:03:

Vous confondez "aisé" avec "ultra riche" on parle de types qui claquent 40 millions d'euros par an et qui possèdent des patrimoines qu'un smicard "pas bien né et pas au bon endroit" mettrait 278.000 ans à atteindre. Vous ne vous rendez même plus compte de la différence d'échelle entre vous et eux et de l'obscénité à en vouloir toujours plus pour se comparer au voisin

@Le sage  a répondu le 19/09/2012 à 10:18:

Non, ça n'a rien à voir avec les impôts. Le don charitable est un acte volontaire, un choix personnel : la charité est la seule forme possible de la vraie solidarité. L'impôt est une contrainte qui n'a rien à voir avec la solidarité ou le don : lorsqu'il dépasse le niveau moral, juste et patriotique correspondant aux fonctions régaliennes, l'impôt devient un vol, une spoliation. Dès lors, l'impôt est tout simplement un crime immoral, injuste et antipatriotique, dont la motivation est la même que dans le cas d'un viol : prendre par la force ce qu'on ne veut pas se donner la peine d'obtenir par l'échange volontaire libre.

@sqer  a répondu le 19/09/2012 à 14:44:

c'est bien le pb, le socialiste est tres genereux avec les biens collectifs, et l'est encore plus si ca revient dans sa poche; pour les dons spontannes, et non deductibles des impots, la reponse est ' ah mais je n'en n'ai pas les moyens MOI' ( le dernier mot etant le plus important)

bob  a répondu le 19/09/2012 à 16:31:

L'impôt c'est ce qui a permis aux pays démocratiques de se développer, sans les infrastructures, les écoles, les hôpitaux... les milliardaires des pays riches ne seraient jamais devenus milliardaires.

Pacaty  a répondu le 19/09/2012 à 18:30:




EXCELLENT ......................Conte des deux poules :

- Camarade, si tu avais deux maisons, tu en donnerais une à la révolution ?
- Oui ! répond le camarade
- Et si tu avais deux voitures de luxe, tu en donnerais une à la révolution ?
- Oui ! répond de nouveau le camarade.
- Et si tu avais un million sur ton compte en banque, tu en donnerais la moitié à la révolution?
- Bien sur que je le do...nnerais ! répond le fier camarade.
- Et si tu avais deux poules, tu en donnerais une à la révolution ?
- Non ! répond le camarade.
- Mais ..... pourquoi tu donnerais une maison si tu en avais deux, une voiture si tu en avais deux, 500 000 si tu avais un million........et que tu ne donnerais pas une poule si tu en avais deux ?
- Mais parce que les poules, je les ai !

Moralité : Il est toujours facile d'être socialiste avec la propriété et le travail des autres !

Cavaliere  a écrit le 19/09/2012 à 9:26 :

Les retraités et les gens aisés paient déjà trop d'impôts permettant aux paresseux de se prélasser devant la télé et s'acheter le dernier smartphone au lieu d'aller chercher du boulot.

larrroyers  a répondu le 19/09/2012 à 12:43:

Qu'ils payent les vieux!

jo  a répondu le 19/09/2012 à 16:24:

bein au moins en achetant un smartphone ils font marcher l'économie

Berlusconnerie  a répondu le 19/09/2012 à 17:16:

@cavaliere c'est vrai que les babyboomers ont eu la vie dure par rapport aux générations d'avant et de maitenant: plein emploi, 30 glorieuses et retraites généreuses. C'est vrai que tous ces jeunes retraités en camping-car sur les routes de France ils sont vraiment à plaindre

Concretement  a écrit le 19/09/2012 à 9:26 :

J'aimerais bien savoir comment cela se passe concretement... Le mec se pointe chez son banquier et lui demande d'émettre un virement de 15 milliards??? En sachant que ces 15 milliards sont forcément investis quelque part... Le banquier va mettre 3 mois à dénouer toutes ses positions sans compter qu'il surement pertuber le marché en désinvestisant comme ça!!!

M92  a répondu le 19/09/2012 à 10:32:

Vous posez une question sans la question... Qu'est-ce que vous voulez savoir? Comment on fait pour transferer de tels sommes? On ne deboucle pas les position c'est juste un transfert de gestion. C'est le gestionnaire qui change pas l'argent...

churchill  a écrit le 19/09/2012 à 9:22 :

la difference fondamentale, c'est qu'aux usa on ne se fait pas vomir dessus pdt 50 ans, pour se voir in fine traiter d'antipatriote ( par des gens de gauche !!!!!!!!!).... en outre il y est tres mal vu de glander, contrairement a la france...... c'est pas la meme optique !!!

@Churchill  a répondu le 19/09/2012 à 16:22:

On parle des mêmes fondations que celle de Bill Gates qui promeut les OGM Monsanto auprès des paysans pauvres dans les pays en voie de développement?

flower-power  a répondu le 21/09/2012 à 2:29:

la différence fondamentale ? en France, on est resté très protestant, le fric pas bien !

Tomibiker  a écrit le 19/09/2012 à 8:58 :

le commentateur ne doit pas avoir connaissance de la notion de proportionnalité. Car de marquer que quelques milliardaires veulent donner la moitié de leur fortune, ne fait pas le printemps, sur 300 millions d'habitants, avec une dette de plus de 16000 milliards de dollars, même si on compte 100 milliardaires, cela fait 50 milliards ce n'est pas une goutte d'eau car cela servira pour aller mener une autre guerre dans le monde comme cela fut le cas en Irak, en Afghanistan etc... donc le commentateur ferait mieux d'écrire des choses moins idiotes.

valeur bourse  a répondu le 19/09/2012 à 9:23:

@Tomibiker : je ne comprends pas votre remarque. Elle ne semble pas en rapport avec l'article.

Bernard  a écrit le 19/09/2012 à 8:15 :

Le mécénat, je m'en moque. J'ai fait fortune avec de l'argent public. L'état français est formidable, il a inventé la redistribution à l'envers : ponctionner les classes moyennes et mettre en concurrence les travailleurs pauvres avec leurs homologues chinois, tout ça in fine pour augmenter notre capital à nous, les vrais riches. J'aime beaucoup les classes moyennes. Ce sont souvent des clients : ils s'offrent au travers de mes produits, une part de rêve de richesse. Ils ne seront jamais riches cependant : ils ne sont pas héritiers et n'ont aucun appui politique pour faire des coups juteux. Je veux changer de nationalité et créer une fondation pour transmettre le maximum à mes héritiers, pas pour nourrir les nécessiteux. C'est le rôle de l'état de subvenir aux besoins des pauvres, et l'état, ce sont les contribuables moyens qui n'ont aucun moyen d'échapper à l'impôt, certainement pas nous les riches. Je rêve néanmoins que mon ennemi juré, un autre riche mais terriblement vulgaire (il a appelé à voter Hollande). tombe dans le panneau de la charité. Ainsi, j'en aurai définitivement une plus grosse que lui...de fortune ! Le vrai luxe, ce serait ça, en avoir une plus grosse que lui...

Pathetique  a répondu le 19/09/2012 à 8:47:

Votre caricature est pathetique, Il faut savoir que le group LVMH emploie 95,000 personnes dans le monde dont 30% en France. Alors que le groupe fait 85% de son chiffre d'affaire a l'etranger. Bernard Arnault a quand memes decider de garder pied en France malgre les taxes sur le personnel moins competitive. A la place d'Arnault, je delocaliserais. Le probleme en France c'est qu'on aime pas le succes et on crache a la gueule de ceux qui ont reussi.

Cochon  a répondu le 19/09/2012 à 8:55:

Ou l'inverse !

Bernard  a répondu le 19/09/2012 à 9:10:

Les petits cadres sont mes meilleurs soutiens. Je les adore. Je ne délocalise pas pour le moment, mais je laisse toujours planer le doute. Ca fonctionne bien pour nous les riches, le chantage à la délocalisation en France. J'aime beaucoup les petits élus locaux français. Souvent ce sont les godillots des partis mais ils sont sensibles au chantage et ils savent faire remonter nos amicales pressions à leurs dirigeants. Les dirigeants français, droite et gauche confondus, je les aime beaucoup aussi. Ils sont imprégnés de l'histoire de France et ils rêvent encore de la grande nation qu'a été la France. Ils veulent des grands champions français, des "capitaines d'industrie" comme ils disent. J'en suis un, enfin je suis surtout un bon financier. J'ai su me trouver des alliés politiques pour réaliser mes coups les plus juteux. Certes on ne prête qu'aux riches, mais il faut de solides appuis politiques pour convaincre certains banquiers car mes montages sont parfois "rock and roll" (pour un musicien classique, c'est un comble). Le "made in France" c'est un peu obligé pour moi : je ne ferai pas rêver mes clientes chinoises avec du made in Taïwan. Je n'ai rien créé car j'ai surtout racheté des pépites, mais en bon financier j'ai compris ça !

bernie  a répondu le 19/09/2012 à 9:12:

@pathetique : je trouve ça assez drôle et plutôt bien vu. Enfin si vous travaillez dans le groupe, je comprends que ça vous énerve.

Dex  a écrit le 19/09/2012 à 8:06 :

Pas faut JB38, je doute fortement que ces personnes donnent toute la fortune amassé dans une vie juste pour avoir bonne conscience, surtout à époque...

jeff  a répondu le 19/09/2012 à 8:43:

LA différence entre USA et France est qu'une bonne partie des milliardaires américains sont des entrepreneurs et des self-made men. Ils sont partis de rien et ont construit leur fortune par le travail. Ils savent ce qu'ils doivent à la société et pour eux l'argent n'est qu'un élément parmi d'autres de la réussite. Chez nous à l'inverse, les milliardaires sont majoritairement des rentiers et des héritiers, nés avec une cuillère d'or dans la bouche. Pour eux être super riche résume toute leur vie.

M92  a répondu le 19/09/2012 à 16:44:

A votre avis pourquoi c'est l'inverse? Parce que l'on a une polique qui detruit toute envies ou ambitions professionelle... Aux USA, la reussite est moins taxé que la transmission. Ce qui est simplement du bon sens...

flower-power  a répondu le 21/09/2012 à 2:22:

la différence fondamentale entre nous et les USA, c'est qu'ils ont la niake,
ici on invente, eux ils savent faire le job de vendre derrière, de développer,
ca m'a rappelé Mr Breton qui parlait de Steve Jobs lorsqu'il a eu l'idée de prendre le brevet d'un truc grossier avec lequel on pourrait écouter un jour de la musique en format compressé !
Sans doute que nous formatons l'esprit dès l'enfance à ne plus rêver ici sur ce vieux continent.

JB38  a écrit le 19/09/2012 à 7:48 :

Non, ils ne donnent pas leur pognon, ils le "planquent" dans des fondations, et seulement une partie des intérêts sert à financer des oeuvres de charité. Intérêts,soit dit au passage, ponctionnés sur le dos de la collectivité que ces "mécènes" exploite et ensuite lui font la charité.... La bonne formule, qu'ils paient des impôts en temps et en heure.