La Tribune

Le Sunday Times réclame 1,2 million d'euros à Lance Armstrong

latribune.fr  |   -  224  mots
L'ancien cycliste américain avait réclamé 360.000 euros à l'hebdomadaire britannique The Sunday Times qui avait suggéré qu'il se dopait. Ce dernier réplique six ans plus tard en exigeant plus du triple de cette somme après la perte de ses titres par l'ancien coureur cycliste.

Encore un coup dur pour Lance Armstrong. L'hebdomadaire britannique "The Sunday Times" lui réclame en effet 1,2 millions d'euros. En 2006, il avait dû verser 360.000 euros à l'ancien sportif pour diffamation après la parution d'article suggérant qu'il avait fait usage de produits dopants. "Il est évident que la procédure n'avait aucun fondement et était frauduleuse. Vos affirmations selon lesquelles vous n'aviez jamais pris de substances dopantes étaient délibérément fausses", affirme la direction du Sunday Times dans une lettre adressée aux avocats de Lance Armstrong. L'hebdomadaire dit réclamer la somme versée il y a six ans ainsi que des intérêts et des frais de justice.

Les factures s'amoncellent

Depuis que l'ancien coureur américain a été déchu de ses sept titres de vainqueur du Tour de France en octobre, les "factures" s'amoncellent pour l'Américain. La société d'assurances SCA Promotions, qui a versé plusieurs millions de dollars de primes à Lance Armstrong après le Tour de France 2004, a ainsi annoncé son intention de récupérer 7,5 millions de dollars (5,8 millions d'euros) versés à l'Américain en 2006 après une procédure arbitrale. Or avec la perte de ses sponsors, dans la foulée de l'avis négatif émis par l'Union cycliste internationale, Lance Armstrong a déjà perdu une part importante de ses revenus.

 

Réagir

Commentaires

coco89  a écrit le 26/12/2012 à 16:13 :

AMSTONG tricheur ,menteur QU'il paie et en plus qu'il s'escuse publiquement!!!

fab  a écrit le 24/12/2012 à 12:42 :

Normal, Lance à touché des sous soit disant pour diffamation... On sait que c'est faux, il doit maintenant se retrouver de l'autre coté du chèque.