Europe : austérité, acte III en vue !

 |   |  926  mots
Berlin propose un nouveau traité pour contraindre encore les pays de la zone euro à l'austérité.
Berlin propose un nouveau traité pour contraindre encore les pays de la zone euro à l'austérité. (Crédits : <small>DR</small>)
Berlin va proposer des "contrats de compétitivité et de croissance". Une façon de modeler encore l'Europe à l'image de l'Allemagne.

Il n'aura pas fallu attendre longtemps. A peine mise en place, la "grande coalition" allemande va entamer par un grand coup sa politique européenne lors du sommet de Bruxelles des jeudi 19 décembre et vendredi 20 décembre. Selon l'édition de ce mardi du Financial Times, les chefs d'État et de gouvernement européens vont en effet discuter une proposition allemande pour intégrer dans les traités européens l'idée de "contrats."

Une idée imposée à la SPD

Cette idée a été avancée par Angela Merkel fin octobre. Elle a été finalement intégrée dans le "contrat de coalition" signé lundi par la CDU, la SPD et la CSU, page 159.

Ce document indique que les partenaires de coalition "s'engagent à ce que les États de la zone euro passent au niveau européen des contrats de réformes contraignants, faisables et démocratiquement légitimés. Ces contrats devront "être dirigés dans l'optique d'un renforcement de la compétitivité, de finances solides et durablement saines, de croissance et d'emplois liés à la solidarité." Et la "grande coalition" de conclure : "nous adapterons les traités de l'union économique et monétaire dans ce sens."

Deux étages de l'austérité, un troisième arrive

Ces "contrats" représentent en quelque sorte le "troisième étage" de l'austérité en Europe. Le premier était « les plans d'ajustement » dans les pays ayant demandé une aide européenne. Le second, c'était le pacte budgétaire, qui est entré en vigueur officiellement en 2013 mais qui, en 2018, va contraindre les pays de la zone euro à limiter leur déficit structurel à 0,5 % du PIB. Pour certains, une course de vitesse va s'engager dans les années qui viennent pour remplir cet objectif. Mais il manque encore un élément au goût de Berlin : le caractère contraignant de ces objectifs.

L'équation difficile de l'Allemagne

Depuis 2010, l'Europe a développé une nouvelle architecture pour traquer les déficits et les déséquilibres. Le semestre européen, le two-pack ou le six-pack en font partie. Mais difficile de contraindre dans une Europe qui n'est qu'une addition d'États nations indépendants. L'équation se complique encore dans la mesure où l'Allemagne elle-même refuse toute véritable abandon de souveraineté, comme l'a démontré le fiasco de l'union bancaire.

Les "contrats", la solution

D'où cette idée de "contrats" qui permettent de résoudre l'équation. Ces contrats sont contraignants puisqu'il y a un engagement des Etats devant la Commission avec une obligation de réussite, mais on n'avance pas vers une Europe fédérale, puisque cet engagement est individuel et qu'elle est accompagné d'une acceptation explicite de l'abandon de souveraineté par le pouvoir démocratique du pays concerné.

Une véritable mise sous tutelle économique

Selon le Financial Times qui s'est procuré le brouillon du communiqué final du conseil, ces contrats concerneraient "presque toutes les décisions économiques prises au niveau national, y compris les performances des marchés du travail et de la production, l'efficacité du secteur public ainsi que la recherche, l'innovation, l'éducation et la formation." En clair, il s'agirait d'une véritable mise sous tutelle des États dont les grands choix économiques seraient pris à Bruxelles.

L'objectif de Berlin : une zone euro à son image

L'objectif de Berlin avec ces "contrats de compétitivité et de croissance", c'est ce que le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, appelle "une intégration croissante" qui est en réalité une unification des modèles économiques de tous les pays de la zone euro autour du modèle allemand : une compétitivité gagnée par une compression du coût du travail afin de développer les exportations. Autrement dit, c'est une nouvelle vague de politique d'austérité qui s'annonce pour la zone euro.

Résistances françaises

Certes, une résistance semble se dessiner. La France demande que ces contrats soient accompagnés de plus de solidarité. C'est ce que précise le ministre des Affaires européennes, Thierry Repentin, dans un tweet daté de mardi :

 

 

Le contrat de coalition défend toute vraie solidarité

Mais peut-on y croire ? L'Allemagne voit dans la solidarité une invitation à moins de réforme, un "aléa moral." Surtout, elle y voit une mise en danger de l'argent des contribuables allemands. Or, le contrat de coalition interdit explicitement ce type de procédures. "Toute forme de socialisation des dettes souveraines conduirait à mettre en danger la nécessaire orientation des politiques nationales", indique ce contrat de coalition.

La solidarité, portion congrue ?

Bref, la solidarité pourrait ne se réduire qu'à une portion congrue sans réel contenu, un peu à l'image du pacte de croissance de 2012 qui a disparu corps et bien et a été d'une grande inefficacité économique. Du reste, le FT précise que le communiqué du conseil est "beaucoup moins concret" sur la solidarité. Il se contenterait d'explorer "toutes les options" d'assistance financière.

Paris cèdera-t-elle encore au leurre allemand ?

Encore une fois, un scénario se dessine : comme en 2012 avec le pacte de croissance et comme cette année avec l'union bancaire, Paris pourrait bien accorder à Berlin ces "contrats" moyennant un plat de lentilles, une solidarité formelle dénué de tout aspect concret. Après tout, le pacte de croissance n'a eu qu'une seule fonction : celui de servir de leurre pour faire adopter le pacte budgétaire…

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2014 à 18:12 :
L'Europe sous tutelle de l'allemagne. c'est malsaint et inquiétant.
a écrit le 21/12/2013 à 10:30 :
moi je suis de68, les allemands et les suisses payent ma retraite par les emprunts ,et vous et vos enfants rembourseront !! elle est pas belle la vie !!
Réponse de le 15/01/2014 à 18:09 :
mon pauvre si vous croyez que les allemands et les suisses payent votre retraites. Les allemands de l'ouest ne voulaient pas payer pour les allemands de l'est à la réunification
a écrit le 19/12/2013 à 10:11 :
Vive le Franc et vive la France!

Bye bye la gross dondon!
a écrit le 19/12/2013 à 9:38 :
les français n'ont pas élu Angela Merkel présidente de la république.ni les italiens ni les autrichiens ni les hollandais, ni les espagnols, ni les finlandais ni les grecs ni les portugais ni aucuns autres
Réponse de le 19/12/2013 à 13:52 :
...ils obéiront quand même. Vive l'Europe!!
a écrit le 19/12/2013 à 9:10 :
Compte tenu que les politiciens Allemands sont les mêmes que les politiciens Français, je doute que l'alliance entre le SPD/CDU/CSU soit durable. Certaines potions vont être difficiles à avaler pour le SPD qui ne peut se permettre de laisser s'étioler son électorat.
a écrit le 18/12/2013 à 18:26 :
çà sent le roussi dans la doctrine gouvernementale, les résultats économiques catastrophiques vont apparaitre de plus en plus flagrants alors on commence à chercher des poux à tout le monde et entre autres aux allemands. Il est pourtant si simple de reconnaitre qu'on ne peut vivre eternellement à crédit et que ceux qui ont fait l'orthodoxie budgetaire commencent à en sortir . Le dernier carré des illusionnistes (piketty, levy, maris etc.., et leur gourou stiglitz) sonnent leur dernière charge dans la presse pro gouvernementale, c'est plutot rassurant, çà veut dire qu'on va peut-être enfin diminuer le train de vie de l'état qui ruine la société. Tiens, au passage, on pourrait aussi cesser de financer ces officines de sciences economico-sociales qui ne servent à rien!
Réponse de le 19/12/2013 à 10:18 :
Vous n'avez pas du lire Picketty
a écrit le 18/12/2013 à 18:02 :
La position allemande a pour avantage de forcer la France à faire des économies sur son train de vie. Malheureusement, la hollanderie a commencé par le matraquage fiscale et on voit où ça mène : dans le mur ! Il semblerait qu'un énarque du gouvernement (Fabius) ait compris le problème. Restent à convaincre les autres et on constate que c'est mal barré.
Réponse de le 15/01/2014 à 18:13 :
ça ne vous dérange pas que la France sous tutelle allemande ?
a écrit le 18/12/2013 à 16:54 :
Pourquoi toujours opposer compétitivité et solidarité ? Croyez vous qu'un pays à fort taux de chômage soit vraiment solidaire ? Qu'il ne vaudrait pas mieux arrêter de vouloir soigner toute la misère du monde pour qu'une partie de la population ait accès à l'emploi, à de vrais emplois ?
a écrit le 18/12/2013 à 14:53 :
Avec Merkel arbeit marcht frei.
a écrit le 18/12/2013 à 14:48 :
Je peux comprendre que l'on n'aime pas le sevrage lorsque l'on est drogué aux dépenses luxuriantes et superflues, mais c'est le seul moyen de la médecine, pour le moment, à moins que la caste politique française préfère pour un drogué de lui donner encore de la drogue pour qu'il arrête de se droguer, c'est un moyen, mais personnellement je préfère encore l'abstinence l'austérité et pas la boulimie malheureusement pour la Tribune et son journaliste !
a écrit le 18/12/2013 à 14:47 :
Le pacte de croissance a eu une deuxième fonction : faire élire Moi Président.
« La France n’est pas le problème, c’est la solution ».
a écrit le 18/12/2013 à 14:37 :
Il faudra un jour prendre des mesures non democratique contre angela Merkel et ca pour le bien de tous
Réponse de le 19/12/2013 à 16:45 :
tout a fait d'accord avec vous..............!!!!
a écrit le 18/12/2013 à 14:33 :
"Le caractère contraignant de ces objectifs" sera le bonnet d'âne et l’opprobre publique ?
a écrit le 18/12/2013 à 14:33 :
"le caractère contraignant de ces objectifs" sera le bonnet d'âne et l’opprobre publique ?
a écrit le 18/12/2013 à 14:25 :
A quand un vrai referendum sur l'Europe ? Si ce "contrat" était accepté par la France sans vote, il serait illégitime. Donc il ne serait pas respecté, et c'est tant mieux. Si l'Europe qui se construit c'est ça, autant arrêter tout de suite.
a écrit le 18/12/2013 à 14:24 :
A quand un vrai referendum sur l'Europe ? Si ce "contrat" était accepté par la France sans vote, il serait illégitime. Donc il ne serait pas respecté, et c'est tant mieux. Si l'Europe qui se construit c'est ça, autant arrêter tout de suite.
a écrit le 18/12/2013 à 14:20 :
Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?
a écrit le 18/12/2013 à 13:30 :
la france doit mieux collaborer avec l'allemagne,sinon c'est l'europe qui explose!
a écrit le 18/12/2013 à 12:00 :
Le IVème Reich allemand se profile. Et il sera économique. Après l'empire américain, l'empire chinois... Le retour de l'empire allemand.

Prêts ?
Réponse de le 18/12/2013 à 12:19 :
On agitait les mêmes fantasmes à propos du Japon il y a 30 ans... Un peuple de vieillards égoïstes n'a jamais créé d'empire ...
a écrit le 18/12/2013 à 11:27 :
Je déteste la France et les francais.Mias je suis concillinat donc je vous en supplie, ecoutez la voie de votre colère et votez Marine la prochaine fois.Merci.
a écrit le 18/12/2013 à 11:26 :
Je déteste la France et les francais.Mias je suis concillinat donc je vous en supplie, ecoutez la voie de votre colère et votez Marine la prochaine fois.Merci.
Réponse de le 19/12/2013 à 9:00 :
@Harry Potter
Nous ne tenons pas en haute estime les anglo-saxons et vous pouvez toujours rêver à ce que nous votions un jour pour un ou une LePen. Il ne m'étonne pas que ce soit possible, en Angleterre par exemple, quand on est déjà capable de voter Cameron.
a écrit le 18/12/2013 à 10:28 :
Romaric a très bien perçu le mode de fonctionnement d'Angela Merkel au niveau européen,elle évacue un sujet l'union bancaire pour en remettre un autre du style contrats de compétitivité et de croissance qui amusera ou fera semblant d'amuser la galerie pendant un temps.C'est un mode qui permet d'évacuer les sujets qui fâchent.C'est une stratège de première ou alors elle a en face d'elle des olibrius qui n'ont rien compris à la politique,ce qui ne m'étonnerait qu'à moitié.Quand on voit le mécanisme de l'Union Bancaire on se demande si ce n'est pas un polytechnicien de Bercy qui a pondu le mode opératoire,avant de plier une banque au niveau européen ,il faudra être une pointure en courses de haies.
a écrit le 18/12/2013 à 10:13 :
Tout est dans le titre. Sortir de l'UE ou mourir . Le seul à expliquer clairement les tenants et les aboutissants de cette arnaque européenne (made in usa) c'est François Asselineau. Comme par hasard, on en parle pas dans les médias. Je vous invite tous, quelque soient vos opinions politiques, à regarder ses analyses et conférences (www.upr.fr). Et de vous faire ainsi votre propre opinion.
a écrit le 18/12/2013 à 10:04 :
Pour info : quand il y a un second il n'y a pas de troisième ! Une deuxième est suivi d'un troisième et ainsi de suite. Exemple : le second empire.
a écrit le 18/12/2013 à 9:50 :
Monsieur Romanic Godin a raison, les Allemands n'arrivent pas à comprendre que l'on vit mieux en dépensant non seulement son argent mais encore celui des autres, surtout si c'est le leur.
Il n'y a qu'une réponse possible, tenir ses engagemets et définiir un vrai projet politique comme le propose le Glienicker Gruppe, voilà un beau programme pour les électons du mois de mai.
a écrit le 18/12/2013 à 8:58 :
Les Français feront ce que leur grand voisin a décidé. point final.
a écrit le 18/12/2013 à 7:58 :
Nous une seule chose nous interresse l argent des autres (appelé solidarité) pour continuer à payer notre etat dispendieux incontrolé nos politiques corrompus, nos regimes speciaux, notre exeption culturelle (cinema intermittents etc etc...) et les efforts pour les autres... pas belle la vie et la vision de l europe..... Arretons cette europe ... et revons à une autre europe
a écrit le 18/12/2013 à 7:33 :
Si l'Europe est en fin de vie, on a le droit de l'euthanasier ?
Réponse de le 18/12/2013 à 9:59 :
Britannicus Je fournis la bêche gracieusement.
a écrit le 18/12/2013 à 7:30 :
C'est une mise sous telle sans fédéralisme, bref inacceptable ! Moi qui pensais que Merkel voulait le prix nobel de la paix, c'est mal barre...
a écrit le 18/12/2013 à 7:09 :
"Certes, une résistance semble se dessiner. La France demande que ces contrats soient accompagnés de plus de solidarité. "

Mais la France est loin d'etre un modele, nos depenses n'ont pas diminue.
a écrit le 17/12/2013 à 22:53 :
Godin est claivoyant !
a écrit le 17/12/2013 à 22:34 :
Et dire que notre chef des armées et néanmoins Président a dégarni le front de l' est au profit de safaris africains !
Réponse de le 18/12/2013 à 15:54 :
Notre époque est celle de l'équilibre de la terreur, arme atomique oblige...
a écrit le 17/12/2013 à 22:33 :
Faut bien qu'un jour quelqu'un dise à nos chers gouvernants qu'ils se remplissent les poches et jettent l'argent par la fenêtre.Pour avoir vécu plusieurs années en Allemagne j'ai été séduit par la volonté de leurs élus de dépenser les deniers publics à bon escient et surtout de ne point privilégier à titre personnel leurs revenus par rapport à leurs statuts politiques.
Réponse de le 10/01/2014 à 17:39 :
votre analyse risque de décoiffer beaucoup de français (ils sont sous la tutelle de l'état et ne veulent plus regarder vers un avenir ..... ).
SEUL un référendum peut nous sortir de l'immobilise avec des politiques nouveaux honnêtes .... etc.
a écrit le 17/12/2013 à 22:28 :
L'allemagne peut dire et faire ce qu'elle veut. Elle a perdu la partie. La zone euros est maintenue et la rente allemande est dans le viseur de tous les Etats. Par ailleurs, en interne, son succes lui imposera de revenir a plus de solidarite et d'investir dans ses services publics.
a écrit le 17/12/2013 à 22:20 :
Je vis en allemange depuis tres longtemps. Les analyses de ce m. Godin me font marer, Ce qu il ecrit est populiste et va exiter certains mais n a rien a voir avec la réalité.
La politique de rigeur budgetaire n est pas une specialité allemande mais c´est l´essence même du traité de Masstrich dan lequel il est fixé que les etats membres sont responsables de leurs dettes et seront en aucun cas subventionnés par les voisins. Il suffit se lire le traité.. Les Hollandais,. les Finlanbdais et les Autrichiens ne pensent pas autrement.
Réponse de le 18/12/2013 à 5:26 :
C'est la raison pour laquelle votre belle union technocratique va faire pschiit. Vous resterez entre gens de bonne compagnie...
a écrit le 17/12/2013 à 22:06 :
En France les fameuses Chambres de Commerce consomment chaque annee pres de 4 milliards d'euros d'argent public, 163 CCI en France qui comptent 26.000 fonctionnaires ! Divisons leur budget par 2 ca ne changera rien pour les entreprises, par contre cette economie de 2 milliards servira a reduire la dette plutot qu'a faire des cocktails remplis de petits fours !
Réponse de le 17/12/2013 à 23:24 :
Les CCI sont des instances de lobbying pro-entreprises, donc ça m'étonnerait qu'elles veuillent leur suppression. Vous ne savez vraiment pas de quoi vous parler.
De plus, pour rappel, des infrastructures très importantes comme le pont de Normandie ou, jusqu'en 2007, l'aéroport de Lyon Saint Exupéry. Donc dire qu'elles sont inutiles, c'est vraiment aller vite en besogne...
Réponse de le 18/12/2013 à 7:40 :
@Alextpe : En moyenne seulement 15% des chefs d'entreprise votent aux elections des CCI, 15% seulement de votants !!! vous appelez cette institution representative quand 85% des chefs d'entreprise ne votent meme pas car ils savent que cet organisme ne leur sert pas a grand chose ! Je ne dis pas qu'elles sont inutils, je dis qu'on peut diviser par 2 leur budget (surtout certains CCI de campagne) sans que cela change quoi que ce soit a la vie economique des entreprises.
Réponse de le 18/12/2013 à 13:01 :
Alextpe, vous parlez aussi de ces petits aeroports provinciaux geres par les CCI et Conseils Generaux qui ont subventionne a coups de millions d'euros pour que Ryanair y envoie des avions ? Des aeroports provinciaux qui sont une heresie, non viable commercialement ni financierement, juste pour faire plaisir aux petits chefs locaux qui ont l'addiction de couper des rubans et de se gaver tranquillement.
Vous ne pensez pas qu'une entreprise privee puisse geree un aeroport ou un port maritime ??
a écrit le 17/12/2013 à 20:53 :
Incroyable: l'Allemagne dicte et les caniches suivent. Pas un pour s'opposer et mieux même, dire STOP a ce train fou. La marche forcée de cette UE est d'autant plus effrayante que nos dirigeants acceptent tout au nom d'un dogme. Je suis sincèrement inquiet par l'impotence consentie de nos représentants à un pseudo-idéal qui n'a d'idéal que le nom.
a écrit le 17/12/2013 à 20:53 :
à l'image de l'Allemagne. honteux , c est un pas de plus vers le n..... , c est pas comme cela que l europe sera unis .il faut sortir de l europe , mais nos dirigeant sont pied et mais lier par la dictature du gouvernement mondial
la compétitivité est une forme de guerre qui ne finira jamais , si par une nouvelle guerre mondial
a écrit le 17/12/2013 à 20:50 :
La dictature européenne arrive , a coté les russes ou les chinois seront des enfants de cœur.
Réponse de le 17/12/2013 à 22:44 :
c'est la dictature Deutschland über alles.
Réponse de le 18/12/2013 à 11:10 :
et ca vous ennuie vous les frouzes hein? Jaloux de ne pas étre a leur place. La Grrrande Nation
Réponse de le 18/12/2013 à 14:45 :
Le terme de "Grande Nation" n'est pas utilisée en France pour se désigner. En revanche, elle est utilisée par les Allemands pour désigner la France.
Amusant, non ?
a écrit le 17/12/2013 à 20:34 :
Les voir enfoncer tout le continent est phénoménal. Ensuite les mêmes pleureront et tenteront des remarques qu'ils s'imagineront moralisantes lorsque les peuples en colère se tourneront vers les extrêmes. Mais les extrémistes ne sont ils pas aussi ces gens s’obstinant,malgré les résultats catastrophiques, dans leur programme de mondialisation avec quelques morceaux de libéralisme et de keynésianisme mal compris ?
a écrit le 17/12/2013 à 19:56 :
Pour la compétitivité, c'était pas dans les traités de naguère, Lisbonne? Pas d autre question. Alors bienvenue en enfer dans l Europe du maximum du chomage, surtout pour le sud! On aimerait bien voir maximum dans l arène, maximum pour la construction en pénurie!
a écrit le 17/12/2013 à 19:50 :
Il faut appeler un chat un chat : demander à l'Allemagne plus de solidarité, c'est lui tendre notre sébille, pour qu'elle y dépose une aumône sans que nous fassions d'effort (dépense publique, droit du travail, retraites). L'Allemagne réagira comme la fourmi de la fable, elle aura raison, n'importe qui ferait pareil et les attaques répétées contre elle ne peuvent que nous desservir.
Réponse de le 17/12/2013 à 20:13 :
Bien sur, surtout quand on sait que la France est le premier partenaire économique de l'Allemagne, et que si tout le monde baisse les salaires, la consommation va s'effondrer mais bon...pas touche la sainte Allemagne.
Réponse de le 17/12/2013 à 20:31 :
Chaque pays doit recouvrer sa souveraineté pleine : votre construction technocratique qui s'appelle "euro" va faire pschiit ...
a écrit le 17/12/2013 à 19:35 :
Il faut que l´Etat ne dépense pas plus que ce qu´il gagne. Je pense que c´est un projet fédérateur, tout le monde est prêt á se serrer la ceinture pour pouvoir être fier de ce qu´est la France. Il faut réduire le rayon d´action de l´Etat à ce qui importe, les grandes fonctions régaliennes et la solidarité: voir des gens qui crèvent la dalle alors qu´il y a des millions jetés par la fenêtre, c´est ecoeurant.
Réponse de le 17/12/2013 à 22:45 :
"Il faut que l´Etat ne dépense pas plus que ce qu´il gagne"... je me permets de vous corriger. Un Etat doit investir pour preparer le future et parfois creuser des deficits pour inverser la tendance. C'est ce que l'Allemagne a fait en 2004-2005-2006... de belles années de deficit qui leur ont permis de redresser leur économie. Avec le traité proposé celà ne serait plus possible. L'Allemagne cherche simplement à enfoncer ses rivaux commerciaux européens puisqu'elle a déjà réorienté ses marchés à l'exportation vers les émergents.
a écrit le 17/12/2013 à 19:23 :
Ce qui manque à ce projet c'est une légitimité démocratique. La commission - nommée - aurait la possibilité d'imposer des mesures à des parlements nationaux élus ? Qui va voter cela ?
Le projet est intéressant mais ne peut voir le jour que si la voie d'un grec à la même valeur que la voie d'un allemand. C'est bien cela la démocratie ?
a écrit le 17/12/2013 à 18:50 :
Non pas une façon de modeler encore l'Europe à l'image de l'Allemagne mais un moyen pour essayer de rappeler au gouvernement français de ne pas dépenser plus qu'il ne gagne. Le gouvernement français s'est engagé auprès de ses partenaires de l'Euro à 3% de déficites au maximum pas au minimum. 3 c'est pas 4,5. Signé, c'est signé.
Réponse de le 17/12/2013 à 20:32 :
Quand votre pension baissera et qu'on ne remboursera plus une partie croissante de vos soins, on vous précisera "signé, c'est signé"...
Réponse de le 17/12/2013 à 22:14 :
Il faut cesser d'emprunter pour payer les retraites et les soins. La dette est trop importante; C'est trop pour nos enfants et petits enfants. Plus on repousse les réformes structurelles plus ce sera difficile et injuste pour les moins favorisés. L'Europe est la seule réponse à la mondialisation et la France participe pleinement aux décisions de l'Union.
Réponse de le 17/12/2013 à 22:53 :
Le dogme européen ou le Cantique des cantique. Vite vite Herr European Komissar j'ai bien récité la leçon hein j'ai bien récité ma leçon? J'ai droit à une sucette?
a écrit le 17/12/2013 à 18:39 :
Construire une Europe à l'image de l’Allemagne est un leurre. Le modèle allemand semble fonctionner justement parce que un seul pays l'applique: L'Allemagne. Appliquer aux autres pays Européens cela ne fonctionne plus et nous fera rentrer dans une zone de croissance nulle voir de décroissance et de pauvreté avec des salaires tirés vers la bas, concurrence entre les pays oblige.
Aussi, même si c'est loin de mes idées, je ne vois plus qu'une solution pour essayer d'enrayer ce fléau de l'idéologie allemande, aux prochaines européennes, voter FN et faire péter cette Europe. je le dis à contre-coeur, mais je ne vois pas d’autres solutions.
Réponse de le 17/12/2013 à 19:24 :
T es pas le seul.
Réponse de le 17/12/2013 à 19:48 :
Il faut arreter de parler croissance. La croissance des 30 glorieuses est un dirac dans l'histoire, la croissance revient a seulement des niveaux normaux, que le monde a connu pendant des siecles. Depuis 74 c'est la financiarisation qui assure la croissance par la dette basee sur du vent.
a écrit le 17/12/2013 à 18:26 :
Il faut souhaiter que l'Allemagne aille vite et bien car le modèle qui fonctionne bien actuellement et depuis 200 ans c'est le leur , hormis deux accidents regrettables ... parce que si on attend après nos énarques c'est plié
Réponse de le 17/12/2013 à 18:45 :
"Deux accidents regrettables!"

Il est urgent que la tribune censure ce commentaire!
Réponse de le 17/12/2013 à 19:08 :
@Gringo. Pourquoi , il est dans l air du temps.
Réponse de le 17/12/2013 à 22:43 :
le "dernier accident regrettable" de l'Allemagne comme vous le dîtes, a juste provoqué la mort de 50 millions de morts dont plusieurs millions dans d'affreuses conditions... honte à vous!
Réponse de le 10/01/2014 à 18:25 :
Le terme est plutôt modéré, je crois que vouloir a tout prix refaire l'histoire ou toujours maintenir la suspicion est une erreur.
Hélas trop nombreux sont ceux qui se jette a corps perdu sur le passé afin d'éviter de se remettre en cause.
GARDONS NOTRE ENERGIE pour construire une EUROPE sereine et apaisée.
La période est cruciale pour l'avenir des pays européens, ou les égoïsmes nationaux primes !!!!!.
a écrit le 17/12/2013 à 18:21 :
On n'a pas fini d'en baver !
a écrit le 17/12/2013 à 18:10 :
Cela va faire mal.......Ha, ha, ha....
Réponse de le 17/12/2013 à 19:21 :
Je like, soyons un peu mazo, et tout ira bien.
a écrit le 17/12/2013 à 18:06 :
quel est le meilleur système? Être un ouvrier allemand au travail avec au salaire gelé, ou un ouvrier français au chômage?
a écrit le 17/12/2013 à 18:05 :
De l'impérieuse nécessité qui se confirme de jour en jour, sortie de l'Union, de l'otan, de l'euro, reprendre sa souveraineté, par la mise ne jeu de l'article 50 du TUE, devant cette débâcle quotidienne, cette misère socio économique voulue par Bruxelles, avalisée par l'Allemagne, vite...
a écrit le 17/12/2013 à 17:59 :
Je vois mal Hollande accepter ça d'autant qu'il va retourner demander des délais.
Réponse de le 18/12/2013 à 0:55 :
Sauf qu'Hollande se couchera avec un petit hochet creux que lui aura offert au mieux la chancelière allemande.
a écrit le 17/12/2013 à 17:54 :
Ah encore un jolie article de Romaric Godin sur la méchante Allemagne responsable de tout les maux de l'Europe (ca doit être un par jour en ce moment). Heureusement, la vertueuse et gentille France ne va pas laisser encore une fois l'ogre Allemand envahir nos campagnes, aux armes citoyens! (je note le mot à peine connoter "résistance Française"). Franchement un peu de nuance et un peu moins de partie pris ne ferait de mal à personne
Réponse de le 17/12/2013 à 20:34 :
Alors que la "collaboration" ça ne connote pas du tout, mais alors pas du tout ...
a écrit le 17/12/2013 à 17:46 :
Et nos brillants hommes politiques ils en pense quoi de cela ? c'est le rouleau compresseur Allemenad pour mettre l'Europe en face des réalités économique du monde de demain. C'est pas vraiment pour nous qui voulons être solidaire des pauvres et partager avec les riches l'austérité c'est pour les autre pas pour le Français

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :