Paris veut lever le pied sur la baisse des déficits, la BCE s’agace

 |   |  614  mots
(Crédits : reuters.com)
Pour la Banque centrale européenne, la France doit respecter ses engagements. C'est une question de crédibilité. Et de confiance", a déclaré l'un des ses membres. Les attentes de l'Europe à l'égard de la France sont fortes, car c'est la deuxième économie de la zone euro".

 Les nouveaux ministres français des Finances et de l'Économie, Michel Sapin et Arnaud Montebourg, feront le voyage de Berlin lundi pour rencontrer leurs homologues allemand, alors que les projets de Paris de rediscuter le rythme de la réduction des déficits, inquiètent déjà ses partenaires.

Même s'il a précisé que le "cap" de réduction des déficits n'était pas abandonné (Paris s'est engagé auprès de ses partenaires européens à passer sous la barre des 3% du produit intérieur brut d'ici 2015), les propos provoquent une levée de boucliers.

"Nous faisons confiance à la France pour respecter ses engagements, elle est consciente de ses engagements et de sa responsabilité dans le fonctionnement du Pacte", a déclaré pour sa part vendredi le porte-parole de la chancelière, Angela Merkel.

"Nous devrions rappeler avec force à la France ses engagements", a renchéri Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, la banque centrale allemande, cité dans l'édition de samedi du quotidien des affaires Frankfurter Allegmeine Zeitung (la FAZ), qui a publié des extraits de l'entretien dès vendredi. "Il faut que la Commission européenne fasse respecter les règles de manière stricte, et qu'elle soit soutenue en ce sens par le gouvernement allemand", a-t-il plaidé.

Pas de passe-droit

L'ex-Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, candidat du centre droit à la présidence de la Commission européenne, y allé lui aussi de son couplet en affirmant que l'Hexagone « ne peut pas avoir encore une fois un passe-droit".

Du côté de Bruxelles justement, le commissaire aux Affaires européennes, Olli Rehn, a averti, lui aussi dans la FAZ de samedi, que "si on donnait plus de temps à la France sans raison, cela créerait immédiatement un précédent pour d'autres pays membres". "Il est très important de respecter les règles et de ne pas les bidouiller", a-t-il ajouté.

"La France a une responsabilité"

Ce samedi dans le Figaro, Benoît Coeuré, membre du directoire BCE, a lui aussi rappelé que la France devait respecter ses engagements en matière de déficit. «Comme l'a rappelé la Commission, la France a déjà bénéficié deux fois d'un report. Elle doit respecter ses engagements. C'est une question de crédibilité. Et de confiance", a-t-il déclaré. Les attentes de l'Europe à l'égard de la France sont fortes, car c'est la deuxième économie de la zone euro. La zone euro a besoin d'une France forte", a-t-il ajouté.

Or, "la France a aussi une responsabilité, rendre crédible le gouvernement économique de la zone euro qu'elle a appelé de ses voeux, et qui se met progressivement en place. Cette gouvernance prévoit des objectifs de déficits nominaux et structurels", a affirmé Benoît Coeuré. Il a également redit que le Conseil des gouverneurs de l'institution financière de la zone euro était unanime pour recourir à un assouplissement quantitatif (QE) tout en estimant que cela ne semblait pas pour l'heure nécessaire

Assouplissement quantitatif

Selon lui, "toute la question" est de savoir si une telle mesure serait efficace. "Même si le QE se traduit par plus de liquidités dans le bilan des banques, il n'est pas sûr que cela crée du crédit", a-t-il déclaré en soulignant qu'"un QE à l'européenne sera nécessairement différent de ce qui se pratique aux États-Unis".

Enfin, la hausse actuelle sur les marchés financiers ne laisse pas craindre la création d'une bulle financière: "Non, pas en zone euro de notre point de vue. Mais dans une période de taux très bas, une vigilance s'impose".

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 23:14 :
Imaginez 85% des français contre la politique conduite... on croit rêver! Surtout sur la baisse des dépenses, on peut parler valeurs. Au moins sous Guise on était clair!
a écrit le 07/04/2014 à 9:25 :
Chaque pays qui appartiennent a la zone ne s'agacent pas mais comprennent, seul l'entité qui nous dirige s'agace que l'on ne soit pas aussi psychorigide qu'eux!
a écrit le 07/04/2014 à 9:23 :
Il n'y a rien à attendre, pour les peuples, d'une Europe ultra-libérale. Tout est parfaitement orchestré pour casser les systèmes sociaux, privatiser, baisser les salaires. Pour en sortir, il n'y a pas 36 solutions, face à une telle entreprise, il faudra un jour sortir l'artillerie lourde, ce qui ne manquera pas d'arriver. On peut au passage regretter que la gauche socialiste dont le travail est de défendre les intérêts des plus faibles compose avec cette situation.
Réponse de le 07/04/2014 à 9:59 :
Quand nous serons tous fonctionnaires, avec quel argent l'Etat pourra-t-il payer les retraites et nous faire vivre. Pas d'industrie, pas d'entreprise = Pas d'argent pour payer les systèmes sociaux. Oui, il faut casser cette gauche totalitaire qui casse la France et qui appauvrit tous les français. Il faut dès maintenant diminuer les salaires des fonctionnaires de 30% et diminuer les salaires de tous les politicards de 50%.
Réponse de le 07/04/2014 à 10:17 :
Arrétez les lamentations.
La poste, EDF-GDF, la SNCF, les pont et chaussées, Charbonnage de France, étaient des industries lourde avec un niveau d'expertise mondial. A ma connaissance on n'y a pas gagné beaucoup quand tous ces secteurs ont été privatisés.
a écrit le 06/04/2014 à 19:02 :
Et le vote NON de 2005 ?!
a écrit le 06/04/2014 à 15:21 :
le drogué et l'alcoolique disent toujours juste encore un coup,demain j'arrête
a écrit le 06/04/2014 à 13:47 :
De toute façon, on sera à 105/110% de dette sur PIB au printemps 2017 avec le pacte de responsabilité, le contrat de gouvernement, le pacte blablabla, le contrat XXX,....
Et Bruxelles pourra toujours gueuler, on renverra Sapin mentir une fois de plus.
a écrit le 06/04/2014 à 13:13 :
La BCE s'agace ... et nous, nous somme ulcérés !
Réponse de le 06/04/2014 à 18:54 :
et saigné...
a écrit le 06/04/2014 à 12:31 :
il faut baisser les salaires de tous ces fonctionnaires bruxellois pour baisser la dette. Ce sont nos impots qui payent Draghi, Junker et compagnie. Ces gens qui prêchent l'austérité et vivent dans le luxe comprendront.
a écrit le 06/04/2014 à 12:26 :
la BCE m'agace aussi de me demander de m'appauvrir pour sa monnaie de singe.
a écrit le 06/04/2014 à 12:11 :
sortons de l'euromark et vite avant devenir comme les grecs!!!!
a écrit le 06/04/2014 à 11:53 :
Qu'on peut rembourses. De toute façon , y'a de la marge.
Si les Français mangent des fayots TOUS les jours , er roulent dans des Peugeot 106 , et qu'ils renoncent à ces vacances qui ne sont qu'une raison de créer des embouteillages , dans 2 ans , tout est remboursé. Après , on remboursera le reste , en 5 à 7 ans , par exemple. ça fait que 9 ans de ceinture.
C'est pas la mort.
Evidemment , ni cinéma , ni troquet , ni théatre , ni figaro-madame.
a écrit le 06/04/2014 à 11:25 :
@Clodef: La pauvre France, ce n'est pas de sa faute si elle ne peut rembourser. Sauf qu'elle a déjà bénéificié de 2 reports, de crédits à 0% et même (roulements de tambours) de taux INFERIEURS A 0%. Et on pleure qu'on ne peut rembourser ? Et on demande encore un délai, mais de qui se moque t-on ? Pendant ce temps, on garde plus de 20% des salariés rattachés à la fonction publique (...) en leur maintenant un calcul des retraites aberrant et sans les solliciter pour certaines taxes pourtant de bien commun (ex: Les fonctionnaires ne participent pas au financement des intermittents et sont, c'est curieux, les premiers à ne pas vouloir qu'on change le mode de financement de ces derniers, étrange non...). Soyons courageux, faisons des efforts même s'ils sont difficiles. Je préfère porter ces efforts plutôt que mes enfants, maintenant continuons, ne changeons surtout rien... Après moi, le déluge. Lâche et contradictoire par rapport aux beaux discours. Tiens, ça me rappelle un certain chef de l'état...
Réponse de le 06/04/2014 à 18:58 :
@ Si le taux était inférieur à 0%, on aurait dû emprunter énormément plus... Ce taux signifie que c'est la BCE qui nous donne des intérêts tous les moi et pas nous qui remboursons... Réfléchissez un temps soit peux à ce que vous écrivez... Ca ferait du bien.
a écrit le 06/04/2014 à 11:03 :
De toute façon, on ne pourra pas tenir les récentes promesses de Hollande.et retrouver de la croissance..sans laisser filer le déficit puisqu'il n'y a plus aucune marge de manœuvre, sinon ça va péter si le gouvernement s'évertue à continuer la politique qu'il a mené depuis 2 ans et qui lui a valu une raclée aux municipales....Nous sommes dans l'impasse....
Réponse de le 06/04/2014 à 11:26 :
Mais dans la justice sociale. Et ça fait toute la différence.
a écrit le 06/04/2014 à 10:35 :
Apres les 2 soirs de raclée, voici le contrat de gouvernement.
L'objectif attendu est d'être réélu au 1er tour d'une élection quelconque. Pourquoi ?
Parce qu'un mandat électoral, c'est trop bon : indemnités, frais de ceci, frais de cela, moultes photos entre élus bedonnants dans divers magazines réalisés et distribués au frais du contribuable, les voitures avec chauffeurs, les invitations cocktails dans les palais de la république, les nominations dans les meilleures planques, la hauteur de vue que n'a pas le petit fonctionnaire pas gentil pas élu pas beau, ....
Mais tout cela, l'Europe de Bruxelles ne peut pas comprendre. Ils ne comprennent pas les institutions de la 5eme république. Ils veulent nous soumettre à leur rigueur alors que le peuple veut des élus dévoués et compétents. Et il veut beaucoup. Heureusement que Michel Sapin et François vont renégocier le délai à "l'horizon" 2017 avec des prévisions de croissance revue en nette hausse. Disons 4% en 2017 et 5% ensuite chaque année. Ils verront bien à Bruxelles que la France revient dans les clous.
Réponse de le 06/04/2014 à 13:53 :
De qui se moque t-on ?

La France a bénéficié de deux reports par Bruxelles ?

Puis-je vous rappeler qu'en 2005, lors du référendum sur la constitution, les français ont massivement rejeté le texte. Si nos dirigeants de l'époque avaient respectés le choix des français nous n'en serions pas a discuter avec Bruxelles et nous aurions bien plus de marge de manœuvre pour relancer notre économie.

dans quelle genre de démocratie piétine t-on de la sorte un référendum ? C'est de la haute trahison envers le peuple. A partir de là comment pouvez vous légitimer un quelconque ordre de cette institution dicatatoriale qu'est l'UE ?

Vous avez le droit de persister dans cette forme d'auto flagellation, et c'est justement ce qu'ils attendent, que nous soyons bien dociles. Qu'on accepte sans bouger. le fonctionnaire et l'intermittent sont des leurres qui détourne votre attention du vrai problème: Désormais, comme dans toutes les grande dictatures de ce monde, nos "élites" décident a notre place !
Réponse de le 06/04/2014 à 14:56 :
Tout à fait d'accord avec vous FXH ! Qui gouverne dans ce pays ???
le gouvernement français ou bien les fonctionnaires et élites de l'UE ???
Depuis le pied de nez qui nous a été fait sur le résultat dudit référendum tout est devenu clair .......
a écrit le 06/04/2014 à 10:32 :
L'Europe aurait dû le savoir que l'on ne peut pas faire confiance aux Socialistes.
Les Français aussi les ont cru, maintenant ils pleurent !
Hollande = cohabitation prochaine...
Réponse de le 06/04/2014 à 10:41 :
Grâce au PS, les salaries ont gagné 10 euros chaque mois sur leur fiche de paye. Et n'oubliez pas également la revolarisation de l'allocation de rentrée scolaire en 2012. Le mariage pour tous si vous êtes homo ou lesbienne.
Réponse de le 06/04/2014 à 13:38 :
Grâce à Hollande j'ai perdu 80€ par mois sans parler de l'augmentation des impôts. Je ne suis pas quelqu'un de riche, je ne suis qu'un simple ouvrier. Elle est où la justice sociale lorsque des ouvriers gagnent de moins en moins d'argent et paient de plus en plus d'impôts ? "Moi président je n'aime pas les riches", il aurait du dire qu'il n'aime que les fonctionnaires qui votent majoritairement pour lui, quand aux autres, bah, ils paient.
Réponse de le 06/04/2014 à 15:02 :
C'est quand le PS vous parle face à face pour détourner votre attention pendant l’extrême gauche vous fait les poches.
mais la justice sociale, c'est le bonheur universel à long terme.
Réponse de le 06/04/2014 à 16:27 :
et bien moi j'ai perdu environ 850 euros mensuels. La défiscalisation des heures sup c'était le Nirvana pour un cadre sup.

Ca valait bien le coup de laisser des miettes aux ouvriers. Maintenant ils se mobilisent pour qu'on me remette mes 80 000 euros annuels nets et payer des impôts à ma place.. C'est génial. Pour une fois que le prolétariat est avec les cadres sup !!!
a écrit le 06/04/2014 à 10:04 :
il y va de la credibilite de la FRANCE mais aussi de l' EUROPE qui ne peut se contanter de gesticulations
a écrit le 06/04/2014 à 10:01 :
Il va falloir que la BCE apprenne la démocratie .Car Beaucoup de pays de la CEE Ne croient plus au vertu de la réduction drastique des déficits .S'ils deviennent une majorité la BCE devrait s'incliner !
Réponse de le 06/04/2014 à 11:20 :
@clodef: N'importe quoi. Ce n'est pas à la BCE "d'apprendre la démocratie" (note: La BCE n'est pas un pays, Clodef, mais une institution) mais aux pays contractant des dettes d'apprendre à respecter leurs engagements. Depuis 50 ans on laisse courir la dette en se disant toujours "prêtez nous, un jour on remboursera" mais en pratique bien entendu ça n'est jamais "le bon moment" pour rembourser ses dettes. Mais ça ne le sera jamais !
Je trouve hallucinant de voir des gens tirer sur les financiers quand ceux-ci ont prêté de l'argent (donc fait leur partie du boulot) et demandent simplement à leurs obligés de tenir les leurs. Je rappelle que la France a déjà bénéficié de 2 reports. A votre avis, où est la faute clodef ? Tout bonnement hallucinant comme commentaire, faut revenir sur terre un peu...
Réponse de le 06/04/2014 à 16:33 :
Ou est le problème avec les créanciers? La France a toujours payé ses dettes rubis sur l'ongle et personne ne songe au contraire (sauf Lepen, mais c'est un truc de famille). La note de solvabilité de la France bien que non optimale est excellente (faut quand même se rappeler que les subprimes étaient notées au max la semaine qui précédait leur effondrement, ce qui relativise la valeur des notes). Signe plus solide de la confiance des préteurs, on emprunte a des taux ridiculement bas, voire même négatifs !
a écrit le 06/04/2014 à 9:56 :
Qu'elle s"agace, si il faut augmenter les déficits pour faire baisser l'Euro beaucoup tri haut pour nous … Alors faisons le ! Bientôt même l'aéronautique aura quitté la France et l'Europe pourtant le seul secteur encore d'aplomb en France ! Les Teutons n'ont pas de concurrents américains ou Japonais pour leurs grosses germaines alors ils se foutent que l'Euro s'envole. Mais le reste de l'Europe a des concurrents extérieurs et si le but de l'austérité Teutonne est de la faire devenir exportatrice net , avec un Euro aux petits ognons pour les Teutons et trop fort pour nous tous , les exportations ne démarreront jamais, ce sera donc la déflation. Tiens c'est déjà ce qui se passe , bizarre ? Qu'ils sont c.ns ces Teutons. Enfin incohérents et pétris de dogmes pour être plus explicite.
a écrit le 06/04/2014 à 9:54 :
Il faut maintenir la pression sur le gouvernement pourquoi il fasse les réformes structurelles qui permettrons la réduction de la dépense publique , les autorités européennes doivent renvoyer Sapin à son budget
Réponse de le 06/04/2014 à 10:21 :
Jusqu'en 2007,le déficit était resé autour de 2à 3% et aplongé depuis lors ,régulièrement vers 7% .Il faudrait regarder de près ce qu'a fait Mme Lagarde pour réussir ce tour de force et FAIRE L'INVERSE...
Réponse de le 06/04/2014 à 11:15 :
Clodef, le mec qui sort du coma et n'est pas au courant de la crise financière de 2008 ("juste" la plus grave depuis quasiment un siècle). Clodef, retournez vite en hibernation, nous viendrons (peut-être) vous réveiller quand le monde sera devenu communiste...
a écrit le 06/04/2014 à 9:47 :
Mettre en place l'ecotaxe voiture particulière et poids lourds
Augmenter la CSG
Augmenter la CRDS
Augmenter les prélèvements sociaux sur les cessions de vente mobilière
Augmenter les droits de mutation
Augmenter de 5 points les 3 taux de TVA
Derembourser 95% des médicaments
Supprimer les ALD
Augmenter les taux d'impositions de l'IR de toutes tranches
Augmenter le malus auto : 1000€ des 50g/CO2 et par paliers suivants de 10g/CO2 puis 5000 des 100g/CO2 et enfin 8000 des 150g/CO2
.....
On peut arriver à 10% d'excédent budgétaire si on veut.
Réponse de le 06/04/2014 à 18:10 :
N'oubliez pas le malus sur CO2 que nous rejetons par notre respiration.
a écrit le 06/04/2014 à 9:23 :
Si la France mais aussi l’Italie et l’Espagne font ce qu’il faut pour pouvoir respecter le pacte budgétaire européen qu’ils ont signé ça va accroitre les pressions déflationnistes déjà en cours pour ces pays. On me répondra que ces pays ont fait des bêtises et que c’est normal qu’il fasse des efforts pour les réparer, ce à quoi je répondrais que le cadre institutionnel de l’euro complique la sortie de crise d’un pays en crise de la zone euro en raison de mécanismes économiques faciles à comprendre (pas de tout le monde apparemment, notamment par ceux qui nous dirigent). Ainsi pour la France, il faudrait faire un quantitative de soutien à la dette publique pendant que l’Etat abaisse les prélèvements sur les entreprises et réduit de façon non agressive la dépense publique, ce qui accroitrait les déficits, ce que les marchés financiers n’aimeraient pas. De préférence il faudrait aussi avoir une monnaie dont le taux de change devrait normalement baisser dans une situation de crise, ce qui appauvrit un peu la population mais améliore la compétitivité prix des entreprises. Autrement que peut faire la France dans l’euro : abaisser agressivement la dépense publique pour respecter le pacte budgétaire, voir si quand on a respecté le pacte budgétaire européen, il reste un peu d’argent pour abaisser les prélèvements sur les entreprises. Il ne faut se faire aucune illusion sur ce type d’action. Ça ne marchera pas.
a écrit le 06/04/2014 à 9:21 :
Le pays de la magouille a la petite semaine, c est ce que je retiens de notre territoire.
L inégalité est au top, avantages pour certain, esclavages pour d autres. Réduire le déficit, un mensonge de plus.
Si j avais de quoi partir, c est a la vitesse du mur du son. L objectif de certain c est de continuer a ruiner tous ceux qui sont en plaçe, moi mon objectif c est de tout liquider et de partir.
Réponse de le 06/04/2014 à 9:39 :
Fait un prix sérieux a -50% sur tout ce que tu possèdes et vas-y.
Réponse de le 07/04/2014 à 9:28 :
@Mur du son
L'herbe est certainement plus verte de l'autre côté de la route, mais il faut traverser la route, avec le risque de se faire écraser. Ensuite l'herbe n'est peut-être pas aussi verte, ni aussi bonne que ce qu'on la voyait de l'autre côté...Et pour finir, il faudra peut-être re-traverser avec un nouveau risque de se faire écraser, et se réadapter à manger une herbe dont on a perdu le goût.
a écrit le 06/04/2014 à 9:13 :
Ils feront tout, tout pour éviter de tailler dans les effectifs de l'administration publique, qui sont le coeur des adhérents du PS, ce serait comme un suicide, le PS ne passerait plus le 1er tour à chaque grande élection.
J'ai toujours pensé depuis 5 ans que ce serait la France qui détruirait l'Europe, elle l'a toujours fait par le passé, la France a son propre agenda et ne s'est jamais souciée des autres pays ou de l'intérêt commun, ça ne va pas changer surtout à une époque où les politiques ressemblent de plus en plus à des chiens se combattant pour rogner un os.
a écrit le 06/04/2014 à 9:13 :
Heureusement que les taux d'emprunts sont bas pour les Etats.
La hausse des impôts a été contreproductive en effet l'état constate une baisse de ses ressources. Cela signifie donc que la France n'a pas effectué la réforme fiscale qui aurait dû permettre de mieux répartir l'impot sans forcément l'augmenter. Ainsi, nous avons toujours autant de niches fiscales qui coutent plus de 75 milliards de dépenses dites fiscales, moi je dis de non recettes. Parmi ces niches il existe des rapports de l'IGF et de la cours des comptes qui déterminent près de 35 milliards d'euros d'exonération, de réduction ou crédit d’impôt qui ne sont que des effets d'aubaines, sans conséquence sur l'emploi et pouvant même avoir un effet inflationniste. Alors qu'attendent le Gouvernement, les députés PS et autres pour remettre de l'ordre dans le maquis fiscal ? en récupérant 35 milliards sur ces niches, l'état ferait descendre son déficit à moins de 37 milliards soir à peine 2.1% du pib de quoi donner une image forte à l'europe et ne pas reporter l'impots des uns sur les autres....à méditer
Réponse de le 06/04/2014 à 9:44 :
Attendons de voir le taux après avoir acte que les engagements ne seront pas tenus!
En plus, de toute façon emprunter ne fait que gonfler les dettes a payer par nos enfants....... même a des taux minimes.
Réponse de le 06/04/2014 à 12:12 :
Le but du retour à l'équilibre est évident et même l'excédent budgétaire doit être de mise pour rembourser et diminuer la dette dont les intérets représentent plus de 50 milliards d'euros. diminuer la dette et donc ses interets permettra d'augmenter les investissements et de diminuer l'impot cette spirale vertueuse n'est pas encore engagée, nous avons la possibilité de l'atteindre à condition de remettre à plat tous les avantages fiscaux et sociaux qui se sont accumulés ces 30 dernières années et qui représentent 150 milliards d'euros par an de quoi permettre le retour à un budget excédentaire ne serait-ce qu'en remettant en cause 50 % de ces pertes de recettes reportées sur les autres contribuables...oui la dette doit baisser pour ne pas pénaliser les générations futures
a écrit le 06/04/2014 à 8:54 :
Plutôt que des polémiques, j'aimerais bien que l'on m'explique : en 2013, le déficit public s'est réduit de 0,6%, à 4,3%. Il reste 2 années, 2014 et 2015 pour le ramener à 3%. Est-ce que l'on ne peut pas rester sur la même pente sur ces 2 années, soit 2x0,6= 1,2, ce qui nous amènerait à 3,1% en 2015 ??? Cela semble complètement possible avec un petit peu plus de croissance qu'en 2013 (0,3%) pour 2014 ( vraisemblablement 0,9) et 2015. Donc, je ne comprends pas ce psychodrame, sinon que tout ceci est pollué par des polémiques partisanes. Il faudrait simplement y voir clair, svp, merci....
Réponse de le 06/04/2014 à 8:59 :
Devise de nos gouvernants depuis 2012 :
"Notre Président à ce jour" avait annoncé en 2012 une nette amélioration de la situation économique à l'horizon 2013...
> > Or, si l'on regarde dans le dictionnaire la définition du mot horizon, il est noté :
> > ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure que l'on avance !
> > Il semblerait que cela se confirme !!!!
Réponse de le 06/04/2014 à 11:27 :
Ok mais je n'ai toujours pas de réponse à ma question i;e. avec moins 0,6 par an sur les deux ans à venir, nous sommes tout à fait sur la trajectoire pour réduire le déficit à
3% en 2015 comme exigé par le Traité. Alors, qui me répond plutôt que de polémiquer? Je crois que je vais finir par envoyer ma question à Bercy...
a écrit le 06/04/2014 à 7:39 :
embauche collectivités locales , embauche fonctionnaires , toujours plus de règlementations ,retraites injustes , carence fonctionnaire (voir le résultat) alloc faml aux plus riches , cumul élus , ect .................... Continuons , nous sommes dans le mur . Le gouvernement ment comme il respire. Assez de bla bla , de vrais économies
Réponse de le 06/04/2014 à 8:58 :
Ah bon embauche
a écrit le 06/04/2014 à 1:04 :
Cela fait des dizaines d'années que nous dépensons plus que nos propres ressources; mais quand le rideau tombe, les magiciens et la magie ont disparu pour laisser place à la vie, à la réalité. La seule certitude est que ni le PS ni l' UMP, ne feront ce qu'ils n'ont point fait depuis 30 ans. L'Europe aura-t-elle la capacité d'imposer de force un 180 degrés à un pays dont une partie de la population croit que le désir est la seule justification aux choses, et qui se nourrit d'assistance dans cette illusion. Il suffit d'interroger nos aïeux qui ont vécu, avant les "trente glorieuses" pour mesurer cette méprise et le dysfonctionnement de tout un état. Il serait étonnant que notre Président suive les injonctions de la BCE, sauf si la "lumière divine de la responsabilité politique" le touche. Que va-t-on laisser aux nouvelles générations? Des Dettes, des dettes, des dettes....
a écrit le 06/04/2014 à 0:01 :
Hello
a écrit le 05/04/2014 à 22:45 :
Puisque l'Europe n'a plus aucune crédibilité, je ne vois pas en quoi la France ne pourrait pas se permettre de ternir la sienne...
a écrit le 05/04/2014 à 22:27 :
Si Bruxelles et la Germanie ne font pas preuve de souplesse en gardant une attitude de monétariste borné avec toujours à la clés plus d'austérité je prédis une explosion sociale en France ou une nette victoire FN aux européennes: L'Europe aura tout gagné !!!
Réponse de le 06/04/2014 à 3:17 :
ce n'est pas du monetarisme borne, c'est du bon sens. Et la BCE a raison. L'Espagne et l'Italie ont fait des efforts, mais pas la France. Pourquoi y-aurait-il des passe-droit ? L'explosion sociale peut etre evitee avec une reforme en profondeur de l'Etat, qui partage equitablement le fardeau, et un peu d'exemplarite dans la chasse au gaspi : suppression des comites theodules et des planques a 10,000 Euros par mois dans les institutions etatiques.
Réponse de le 06/04/2014 à 8:43 :
C'est très joli les réductions des déficits en pronant les réformes à tout va.
Voyez comme les espagnols et les italiens sont heureux ... allez donc leur demander.
L'Europe, logique comptable financière, au profit des seules institutions financières.
Il faut casser l'Europe
Réponse de le 06/04/2014 à 9:02 :
Comment la commission peut elle osez demander aux glorieux héritiers de Jaures et du Front Populaire de s'abaisser a équilibrer les comptes d'un pays en deficit depuis 40 ans. C'est insultant. Non, cap sur 70% de dépenses publiques
Réponse de le 06/04/2014 à 10:27 :
Les 3% faisaient sens quand la croissance moyenne était de 3%. Aujourd'hui, c'est 0% qu'il faut atteindre. On ne peut pas continuer de la sorte a dépenser plus qu'il ne rentre. Pire même, ce problème est aggravé par le fait que la balance commerciale est catastrophique, et nous appauvri chacun chaque mois de 100Euros... On va continuer longtemps a gesticuler sur la couleur de la peinture des fenêtres, alors que les murs s'écroulent et que le toit a brulé ?
a écrit le 05/04/2014 à 22:21 :
Nous arrivons à l'épilogue d'une glissade commencée en 1981. Le monde globalisé d'aujourd'hui ne peut supporter plus longtemps l'exception française . Les taux d'intérêt feront le reste...
Réponse de le 05/04/2014 à 23:45 :
plus de promenade en avions pour ces ministres
comme moi je pout voter a tulle ;un vélo ou scotteer
Réponse de le 06/04/2014 à 3:11 :
L'exception francaise tient a ceci que les Ministres, les hauts fonctionnaires et autres privilegies vivant aux crochets de l'Etat seront les dernier a se serrer la ceinture.
a écrit le 05/04/2014 à 22:18 :
Nous paierons chère l'incompétence et le peu de courage des socialistes en refusant toutes réformes et en essayant de gagner du temps (tenir jusqu'en 2017 après ...). Se rendent ils compte que la France a une responsabilité vis à vis de l'Europe? de l'Euro (qu'on aime ou pas la monnaie)? On va avoir un discrédit total si l'on ne tient pas nos engagements et avec des sanctions de Bruxelles et des marchés.
a écrit le 05/04/2014 à 21:39 :
Jamais deux sans trois !!
De toute façon, les promesses (socialistes) n'engagent que ceux qui y croient
Réponse de le 05/04/2014 à 23:22 :
C'est d'autant plus écoeurant que les promesses UMP ont toujours été tenues et le peuple ne l'as même pas compris.
Réponse de le 06/04/2014 à 1:36 :
Le chômage à 5%! Plus aucun sdf dans les rues! Une France de propriétaires!

J'arrête la liste de promesses UMP, mais elle pourrait être longue.

Vous ne voulez pas qu'on ouvre le droit d'inventaire de l'ère Sarkozy!?!
Réponse de le 06/04/2014 à 9:58 :
@ elu UMP VOUS AVEZ LA MEMOIRE COURTE jacques chirac avait fait campagne en disant l'impot tue l'impot puis juppe premier ministre + 120 milliards d'impots.,,,,s'ils à ce moment avaient dejà commencé à supprimer les gaspillages genre trop d'elus lla france aurait pu encaisser la crise sans probleme et à cejour nous ne serions pas dans cet etat
Réponse de le 06/04/2014 à 10:13 :
@elu UMP . VOUS SEMBlez AVOIR LA MEMOIRE BIEN COURTE ; MR chirac avait fait campagne trop d'impots tuent l'impot mais mr juppé premier ministre + 120 milliarcds .si à ce moment la promesse avit te tenue en supprimant les gaspillages genre trop d'elus ,la france aurait pu encaisser la crise et à ce jour nous serions en forme. MERCI DE ne pas censurer comme la premiere fois
Réponse de le 06/04/2014 à 13:26 :
On ne change rien avec des "si" et des "il aurait fallu", ce sont clairement des propos de losers qui regardent en arrière au lieu de chercher une issue devant eux. Nos dirigeants actuels connaissaient parfaitement la situation en prenant le pouvoir et à ma connaissance il n'y a pas eu de nouvelle crise mondiale (contrairement à ce qui est tombé sur le gouvernement de 2007). Leur manque de résultats, ils ne peuvent donc se l'imputer qu'à eux mêmes car leur solution ne fonctionne manifestement pas et le contexte n'a pas changé. Un peu de courage, de responsabilité et de vision au lieu de regarder dans le rétroviseur (on sait ce qu'il montre et on a déjà sanctionné les responsables en ne les reconduisant pas). Merci.
a écrit le 05/04/2014 à 20:57 :
L'Euro est trop fort pour nous (juste assez pour les Teutons) il est donc indispensable que nous ne respections PAS nos engagements. Comme cela il devrait baisser un peu.
Réponse de le 05/04/2014 à 23:04 :
Le problème n est pas l euro mais nos insuffisance patronal mauvaise stratégie (choix du bas de gamme)et de la lourdeur de notre bureaucratie soviétique. Baisser l euro est un rêve qui ne fera q auguementer tous les produit importe
IL FAUT RÉFORMER !!!
Réponse de le 06/04/2014 à 9:10 :
Depuis 2008 l' excédent commercial de l'Allemagne vis a vis de la zone euro a BAISSE et ce au profit de l'Italie et L'Espagne, principalement. L’Italie a aussi gagne des parts de marche en dehors de la zone euro. Le seul pays qui rame c'est nous , dont la balance courante ne cesse de se dégrader. Le cas particulier c'est pas l'Allemagne, c'est la France
Réponse de le 06/04/2014 à 15:38 :
les italiens et les espagnols ont baissé leurs salaires pour manger les allemands. vous êtes prêts a faire les reformes (baisser les salaires) pour manger les autres) ?
a écrit le 05/04/2014 à 20:20 :
Hollande est un fumiste et la BCE fait mine de le découvrir. Soyons sérieux ! La France doit financer les retraites de ses fonctionnaires, c'est LA priorité. Au diable les déficits !
Réponse de le 06/04/2014 à 8:56 :
Voilà la devise d'Hollande :
"Notre Président à ce jour" avait annoncé en 2012 une nette amélioration de la situation économique à l'horizon 2013...
> > Or, si l'on regarde dans le dictionnaire la définition du mot horizon, il est noté :
> > ligne imaginaire qui recule au fur et à mesure que l'on avance !
> > Il semblerait que cela se confirme !!!!
a écrit le 05/04/2014 à 19:52 :
Souhaitons que l'Europe renvoie notre ministre à ses études et pousse ce gouvernement dans ses retranchements .
Seul le couteau sous la gorge rendra ces énarques un peu responsables et courageux (voeux pieux je sais)
a écrit le 05/04/2014 à 19:41 :
La France est mal gérée depuis plus de 30 ans il est impossible que cela change surtout avec l'équipe gouvernementale que nous avons!!!
Réponse de le 06/04/2014 à 9:00 :
Magnifique réponse ...0/20
a écrit le 05/04/2014 à 19:39 :
Et c'est la BCE qui est totalement à la ramasse et déboussolée qui parle de crédibilité?!!!
a écrit le 05/04/2014 à 19:29 :
La réponse de Paris à Bruxelles concernant les mesures d'austérité a toujours été: "Parlez toujours..." Puisqu'il n'y a pas de sanctions ou quelque sorte de rétorsion de la parte de l'UE envers la France, cette situation ridicule est devenu un vrai dialogue de sourds. "Parlez toujours...."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :