La Tribune

Fort rebond de Wall Street malgré l'incertitude sur une aide européenne à la Grèce

latribune.fr  |   -  826  mots
Les places américaines ont clôturé en nette hausse ce mardi, portées par l'espoir de mesures de soutien à la Grèce. Le Dow Jones gagne 1,52% à 10.059 points, le Nasdaq progresse de 1,17% à 2.151 points et le S&P 500 prend 1,30% à 1.071 points.

Wall Street a terminé dans le vert ce mardi, s'offrant une belle hausse alors que le Dow Jones a clôturé lundi sous la barre des 10.000 points, pour la première fois depuis novembre 2009. Les marchés ont été soutenus par un potentiel plan d'aide de l'Union européenne à la Grèce. Un accord aurait été trouvé, selon plusieurs sources, et des mesures pourraient être annoncées ce jeudi lors d'un sommet européen extraordinaire. Mais un porte-parole du gouvernement a démenti cette information. Ces espoirs ont en tout cas alimenté un rebond de l'euro face au dollar, ce qui a favorisé les valeurs exportatrices et celles liées à l'énergie.

A la clôture, le Dow Jones gagne 1,52% à 10.059 points, le Nasdaq progresse de 1,17% à 2.151 points et le S&P 500 prend 1,30% à 1.071 points. Les indices new-yorkais ont perdu une partie de leurs gains (jusqu'à +2,25%) après les déclarations du porte-parole allemand.

Du côté des valeurs, Coca-Cola s'adjuge 2,58% à 54,01 dollars. Les marchés saluent la progression du chiffre d'affaires du premier producteur mondial de boissons non alcoolisés au quatrième trimestre. Il a augmenté de 5% sur la période, à 7,51 milliards de dollars contre 7,22 milliards attendus par les investisseurs. En volume, les ventes ont également augmenté de 5%, un gain supérieur à ceux enregistrés lors des précédents trimestres. Les profits de Coca-Cola ont pour leur part bondi de 55% sur les trois derniers mois de 2009, à 1,5 milliard de dollars. Par action, cela représente 66 cents, un chiffre conforme aux estimations des opérateurs.

McDonald's progresse de 1,03% à 63,57 dollars. Le numéro un mondial de la restauration rapide a enregistré en janvier une progression de 2,6% de ses ventes, à nombre de restaurants comparables. Une hausse supérieure aux attentes des marchés, qui misaient sur un gain de 2%. Mais le groupe a vu ses revenus reculer aux Etats-Unis, avec une baisse de 0,7% de ses ventes à base comparable. Les analystes misaient sur une stabilisation de l'activité outre-Atlantique. Ce repli a été compensé par les performances réalisées à l'international, notamment en Asie, en France et au Royaume-Uni.

Caterpillar profite des commentaires de Morgan Stanley pour grimper de 5,42% à 53,53 dollars. L'intermédiaire estime que le premier fabricant mondial d'engins de chantier devrait délivrer des résultats solides dans les prochains mois, tirant notamment profit de sa restructuration et d'une amélioration de la conjoncture. Il a ainsi relevé son conseil de "sous-pondérer" à "surpondérer" sur le titre, portant son objectif de cours à 70 dollars, contre 51 dollars précédemment.

A l'opposé, Electronic Arts plonge de 8,75% à 15,96 dollars. Les investisseurs sanctionnent fortement les prévisions du deuxième éditeur mondial de jeux vidéo pour le trimestre en cours. Le groupe table en effet sur un bénéfice par action (BPA) allant de 2 à 6 cents sur la période, là où le consensus s'établissait jusqu'à présent à 14 cents. Au troisième trimestre, le groupe a publié des résultats tout juste en ligne avec les attentes. Il a accusé une perte de 82 millions de dollars sur la période. Hors exceptionnels, il a dégagé un bénéfice par action de 33 cents, soit deux cents de mieux que les prévisions. Le chiffre d'affaires est en ligne avec les estimations, en baisse de 25% à 1,2 milliard de dollars.

Toujours au chapitre des résultats, NYSE Euronext a fait état ce mardi d'une hausse de 12% de son bénéfice net au quatrième trimestre, à 151 millions de dollars. Par action, l'opérateur boursier a engrangé 58 cents de profits alors que les opérateurs n'escomptaient que 48 cents. Le groupe a plus que compensé la contraction des volumes échangés et des pertes de parts de marché par une réduction de ses coûts. Son chiffre d'affaires accuse en effet un repli de 6% sur le trimestre, à 640 millions de dollars. Le consensus s'élevait à 638 millions. Le titre bondit de 5,11% à 23,65 dollars.

Warner Music s'envole de 4,80% à 5,02 dollars. La troisième plus importante maison de disque mondiale a accusé une perte de 17 millions de dollars au titre de son premier trimestre. Le groupe a dépassé les attentes grâce à des ventes solides en France et au Royaume-Uni. Par action, la déficit s'établit en effet à 11 cents, là où les analystes redoutaient une perte de 14 cents par titre. Le chiffre d'affaires de Warner Music a pour sa part progressé de 3% sur la période, à 918 millions de dollars alors que le consensus s'élevait seulement à 872 millions de dollars.

Enfin, Pulte Holmes cède 0,48% à 20,85 dollars. Le spécialiste de la construction de maisons individuelles a réduit ses pertes au quatrième trimestre, grâce notamment à des gains d'imposition. Son déficit trimestriel, le treizième consécutif, a ainsi été divisé par deux, à 117 millions de dollars. Cela représente 31 cents par action, là où les analystes attendaient seulement 19 cents. Mais le groupe assure être repassé dans le vert, en excluant une dépréciation d'actif liée à une acquisition. Son chiffre d'affaires affiche une hausse de 5%, à 1,7 milliard de dollars.

Réagir